Alice, Mylène Farmer et son sens

Posté par francesca7 le 12 avril 2013

 Alice, Mylène Farmer et son sens dans Mylène AU FIL DES MOTS alice

Il est des chansons de Mylène Farmer dont le sens échappe à beaucoup. Alice fait sûrement partie du lot. L’histoire de cette araignée personnifiée par Mylène semble bien obscure en effet.

Voici ce que la chanteuse en dit à la journaliste Geneviève Borne, lors de l’émission « XXElle » sur Musique Plus (chaîne québécoise) : « Quand j’ai évoqué l’araignée, que j’ai eu envie d’écrire sur cette petite Alice, je pensais à la face, au visage noir de l’artiste, ce que peut ressentir l’artiste, l’autodestruction de l’artiste, donc cette envie de dire à cette araignée de s’effacer, de partir ». Une autodestruction, la face noire du plaisir d’écrire dans Eaunanisme…

Dans une autre interview du 15 novembre 1995 pour la rio belge Radio Contact, voici ce que précise encore l’artiste ; « J’ai une phobie des araignées ! (rires) Mais j’ai toujours eu en mémoire une toute petite histoire d’une petite araignée dans une cellule et qui était le seul compagnon du prisonnier – ce qui n’a rien à voir avec le thème d’Alice, mais je peux apprivoiser aussi une petite araignée ! (…) Vous savez, parfois on a des choses qui vous viennent vous ne savez pas pourquoi, et c’est vrai que quand j’ai entendu cette musique qui a cette boucle, cette répétition, j’y voyais bien la marche d’un  petit animal, comme ça. Et puis après, vous ne savez pas, vous parlez de… Alice est devenue l’artiste de la représentation du mal-être de l’artiste.

Autre mystère ; qu’a bien pu vouloir dire Mylène en qualifiant son araignée de « maltèque » ?

Le néologisme peut être vu comme la contraction de « Malte » et d’ « Aztèque », mais il est impossible d’en savoir plus … Il ne peut peut-être voir là qu’une façon de faire rimer « hightek » (une sorte de néologisme également, puisqu’il faudrait écrire « high-tech »…) avec ce fameux « maltèque ». Quoi qu’il en soit, Alice apparaît comme l’amie d’une artiste « dépressive ». Une ‘amie » tout est relatif cependant, car pour Mylène cette araignée représente l’autodestruction qui empêche l’artiste de créer … L’araignée est très présente au sein de l’œuvre de la chanteuse, dans les textes (La veuve noire) mais aussi dans les clips (C’est une belle journée), et même sur la pochette du single California, où on retrouve une petite araignée sur le logo, dessinée par Mylène elle-même ; a la fin d’Alice, l’artiste s’adresse directement à son araignée : « Comme tu me manques / Comme tu me manques …. L’araignée ». Une façon de regretter l’autodestruction de tout créateur ?

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 97/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Rêver avec Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 12 avril 2013

 

Rêver avec Mylène Farmer dans Mylène AU FIL DES MOTS rever

Rêver est une très belle chanson. Pour écrire son texte, Mylène s’inspire d’un livre : J’irai cracher sur vos tombes, de Vernon Sullivan (Borris Vian), publié en 1946. Elle utilisera également une phrase du roman, « J’ai mis mon âme dans ma mains, pour en faire « D’avoir mis son âme dans tes mains ». Mylène s’approprie donc le titre du roman dans le refrain, mais pur mieux le dénoncer ; « J’irai cracher sur vos tombes / N’est pas le vrai, n’est pas le beau ». Une fois n’est pas coutume, Mylène espère un monde meilleur en avouant ici qu’elle s’est peut-être trompée en glorifiant le malheur. Mais Mylène reste Mylène, et cet espoir de bonheur n’est en fait qu’un rêve (d’où le titre), conjugué au passé de surcroît : « J’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer / Au souffle du vent / S’élevait l’âme, l’humanité / Son manteau de sang / J’irai cracher sur vos tombeaux / N’est pas le vrai, n’est pas le beau / J’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer ».

Oui, elle a des pensées positives, mais visiblement, ne sont que des songes inaccessibles .. Les couplets, quant à eux, reprennent tous les champs sémantiques chers à la chanteuse : « Un chagrin », « Un froid mortel », « Dresser des sépultures », « Les anges sont las de nous veiller / Nous laissent comme un monde avorté »… Outre la référence à Boris Vian, Alfred de Vigny semble inspirer à Mylène le vers « Les anges sont las de nous veiller / Nous laissent comme un monde avorté ». Le poète écrit en effet dans Le Mont des Oliviers III (Les Destinées, 1864) : « Si le Ciel nous laissa comme un monde avorté, / Le juste opposera le dédain à l’absence ». enfin, Pierre Reverdy, encore lui, sera de la partie avec des références évidents à son recueil de poèmes La Lucarne ovale (1916) avec les poèmes Toujours là (« Le monde comme une pendule s’est arrêté / Les gens sont suspendus pour l’éternité »), Dans le monde étranger (« De la fenêtre refermée / Nous ne marcherons plus ensemble ») ou Esprit pesant (« A droite dansent quelques flammes qui n’iront pas plus haut, et si les bras se lèvent ils touchent le plafond »).

D’autres poèmes de Reverdy viennent inspirer Mylène ici, comme Ronde nocturne (Les Ardoises du toit, 1918 ; « L’heure qui s’échappait ne bat plus que d’une aile ») ou Poème (Sources du vent, 1929 : « Mais là où je m’en vais il fait un froid mortel »). A noter, pour finir, que la chanson se termine par un refrain différent des autres, puisque Mylène écrit in fine ; « J’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer / J’avais rêvé du mot AIMER ».

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène et le féminisme XXL

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

 

XXL, qui sort le 19 septembre 1995, est annonciateur de l’album Anamorphosée, qui sort un mois plus tard, le 17 octobre. C’est une chanson féministe que Mylène présente à ses admirateurs pour son grand retour. Comme nous l’avons dit, la période d’Anamorphosée est une époque lumineuse pour Mylène. Elle chante ainsi l’amour dont toutes les filles ont besoin, un amour « XXL » (référence à la grande taille du prêt à porter américain). Et la chanteuse d’évoquer toutes les femmes ; les bourgeoises (Qu’on sait des filles de / Cocktails, belles) ;  les SDF (Qu’on sait des filles des / Fleurs de poubelles), les romantiques (Qu’on sait des croissants de lune), les pessimiste (Qu’on sait des monts de Saturne), les féministes (Pour l’IVG), les anti-avortement (Ou en bulle), les grandes figures de l’histoire (Qu’on sait des filles de / L’histoire, rare), les prostituées (Qu’on sait les filles des / Fleurs de trottoirs), les transsexuels (Qu’on soit Paul en Pauline), les stars (Faire la une des magazines) ou les femmes atteintes ou non par le virus du sida (Négatives ou positives). Un tour complet donc de la gente féminine, dont Mylène semble se faire ici le porte-drapeau.

Mylène et le féminisme XXL dans Mylène AU FIL DES MOTS xxlmaxi-300x300

Les refrains sont un cri qui rallie toutes les femmes : « On a besoin d ‘amour / On a besoin d’amour XXL / On veut de l’amour XXL ». A noter que le pronom « on » prouve que Mylène, elle aussi, a besoin d ‘amour… A la fin de cette chanson universelle, et à rapprocher de Désenchantée – par son côté rassembleur uniquement – Mylène ne peut pas s’empêcher de préciser que, si les femmes ont bien « Besoin d’une flamme » et « Besoin d’un regard », elles ont aussi besoin « De vague à l’âme » et « De peau et de larmes »… Mylène reste Mylène !

La musique de XXL, comme tout l’album, bénéficiera d’un son très rock, notamment au début, assez dur dans sa rythmique. Un titre réussi et plébiscité par le public, car Mylène vendra plus de 150000 singes de XXL (CD 2 titres et maxi).

Comme il est dit plus haut, c’est une nouvelle Mylène qui nous revient en 1995 avec XXL. Après le clip de Que mon cœur lâche, confié aux soins de Luc Besson, c’est à présent l’Américano Allemand Marcus Nispel qui réalise son clip pour Mylène. C’est la première fois (si l’on excepte Ainsi soit je …) qu’un clip de la chanteuse n’est pas construit sur un réel scénario. En effet, Nispel choisit de placer Mylène à la tête d’un train à vapeur lancé à vive allure dans les campagnes américaines. La chanteuse est donc une figure de roue, porte-drapeau des gens que l’on voit évoluer à l’intérieur du train (hommes, femmes et enfants). Vêtue d’une robe longue et de voiles vert pâle flottant au vent, Mylène est magnifique. Filmé en noir et blanc à Fillmore (Californie) en août 1995, le clip coûtera la bagatelle de 230 000 euros et sera diffusé pour la première fois le 18 septembre 1995, en exclusivité sur M6. Pour l’anecdote, Mylène raconte lors d’interviews de l’époque qu’elle n’était pas très à l’aise (croire qu’elle avait peur), harnachée toute une journée sur l’avant d’un train lancé à grande vitesse… Elle s’est d’ailleurs légèrement foulé la cheville lors du tournage.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 95/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Eaunanisme

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

 Mylène Farmer et Eaunanisme dans Mylène AU FIL DES MOTS eaunanisme

Mylène aime la formule et s’amuse avec les mots. Eaunanisme (contraction d’eau et d’onanisme ») en est la parfaite illustration. Et si le texte peut sembler obscure de prime abord, la chanson est d’une sensualité et d’un érotisme torrides. Une spécialité de Mylène, qui perle ici de masturbation et de parfait communion avec l’élément liquide – élément que l’on retrouve en bruitage dès le début de la chanson. Dans toutes les religions, dans toutes les civilisations, dans tous les mythes, l’eau est source de vie, moyen de purification ou de régénérescence, promesse de développement.

Elle représente l’infini des possibles. Elle est un symbole universel de fécondité et de fertilité, de pureté, de sagesse, de grâce et de vertu. Elle est l’origine et le véhicule de toute vie, souffle vital – la sève n’est-elle pas de l’eau ? Avant de naître, ne baigne-t-on pas dan l’eau amniotique ?

L’eau est livre et sans attaches. Elle se laisse couler en suivant la pente du terrain ou en suivant le courant. L’eau s’abandonne. La force de l’eau est une force « yin » féminine. Et l’eau est partout, même dans les déserts, sous forme d’oasis, dans nos yeux, sous forme de larmes, sur nos corps, sous forme de sueur. Pour rattacher cette symbolique de l’eau au titre de la chanson de Mylène, on peut également parler de la cyprine, liquide sécrété par le sexe de la femme lorsqu’elle est en état d’excitation sexuelle, donc quand elle se masturbe….

Moment évoqué dans le refrain de la chanson : « Océan d’ambre / Mélange, mélange-moi / A tes légendes / Mets l’ancre, l’ancre en moi / C’est si doux la brûlure / Là où la main me touche, Eau / Et coule cette écume / De ma bouche ». Si, dans le refrain, Mylène emploie la première personne du singulier, elle parle dans les couplets d’une tierce personne (son double ?). Les vers « J’irai lui dire / Que de l’homme elle s’est lassée / De tout / Que sa vie rare / Est cachée dans le velours .. de l’immensité / Qu’il est trop tard pour l’aimer / Elle s’est dissoute… dans l’éternité, Eau » évoquent ainsi une femme qui s’adonne à la masturbation après avoir été délaissée par un homme…

Une fois n’est pas coutume, Mylène nous donne – presque – toutes les clés de ce texte dans une interview accordée le 16 octobre 1995 sur NRJ, au journaliste Eric jean-Jean :

« J’avais envie de l’élément eau, maintenant l’onanisme c’est effectivement la recherche du plaisir par soi-même. Moi, quand j’écris cette chanson, je pensais à l’écriture ; l’écriture est aussi un plaisir solitaire, en tout cas dans un premier temps, et j’avais envie d’écrire comme un petit conte, en évoquant un personnage ».

Un nouvel éclairage sur la chanson en effet… Alice serait donc la face noire de l’écriture et Eaunanisme la face solaire. Notons également que Mylène semble rendre ici un hommage discret à l’un de ses poètes préférés, Pierre Reverdy, et à son poème Autres jockeys alcooliques ‘Les Jockeys camouflés, 1918). Quand le poète écrit : « Je t’ai donné un nom qui n’est pas le tien / Je t’appelle autrement et tu me réponds pas / Tu ne comprends pas / Pourquoi marches-tu / Ce sont les jambes d’un autre qui te portent ». Mylène écrit : « Je suis qu’elle marche / Sans savoir qui elle est / Que c’est les jambes / D’une autre qui la portaient ». Dernière précision : si Eaunanisme est évincée des concerts de 1996, dans le making-of M.F Confidential, présent dans le deuxième DVD des clips de Mylène (Mylène Farmer, Music Video II et III, Polydor 05477069), on peut assister durant quelques minutes au mixage d’Eaunamisme au studio Record One de Los Angeles….

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Spectacle et chansons du Live Bercy de Mylène

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

Spectacle et chansons du Live Bercy de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS bercy-210x300

 

En 1997, qui dit nouveauté dit changement d’équipe. Mylène fait table rase du staff des concerts de 1989. Hormis Laurent Boutonnat pour la conception du show et Thierry Suc pour la production, la chanteuse s’entoure de nouveaux visages ; Yvan Cassar (direction musicale et claviers), Jeff Dahlgren et Brian Ray (guitare), Jerry Watts Jr (basse), Abraham Laboriel Jr (batterie) et Susie Devis (claviers et percussions). Côté danseurs et danseuses, le public découvre augustin Madrid Ocampo Jr. Roberto Martocci, Jermaine Browne, Brian Thomas, Thomas Mariano et les danseuses-choristes Donna De Lory  et Valérie Bony. A noter que le danseur Christophe Danchaud travaille encore à ce jour avec Mylène et que la rivale de Libertine, Sophie Tellier, sort ici et définitivement de l’univers Farmer, par choix, comme l’a expliqué Tellier. Les chorégraphies, quant à elles, sont créées par Mylène Farmer, Christophe Danchaud et Jaime Ortega. Signalons aussi les nouvelles choristes Carole Rowley et Esther Dobong ‘ Na Essienne. Une partie de cette équipe toute neuve suivra désormais Mylène en tournée et lors des shows de 1999-2000. Les costumes eux aussi ont évolué : Thierry Mugler est remplacé par le génial et avant-gardiste Paco Rabanne. Il concocte pour Mylène de magnifiques tenues sexy et lumineuses argentées et blanches. Les décors sont très réussis également ; conçus par Jean Michel Laurent et Xavier Grosbois (L&C Design), ils se caractérisent par un écran géant (le plus imposant d’Europe), une araignée gigantesque où Mylène viendra se percher pour chanter Alice, et l’avant d’un train pour le final sur XXL.

Côté track-listing du concert, Mylène fait un savant mélange de ses quatre albums tout en privilégiant tout de même le dernier, Anamorphosée. De Cendres de Lune, elle chante Libertine, l’Ainsi soit je. Elle chante Sans contrefaçon et Ainsi soi Je… (pour certaines dates), de l’Autre… elle chante l’Autre, Je t’aime mélancolie et Désenchantée, et d’Anamorphosée elle interprète Vertige, California, Et tournoie . L’instant X, Alice, Comme j’ai mal, Mylène s’en fout, Rêver, Laisse le vent emporter tout, Tomber 7 fois.. et XXL . Soit l’intégralité de l’album, excepté Eaunamisme.

Reste Que mon cœur lâche, single sorti en 1992. Une belle surprise attend les spectateurs de Genève et Paris (et uniquement ceux-là), puis que Mylène interprète en duo avec Khaled La Poupée qui fait non, reprise du tube de Michel Polnareff de 1966. Le succès est total (même si la tournée n’st pas « sold out » comme en 1989) et sera l’occasion d’un disque et d’une VHS ainsi que d’un Laser Disc (le DVD sortira en 2000 – Mylène Farmer Live à Bercy, Polydor 0548502). A noter que sur la vidéo (réalisée par Laurent Boutonnat et François Hanss), le spectacle est dédié à Jean-Loup : Mylène rend ainsi hommage à son frère aîné, mort dans un accident le 26 octobre 1996. Sorti le 21 mai 1997, le CD du concert connaîtra un succès foudroyant avec près de 900 000 exemplaires vendus ; Un record absolu pour un Live, tous artistes confondus.

LA POUPEE QUI FAIT NON – (avec Khaled) – C’est pour une émission de télévision que Mylène enregistre un duo avec le chanteur algérien Khaled. C’est le troisième duo de toute sa carrière (après Frantz avec Guy Béart et Regrets avec jean-Louis Murat). Le 24 octobre 1996, alors qu’elle fait une pause forcée pendant sa tournée, Mylène accepte de venir chanter dans l’émission de TF1 « Tip Top ». Outre une courte interview, elle chante Comme j’ai mal et en duo, La Poupée qui fait non, reprise de Michel Polnareff.

Dans le magazine Instant Mag (n° 15, automne 2003), Thierry Rogen, ingénieur du son, se souvient de l’enregistrement : « J’ai aussi participe au single La Poupée qui fait non avec Khaled, où là, Laurent Boutonnat était complètement absent. L’enregistrement s’est fait ici, au studio (Les studios Méga à Suresnes) dans la bonne humeur. Ça a été très rapide, Mylène et Khaled se sont vus quatre heures en tout et pour tout ! » Un enregistrement éclair donc pour une chanson qui colle bien aux deux univers. D’autant que Mylène a toujours déclaré aimer Polnareff et connaître ce titre depuis l’enfance. La Poupée qui fait non fut chantée par Michel Polnareff en 1966 – c’est même son premier disque (EP La poupée qui fait non, Chère Véronique, Beatnik, Ce que je cherche, AZ 1024). Cette chanson de Franck Gérald sera un immense succès et permettre à Polnareff de débuter dans la chanson aux côtés de Sylvie Vartan Johnny Hallyday ou Claude François. Les paroles, comme c’était souvent le cas dans les années 1960, sont gentillettes : l’histoire d’une jeune fille (une poupée) qui ignore les avances d’un prétendant rien de plus. La qualité de la chanson vent donc essentiellement de la musique de Polnareff… En 1996, soit trente ans plus tard, c’est donc Mylène et Khaled qui reprennent ce titre pour une émission de télé. Mais cette version studio (ils chantent en play-back) ne sera jamais commercialisée. Elle reste inédite encore aujourd’hui, mais Khaled rejoindra Mylène lors des concerts à Genève et à Paris Bercy en décembre 1996.

Là, la chanson en live sera bel et bien enregistrée et gravée sur le CD et la vidéo du concert. Ce duo se situe à la fin du concert, juste avant la dernière chanson, XXL, Après Ainsi soit Je…, Mylène accueille donc Khaled sur scène, et ils offrent au public une version de La Poupée qui fait non aux accents arabisants, avec des arrangements d’Yvan Cassar.

                 issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 105/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaire »

L’instant X de Mylène

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 L'instant X de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS x

Lorsque l’album Anamorphosée sort dans les bacs, nous sommes le 17 octobre 1995, soit quatre ans avant l’an 2000. Tout le monde en France, et ailleurs, y va de ses prédictions et analyses concernant le siècle à venir. Que va être l’an 2000 ? Qu’est-ce qui va changer ? Des économistes aux astrologues en passant même par le couturier Paco Rabanne, tout le monde ne parle que de ça. Mylène n’échappe pas à la règle avec L’Instant X. mais, alors que beaucoup se prennent au sérieux en avançant des hypothèses farfelues, Mylène s’amuse de cette situation et écrit un texte drôle et incisif. Elle rappelle, dans un premier temps, le climat morose qui règne dans le monde : « Bloody lundi / Mais qu’est-ce qui / Nous englue la planète / Et embrume ma comète ». A noter le petit clin d’œil à l’un des groupes préférés de la chanteuse : U2, et  au tube Sunday Bloody Sunday. Elle répond à ses questions en avançant que « C’est l’instant X / Qu’on attend comme le messie / Comme l’instant magique / C’est l’équation / L’ax +b qui fait tilt ». L’instant X, ou l’an 2000, devrait tout arranger, c’est en substance la réponse de Mylène ;

Mais le second degré est de mise ici, et la chanteuse s’adresse directement au « messie », à savoir… le Père Noël ! Dans le refrain, Mylène déclare carrément : « Papa Noël quand tu descendras du ciel / Du fun, du Zoprack et des ales / l’an 2000 sera spirituel / C’est écrit dans Elle / Du fun pour une fin de siècle ». Qui a dit que Mylène n’avais pas d’humour ?

Outre le Père Noël, l’artiste évoque les antidépresseurs « Zoprack » pour « Prozac ». Le 16 octobre 1995 sur NRJ, aux questions du journaliste Eric Jean-Jean, qui lui parle de ce fameux « Zoprack », voici ce que Mylène répond : « J’ai été obligée ! (rire) Parce que c’est interdit. On n’ a pas le droit de faire la publicité d’un médicament, donc plutôt que de l’enlever et de le tuer, j’ai préféré le mutiler et m’en amuser ! (rires).

Autre référence, le magazine Elle, qui comme tous ses confrères se perd en conjectures sur notre proche futur ; Mylène met en regard la « prédiction » d’André Malraux (« Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas ») et le magazine féminin, qui n’a de cesse de publier des dossiers sur le prochain millénaire. Et que sera donc l’an 2000 selon Mylène ? Elle ne répond pas directement à cette question, mais en tout cas se sera « fun » ! A noter que la chanteuse fait référence au Styx, une rivière qui séparait le monde terrestre des Enfers en l’entourant neuf fois. Le Styx, le Phlégéthon, l’Achéron, le Léthé et le Cocyte convergeaient au centre du monde souterrain vers un vaste marais. Pour la chanteuse, nous somme sen plein dans ce bourbier, et le nouveau siècle va nous en sortir … on retrouve d’ailleurs explicitement le Styx dans la chanson : On est tous des imbéciles, puis dans Dégénération et symboliquement dans le clip d’A quoi je sers….

Une chanson qui fonctionne parfaitement, avec une musique très musclée de Laurent Boutonnat ; lors du second passage télé de Mylène avec ce titre, le 9 mars 1996 lors d’un « Top à Maritie et Gilbert Carpentier » sur TF1, elle n’hésite pas à embrasser ses danseuses sur la bouche. Un joli moment qui ne renierait pas Madonna….

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 93/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

My soul is slashed dit Mylène

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 

(single Mix de 1993)

My soul is slashed dit Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS fanflorine2-300x224Voici la deuxième fois (après My Mym Is Wrong) que officiellement, Mylène essaie de percer le marché international. Ici, ce sera avec la version anglaise de Que mon cœur lâche, My Soul is slashed (littéralement « J’ai l’âme tailladée »).

Cette version anglophone sortie en Europe en mai 1993 (la version française est sortie en novembre 1992) reprend exactement le même thème que sa sœur jumelle, à savoir la difficulté (mais la nécessité) de faire l’amour avec un préservatif : « The times are masked / Love in a bag, so sad / But baby do me »  (« Les temps sont masqués / L’amour dans un sac, c’est si triste / Mais chéri prends-moi ».

Avec ce My soul Is Slashed, Mylène ne réussira néanmoins pas à conquérir le marché européen, et pourtant le clip de Luc Besson (le même que Que mon cœur lâche, mais en VO) aurait pu aider la chanteuse à percer au moins en Allemagne, où le titre a été commercialisé… Il faut dire que Mylène, très occupée à la préparation du long-métrage de Laurent Boutonnat, Giorgino, ne fera pas de télévision avec ce titre….

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 85/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Nous souviendrons-nous de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 

Nous souviendrons-nous de Mylène Farmer dans Mylène AU FIL DES MOTS fanlaurene3-169x300c’est une magnifique chanson qui clôt l’album l’AUTRE… Nous souviendrons-nous.

Un titre de 5’05 en forme de question envers le public. En effet, Mylène pose ici les questions qui hantent tous les artistes ; et si tout s’arrête demain ? Et si je décide d’arrêter, se souviendra-t-on de moi ?…

Il s’agit de doutes et d’angoisses que chaque artiste ressent durant sa carrière. Mylène s’adresse très joliment au public ; « Aux vies qui s’abaissent à voir la mienne / Je sais / Qu’il me faudra prendre congé d’elles / Un jour ou l’autre ». Mylène comme à son habitude, fait preuve d’une grande lucidité sur son métier et sait qu’il faut raccrocher à temps. Il est intéressant également de noter comment Mylène évoque ses chansons : « Aux vies qui ont soutenu la mienne / Je sais / Qu’un long monologue poudré de neige / A partager ». Quant au refrain, il synthétise ses angoisses et ses doutes : « Et si je perds la foi / En nous, en tout / C’est bien malgré moi / Nulle prière / A chacun de nos pas / Je doute de tout / Nous souviendrons-nous de nous ».

Notons que dès 1991, et avec cette chanson, Mylène sera influencée par la poétesse américaine Emily Dickinson   (1830-1886). En effet, le vers de la chanson « Aux vies qui s’abaissent à voir la mienne » fait parfaitement écho à un vers du poème 273 des Dickinson, « Il a sanglé ma vie ; Et distribuer des sourires / Aux vies qui s’abaissent à remarquer la mienne / Et poliment l’invitent ». Dernière particularité du texte de cette chanson, Mylène réutilisera les premiers vers de sa chanson (« Aux vies qui s’abaisse à voir la mienne / Je sais / Qu’il me faudra prendre congé d’elles ») pour les traduire en anglais dans son duo avec  Seal en 2001 sur Les Mots  : « And to lives,that stoop to notice mine / I know I will say foodbaye »… La musique, quant à elle, est intéressante. Boutonnat utilise les mêmes accords de piano pour lancer les refrains de Désenchantée et pour la fin des refrains de Nous souviendrons-nous. Un procédé qu’il a déjà expérimenté pour La Veuve noire en la reliant à A quoi je sers… Doc, Désenchantée et Nous souviendrons-nous sont reliées.

Ainsi, si en 1991 Mylène se demandais si son public qui a tant aimé Désenchantée se souviendrait encore d’elle vingt et un ans après, la réponse est Oui, définitivement !

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 78/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Dessine-moi un mouton Mylène

Posté par francesca7 le 6 avril 2013

Analyse de « Dessine-moi un mouton »

Paroles : Mylène Farmer
Musique : Laurent Boutonnat

Dessine-moi un mouton Mylène dans Mylène et SYMBOLISME mouton

Au niveau des paroles, « Dessine-moi un mouton » aurait mérité d’être un hymne mylénien, juste à la suite de « Désenchantée ». Bien que la musique ne manque pas de charme et de mélodie, elle n’atteint pas, en puissance et en tension, le brillant refrain du tube des tubes. Le motif principal, obsédant, revient tout de même seize fois et tourne, pour certaines oreilles, au bourrage de crâne. Ça ne m’empêchera pas de défendre cette ouvre qui, si elle paraît assez claire à la première écoute, s’inscrit dans une réflexion qui nous concerne tous, du plus petit au plus grand.

La progression de la pensée mylénienne est visible de couplets en couplets, chaque étape marquée par l’exclamation « quelle solitude ». (notons, au passage, la beauté de la voix de Mylène, semblant mourir sur des mots aussi significatifs que « solitude » ou « rien »). D’abord, l’artiste se plaint de son ignorance face à l’au-delà, puis de sa petitesse face à l’univers. Ces deux sentiments sont soulignés par la musique, à la fois dédramatisée par les synthés, rythmée par les guitares électriques sur la base solide du piano, ce qui donne un cadre assez simple pour que le timbre doux de la voix ne soit pas perdue dans une masse de notes.

Les questions posées rejoignent la base de la philosophie : où serais-je ? Serais-je plus qu’un grain de poussière dans l’univers (cf. « A quoi je sers ») ? Mylène cherche des réponses dans « le petit Prince » de Saint-Exupéry, référence avouée explicitement : « ignorer ce que les yeux ne peuvent pas voir » renvoie à la célèbre phrase « l’essentiel est invisible pour les yeux ». Ce qu’est la vie, nos cinq sens humains sont incapables de le traduire sous une forme intelligible. Nous sommes comme aveugles… ou aveuglés. Nous y reviendrons.

Le « monde adulte » n’a rien d’attirant. Il est « isolé », référence aux excès de l’individualisme, et « abrupt », une dureté renforcée par l’allitération en « r » : abrupt, broie, noir. Quitte à être ignorante, Mylène préfère rester enfant. Remarquons quand même qu’elle se place dans le monde adulte (« et là je broie du noir »), la petite fille a fini par grandir et à assumer sa féminité, mais elle se sent seule.

En fait, toute la chanson est basée sur la double opposition enfant/adulte (thème redondant chez Mylène) et imagination/raison (thème plus inédit !). Les adultes bien éduqués vont utiliser pour aborder le monde leur raison, apprise par coeur à l’école, avec sa méthode mathématique. Mais de quoi cette raison est-elle capable ? Simplement de nous écraser en nous faisant prendre conscience de l’infinité de l’univers (univers qui n’est qu’immense que lorsqu’on le parle avec le langage des mètres et des équations !). Voilà pourquoi Mylène souffre. A partir du moment où la raison gouverne le monde adulte, Mylène a recours à une arme redoutable (cf. « Méfie-toi ») : l’imagination. C’est-à-dire les yeux, non du corps, mais de l’esprit. Et seul l’esprit permet de voir l’essentiel de la vie, d’échapper à l’abrupte logique adulte.

L’imagination va combler le « vide du ciel » : par la religion. C’est une référence au christianisme : on doit être comme des enfants pour ouvrir son coeur à un Dieu incompréhensible à la raison. Et l’imagination permet de rendre le monde moins « triste » : par l’amour. Le voilà, l’essentiel de la vie. La raison ne peut que détruire les rêves, elle est négative. L’imagination, au contraire, est une force créatrice, positive. La raison est limitée puisqu’elle est incapable de se représenter ce qu’il y a après la mort, elle ne cause donc que souffrance, ce qui était fait à l’origine pour grandir l’homme le soumet : c’est « absurde ». En réalité, la vraie, et peut-être la seule, puissance de l’homme est le feu de son imagination. Pour en voir une bonne illustration, je vous conseille d’aller voir « Histoire sans fin ». Bon, au niveau des effets, ce n’est pas Matrix, mais vous y trouverez la même opposition entre un découragement destructeur (le Néant) et les rêves d’un enfant qui va sauver le monde. Le cogito (« je pense donc je suis ») de Descartes est dépassé. La conscience de l’homme ne lui permet pas d’être plus qu’un « point minuscule ». Mais, avec l’esprit (la recherche scientifique, la persévérance, l’imagination), l’infinité mathématique de l’univers est envoyée dans les cordes ! Qu’est-ce qu’un millier d’années ou de kilomètres face à l’amour que je porte à mon prochain ou à l’espoir en un Dieu qui nous ouvre les portes de l’éternité ?!

L’imagination est incarnée par le mouton. C’est le double symbole de l’enfant (mignon, pur, qui ne pense pas à mal, sans souci) et de la chose insignifiante, banale sur laquelle Mylène, comme Saint-Exupéry, va baser son message. En réalité, ce n’est pas le mouton en soi qui est important, ç’aurait aussi bien pu être un lapin blanc, mais le fait de le dessiner. Dessiner, c’est le geste enfantin par excellence (par opposition avec écrire, qu’on apprend à l’école) mais aussi le geste primordial de la création spontanée, libre. C’est la troisième opposition, une vraie trinité : spontanéité et éducation. Voilà ce qui nous aveugle, nous empêche de voir l’essentiel : les préjugés de l’éducation qu’on nous a inculqués. L’esprit, débarrassé de la raison inhibitrice et de l’éducation bornée (idée peut-être empruntée à Erasme), est libre de se battre contre la dureté de la vie. Lui seul peut créer l’espoir indispensable à la vie. Le mouton est fort parce qu’on prend plaisir à le dessiner : c’est un acte d’amour (cf. la rose dans « le petit Prince »). Les adultes feraient mieux de dessiner des moutons plutôt que de continuer à se taper la tête contre des murs qui n’existent pas.

mouton-my dans Mylène et SYMBOLISMELes couplets suivants matérialisent cette lutte entre forces négatives et positives : dépression et espérance. Mylène semble être terrassée par la réalité de la vie : « déconfiture ». Mais l’emploi même de ce terme enfantin est une victoire, puisqu’il relativise le drame, provoque le rire qui va lui permettre de reprendre le combat. La vie a beau être un « bien majuscule », c’est-à-dire ce bien auquel s’attachent tous les hommes, elle n’est « utile » qu’ »au chagrin » puisqu’on finira par la perdre (« la morsure du temps »). Il ne faut pas déprimer : si l’on est capable de se réjouir de cette banalité qu’est un mouton, alors la mort ne viendra pas nous ennuyer. Peter Pan n’aurait pas fait mieux. L’aveuglement, c’est de souffrir pour des détails matériels sans importance alors que l’essentiel vient du cour.

L’injonction de Mylène, « dessine-moi un mouton », montre que chacun peut faire ce qu’elle tente de faire. Par cette ouvre, la chanteuse montre qu’elle a su dépasser le stade de « Plus grandir ». Elle est adulte, mais, au fond d’elle-même, elle a su garder une parcelle de son enfance : un grain de sable, un mouton qui égaiera sa vie. Ce n’est pas le secret de l’immortalité, c’est le secret du bonheur.

 

Source : http://www.sans-logique.com/mylene-farmer/analyses/analyse.php?chanson=dessine-moi-un-mouton

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

« Je te dis tout » Mylène

Posté par francesca7 le 6 avril 2013

analyse parue dans Le Figaro

Un paysage ténébreux, option lac embrumé, ciel sombre et arbre sanguinolent. Le décor, gothique comme il se doit, est planté. Une barque et un gant rouge plus tard, la voilà qui apparaît: Mylène Farmer, look mormon et regard mélancolique, scrute l’horizon.

Au loin, un cheval galopant retient son attention. S’ensuit une danse lascive entre l’animal et la rousse. Tantôt chantant à son oreille, tantôt soufflant sur ses naseaux, Mylène Farmer tente de dompter l’étalon et semble s’émerveiller de cette rencontre.

Pendant ce temps, sa voix enveloppe le spectateur à coups de «Mon amour, je te dis tout. Tu peuples ma vie à l’infini». À croire que ces murmures séduisent la monture sauvage, qui se laisse finalement apprivoiser. La chanteuse, pas peu fière, peut alors repartir en cavalant au rythme du soleil levant. Une autoparodie ? Un clip pour le PMU ? On hésite encore.

Disque de diamant malgré tout

Pour toute réclamation, s’adresser à François Hanss. L’homme avait déjà sévi pour les clips de InnamoramentoRedonne-moi et Quand. On l’a aussi retrouvé en assistant à la réalisation pour Libertine et Sans Contrefaçon, entre autres. Un historique, donc, qui a visiblement quelques difficultés à se renouveler.

Si son clip galope depuis peu sur la Toile, la chanson figure sur Monkey Me , disque de Mylène Farmer sorti en décembre. Ce neuvième album studio montre une fois encore la mobilisation des fans. En une semaine, il s’était déjà vendu à 150.000 exemplaires avant d’être certifié, un mois après, disque de diamant.

Les Français qui n’ont pas eu la «chance» de l’écouter ont pu découvrir Je te dis tout, version play-back préenregistrée, en direct live des NRJ Music Awards, samedi dernier.

On croyait qu’elle avait tout osé. Erreur ! Cette fois, Mylène Farmer met en scène une histoire d’amour… avec un sublime pur sang !

 On connaît la passion de Mylène Farmer pour l’équitation, mais aussi ses talents de cavalière (elle avait d’ailleurs envisagée, adolescente, d’être monitrice équestre). Dans le clip de son nouveau single, Je te dis tout, qui vient d’être dévoilé, elle va encore plus loin en mettant en scène une véritable histoire d’amour avec un cheval sauvage.

 Une métaphore originale (et ô combien audacieuse) pour illustrer le thème de la chanson : l’amour absolu. On voit d’abord une Mylène solitaire qui rame sans fin dans sa barque, jusqu’au moment où elle voit galoper un splendide étalon. Apprivoiser l’Autre, l’observer avant de tenter de l’approcher, puis marcher au même pas, le caresser pour ne faire qu’un avec lui – l’idée même de relation charnelle est évoquée avec le passage de l’animal par la grille estampillée « M » (comme Mylène): toutes les étapes d’une relation amoureuse se succèdent dans cette vidéo réalisée par François Hanss, collaborateur historique de la chanteuse.

 Ce n’est pas le seul atout de cette vidéo, bourrée de références à la longue carrière de la star. Avec élégance et finesse, Mylène Farmer revisite sa propre légende, multipliant les clins d’oeil à son répertoire (les gants rouges de Plus grandir, l’étang de Libertine, les grilles Allanla barque dA quoi je sersles arbres d’Innamoramento ou encore le filet de sang coulant de l’écorce évoquant Je te rends ton amour).

 De sublimes images, un climat envoûtant et mélancolique, une Mylène éternelle, arborant la coiffure qui a fait sa gloire. Même si le scénario reste simple, voire épuré, François Hanss offre une vidéo qui n’a pas fini de faire gloser les inconditionnels de la star.

auteur de « Mylène » (Flammarion)

Suivez l’actu people en temps réel avec Voici sur Twitter et Facebook !

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène s’en fout

Posté par francesca7 le 5 avril 2013

 

Mylène s'en fout dans Mylène dans la PRESSE a-300x225 Le génie, c’est l’intemporalité. Bravo, Mylène, tu as gagné : tu t’es imposée, tu es même vénérée. Tu es la Madonna française, sauf que toi tu ne sors pas avec des toy boys de dix-huit ans. Et Lady Gaga peut t’envoyer un bon gros chèque de royalties – elle n’a qu’à demander l’adresse à Kate Ryan. Tes fans te pardonnent tout, même tes larmes de crocodile en live sur « Ainsi soit je »… Tu as prêté ta voix à un minimoy et ils te prennent toujours au sérieux. Tu fais même encore de belles choses car ton dernier clip n’est pas loin d’être sublime. Une machine à voyager dans le temps qui fait aussi office de cabine d’UV, un dromadaire étoilé, de la terre craquelée qui se fond sur une montagne enneigée, des danseuses immaculées aux oeillères matelassées, un enfant top model qui patauge dans une flaque de crème glacée : c’est de toute beauté. Une question, donc : pourquoi refuses-tu encore de te montrer ? Tu as tout gagné…et je ne parle pas que des NRJ Music Awards. N’est-ce pas le moment de lâcher prise et de t’ouvrir et de sourire… ailleurs que dans une séance photo grand-guignolesque pour TV Magazine ?

 Un espoir, peut-être, pour tous ceux qui espèrent encore entendre sa voix ailleurs que sur un album disque de platine : sa participation, il y a quelques jours, au défilé haute couture de Jean-Paul Gaultier. Quelle joie de revoir Tristana ! Même si, habillée en pigeon, elle s’est encore pris les pieds dans le tapis. La collection n’a d’ailleurs pas vraiment convaincu : Tim Blanks, le plus lettré des hommes de mode, a écrit sur l’impeccable Style.com : « Plus ça change, plus c’est la même chose ». Tu m’étonnes… Mais Mylène s’en fout. Elle n’en fait qu’à sa tête (de mort ?). Et, au fond, elle a peut-être bien raison. Finalement, Mylène lit peut-être Proust en Californie. Elle a même dû surligner cette phrase des Plaisirs et des Jours : « L’absence n’est-elle pas, pour qui aime, la plus certaine, la plus efficace, la plus indestructible, la plus fidèle des présences ?

Parution chez http://www.ozap.com/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Pure média.com pour Mylène

Posté par francesca7 le 5 avril 2013

Pure média.com Titrait : Mylène Farmer dans le désert pour « Lonely Lisa »

Un fond vert et des images qui défilent. Le procédé employé pour le clip du précédent single de Mylène Farmer, « Bleu Noir », avait déçu les fans de la chanteuse française. Mais ceux-ci risquent d’être agréablement surpris par le clip de « Lonely Lisa », troisième extrait de l’album « Bleu Noir ».

Très soigné, le clip voit la chanteuse s’aventurer dans le désert et propose des images léchées. Le titre très dance aurait peut-être pu bénéficier d’un clip un peu plus rythmé, puisque tout ici se déroule au ralenti, mais le résultat est intrigant et réussi. Entourée de danseuses étoile, Mylène Farmer laisse par moments la place à une petite fille rousse entourée de ballerines, tandis qu’un chameau étoilé, des vieilles dames qui bronzent et des hommes en costume se succèdent.

Troisième extrait de « Bleu Noir », « Lonely Lisa » a été produit par RedOne à l’instar du premier single « Oui mais… non ». Il est sans doute le plus commercial des titres de l’album et si les radios soutiennent la chanteuse, il pourrait lui offrir un nouveau hit. Car même si le single « Bleu Noir » s’est installé en tête des ventes de singles pendant une semaine, son ascension au sommet et sa chute conséquente une semaine plus tard confirme que seuls les fans ont été séduits par le titre. « Lonely Lisa » inversera-t-il la tendance ?

Pure média.com pour Mylène dans Mylène dans la PRESSE bindi-150x112

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

RedOne et Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 1 avril 2013


 

RedOne et Mylène Farmer dans Mylène et L'ENTOURAGE redoneRedOne, de son vrai nom Nadir Khayat, est un producteur de musique marocain.

Originaire de Tétouan (Maroc) où il est né le 10 avril 1972, il y a également fait ses études jusqu’à l’âge de 18 ans, avant de décider d’immigrer en Suède pour se consacrer entièrement à la musique. Après avoir crée un groupe de musique, il part à Hollywood où il devient producteur de Hip-Hop et de Pop.

Il a co-écrit de nombreuses chansons, notamment pour Lady Gaga : Just Dance, Poker Face, Love Game ou encore Bad Romance, ainsi que Fire Burning pour Sean Kingston.

Il a aussi collaboré avec Lady Gaga, Darin, Akon, Backstreet boys, Jennifer Lopez, Mika (pour « We Are Young  la bande originale du film « Kick-Ass« ), Kat De Luna, Enrique Iglesias, Space Cowboy, Ciara, Christina Aguilera, Mylène Farmer, Shakira, Michael Jackson, Nicole Scherzinger, Usher, Pitbull, Lionel Richie, Mélissa Nkonda et Nicki Minaj.

En 2010, il a remporté deux Grammy Awards et trois Brit Awards. Il a également été décoré du ‘ouissam du mérite intellectuel’ par Mohamed VI à l’occasion de la fête du trône en juillet 2011, l’une des distinctions les plus élevées dans sa terre natale.

Il parle arabe, français, espagnol, suédois et anglais.

Mylène Farmer fait équipe avec RedOne sur son nouveau single inédit titrait les journaux :

C’est une énorme surprise. Dans un communiqué de son label, Polydor, Mylène Farmer annonce la sortie d’un nouveau single, intitulé « Oui mais non ». Jusque-là, rien d’extraordinaire, même si le secret a été remarquablement bien gardé.

La vraie surprise, c’est que la chanteuse française Mylène FARMER a collaboré sur ce nouveau titre avec RedOne, l’un des producteurs les plus en vogue sur la scène pop internationale. On lui doit notamment tous les hits de Lady GaGa, mais il a également collaboré avec Enrique Iglesias, Alexandra Burke, les Sugababes, Mika et les Backstreet Boys, entre autres.

« Oui mais non » sera mis en radio dès demain, toujours selon le communiqué de Polydor.

mf2000_154a-205x300 dans Mylène et L'ENTOURAGEson single inédit « Oui mais non » composé par RedOne :

Selon un communiqué officiel de son label Polydor/Universal, le compositeur et producteur de Lady GaGa est au crédit du prochain single inédit de Mylène Farmer, « Oui mais non », premier extrait issu de son nouvel album. Attention, la mise en radios de ce titre inédit s’effectuera à partir du 29 septembre prochain !

Mylène Farmer sur un single composé par le producteur américain en vogue du moment, celui de Lady GaGa, vous en rêviez ? Le label Polydor l’a fait ! On savait la chanteuse en studio à Paris, et certains pensaient déjà à la B.O du film « L’ombre des autres »… Mais selon un communiqué officiel de ce dernier, secrètement gardé, c’est le single inédit de Mylène Farmer, « Oui mais non », composé et produit par RedOne, sur un texte de la chanteuse, qui sera lancé en radios à partir du 29 septembre prochain.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène et Rambo Kolawski

Posté par francesca7 le 1 avril 2013

 

Dans le tournage de Libertine : Acteurs :

Sophie Tellier (la Rivale), Gérard Nublat (l’amant), Rambo Kowalski alias Hervé Lewis (le duelliste de Mylène)

Mylène et Rambo Kolawski dans Mylène et L'ENTOURAGE libertine

05/1986 – Tournage du clip (Quatre jours de tournage au château de Ferrière et au château de Brou, dans la Seine-et-Marne)
18/06/1986 – Projection du clip en avant-première (Paris – Cinéma Le Mercury)
25/06/1986 – 1ère diffusion du clip (‘Azimut’ – FR3 Lorraine Champagne Ardennes)

Synopsis

XVIIIème siècle. En pleine nature, deux individus à l’allure androgyne se livrent à un duel au pistolet. Un homme, et une femme, Libertine. Quelques personnes assistent, silencieuses, au duel. Libertine ouvre le feu, et tue son adversaire avant de prendre la fuite à cheval, sous les yeux pleins de haine d’une femme qui semble être l’amante de l’homme abattu. Nous sommes ensuite plongés dans une ambiance très libertine, dans un château, où des libertins boivent et se goinfrent. Dans la salle de bains, les femmes totalement nues s’amusent et s’éclaboussent. Deux d’entre elles viennent rejoindre Libertine dans sa baignoire, avant d’être rappelées à l’ordre par une matrone. A la scène suivante, Libertine est assise à une table de jeu avec d’autres personnes. Un homme lui envoie un mot l’invitant à le retrouver dans une pièce plus isolée. Libertine se lève et va rejoindre l’homme, avec lequel elle fait l’amour. De retour dans le salon où ont lieu les jeux, Libertine tombe sur sa rivale, folle de jalousie. Un violent combat s’engage entre les deux femmes, sous les yeux des autres libertins. L’amant de Libertine vient la secourir des assauts de la rivale puis s’enfuit avec elle. Folle de rage, celle-ci réunit toute une bande pour abattre les deux amants qui s’enfuient à cheval. Transpercés par les balles, ils tombent à terre, et sont laissés pour morts… 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...