• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 9 mai 2013

l’âme stram gram de Mylène

Posté par francesca7 le 9 mai 2013


si la mort et toute son imagerie sont certainement au centre de l’univers Farmer, il ne faudrait pas oublier un autre élément important dans son œuvre : la sexualité.

Venez me rejoindre sur le FORUM http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 

l’âme stram gram de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS lame-stram

Abordé avec Pourvu qu’elles soient douces  , ce thème va littéralement exploser avec l’Ame stram gram  . Mylène aime les formules, les mots percutants, les titres accrocheurs ; celui-ci en est un (avec QI). A la façon de Gainsbourg, elle parsème son texte de jeux de mots ou expressions tournant tous autour du sexe : « J’ouis tout ce que tu confesses / Et l’essaim scande l’ivresse », J’ouis tout ce que tu susurres / Et l’essaim bat la mesure »…..

Une sexualité certes, mais une sexualité liée à l’enfance, d’où le titre et les références à la psychanalyse. Pour ce qui est de l’enfance, l’œuvre de Mylène regorge de textes y faisant allusion (Maman a tort, Plus grandis, Chloé..) Ici elle emprunte son titre à une célèbre formule que toutes les générations d’écoliers connaissent bien : « Am-stram-gram pic et pic et colégram bour et bour et ratatam / Am-stram gram ». mylène s’amuse donc avec l’enfance en détournant la formulette pour en faire un texte sulfureux ;…

D’où l’appel à la psychanalyse et au bon docteur Freud pour régler un Oedipe mal liquidé ; « Des absents, un bourdon, une oreille amie / Confidence sur divan, on se psychanalyse » ou plus loin «J’ouis tes oedipes complexes / Et l’essaim se manifeste … » Un texte, avouons-le, assez obscur qui rend difficile une analyse exhaustive, même si Mylène, le 6 avril 1999 sur NRJ précise :

« J’ai tenté d’évoquer l’idée de la confidence, du secret, de la confession –l’idée de l’autre, tout simplement. Son double peut-être. En tout cas, une oreille amie ».

Quoi qu’il en soit, l’Ame stram gram sera un beau succès : sorti le 9 mars 1999, le single se vendra à plus de 100 000 exemplaires, annonçant en fanfare la sortie du nouvel album de Mylène, Innamoramento, qui sortira le 7 avril suivant…

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 112/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

L’amour Naissant de Mylène

Posté par francesca7 le 9 mai 2013


 Venez me rejoindre sur le FORUM :  http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

L’amour Naissant de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS lamour

L’Amour naissant ouvre logiquement le cinquième album studio de Mylène, « Logiquement » ? Oui, puisque innamoramento signifie « amour naissant »… Ce titre se révèle être un hommage à l’un des réalisateurs préférés de Mylène, David Lean, et à son film La Fille de Ryan. Arrêtons-nous ici sur ce long métrage de 1970 avec, entre autres, Robert Mitchum, Trevor Howard,Christopher Jones et Sarah Miles. En 1916, Rosy Ryan dont le père Tom tient une auberge dans un petit port irlandais, accepte la demande ne mariage de Charles Shaughnessy, un homme timide et discret qui fut autrefois son instituteur.

Elle qui rêvait d’une vie exaltante est très vitre déçue par la monotonie de sa nouvelle existence ; lorsqu’elle vient se confier au père Collins pour se plaindre que Charles la délaisse, le pasteur la réprimande et tente de lui faire mesurer sa chance d’avoir trouvé un aussi bon marie ; mais bientôt le major Randolph Doryan, un jeune et séduisant officier anglais, arrive au village… ils deviennent vite amants. Mais la révolte gronde dans le village contre l’oppression anglaise ; les amoureux se réfugient auprès de militaires anglais.

Une trahison du père de Rosy acculera l’officier au suicide, tandis que la jeune femme sera punie publiquement pour avoir couché avec l’ennemi et quittera le village avec son marie ; dans son texte, Mylène reprend les thèmes du film de Lean pour exprimer l’amour naissant cher à Alberoni. L’ennui bien sûr, le froid, l’Irlande, la punition de Rosy (l’anathème est lourd), mais aussi la passion : « Quel vertige s’empare de nos souffles / A présent ». Mylène n’oublie pas non plus d’évoquer la mort à travers son hommage à la folie amoureuse, qui est parfois mortelle : « Tu es l’amour naissant / Gravé sur la pierre / Stèle des amants », ou encore « Quelle maison n’a jamais pleuré un enfant ? ».

 

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 112/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...