Mylène et succès

Posté par francesca7 le 12 mai 2013

Soldier of Love : Sade est de retour avec un album intemporel

Mylène et succès dans Mylène dans la PRESSE mylene1Le succès de certains artistes est aussi basé sur le mystère et la rareté (exemple de chez nous : Mylène Farmer). Sade (prononcez « cha-dé ») fait partie de cette catégorie. Seulement cinq albums en 25 ans de carrière, mais quelques 50 millions de disques vendus. L’histoire commence en 1984 lorsque Sade (qui est en fait un groupe) explose avec le désormais culte « Smooth Operator », début d’une carrière internationale sans faute. Pourtant, on en sait très peu sur Sade Adu. Mais c’est comme ça. Ses fans, qui se comptent par millions à travers le monde, attendent un nouvel album de Sade comme un astronome guette une éclipse, et il aura fallu attendre presque 10 ans avant ce nouvel album « Soldier of love » Pourquoi si longtemps ? On ne le saura jamais. Mais c’est comme ça.

Ce qui explique le succès de Sade ? C’est une pop/soul classieuse et une voix de velours pour des albums intemporels - et « Soldier of love » ne déroge pas à la règle. Toujours accompagnée de son groupe, Sade ne propose « que » 10 titres qualitatifs. Ni tout à fait le même que ses prédécesseurs, ni tout à fait un autre, ce nouvel album reste teinté de soul, de funk, de pop et de jazz. Les titres langoureux se suivent au timbre mélancolique mais toujours sensuel de son auteur.

La véritable révolution vient finalement du nouveau single [musique:350236 "Soldier of Love"], qui mêle un rythme hip-hop à de la musique militaire (le tout accompagné d’une somptueuse vidéo), sur lesquels la belle pause lentement son texte désenchanté. Le deuxième chef d’oeuvre de ce nouvel opus est le titre « Babyfather », qui ose mélanger reggae, raggamuffin et pop, mais toujours enveloppé de tendresse Sadéenne. Le reste de l’album ne déçoit pas une seconde, de « The Moon and the Sky » à « Skin », en passant par « In Another Time » ou « Bring Me Home ». En huit ans, Sade a eu le temps de préparer un bel album où la qualité l’emporte sur la quantité, et avec pour thème récurrent l’amour. Ce n’est d’ailleurs pas forcément un hasard si l’album est sorti six jours avant la Saint Valentin…

http://www.ozap.com/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Le « Paradis » de Mylène

Posté par francesca7 le 12 mai 2013

Clip : Le « Paradis » de Mylène Farmer au Stade de France

En septembre dernier, Mylène Farmer remplissait le Stade de France pour deux concerts exceptionnels, qui marquaient la fin de son « Tour 2009″. De cette tournée, la chanteuse avait tiré un album live, [musique:343564 "N°5 on tour"], sorti le 7 décembre dernier. Ses concerts dans le stade des champions du monde feront quant à eux l’objet d’un DVD, à paraître le 12 avril prochain, et dont le premier extrait, « Paradis inanimé », vient d’être dévoilé.

Le Présent sur son dernier album studio [musique:281096 "Point de suture"], le titre « Paradis inanimé » était la chanson d’ouverture des spectacles donnés par Mylène Farmer au Stade de France les 11 et 12 septembre derniers. Dans ce nouveau clip, la chanteuse donne donc un aperçu de ces concerts, avant la sortie du DVD, très attendu par ses fans.

Tour à tour, on y voit Mylène Farmer dans ses différents costumes de scène, sur fond de guitares électriques qui rappellent les tubes de la chanteuse dans les années 90, façon « XXL ». Dès les premières secondes, le ton est donné : « Dans mes draps de chrysanthèmes, l’aube peine à me glisser, doucement son requiem, ses poèmes adorés », chante-t-elle. L’univers mystique de la chanteuse est une fois de plus exploité dans le spectacle.

Paroles et mises en scène évoquant la mort, costume effet « corps dépecé »…Mylène Farmer se lâche plus que jamais, dans un show à l’américaine avec danseurs, chorégraphies, jeux de lumières, et autres effets pyrotechniques.

Ozap vous propose de découvrir le nouveau clip live de Mylène Farmer, « Paradis Inanimé »:

http://www.ozap.com/actu/clip-paradis-mylene-farmer-live-stade-france/332930

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

l’âme stram gram de Mylène

Posté par francesca7 le 9 mai 2013


si la mort et toute son imagerie sont certainement au centre de l’univers Farmer, il ne faudrait pas oublier un autre élément important dans son œuvre : la sexualité.

Venez me rejoindre sur le FORUM http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 

l’âme stram gram de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS lame-stram

Abordé avec Pourvu qu’elles soient douces  , ce thème va littéralement exploser avec l’Ame stram gram  . Mylène aime les formules, les mots percutants, les titres accrocheurs ; celui-ci en est un (avec QI). A la façon de Gainsbourg, elle parsème son texte de jeux de mots ou expressions tournant tous autour du sexe : « J’ouis tout ce que tu confesses / Et l’essaim scande l’ivresse », J’ouis tout ce que tu susurres / Et l’essaim bat la mesure »…..

Une sexualité certes, mais une sexualité liée à l’enfance, d’où le titre et les références à la psychanalyse. Pour ce qui est de l’enfance, l’œuvre de Mylène regorge de textes y faisant allusion (Maman a tort, Plus grandis, Chloé..) Ici elle emprunte son titre à une célèbre formule que toutes les générations d’écoliers connaissent bien : « Am-stram-gram pic et pic et colégram bour et bour et ratatam / Am-stram gram ». mylène s’amuse donc avec l’enfance en détournant la formulette pour en faire un texte sulfureux ;…

D’où l’appel à la psychanalyse et au bon docteur Freud pour régler un Oedipe mal liquidé ; « Des absents, un bourdon, une oreille amie / Confidence sur divan, on se psychanalyse » ou plus loin «J’ouis tes oedipes complexes / Et l’essaim se manifeste … » Un texte, avouons-le, assez obscur qui rend difficile une analyse exhaustive, même si Mylène, le 6 avril 1999 sur NRJ précise :

« J’ai tenté d’évoquer l’idée de la confidence, du secret, de la confession –l’idée de l’autre, tout simplement. Son double peut-être. En tout cas, une oreille amie ».

Quoi qu’il en soit, l’Ame stram gram sera un beau succès : sorti le 9 mars 1999, le single se vendra à plus de 100 000 exemplaires, annonçant en fanfare la sortie du nouvel album de Mylène, Innamoramento, qui sortira le 7 avril suivant…

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 112/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

L’amour Naissant de Mylène

Posté par francesca7 le 9 mai 2013


 Venez me rejoindre sur le FORUM :  http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

L’amour Naissant de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS lamour

L’Amour naissant ouvre logiquement le cinquième album studio de Mylène, « Logiquement » ? Oui, puisque innamoramento signifie « amour naissant »… Ce titre se révèle être un hommage à l’un des réalisateurs préférés de Mylène, David Lean, et à son film La Fille de Ryan. Arrêtons-nous ici sur ce long métrage de 1970 avec, entre autres, Robert Mitchum, Trevor Howard,Christopher Jones et Sarah Miles. En 1916, Rosy Ryan dont le père Tom tient une auberge dans un petit port irlandais, accepte la demande ne mariage de Charles Shaughnessy, un homme timide et discret qui fut autrefois son instituteur.

Elle qui rêvait d’une vie exaltante est très vitre déçue par la monotonie de sa nouvelle existence ; lorsqu’elle vient se confier au père Collins pour se plaindre que Charles la délaisse, le pasteur la réprimande et tente de lui faire mesurer sa chance d’avoir trouvé un aussi bon marie ; mais bientôt le major Randolph Doryan, un jeune et séduisant officier anglais, arrive au village… ils deviennent vite amants. Mais la révolte gronde dans le village contre l’oppression anglaise ; les amoureux se réfugient auprès de militaires anglais.

Une trahison du père de Rosy acculera l’officier au suicide, tandis que la jeune femme sera punie publiquement pour avoir couché avec l’ennemi et quittera le village avec son marie ; dans son texte, Mylène reprend les thèmes du film de Lean pour exprimer l’amour naissant cher à Alberoni. L’ennui bien sûr, le froid, l’Irlande, la punition de Rosy (l’anathème est lourd), mais aussi la passion : « Quel vertige s’empare de nos souffles / A présent ». Mylène n’oublie pas non plus d’évoquer la mort à travers son hommage à la folie amoureuse, qui est parfois mortelle : « Tu es l’amour naissant / Gravé sur la pierre / Stèle des amants », ou encore « Quelle maison n’a jamais pleuré un enfant ? ».

 

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 112/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène farmer hors norme

Posté par francesca7 le 6 mai 2013

 

Cette artiste hors norme a réalisé pour ses clips quelques petits bijoux cinématographiques ; l’érotisme sophistiqué qui émane d’elle dans les mises en scène du symbolisme riche, confine parfois à la mystique sexuelle ; la beauté étrange mais très réelle de cette femme, à l’opposé de la beauté artificielle, manufacturée par les médias cathodiques ou le papier glacé, fascine.

Parfois femme-enfant, femme fatale, guerrière, libertine ou sainte, libertine et sainte, Mylène Farmer incarne parfaitement dans un monde en décomposition la permanence du mystère de l’éternel féminin. Ses œuvres, chansons ou courts métrages (mais c’est plus évident dans la production cinématographique) sont toujours des histoires porteuses d’interrogations, de messages de mystères, face à la libertine comme dans Libertine d’ailleurs, face à la mort comme dans Tristana, qui reprend sur fonds de Révolution russe le conte symbolique et alchimique de Blanche Neige. A la fois très proches et inaccessibles, les femmes incarnées par Mylène Farmer sont toujours vulnérables et fortes, pures jusque dans la déchéance, délivrant les milles facettes du kaléidoscope des mystères que demeure la Femme.

Mylène farmer hors norme dans Mylène dans la PRESSE mylene-228x300

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

MYLENE FARMER ET SON IMAGE

Posté par francesca7 le 6 mai 2013

 MYLENE FARMER ET SON IMAGE dans Mylène et des CRITIQUES mylene-farmer-cd-300x300

Mylène comme un oiseau posé, mais sur une cage de fauve. Et la cage est vide, posée sur la mer, porte ouverte. Le rythme des barreaux divisés par l’horizon suggère une croix démultipliée. Le jeu des lignes parallèles (ou croisées) exprime tout le sens de la photographie ; la dualité maîtrisée (ou célébrée ?) dans la jonction du ciel et de la mer dont contrastent les bleus, associés aux valeurs terrestres de la cage du fauve absent. On peut songer ici au symbolisme que revêt la cage d’un tigre dans un très court fragment de Kafka, où la tension de la volonté du dompteur et de l’indifférence du tigre trouve son chiffre dans la « cage … qui avait les dimensions d’un hall » Mais l’animal et le dompteur ne font plus qu’un dans la pose de Mylène au visage penché sur la cage aussi vaste qu’un hall.

Le corps de Mylène, les traverses horizontales et les barreaux d’angles de cette cage dessinent une croix, qui ne sauva pas le diabolisme de non-sens de cette représentation. L’alliance des valeurs marines et terrestres évoque plutôt le mythe de la Bête de la mer secondée par la Bête de la terre. En effet, la même cage figure au revers du paquetage du CD avec une autre pose de Mylène, mais encore sur une troisième vue du même décor (avec changement de pose) cette fois sur le dépliant intérieur du paquetage en carton. Sur cette image les contours de la cage vue de face, ceux de Mylène oiseau (ses voiles au vent semblent des ailes) se soulèvent grâce au découpage qui laisse une frange de ciel autour de Mylène ; on songe alors à l’image de la Bête de la mer, que la Bête de la terre a pouvoir d’animer. Le découpage soigneux symbolise à lui seul, dans l’application mimétique qui suit les contours du sujet photographié, le mimétisme qui caractérise l’agir de la Bête, parodie infernale de celui du Seigneur (ou du Verbe).  

L’identification de Mylène à la Bête était plus apparente lors du concert donné à l’occasion de la sortie de l’album Anamopphosée, où Mylène, coiffée aux quatre vents, se faisait Mygale, dans un décor futuriste dominé par une gigantesque araignée (le thème de l’araignée inspire d’ailleurs un titre de cet album : Alice dont les premiers mots ; « Mon Alice, Alice/Araignée » laissent bien sûr entendre le nom du Malin. Qualifiée de « petit âme », l’araignée de Mylène est pourtant figure du Soi qui prend dans cette chanson les allures du « black out » : « comme tu me manques / Araignée). Mais dans Innamoramento l’identification de Mylène à la Bête se double du costume de Satan dans la tradition populaire des siècles passés. Pourtant, dans cette chanson Mylène « Particule d’hélium », souhaite « Partir toute en fumée », comme Rimbaud dans sa Saison en enfer se veut moucheron « que dissous un rayon » (alchimie du verbe).

innamoramento-album-300x300 dans Mylène et SYMBOLISME

Dans le fond de cette photographie, le vague treillage en carrés qui voisine avec un panneau à rayures verticales ne fait que souligner ces intentions diaboliques, certes reniées dans l’imprécision de ce fond. La photo est d’ailleurs étiquetée sur l’un de ses côtés par un petit rectangle où l’on devine deus lignes verticales d’écriture chinoise, toutes deux sectionnées. L’imagerie de l’album renoue en effet avec les principes de l’esthétique de l’Extrême Orient, source d’inspiration majeur du vidéo-clip de l’Ame stram gram même si c’est dans Méfie toi qu’est évoqué le Bouddha.

Voilà qui valide le battement du Oui et du Non, dont le diabolisme n’en est pas moins confirmé par les gargouilles diaboliques et par les symboles cabalistiques qui encadrent le texte de Consentement.

Les symboles cruciformes certes ne manque pas ; certaines poses de Mylène sont très expressives, même si elles n’atteignent pas la clarté de la photo réalisée pour le single de Je te rends ton amour où Mylène, poignets scotchés sur les bras d’une invisible croix, rejette la tête en arrière. Et ce fantasme de décapitation, qui ne vise rien moins que le Christ, porte une signature, d ans les deux V de tissu transparent qui ponctuent la robe blanche au niveau de la poitrine et des cuisses.

Ces intentions symboliques ont pris tout leur relief dans le show du Mylenium Tour, qui commence curieusement par le dernier morceau de l’album Innamoramento. Le rideau est encore tiré sur la scène, lorsqu’on entend Mylène psalmodier le seul mot innamoramento, répété sur les mêmes notes. Mais dans le rideau s’envole, c’est le buste d’une Vierge noire gigantesque (20 mètres de haut) que découvrent les spectateurs médusés. Et la statue aux bras ouverts à l’orientale est coiffée de tresses serpentiformes qui suggèrent la confusion de la Vierge et du Dragon de l’Apocalypse. Très doucement le monstre s’ouvre verticalement, en deux moitiés qui visualisent la division dont je parlais. Et c’est dans l’espace ouvert, au niveau du front de cette Minerve de science-fiction que Mylène apparaît, voilée de gaze blanche et bras écartés. On la voit monter dans les airs toujours chantant. Alors le bras droit de al statue se soulève et bientôt Mylène lovée dans la paume de la Vierge, descend vers la scène.

Il est 19 H 15. Quelles vêpres.

Extrait du livre : L’APOCALYPSE SUR SCÈNE Michel Aroumi p.21

Publié dans Mylène et des CRITIQUES, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Le MILENIUM TOUR DE MYLENE

Posté par francesca7 le 6 mai 2013


Le MILENIUM TOUR DE MYLENE dans Mylène et des CRITIQUES

Exprime clairement tous les enjeux : l’apocalypse intime de Mylène n’est pas qu’une apocalypse sentimentale. Les repères littéraires et philosophiques de Mylène, qui a lu Cioran, confirment les visées de son travail qui intéressent les comportements humains de cette période dite charnière de notre histoire. Ces comportements, ces tourments trouvent leur meilleur symbole dans les photographies de l’album « Immamoramento », qui peuvent encore se voir comme une transposition iconographique du mythe de LA BETE, aux prises avec son « image ».

Ce travail de Mylène (musical, scénique et poétique) a des antécédents connus, qu’il serait abusif de désigner comme ses modèles ; je songe au x performances des Rolling Stones, enfermés dans la « Babylone » musicale que déploient leurs concerts. Mais ces impressions concernant les stones ne vaudraient rien sans la valeur allusive de leurs chansons les plus connues….

La venue de l’an 2000 pour a soufflé dans l’imagination de Mylène Farmer un poème étonnant auquel ont collaboré les artistes, graphistes ou musiciens qui l’entourent ; en s’identifiant au nouveau millénaire (Mylenium album), Mylène a choisi d’incarner les angoisses millénaristes, les rêves effrayants qui les traduisent, mais encore leurs causes profondes ; il s’agit d’une démonstration décisive, qui ne marque pas seulement un tournant dans la carrière d’une artiste dont les attirances sataniques pouvaient paraîtres suspectes – jusqu’à ‘enregistrement de cet album Innamoramento. En effet, les paroles des chansons dont elle est le seul auteur retracent une quête spirituelle qui surmonte le drame obscure où s’abreuvent les progrès humains, autrement dit la violence dualiste, principe occulte des élans civilisations et avant tout des comportements quotidiens abordés par Mylène sur le plan des sentiments amoureux. Il faut regarder, pour mieux comprendre le sens de ces paroles, l’imagerie du paquetage du CD et le livret où figure le texte des chansons : autant d’énigmes rassemblées dans un véritable poème-objet.

Extrait du livre : L’APOCALYPSE SUR SCÈNE Michel Aroumi p.15

Publié dans Mylène et des CRITIQUES, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Alizée, c’est difficile !

Posté par francesca7 le 4 mai 2013

 

Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Alizée : « En France, c’est difficile de grandir »

Deux ans après [musique:25454 "Psychédélices"], son troisième album qui n’a pas rencontré le succès escompté, Alizée est de retour. L’ancienne protégée de Mylène Farmer, révélée par le carton international « Moi… Lolita », a désormais dix ans de carrière, et dévoile un nouvel opus aux influences rétro et électro. Baptisé [musique:363298 "Une enfant du siècle"], l’album est sorti ce lundi, précédé du single [musique:360910 "Les Collines (Never Leave You)"].

A l’occasion de la sortie de l’album, Alizée a répondu aux questions d’Ozap. Elle en dit plus sur cet album que certains considèrent comme branché ou bobo, et sur ce qui l’a poussée à collaborer avec le groupe Institubes. Inspirée par ce qui se passe à l’étranger, Alizée avoue qu’elle n’est plus très touchée par ce que proposent les artistes français aujourd’hui. Elle fait également part de son expérience et de sa perception de l’évolution de l’industrie musicale ces dix dernières années, et révèle aussi qu’elle ne participerait pas à l’Eurovision si on le lui proposait. Entretien….

« Je suis bien dans mes baskets »

Alizée, c'est difficile ! dans Mylène et ALIZEE alizee

Ozap : Ton nouvel album s’appelle « Une enfant du siècle ». Pourquoi ce titre ?
Alizée : Ah Ah. Déjà je pense que je suis une enfant du siècle, je me sens bien dans ma vie, bien dans ce siècle. Je suis bien dans mes baskets. Et en même temps, cet enfant du siècle, ce n’est pas seulement moi, ça peut être aussi – comme cet album est différent, concept – ça peut être Edie Sedgwick. C’est un personnage qui revient souvent dans mes chansons, ça peut être tous les jeunes mannequins de l’époque, ça peut être ma fille qui est née en 2005, et aussi toutes les personnes qui écouteront cet album, et aussi mes fans puisqu’on est un peu de la même génération.

C’est un album un peu rétro pourtant…n’est-ce pas un peu contradictoire?
Je suis un peu dans ce siècle-là. On me demande souvent « Quel siècle? ». Finalement ce n’est peut être pas seulement un siècle.

Tu es nostalgique de ce qui s’est passé avant ?
Je suis née en 84, tous les sons, toute la musique des années 80, c’est vraiment les premières notes de musique que j’ai pu entendre donc oui, je suis vraiment nostalgique de cette époque-là. Après il y a le bon son et le mauvais son des années 80, comme pour toutes les époques et toutes les musiques. Mais je trouve qu’il y a de bons trucs. Je pense que la musique c’est un peu comme la mode, c’est une boucle, on revient toujours à un moment ou un autre aux années 70, aux années 80, et là pour le coup, c’est les années 80.

« En France, c’est difficile de grandir »

L’année dernière, Patricia Kaas avait été choisie pour représenter la France à l’Eurovison, grâce à son rayonnement international. Si on te l’avait proposé, ça t’aurait tenté ?
Non, c’est pas trop mon truc. C’est une énorme responsabilité de représenter un pays. Déjà, quand je vais au Mexique, les gens me disent que je représente la France alors que ce que je fais ce n’est pas forcément la France, c’est juste la langue qui fait ça. Donc non, ce n’est pas un truc qui me brancherait.

Lire l’interview en entier ici : http://www.ozap.com/actu/interview-alizee-album-enfant-siecle-eurovision/332810

Publié dans Mylène et ALIZEE | Pas de Commentaire »

Disques de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 4 mai 2013

 

Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Disques : Mylène Farmer et Amy Winehouse s’inclinent face à Adele, Shakira leader digital

Shakira

Disques de Mylène Farmer dans Mylène dans la PRESSE deprime

Un album de Mylène Farmer qui ne se classe pas en tête des ventes à sa sortie en France ? C’est presque inimaginable. Pourtant, cette semaine, le deuxième best of de la chanteuse française n’entre ni premier ni deuxième des ventes, devancé par deux chanteuses de soul britanniques. La première, Adele, atteint un nouveau record de ventes avec « 21″ tandis que la seconde, Amy Winehouse, fait des vagues avec son premier album posthume. Mais Adele n’est pas imbattable. Du moins, pas dans le classement album, où une chanteuse colombienne vient lui voler la vedette.

Adele plus forte qu’Amy et Mylène

 A quelques jours de Noël, les Français se précipitent apparemment chez leur disquaire dans les supermarchés pour offrir ou s’offrir « 21″, le deuxième opus d’Adele, qui passe une douzième semaine non-consécutive en tête des charts. Les ventes de l’album ont à nouveau augmenté de 24% pour atteindre un nouveau record à 61.189 ventes, pour un total supérieur à 730.000 ventes depuis sa sortie en janvier dernier. Du coup, les deux plus grosses entrées de la semaine doivent se contenter d’une deuxième et d’une troisième place. Et c’est Amy Winehouse qui ouvre la danse avec « Lioness : Hidden Treasures », son album posthume qui a séduit 45.749 acheteurs, un excellent démarrage. Outre-Manche, l’album a séduit près de 200.000 acheteurs en première semaine.

 Mylène Farmer ne peut donc pas faire mieux qu’une troisième place avec son « 2001 2011 Best Of », suite de « Les Mots » qui regroupaient tous ses tubes jusque 2001. L’album ne s’est pas arraché puisqu’il affiche 40.455 ventes au compteur, un bon score mais assez faible étant donné l’incroyable popularité de la chanteuse dans les charts français. Derrière, Benabar débarque directement quatrième avec « Les Bénéfices du Doute », qui s’est écoulé à 34.594 ventes en première semaine. Son dernier album, « Infréquentable », était entré numéro un des ventes avec 59.113 ventes physiques à sa sortie en octobre 2008.

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène commentaires

Posté par francesca7 le 4 mai 2013

 Mylène commentaires dans Mylène dans la PRESSE 1-2-300x160

Mylène Farmer a filé. Et elle doit sacrément s’ennuyer en Californie. Peut-être chante-t-elle le soir, toute seule dans le noir, « Je t’aime mélancolie » ? Elle nous avait pourtant bien fait comprendre, avec son single « California », que l’endroit l’angoissait : « Sous ma peau, j’ai L.A en overdose », susurrait-elle, en porte-jarretelles, entre deux dédoublements de personnalité. Eh bein alors Mylène ! Optimistique-toi, pleure pas ! Au premier coup de mou, remballe tout et viens vivre à Chatou !

Sans contrefaçon, je suis un glaçon 

Mylène a toujours été une princesse de glace. Il faut dire que les plaines enneigées de son enfance au Québec l’ont rendue un peu givrée. Il n’y a qu’à voir Giorgino , le film réalisé par son jumeau diabolique Laurent Boutonnat ! Vous ne faites pas partie des 60 000 spectateurs qui se sont précipités dans les salles obscures en 1994 ? C’est bien dommage… Car ce clip de 3 heures est un régal, pour qui aime les cannibales, les enfants morts et les pendus. Mylène, plus rousse que jamais, est folle à lier dans cette mélopée baignée d’inquiétante étrangeté. Jouer un fantôme autiste ? Pas vraiment un rôle de composition pour la chanteuse spectrale de Comme j’ai mal… Un film culte, donc, à partager avec ses amis névrosés, dans un vieux grenier, entre deux PLV d’Anamorphosée.

 Aussi vivace qu’un chrysanthème

 Les fans de Farmer ont bon dos : on leur reproche d’aduler une icône un peu coconne alors que tout le monde, au fond, aime Mylène. N’ayez pas honte de le dire : les 30 millions de disques ne se sont pas vendus tout seuls, si ? Grâce à vous, la pleurnicharde gothique, aussi vivace qu’un chrysanthème, est devenue l’artiste féminine ayant vendu le plus d’albums en France. Et non, ce n’est pas Jenifer… Bien sûr, la poupée suturée a commis quelques impairs. Mais qui n’a pas fait une seule erreur en trente ans – de vie ou de carrière ? Peu importe qu’elle ait enregistré une chanson aussi niaise qu’Appelle mon numéro – désolé Mylène, j’ai plus de forfait – ou qu’elle entonne ses faux tubes de RedOne affalée dans un fauteuil Maisons du Monde. Sans elle, pas de coup de bouteille dans la gueule pendant une partie de cartes, pas de cafard dans la soupe, pas de dame blanche attachée à une locomotive, pas de prostituée schizophrène sur Sunset Boulevard, pas de Bouddha volant à Bercy, pas d’Alizée , pas de chute sur les marches de l’Elysée. Et a-t-on déjà trouvé un titre plus cul-culte que « Pourvu qu’elles soient douces » ? Quant au fameux « je, je suis libertine, je suis une catin », il fait encore hurler plus d’une demoiselle d’honneur éméchée à des mariages complètement ratés !

http://www.ozap.com/actu/lonely-mylene/435223

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

INNAMORAMENTO de Mylène 1999

Posté par francesca7 le 2 mai 2013

 

INNAMORAMENTO de Mylène 1999 dans Mylène AU FIL DES MOTS innamoramentoC’est le 7 avril 1999 que sort dans les bacs le cinquième album studio de Mylène, Innamoramento. Cette sortie suit de près la sortie d’un premier single le 9 mars 1999, l’Ame tram gram. On peut dire que cet album est particulièrement attendu par les admirateurs de la chanteuse après un an et demi de silence médiatique, le temps pour elle de peaufiner les treize titres qui composent cet album…

Le titre de l’album a le mérite d’être clair : Innamoramento. Ce mot italien fait directement référence à l’œuvre de Francesco Alberoni, Innamoramento e amore (Le Choc amoureux en français). Une citation de la quatrième de couverture du libre (faussement attribué à Alberoni…) ouvre même le livret : « l’amour naissant, l’Innamoramento » italien.

L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l’amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires ». Le ton et l’influence de l’artiste sont donc précisés d’emblée. L’amour sera en effet au coeur de cet album, avec des titres aux couleurs différentes ; l’amour naissant, l’Ame tram gram, Pas le temps de vivre, Dessine moi un mouton, Je te rends ton amour, Méfie toi, Innamoramento, Optimistique moi, Serais-tu là ? Consentement, Et si vieillir m’était conté, Souviens-toi du jour .. et Mylenium.

Avec cet album, Mylène explore donc toutes les facettes de l’amour, du début (L’Amour naissant) à la fin (Je te rends ton amour). Un album concept qui apparaît très harmonieux ; enregistré à Los Angeles (ocean Way Recording et Recod One) et mixé en partie à Paris (Guillaume Tell), l’album bénéficie toujours de la présence de Bertrand Châtenet au mixage, de Jeff Dahlgren aux guitares et de l’omniprésence de Laurent Boutonnat. Omniprésence à tempérer tout de même, puisque et c’est une grande première, Mylène signe tous les textes certes, mais également cinq musiques sur les treize (Pas le temps de vivre, Méfie toi, Optimistique moi, Serais-tu là ? et Et si vieillir m’était conté). Presque la moitié de l’album, alors que pour le précédent, Anamophosée, elle n’avait composé qu’une seule musique, Tomber 7 fois… Les chœurs, quant à eux, sont assurés par Carole Rowley, Sophia Nelson, Caroline Pascaud Blandin et Johanna Ferdinand. Grande première également, Boutonnat fait appel à des chœurs africains pour l’Amour naissant et Mylenium. Quoi qu’il en soit, Innamoramento est un succès immédiat grâce au single  L’ame stam gram, qui draine les acheteurs. L’album se vendra à 1 300 000 exemplaires, un chiffre faramineux ! Ce qui explique peut-être que cinq singles aient été extraits de l’album (L’Ame tram gram, Je te rends ton amour, Souviens-toi du jour… Optimistique-moi et Innamoramento).

Côté visuel, Mylène paraît encore plus lumineuse que dans Anamophosée. Une photo de Mario Parisotto Vay nous montre une Mylène tout de blanc vêtue juchée sur une cage en fer au milieu de la mer. La porte de la cage est ouverte ; la chanteuse vient-elle de s’échapper ? Sur la photo, elle regarde la porte ouverte ; va-t-elle y entrer à nouveau ? Ces questions restent ouvertes bien sûr, mais les photos de Parisotto Vay ne manquent pas de susciter interrogations et admiration. Ici, on est très loin de la Mylène sombre et dépressive d’autrefois, même si encore une fois aucun sourire ne vient illuminer son visage….

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 111/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène laisse le vent emporter tout

Posté par francesca7 le 2 mai 2013

 

Mylène laisse le vent emporter tout dans Mylène AU FIL DES MOTS emporter-toutLaisse le vent emporter tout est certainement l’un des plus beaux textes de Mylène. Une chanson acoustique qui clôt magnifiquement l’album Anamophosée. Il s’agit d’un titre mélancolique sur la mort subie et qui doit finalement être acceptée ; « Et tous ces mots qu’on a dits / Mots qu’on a fuis / Où sont-ils allés / Rester comme ça attaché / Ne peut rien change / Alors va ». Et pour cause, lors de son concert du 6 juin 1996 à Bruxelles, voici ce que Mylène indique avant d’entamer la chanson :

 « Je voudrais dédier cette chanson à tous ceux qui nous manquent ; lorsque j’ai écrit cette chanson, j’ai pensé  mon papa qui a disparu et qui me manque beaucoup. Et j’avais ces deux choix ; le choix de laisser partir cette personne en pensant qu’elle est heureuse ou le choix de la retenir avec soi et vivre malheureusement ;  j’ai préféré choisir que cette personne s’envole ».

Dans le refrain, la chanteuse donne tout de même de l’espoir, puisque le vent semble être ici son allié pour oublier et refaire sa vie ; « Je laisse le vent emporter tout / Laisse le vent prendre soin de tout / Je laisse le vent emporter tout . Laisse le vent prendre soin de nous ». A la lecture de ce refrain, comment ne pas penser à Chanson d ‘automne (1866), cinquième poème de la section « Paysages tristes » des Poèmes saturniens de Verlaine, et à sa dernière strophe ; « Et je m’en vais / Au vent mauvais / Qui m’emporte / Deçà, delà / Pareil à la / Feuille morte ».

On a même m’impression que Mylène répond directement à Verlaine, mais en e montrant plus optimiste que lui. Pour la chanteuse, le vent n’est pas mauvais mais, à l’inverse, plein d’espoir puisque balayant les douleurs du passé, même si la tentation de retrouver l’autre est toujours là : « Là j’irai bien te chercher / J’ai tellement changé ». Comme beaucoup de chansons de cet album, Pierre Reverdy semble influencer Mylène ; l’Amour dans la boutique (La Guitare endormie, 1919 : «  Tout ce qui s’est passé glisse dans la pénombre »). La Lucarne ovale (1916) avec les poèmes Il reste toujours quelque chose (Le vent lugubre et fort emporte tout) ou Ruine achevée (C’est un homme sans pieds qui voudrait courir). A noter que le choix de l’acoustique pour la musique laisse toute sa place à la voix de Mylène, à la différence de la majorité des autres titres de l’album. Un peu de sensibilité ici, où l’on entend les souffles et la respiration de Mylène, ce qui laisse penser que ce titre fut peut-être enregistré en une seule fois….

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène est tombée 7 fois

Posté par francesca7 le 2 mai 2013

 

Mylène est tombée 7 fois dans Mylène AU FIL DES MOTS e-foisTomber 7 fois… est en France la première chanson écrite et composée par Mylène. Pour ce titre, elle se fait rockeuse. Accompagnée de la chorale du Lycée français de Los Angeles dans les refrains, l’artiste délivre ici un message d’espoir : « Mais toujours vouloir pour soi / La lune, la lune / Même pour un nirvana / De fortune, la lune / Et si tu tombes 7 fois / Et si tu tombes 7 fois / Toujours se relever 8.

Aimant la formule, Mylène s’inspire ici d’un proverbe japonais, « Tomber sept fois et se relever huit fois », qui implique le non-renoncement, la volonté totale face à l’adversité ; « Faire les 400 coups / Se prendre des coups / Plutôt que la tiède », « Pas faire les choses à moitié / Mieux même si le prix à payer / Vaut être atypiques même si / L’un vous tire vers le bas / Vertébrés excentriques / Qu’un fossile usé ».

Mylène elle-même le confirme dans une interview du 31 octobre 1995 pour le magazine belge 7 Extra : « Je ne me donne pas le droit de tomber, en tout cas plus bas que terre. De plus, j’ai toujours cette volonté de relever la tête. « Tomber sept fois, se relever huit », c’es tune belle image. Cette notion de résurrection, cette envie de repartir. »

Un texte plein d’espoir donc et qui appelle même à la révolution avec ce vers ; « Et c’est un peuple qui se soulève ». Un écho à la chanson Désenchantée, mais sans le désespoir de cette dernière. Bien au contraire, ici la grande lucidité de Mylène sur notre inévitable fin semble laisser la place à la combativité propre à la vie !

A noter l’influence de Pierre Reverdy et de son poème P.O Midi (Quelques poèmes, 1916 : « Tout ceux qui ont peur sont debout / Les autres dorment ») dans ces vers de la chanson de Mylène : « Ceux / Qui ont peur sont debout / Les autres dorment mou / Se battre pour ses rêves… »

Si nous disons plus haut que Tomber 7 fois est la première composition de Mylène éditée en France, c’est que la chanteuse a déjà composé des titres. Pas pour elle certes, mais pour un album de rap-hip-hop qu’elle coproduit avec Henry Biggs (un étudiant américain qui donnait des cours d’anglais à Mylène à Los Angeles) et coréalise avec Thierry Rogen en 1994 (donc avant Anamorphosée). Il s’agit d’un EP de six titres écrits par Henry Biggs et cocomposés par Mylène ; Rhythmry, Third World, Hell et Hunger, Ain’t No Rhyme, Madeleine et To Builld a Harmony. Dans le magazine Mylène Farmer et vous, en 2006, Henry Biggs évoque ce projet :

« L’idée était celle d’une fusion entre la musique et les paroles qui seraient alternatives ; des messages profonds mêlés à une approche différente de la musique, ou alors des chansons composées comme des puzzles. En fait, c’est intéressant pour vos lecteurs d voir s’ils sont capables de « résoudre » l’énigme de chacune des chansons… Plusieurs paroles sont inspirées directement par des auteurs français comme Proust, Perec ou le mouvement Oulipo, par exemple. »

Une idée qui avait de quoi séduire Mylène en effet… Ce n’est qu’en 2006 que ce mini-album fut découvert en France via le label CD Baby, soit douze ans après sa création…. A noter également que Mylène assure les chœurs sur deux titres (même si elle n’est pas mentionnée comme choriste dans les crédits) : Ain’t No Rhyme et To Build a Harmony.

Dernière particularité : Mylène reprendra la musique de Madeleine pour en faire Et si vieillir m’était conté… en 1999 sur l’album Innamoramento.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 97/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...