Pourquoi dernier sourire de Mylène

Posté par francesca7 le 25 février 2013

 

Pourquoi dernier sourire de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS 8Quand sortent le SP et les maxi de Sans logique, en février 1989, les admirateurs de Mylène ont le plaisir de découvrir en face B une magnifique chanson inédite, Dernier Sourire. Magnifique chansons voire une des plus belles de Mylène.

Le texte est particulièrement sensible et émouvant, puisqu’il s’agit pour l’artiste d’évoquer les derniers instants d’un mourant (d’où le titre). On l’imagine ici au chevet d’une personne agonisante, mais sans savoir qui précisément (les « analystes » des textes de Mylène prétendent sans vergogne qu’il s’agit du père de la chanteuse, décédé en juillet 1986, mais rien n’est moins sûr tant l’artiste reste discrète à ce sujet). Quoi qu’il en soit, cette chanson deviendra immédiatement une chanson culte pour les fans de Mylène.

En effet, l’artiste utilise des mots simples et justes pour évoquer le passage entre l’état de vivant et celui de mort : « Sentir ton corps / Tout ton être qui se tord / Souriant de douleur / Sentir ton heure / Poindre au cœur / D’une chambre qui bannit le mot tendre / Sentir ta foi / Qui se dérobe / A chaque fois que tu sembles comprendre / Parle-moi encore / Si tu t’endors / Si c’est ton souhait . Je peux t’accompagner ».

Si ce texte semble clair et très compréhensible, ce qui n’est pas toujours le cas, reste le dernier vers, qui lui, est particulièrement abscons : « Ton souvenir ne cessera jamais / De remuer le couteau dans mon plaie ». Là encore, beaucoup se perdent en conjectures : Mylène se serait trompée lors de l’enregistrement en inversant les genres de « couteau » et de « plaie »…. Elle n’aurait pas eu le temps de recommencer pour rectifier son erreur. L’explication semble bien légère quand on sait le soin apporté par Farmer et Boutonnat à leurs enregistrements… Une autre analyse qui n’engage que son auteur serait que Mylène a rendu là un discret hommage à Serge Gainsbourg et à la chanson Le Couteau dans le play, écrite pour Jane Birkin (album Lost Song, 1087).

Là encore, Mylène seule pourrait départager les différentes explications… A la fin de la chanson, on peut entendre son cœur qui bat de plus en plus lentement ; pour s’arrêter définitivement….

Image de prévisualisation YouTube

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 51/220

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...