mylène et Tous ces combats

Posté par francesca7 le 28 juin 2013

 

Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

mylène et Tous ces combats dans Mylène AU FIL DES MOTS combats

Tous ces combats…. est une très belle chanson au thème simple : Mylène parle ici de ces combats intérieurs avec son âme qui l’empêchent d’être parfaitement heureuse. Par chance il reste l’amour, que Mylène semble attendre ici comme dans une autre chanson du même album (J’attends)…

Ce texte, particulièrement réussi, nous renvoie directement à un autre angoissé célèbre, Paul Verlaine. En effet, dans son recueil Poème s saturniens, paru en 1866, Verlaine intitule une section « Mélancholia ». Huit poèmes composent cette section, dont l’Angoisse.

Le dernier tercet du sonnet évoque ceci : « Lasse de vivre, ayant peu de mourir, paille / Au brick perdu jouet du flux et du reflux, / Mon âme pour d’affreux naufrages appareille ». Comme un hommage, Mylène dans le refrain évoque la « mélancholia » (J’ai la mélancholia / Qui rend l’âme à nue / Qui me constitue ») et parle également de naufrage, comme Verlaine : « Alors que la rage / Que tout fait naufrage / J’ai dans mon autre moi / Un désir d’aimer / Comme un boulier ». Une nette différence cependant avec le poète, qui lui, déclare « L’amour, je voudrais bien qu’on ne m’en parlât plus ».

La presse est comme souvent divisée vis-à-vis de l’album, mais certaines critiques sont très favorables, notamment celle du Monde qui souligne « la voix de la chanteuse, qui passe par une palette étendue (…) une assurance que le mixage renforce. Elle a pu parfois être noyée dans un orchestre, elle est ici conquérante, pleine. Il y a bien sûr quelques fragilités – l’une des marques de Mylène Farmer -, mais l’ensemble tend vers une puissance lumineuse » ou celle de Rolling Stone qui pense que la chanteuse a atteint « la maturité, une maturité qui se traduit par une aspiration au bonheur et un petit côté donneur de leçons assez surprenants », qui en fait « un disque d’une grande douceur » dont le seul défaut serait d’être « le sixième album studio d’une chanteuse dont tout le monde attend trop ». Le Journal du dimanche reconnait que l’album contient « une poignée de belles chansons » dans lesquelles Mylène Farmer est « au meilleur de son inspiration » avec « des textes touchants » et des « mélodies évocatrices », mais que le reste demeure de la « variété banale (…) enrobée d’une poésie un rien prétentieuse, limite pompière ».

Contrairement à Anamorphosée et Innamoramento qui ont été enregistrés aux États-Unis, l’album Avant que l’ombre… a été enregistré en France, au Studio Guillaume Tell. Parmi les musiciens figurent Philippe Paradis, collaborateur de Zazie, Loïc Pontieux et Philippe Caleb, qui ont travaillé avec Alizée, ainsi qu’Yvan Cassar et Pol Ramirez del Piu, qui n’est autre qu’un nom inventé par Laurent Boutonnat. Tous les textes ont été écrits par Mylène Farmer, sur des musiques de Laurent Boutonnat.

L’album sort le 4 avril en digipack et coffret collector, dès minuit au Virgin Megastore et à la Fnac des Champs-Élysées. Il entre directement à la première place du top albums et se vend à environ 100 000 exemplaires en une semaine.

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...