Monkey Me de Mylène

Posté par francesca7 le 25 janvier 2013

 

L’album Monkey me, qui vient de sortir, sonne d’ailleurs comme des retrouvailles avec la Mylène de notre adolescence (je parle à ceux qui sont nés au crépuscule du vingtième siècle) : un son années 80, synthé, et des arrangements hight-tech pour un album où Mylène « singe les ombres » et donne la part belle aux textes obscurs à double (triple ?) sens.

Le titre de l’album est dû à la rencontre extrêmement émouvante (d’après l’artiste) avec… une guenon de 4 ans… Mais pas n’importe quelle guenon : celle-ci aurait été volée à 3 mois avant d’être retrouvée quelques mois plus tard. Elle vit maintenant… dans un zoo. Voilà voilà…

Si « nuit d’hiver », instrumental méditatif, se détache du reste, c’est que les morceaux de cet album trouveront facilement leur place sur le dancefloor et dans le cœur des fans inconditionnels qui seront content de retrouver leurs repères… Repères fixés depuis une bonne vingtaine d’années… Un son dance/electronique associé à des paroles mélancoliques et des mélodies pop/rock.

On pourra dire que Mylène Farmer oublie de vivre avec son temps. Pourtant, les paroles de ses chansons évoquent les interrogations qui nous sont soufflés quotidiennement dans le creux de l’esprit : « Mais où va le monde ? », par exemple. Et puis, il faut bien dire qu’il y a un changement notable chez notre Mylène nationale (ou presque… Oui, je sais qu’elle est née au Canada) : elle a les cheveux blancs et lisses, sur la couverture de l’album, et non plus roux et frisés.

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...