• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 avril 2013

L’instant X de Mylène

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 L'instant X de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS x

Lorsque l’album Anamorphosée sort dans les bacs, nous sommes le 17 octobre 1995, soit quatre ans avant l’an 2000. Tout le monde en France, et ailleurs, y va de ses prédictions et analyses concernant le siècle à venir. Que va être l’an 2000 ? Qu’est-ce qui va changer ? Des économistes aux astrologues en passant même par le couturier Paco Rabanne, tout le monde ne parle que de ça. Mylène n’échappe pas à la règle avec L’Instant X. mais, alors que beaucoup se prennent au sérieux en avançant des hypothèses farfelues, Mylène s’amuse de cette situation et écrit un texte drôle et incisif. Elle rappelle, dans un premier temps, le climat morose qui règne dans le monde : « Bloody lundi / Mais qu’est-ce qui / Nous englue la planète / Et embrume ma comète ». A noter le petit clin d’œil à l’un des groupes préférés de la chanteuse : U2, et  au tube Sunday Bloody Sunday. Elle répond à ses questions en avançant que « C’est l’instant X / Qu’on attend comme le messie / Comme l’instant magique / C’est l’équation / L’ax +b qui fait tilt ». L’instant X, ou l’an 2000, devrait tout arranger, c’est en substance la réponse de Mylène ;

Mais le second degré est de mise ici, et la chanteuse s’adresse directement au « messie », à savoir… le Père Noël ! Dans le refrain, Mylène déclare carrément : « Papa Noël quand tu descendras du ciel / Du fun, du Zoprack et des ales / l’an 2000 sera spirituel / C’est écrit dans Elle / Du fun pour une fin de siècle ». Qui a dit que Mylène n’avais pas d’humour ?

Outre le Père Noël, l’artiste évoque les antidépresseurs « Zoprack » pour « Prozac ». Le 16 octobre 1995 sur NRJ, aux questions du journaliste Eric Jean-Jean, qui lui parle de ce fameux « Zoprack », voici ce que Mylène répond : « J’ai été obligée ! (rire) Parce que c’est interdit. On n’ a pas le droit de faire la publicité d’un médicament, donc plutôt que de l’enlever et de le tuer, j’ai préféré le mutiler et m’en amuser ! (rires).

Autre référence, le magazine Elle, qui comme tous ses confrères se perd en conjectures sur notre proche futur ; Mylène met en regard la « prédiction » d’André Malraux (« Le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas ») et le magazine féminin, qui n’a de cesse de publier des dossiers sur le prochain millénaire. Et que sera donc l’an 2000 selon Mylène ? Elle ne répond pas directement à cette question, mais en tout cas se sera « fun » ! A noter que la chanteuse fait référence au Styx, une rivière qui séparait le monde terrestre des Enfers en l’entourant neuf fois. Le Styx, le Phlégéthon, l’Achéron, le Léthé et le Cocyte convergeaient au centre du monde souterrain vers un vaste marais. Pour la chanteuse, nous somme sen plein dans ce bourbier, et le nouveau siècle va nous en sortir … on retrouve d’ailleurs explicitement le Styx dans la chanson : On est tous des imbéciles, puis dans Dégénération et symboliquement dans le clip d’A quoi je sers….

Une chanson qui fonctionne parfaitement, avec une musique très musclée de Laurent Boutonnat ; lors du second passage télé de Mylène avec ce titre, le 9 mars 1996 lors d’un « Top à Maritie et Gilbert Carpentier » sur TF1, elle n’hésite pas à embrasser ses danseuses sur la bouche. Un joli moment qui ne renierait pas Madonna….

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 93/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

My soul is slashed dit Mylène

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 

(single Mix de 1993)

My soul is slashed dit Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS fanflorine2-300x224Voici la deuxième fois (après My Mym Is Wrong) que officiellement, Mylène essaie de percer le marché international. Ici, ce sera avec la version anglaise de Que mon cœur lâche, My Soul is slashed (littéralement « J’ai l’âme tailladée »).

Cette version anglophone sortie en Europe en mai 1993 (la version française est sortie en novembre 1992) reprend exactement le même thème que sa sœur jumelle, à savoir la difficulté (mais la nécessité) de faire l’amour avec un préservatif : « The times are masked / Love in a bag, so sad / But baby do me »  (« Les temps sont masqués / L’amour dans un sac, c’est si triste / Mais chéri prends-moi ».

Avec ce My soul Is Slashed, Mylène ne réussira néanmoins pas à conquérir le marché européen, et pourtant le clip de Luc Besson (le même que Que mon cœur lâche, mais en VO) aurait pu aider la chanteuse à percer au moins en Allemagne, où le titre a été commercialisé… Il faut dire que Mylène, très occupée à la préparation du long-métrage de Laurent Boutonnat, Giorgino, ne fera pas de télévision avec ce titre….

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 85/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Nous souviendrons-nous de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 

Nous souviendrons-nous de Mylène Farmer dans Mylène AU FIL DES MOTS fanlaurene3-169x300c’est une magnifique chanson qui clôt l’album l’AUTRE… Nous souviendrons-nous.

Un titre de 5’05 en forme de question envers le public. En effet, Mylène pose ici les questions qui hantent tous les artistes ; et si tout s’arrête demain ? Et si je décide d’arrêter, se souviendra-t-on de moi ?…

Il s’agit de doutes et d’angoisses que chaque artiste ressent durant sa carrière. Mylène s’adresse très joliment au public ; « Aux vies qui s’abaissent à voir la mienne / Je sais / Qu’il me faudra prendre congé d’elles / Un jour ou l’autre ». Mylène comme à son habitude, fait preuve d’une grande lucidité sur son métier et sait qu’il faut raccrocher à temps. Il est intéressant également de noter comment Mylène évoque ses chansons : « Aux vies qui ont soutenu la mienne / Je sais / Qu’un long monologue poudré de neige / A partager ». Quant au refrain, il synthétise ses angoisses et ses doutes : « Et si je perds la foi / En nous, en tout / C’est bien malgré moi / Nulle prière / A chacun de nos pas / Je doute de tout / Nous souviendrons-nous de nous ».

Notons que dès 1991, et avec cette chanson, Mylène sera influencée par la poétesse américaine Emily Dickinson   (1830-1886). En effet, le vers de la chanson « Aux vies qui s’abaissent à voir la mienne » fait parfaitement écho à un vers du poème 273 des Dickinson, « Il a sanglé ma vie ; Et distribuer des sourires / Aux vies qui s’abaissent à remarquer la mienne / Et poliment l’invitent ». Dernière particularité du texte de cette chanson, Mylène réutilisera les premiers vers de sa chanson (« Aux vies qui s’abaisse à voir la mienne / Je sais / Qu’il me faudra prendre congé d’elles ») pour les traduire en anglais dans son duo avec  Seal en 2001 sur Les Mots  : « And to lives,that stoop to notice mine / I know I will say foodbaye »… La musique, quant à elle, est intéressante. Boutonnat utilise les mêmes accords de piano pour lancer les refrains de Désenchantée et pour la fin des refrains de Nous souviendrons-nous. Un procédé qu’il a déjà expérimenté pour La Veuve noire en la reliant à A quoi je sers… Doc, Désenchantée et Nous souviendrons-nous sont reliées.

Ainsi, si en 1991 Mylène se demandais si son public qui a tant aimé Désenchantée se souviendrait encore d’elle vingt et un ans après, la réponse est Oui, définitivement !

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 78/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...