• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 25 février 2013

Le clip de Pourvu qu’elles soient douces

Posté par francesca7 le 25 février 2013

 

Le clip de Pourvu qu’elles soient douces est certainement celui qui fut le plus souvent diffusé en télévision ; mais rarement dans son intégralité, puisque la vidéo de la chanson réalisée par Laurent Boutonnat dure 17’. Encore un record pour Mylène, qui du coup détient également à l’époque le record du clip le plus cher (3 millions de francs, soit 46O OOO euros environ) et du clip comportant le plus de figurants (une centaine).

Le clip de Pourvu qu'elles soient douces dans Mylène AU FIL DES MOTS clippqsdmini07

D’énormes moyens pour Boutonnat donc (on est loin de Maman a tort) pour un clip qui n’est rien de moins que la suite de Libertine. On s’en souvient, à la fin du clip de LIbertine, Mylène et son compagnon sont laissés pour morts dans un champ. Issue trompeuse, puisque Mylène-Libertine est simplement blessée… au début du clip de Pourvu qu’elles soient douces, elle est recueillie par le commandant anglais Alec Parker le 18 août 1757 – alors que Libertine n’était pas daté (on comprenait que l’action se déroulait au XVIIIè siècle grâce aux décors et aux costumes), ici Boutonnat situe précisément l’intrigue dans le temps.

Rappelons qu’à cette date, la France est en guerre avec les Anglais. Il s’agit de la guerre de Sept ans (1756-1763). Dans le clip, les Anglais se trouvent en France par hasard (et pour leur plus grand malheur), car ils pensent être chez leurs alliés prussiens. Ils découvrent donc notre Libertine et la ramènent dans leur campement. Le commandant Parker tombe immédiatement sous le charme de la jeune file et n’hésite pas à regarder sa « vue de dos ». Un enfant premier tambour le surprend en plein voyeurisme, et le commandant, furieux, décide de la punir en fouettant son arrière-train… Mais Libertine arrive et fouette le visage du commandant avec une crache, lui casse une bouteille sur la tête avant de s’enfuir à cheval. Bientôt rattrapée par le commandant, Libertine cède aux charmes du militaire, et ils décident de rentrer au campement pour consommer leur nouvelle union.. Dans le même temps, l’armée française, ayant appris que des Anglais se sont égarés sur leur territoire, demande à des prostituées de les saouler et de les « occuper » en vue d’une attaque en règle prévue pour le petit matin. Et qui est à la tête des prostituées ? La rivale de Libertine, incarnée par Sophie Tellier, qui tue le commandant et découvre que Libertine n’est pas morte, mais se trouve dans les bras du militaire.

L’attaque a bien lieu dès l’aurore ; nous assistons alors au massacre des Anglais par les troupes françaises ainsi qu’à une bataille particulièrement violente entre Libertine et sa rivale. A la fin, Libertine transpercera le corps de son ennemie avec une baïonnette et tous les Anglais seront tués..

Tous les Anglais ? Pas tout à fait, puisque le petit garçon au tambour est sauvé par la Mort, qui lui apparaît à cheva let sous les traits de Mylène… Le clip est très réussi, et Boutonnat démontre ici sa maîtrise de la narration et de la caméra. Aucun détail n’a été oublié, des costumes aux décors en passant par les accessoires et les musiques additionnelles. Tourné en huit jours d ans la forêt de Rambouillet à la fin du mois d’août 1988, le clip de Pourvu qu’elles soient douces reste l’un des plus aboutis de Mylène.

Une parfaite réussite donc, qui sera projetée le 6 Octobre 12988 en avant-première au cinéma UGC sur les Champs-Elysées.

Image de prévisualisation YouTube

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 52/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

MEDLEY RTL pour Mylène

Posté par francesca7 le 25 février 2013

 

MEDLEY RTL pour Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS 1989-04-a-211x300Il fut un temps où Mylène s’adonnait de bonne grâce au jeu de la promotion. Ce fut le cas en 1988, où pour promouvoir l’album Ainsi soit Je… Mylène était présente sur toutes les télés et émissions de radio. C’est lors d’une émission de radio sur RTL animée par Fabrice « Casino Parade », que Mylène chante un medley de plusieurs chansons qui ne sont pas de son répertoire.

Le jeu était récurrent, et tous les artistes invités à cette émission devaient se plier à l’exercice, intitulé « Chantera, chantera pas ». Les chansons étaient puisées dans le répertoire « classique » de la chanson française. Pour Mylène, ce fut Une chanson populaire (Claude François), La montagne (Jean Ferrat), Sacré Charlemagne (France Gall), Malheur à celui qui blesse un enfant ( Enrico Macias), L’oiseau et l’enfant (Marie Myriam) et C’est un beau roman (Michel Fugain).

A chaque fois, la chanteuse interprète un très court extrait de la chanson en question. Rien d’extraordinaire ici, mais soulignons tout de même que Mylène s’en sort très bien, et surtout que c’est la première et la dernière fois qu’elle se pliera à de telles exigences de promotion… Outre ce medley, Mylène interprète dans l’émission trois de ses propres titres, Sans contrefaçon, Allan et Sans logique.

Ce medley RTL reste évidemment inédit.

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 51/220

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Pourquoi dernier sourire de Mylène

Posté par francesca7 le 25 février 2013

 

Pourquoi dernier sourire de Mylène dans Mylène AU FIL DES MOTS 8Quand sortent le SP et les maxi de Sans logique, en février 1989, les admirateurs de Mylène ont le plaisir de découvrir en face B une magnifique chanson inédite, Dernier Sourire. Magnifique chansons voire une des plus belles de Mylène.

Le texte est particulièrement sensible et émouvant, puisqu’il s’agit pour l’artiste d’évoquer les derniers instants d’un mourant (d’où le titre). On l’imagine ici au chevet d’une personne agonisante, mais sans savoir qui précisément (les « analystes » des textes de Mylène prétendent sans vergogne qu’il s’agit du père de la chanteuse, décédé en juillet 1986, mais rien n’est moins sûr tant l’artiste reste discrète à ce sujet). Quoi qu’il en soit, cette chanson deviendra immédiatement une chanson culte pour les fans de Mylène.

En effet, l’artiste utilise des mots simples et justes pour évoquer le passage entre l’état de vivant et celui de mort : « Sentir ton corps / Tout ton être qui se tord / Souriant de douleur / Sentir ton heure / Poindre au cœur / D’une chambre qui bannit le mot tendre / Sentir ta foi / Qui se dérobe / A chaque fois que tu sembles comprendre / Parle-moi encore / Si tu t’endors / Si c’est ton souhait . Je peux t’accompagner ».

Si ce texte semble clair et très compréhensible, ce qui n’est pas toujours le cas, reste le dernier vers, qui lui, est particulièrement abscons : « Ton souvenir ne cessera jamais / De remuer le couteau dans mon plaie ». Là encore, beaucoup se perdent en conjectures : Mylène se serait trompée lors de l’enregistrement en inversant les genres de « couteau » et de « plaie »…. Elle n’aurait pas eu le temps de recommencer pour rectifier son erreur. L’explication semble bien légère quand on sait le soin apporté par Farmer et Boutonnat à leurs enregistrements… Une autre analyse qui n’engage que son auteur serait que Mylène a rendu là un discret hommage à Serge Gainsbourg et à la chanson Le Couteau dans le play, écrite pour Jane Birkin (album Lost Song, 1087).

Là encore, Mylène seule pourrait départager les différentes explications… A la fin de la chanson, on peut entendre son cœur qui bat de plus en plus lentement ; pour s’arrêter définitivement….

Image de prévisualisation YouTube

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 51/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...