• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 9 avril 2013

Mylène et le féminisme XXL

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

 

XXL, qui sort le 19 septembre 1995, est annonciateur de l’album Anamorphosée, qui sort un mois plus tard, le 17 octobre. C’est une chanson féministe que Mylène présente à ses admirateurs pour son grand retour. Comme nous l’avons dit, la période d’Anamorphosée est une époque lumineuse pour Mylène. Elle chante ainsi l’amour dont toutes les filles ont besoin, un amour « XXL » (référence à la grande taille du prêt à porter américain). Et la chanteuse d’évoquer toutes les femmes ; les bourgeoises (Qu’on sait des filles de / Cocktails, belles) ;  les SDF (Qu’on sait des filles des / Fleurs de poubelles), les romantiques (Qu’on sait des croissants de lune), les pessimiste (Qu’on sait des monts de Saturne), les féministes (Pour l’IVG), les anti-avortement (Ou en bulle), les grandes figures de l’histoire (Qu’on sait des filles de / L’histoire, rare), les prostituées (Qu’on sait les filles des / Fleurs de trottoirs), les transsexuels (Qu’on soit Paul en Pauline), les stars (Faire la une des magazines) ou les femmes atteintes ou non par le virus du sida (Négatives ou positives). Un tour complet donc de la gente féminine, dont Mylène semble se faire ici le porte-drapeau.

Mylène et le féminisme XXL dans Mylène AU FIL DES MOTS xxlmaxi-300x300

Les refrains sont un cri qui rallie toutes les femmes : « On a besoin d ‘amour / On a besoin d’amour XXL / On veut de l’amour XXL ». A noter que le pronom « on » prouve que Mylène, elle aussi, a besoin d ‘amour… A la fin de cette chanson universelle, et à rapprocher de Désenchantée – par son côté rassembleur uniquement – Mylène ne peut pas s’empêcher de préciser que, si les femmes ont bien « Besoin d’une flamme » et « Besoin d’un regard », elles ont aussi besoin « De vague à l’âme » et « De peau et de larmes »… Mylène reste Mylène !

La musique de XXL, comme tout l’album, bénéficiera d’un son très rock, notamment au début, assez dur dans sa rythmique. Un titre réussi et plébiscité par le public, car Mylène vendra plus de 150000 singes de XXL (CD 2 titres et maxi).

Comme il est dit plus haut, c’est une nouvelle Mylène qui nous revient en 1995 avec XXL. Après le clip de Que mon cœur lâche, confié aux soins de Luc Besson, c’est à présent l’Américano Allemand Marcus Nispel qui réalise son clip pour Mylène. C’est la première fois (si l’on excepte Ainsi soit je …) qu’un clip de la chanteuse n’est pas construit sur un réel scénario. En effet, Nispel choisit de placer Mylène à la tête d’un train à vapeur lancé à vive allure dans les campagnes américaines. La chanteuse est donc une figure de roue, porte-drapeau des gens que l’on voit évoluer à l’intérieur du train (hommes, femmes et enfants). Vêtue d’une robe longue et de voiles vert pâle flottant au vent, Mylène est magnifique. Filmé en noir et blanc à Fillmore (Californie) en août 1995, le clip coûtera la bagatelle de 230 000 euros et sera diffusé pour la première fois le 18 septembre 1995, en exclusivité sur M6. Pour l’anecdote, Mylène raconte lors d’interviews de l’époque qu’elle n’était pas très à l’aise (croire qu’elle avait peur), harnachée toute une journée sur l’avant d’un train lancé à grande vitesse… Elle s’est d’ailleurs légèrement foulé la cheville lors du tournage.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 95/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Eaunanisme

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

 Mylène Farmer et Eaunanisme dans Mylène AU FIL DES MOTS eaunanisme

Mylène aime la formule et s’amuse avec les mots. Eaunanisme (contraction d’eau et d’onanisme ») en est la parfaite illustration. Et si le texte peut sembler obscure de prime abord, la chanson est d’une sensualité et d’un érotisme torrides. Une spécialité de Mylène, qui perle ici de masturbation et de parfait communion avec l’élément liquide – élément que l’on retrouve en bruitage dès le début de la chanson. Dans toutes les religions, dans toutes les civilisations, dans tous les mythes, l’eau est source de vie, moyen de purification ou de régénérescence, promesse de développement.

Elle représente l’infini des possibles. Elle est un symbole universel de fécondité et de fertilité, de pureté, de sagesse, de grâce et de vertu. Elle est l’origine et le véhicule de toute vie, souffle vital – la sève n’est-elle pas de l’eau ? Avant de naître, ne baigne-t-on pas dan l’eau amniotique ?

L’eau est livre et sans attaches. Elle se laisse couler en suivant la pente du terrain ou en suivant le courant. L’eau s’abandonne. La force de l’eau est une force « yin » féminine. Et l’eau est partout, même dans les déserts, sous forme d’oasis, dans nos yeux, sous forme de larmes, sur nos corps, sous forme de sueur. Pour rattacher cette symbolique de l’eau au titre de la chanson de Mylène, on peut également parler de la cyprine, liquide sécrété par le sexe de la femme lorsqu’elle est en état d’excitation sexuelle, donc quand elle se masturbe….

Moment évoqué dans le refrain de la chanson : « Océan d’ambre / Mélange, mélange-moi / A tes légendes / Mets l’ancre, l’ancre en moi / C’est si doux la brûlure / Là où la main me touche, Eau / Et coule cette écume / De ma bouche ». Si, dans le refrain, Mylène emploie la première personne du singulier, elle parle dans les couplets d’une tierce personne (son double ?). Les vers « J’irai lui dire / Que de l’homme elle s’est lassée / De tout / Que sa vie rare / Est cachée dans le velours .. de l’immensité / Qu’il est trop tard pour l’aimer / Elle s’est dissoute… dans l’éternité, Eau » évoquent ainsi une femme qui s’adonne à la masturbation après avoir été délaissée par un homme…

Une fois n’est pas coutume, Mylène nous donne – presque – toutes les clés de ce texte dans une interview accordée le 16 octobre 1995 sur NRJ, au journaliste Eric jean-Jean :

« J’avais envie de l’élément eau, maintenant l’onanisme c’est effectivement la recherche du plaisir par soi-même. Moi, quand j’écris cette chanson, je pensais à l’écriture ; l’écriture est aussi un plaisir solitaire, en tout cas dans un premier temps, et j’avais envie d’écrire comme un petit conte, en évoquant un personnage ».

Un nouvel éclairage sur la chanson en effet… Alice serait donc la face noire de l’écriture et Eaunanisme la face solaire. Notons également que Mylène semble rendre ici un hommage discret à l’un de ses poètes préférés, Pierre Reverdy, et à son poème Autres jockeys alcooliques ‘Les Jockeys camouflés, 1918). Quand le poète écrit : « Je t’ai donné un nom qui n’est pas le tien / Je t’appelle autrement et tu me réponds pas / Tu ne comprends pas / Pourquoi marches-tu / Ce sont les jambes d’un autre qui te portent ». Mylène écrit : « Je suis qu’elle marche / Sans savoir qui elle est / Que c’est les jambes / D’une autre qui la portaient ». Dernière précision : si Eaunanisme est évincée des concerts de 1996, dans le making-of M.F Confidential, présent dans le deuxième DVD des clips de Mylène (Mylène Farmer, Music Video II et III, Polydor 05477069), on peut assister durant quelques minutes au mixage d’Eaunamisme au studio Record One de Los Angeles….

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Spectacle et chansons du Live Bercy de Mylène

Posté par francesca7 le 9 avril 2013

Spectacle et chansons du Live Bercy de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS bercy-210x300

 

En 1997, qui dit nouveauté dit changement d’équipe. Mylène fait table rase du staff des concerts de 1989. Hormis Laurent Boutonnat pour la conception du show et Thierry Suc pour la production, la chanteuse s’entoure de nouveaux visages ; Yvan Cassar (direction musicale et claviers), Jeff Dahlgren et Brian Ray (guitare), Jerry Watts Jr (basse), Abraham Laboriel Jr (batterie) et Susie Devis (claviers et percussions). Côté danseurs et danseuses, le public découvre augustin Madrid Ocampo Jr. Roberto Martocci, Jermaine Browne, Brian Thomas, Thomas Mariano et les danseuses-choristes Donna De Lory  et Valérie Bony. A noter que le danseur Christophe Danchaud travaille encore à ce jour avec Mylène et que la rivale de Libertine, Sophie Tellier, sort ici et définitivement de l’univers Farmer, par choix, comme l’a expliqué Tellier. Les chorégraphies, quant à elles, sont créées par Mylène Farmer, Christophe Danchaud et Jaime Ortega. Signalons aussi les nouvelles choristes Carole Rowley et Esther Dobong ‘ Na Essienne. Une partie de cette équipe toute neuve suivra désormais Mylène en tournée et lors des shows de 1999-2000. Les costumes eux aussi ont évolué : Thierry Mugler est remplacé par le génial et avant-gardiste Paco Rabanne. Il concocte pour Mylène de magnifiques tenues sexy et lumineuses argentées et blanches. Les décors sont très réussis également ; conçus par Jean Michel Laurent et Xavier Grosbois (L&C Design), ils se caractérisent par un écran géant (le plus imposant d’Europe), une araignée gigantesque où Mylène viendra se percher pour chanter Alice, et l’avant d’un train pour le final sur XXL.

Côté track-listing du concert, Mylène fait un savant mélange de ses quatre albums tout en privilégiant tout de même le dernier, Anamorphosée. De Cendres de Lune, elle chante Libertine, l’Ainsi soit je. Elle chante Sans contrefaçon et Ainsi soi Je… (pour certaines dates), de l’Autre… elle chante l’Autre, Je t’aime mélancolie et Désenchantée, et d’Anamorphosée elle interprète Vertige, California, Et tournoie . L’instant X, Alice, Comme j’ai mal, Mylène s’en fout, Rêver, Laisse le vent emporter tout, Tomber 7 fois.. et XXL . Soit l’intégralité de l’album, excepté Eaunamisme.

Reste Que mon cœur lâche, single sorti en 1992. Une belle surprise attend les spectateurs de Genève et Paris (et uniquement ceux-là), puis que Mylène interprète en duo avec Khaled La Poupée qui fait non, reprise du tube de Michel Polnareff de 1966. Le succès est total (même si la tournée n’st pas « sold out » comme en 1989) et sera l’occasion d’un disque et d’une VHS ainsi que d’un Laser Disc (le DVD sortira en 2000 – Mylène Farmer Live à Bercy, Polydor 0548502). A noter que sur la vidéo (réalisée par Laurent Boutonnat et François Hanss), le spectacle est dédié à Jean-Loup : Mylène rend ainsi hommage à son frère aîné, mort dans un accident le 26 octobre 1996. Sorti le 21 mai 1997, le CD du concert connaîtra un succès foudroyant avec près de 900 000 exemplaires vendus ; Un record absolu pour un Live, tous artistes confondus.

LA POUPEE QUI FAIT NON – (avec Khaled) – C’est pour une émission de télévision que Mylène enregistre un duo avec le chanteur algérien Khaled. C’est le troisième duo de toute sa carrière (après Frantz avec Guy Béart et Regrets avec jean-Louis Murat). Le 24 octobre 1996, alors qu’elle fait une pause forcée pendant sa tournée, Mylène accepte de venir chanter dans l’émission de TF1 « Tip Top ». Outre une courte interview, elle chante Comme j’ai mal et en duo, La Poupée qui fait non, reprise de Michel Polnareff.

Dans le magazine Instant Mag (n° 15, automne 2003), Thierry Rogen, ingénieur du son, se souvient de l’enregistrement : « J’ai aussi participe au single La Poupée qui fait non avec Khaled, où là, Laurent Boutonnat était complètement absent. L’enregistrement s’est fait ici, au studio (Les studios Méga à Suresnes) dans la bonne humeur. Ça a été très rapide, Mylène et Khaled se sont vus quatre heures en tout et pour tout ! » Un enregistrement éclair donc pour une chanson qui colle bien aux deux univers. D’autant que Mylène a toujours déclaré aimer Polnareff et connaître ce titre depuis l’enfance. La Poupée qui fait non fut chantée par Michel Polnareff en 1966 – c’est même son premier disque (EP La poupée qui fait non, Chère Véronique, Beatnik, Ce que je cherche, AZ 1024). Cette chanson de Franck Gérald sera un immense succès et permettre à Polnareff de débuter dans la chanson aux côtés de Sylvie Vartan Johnny Hallyday ou Claude François. Les paroles, comme c’était souvent le cas dans les années 1960, sont gentillettes : l’histoire d’une jeune fille (une poupée) qui ignore les avances d’un prétendant rien de plus. La qualité de la chanson vent donc essentiellement de la musique de Polnareff… En 1996, soit trente ans plus tard, c’est donc Mylène et Khaled qui reprennent ce titre pour une émission de télé. Mais cette version studio (ils chantent en play-back) ne sera jamais commercialisée. Elle reste inédite encore aujourd’hui, mais Khaled rejoindra Mylène lors des concerts à Genève et à Paris Bercy en décembre 1996.

Là, la chanson en live sera bel et bien enregistrée et gravée sur le CD et la vidéo du concert. Ce duo se situe à la fin du concert, juste avant la dernière chanson, XXL, Après Ainsi soit Je…, Mylène accueille donc Khaled sur scène, et ils offrent au public une version de La Poupée qui fait non aux accents arabisants, avec des arrangements d’Yvan Cassar.

                 issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 105/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...