Bien ou mal pour Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 10 février 2013

 

Tout va bien, Mylène Farmer va mal

Au programme, spleen baudelairien, doute, peur, naufrage existentiel, au-delà… C’est la grammaire habituelle de la chanteuse et dans Monkey Me, les textes ont bien sûr le moral à zéro. Mais ils sont portés par de l’euro-dance qui invite à bouger, à lever les mains en l’air, à allumer les briquets. Générations désenchantées, allez! 

Tout va mal, Mylène Farmer va bien

L’envie de vivre, l’amour du public, l’amour tout court… C’est la face B de Monkey Me. Des textes qui ont la pêche portés par de la dance évaporée, des guitares, du nerf et du vocoder. Enjouée, pleine d’espoir, zen, c’est une Farmer qui ne se pose pas de question. Mantra Me, va! 

Tout est bien, Mylène Farmer chante des comptines

Erotissime, avec Love dance, une comptine birkinesse, années 1970 (pas mal, pas mal). Gothissime, avec Nuit d’hiver, de l’électro-industriel, sur des paroles minimales, deux phrases toutes simples : « Eh, oh, ce matin/Y’a Chloé qui s’est noyée. » Edgar Poe, c’est quand tu veux. 

Verdict

Bah, comment dire. Ou pas. C’est un disque bicéphale, écrit par Mylène Farmer, composé par Laurent Boutonnat, et chanté prochainement par des armées de fans à BercyMonkey me ne décevra pas ceux qui ont plébiscité le CD précédent et ne convaincra pas les autres qui ont éteint Radio Farmer depuis les années 1980. 

 

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...