• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 28 juin 2013

mylène et Tous ces combats

Posté par francesca7 le 28 juin 2013

 

Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

mylène et Tous ces combats dans Mylène AU FIL DES MOTS combats

Tous ces combats…. est une très belle chanson au thème simple : Mylène parle ici de ces combats intérieurs avec son âme qui l’empêchent d’être parfaitement heureuse. Par chance il reste l’amour, que Mylène semble attendre ici comme dans une autre chanson du même album (J’attends)…

Ce texte, particulièrement réussi, nous renvoie directement à un autre angoissé célèbre, Paul Verlaine. En effet, dans son recueil Poème s saturniens, paru en 1866, Verlaine intitule une section « Mélancholia ». Huit poèmes composent cette section, dont l’Angoisse.

Le dernier tercet du sonnet évoque ceci : « Lasse de vivre, ayant peu de mourir, paille / Au brick perdu jouet du flux et du reflux, / Mon âme pour d’affreux naufrages appareille ». Comme un hommage, Mylène dans le refrain évoque la « mélancholia » (J’ai la mélancholia / Qui rend l’âme à nue / Qui me constitue ») et parle également de naufrage, comme Verlaine : « Alors que la rage / Que tout fait naufrage / J’ai dans mon autre moi / Un désir d’aimer / Comme un boulier ». Une nette différence cependant avec le poète, qui lui, déclare « L’amour, je voudrais bien qu’on ne m’en parlât plus ».

La presse est comme souvent divisée vis-à-vis de l’album, mais certaines critiques sont très favorables, notamment celle du Monde qui souligne « la voix de la chanteuse, qui passe par une palette étendue (…) une assurance que le mixage renforce. Elle a pu parfois être noyée dans un orchestre, elle est ici conquérante, pleine. Il y a bien sûr quelques fragilités – l’une des marques de Mylène Farmer -, mais l’ensemble tend vers une puissance lumineuse » ou celle de Rolling Stone qui pense que la chanteuse a atteint « la maturité, une maturité qui se traduit par une aspiration au bonheur et un petit côté donneur de leçons assez surprenants », qui en fait « un disque d’une grande douceur » dont le seul défaut serait d’être « le sixième album studio d’une chanteuse dont tout le monde attend trop ». Le Journal du dimanche reconnait que l’album contient « une poignée de belles chansons » dans lesquelles Mylène Farmer est « au meilleur de son inspiration » avec « des textes touchants » et des « mélodies évocatrices », mais que le reste demeure de la « variété banale (…) enrobée d’une poésie un rien prétentieuse, limite pompière ».

Contrairement à Anamorphosée et Innamoramento qui ont été enregistrés aux États-Unis, l’album Avant que l’ombre… a été enregistré en France, au Studio Guillaume Tell. Parmi les musiciens figurent Philippe Paradis, collaborateur de Zazie, Loïc Pontieux et Philippe Caleb, qui ont travaillé avec Alizée, ainsi qu’Yvan Cassar et Pol Ramirez del Piu, qui n’est autre qu’un nom inventé par Laurent Boutonnat. Tous les textes ont été écrits par Mylène Farmer, sur des musiques de Laurent Boutonnat.

L’album sort le 4 avril en digipack et coffret collector, dès minuit au Virgin Megastore et à la Fnac des Champs-Élysées. Il entre directement à la première place du top albums et se vend à environ 100 000 exemplaires en une semaine.

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Une lettre écrite à l’envers pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 28 juin 2013

 

venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Une lettre écrite à l’envers pour Mylène Farmer dans Mylène AU FIL DES MOTS londres

Dans les rues de Londres…. Est un véritable hommage à l’écrivain britannique Virginia Woolf. Mylène fait ici référence à l’un de splus grands romans de Woolf, Mrs Dalloway (1925). En effet, le titre de la chason fait immédiatement penser à la longue d’ambulation de Mrs Dallaway dans les rues de Londres…

Déambulation qui s’accompagne de réflexions sur la vie, l’amour et la mort. « Mais tu sais, son âme et belle / Dans les rue s de Londres / J’ai puisé plus de lumière / Qu’il n’en faut pour voir .. / Dieu a des projets pour elle / Et les rues de Londres / Souffleront sur des mystères / D’une autre fois .. » Autre référence, le roman Les Vagues (1931) où l’auteure précise son concept de la pensée qui va et vient entre passé et présent. Et il n’y a rien d’étonnant à ce que Mylène se passionne pour Virginia Woolf, symbole de liberté qui n’aura de cesse de se libérer des contraintes d’une société victorienne patriarcale et qui, surtout, devra lutter toute sa vie contre ses démons : « C’est comme une lettre / Qui s’est écrite à l’envers ;.. / Coule dans ma tête / Un monde fou qui veut naître ». Montre fou en effet, puisque Woolf craindra toute sa vie de tomber dans la folie (elle était très dépressive et ce qui la poussera à se suicider en se jetant dans une rivière. Mylène fait même référence à la fameuse lettre que Woolf écrira à son mari avant de se noyer… De quoi séduire l’interprète de Chloé en effet. Mais Woolf n’est pas seule à influencer l’écriture de ce texte.

Mylène semble aussi s’intéresser ici à l’auteure hollandaise Esther « Etty » Hillesum (1914-1943). On retrouve des références évidentes au journal intime de Hillesum (Une vie bouleversée, 1941-1943). Quand l’auteure écrit : « Tu essaies de réduire la vie à quelques formules, mais c’est impossible, elle est nuancée à l’infini, ne peut être ni enfermée ni simplifiées », Mylène chante « Réduire la vie à… / Des formules indécises / C’est bien impossible, elle / Tu vois, se nuance à l’infini ».

Plusieurs autres exemples se retrouvent dans le texte de Mylène, comme : « Je remets ma vie à plus tard » – simplement à être, à vivre, à tenter d’atteindre une certaine humanité … autre référence, plus habituelle, à Pierre Reverdy et à son poème Histoires (Sources du vent, 1929) dans lequel il écrit : « Une lettre écrite à l’envers / La main qui passe sur ta tête / Et l’heure / Où l’on se lève le matin »….

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 154/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène et Fuck Them All de 2005

Posté par francesca7 le 28 juin 2013

 

venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

c’est le 14 mars 2005 (soit trois semaines avant la sortie de l’album) que les admirateurs de Mylène peuvent enfin se procurer le premier extrait du sixième album studio de la chanteuse. Un single dont le titre sonne comme un coup de poing : Fuck Them All (littéralement « Qu’ils aillent tous se faire foutre »). Déjà en rotation sur toutes les radios depuis le 9 février, le singe va très bien démarrer et atteindre assez rapidement les 100 000 ventes. Tout va donc bien, même s’il ne s’agit pas non plus d’un très gros succès pour Mylène. La raison de ce résultat mitigé réside peut-être dans les paroles de la chanson, qui apparaissent très obscures à bon nombre d’auditeurs. « Mais qu’est-ce qu’elle raconte ? » reste en effet une réflexion assez courant quand cette chanson est évoquée..

 Mylène et Fuck Them All de 2005 dans Mylène AU FIL DES MOTS fock

une lecture précise des paroles nous donne néanmoins quelques clés ; la chanson parle de la guerre des sexes qui oppose depuis toujours les hommes et les femmes. Ici, Mylène s’amuse à prendre les clichés à rebrousse-poil et fait des femmes des guerrières. Elle récapitule pour commencer leur rôle dans l’histoire : « Au temps des « favorites » / Autant de réussites / Pour l’homme qui derrière a ;.. / Une « belle » qui s’affaire à… / Faire… d leur vie un empire ». Et, en effet, tous les grands hommes ont eu à leur côté une femme pour les soutenir, les épauler et, souvent, les conseiller ;.. Très vite, la chanteuse précise que tout cela s’est fait au détriment des femmes et prend pour exemple Marie, mère de Jésus, symbole du martyre et de l’abnégation : « Blood and tears ! [du sang et des larmes] / Faire l’amour à Marie / Blood and tears !/ Et « Marie » est martyr ». Avec ironie, Mylène dénonce ici l’hypocrisie et le bavardage des hommes, qui ne pensent qu’au pouvoir et au sexe. De façon vindicative, elle conseille aux femmes de prendre les armes (le glaive) et d’envoyer promener les mâles ;. Qu’ils fassent l’amour, les femmes feront alors la guerre ! Un texte féministe donc que l’on peut rapprocher de XXL, mais qui s’en détache complètement par son vocabulaire et sa violence.

  La musique de Boutonnat est particulièrement efficace et propose un pont où Mylène se fait rappeuse ;.. Un passage qui permet, encore une fois, de rapprocher l’univers de Mylène et celui de Madonna. Comment ne pas les associer en écoutant ce Fuck Them All et l’album American Life (2003) de L’américaine ? uand Mylène chante « Hey bitch, you’re not on the liste [hé garce, tu n’es pas dans le coup] / You vitch, you suck, you bitch [espèce de sorcière, tu crains, garce »] They said… [ils disent] / Hey bitch, you’re not on the list [hé garce, tu n’es pas dans le coup]  etc…. on pense au pont des chansons Amercan Life et Hollywood de Madonna. Alors que Madonna sera censurée pour ses « paroles explicites », Mylène n’essuie pas les foudres de la censure en France. A noter tout de même que le titre sortira en maxi en Europe sous le titre F… k them all.

 

issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 154/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...