The Farmes’s Conclusion

Posté par francesca7 le 26 janvier 2013

 

Bien vu et génial morceau sans paroles que ce Farmer’s Conclusion : bien vu, puisqu’il clôt l’album Ainsi soit je… et génial, puisque Boutonnat et Farmer se moquent gentiment d’eux-mêmes. D’eux-mêmes ou plutôt du pseudonyme qu’a choisi Mylène « Farmer » (fermière). Boutonnat s’amuse donc ici à sampler des cris d’animaux (cochon, cheval, chien, âne, chèvre, coq…) avec divers instruments. Mylène n’est pas tout à fait absente de cette « conclusion de fermière» puisque ses soupirs se mêlent aux cris des animaux.

La fermière au milieu de sa basse-cour ! Basse-cour que l’on pourrait assimiler au show-biseness et aux médias, qui en 1988, commencent à beaucoup parler de Mylène. Une façon drôle et originale de faire un pied de nez au milieu, mais moins directe qu’avec la chanson On est tous des imbéciles… un morceau de 2’15 qui n’existe que sur l’album Ainsi soit-je…

Image de prévisualisation YouTube

 

    issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 50/220

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...