• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 17 janvier 2013

Dans le sac de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 17 janvier 2013


Paru dans POSTER MAGAZINE de NOVEMBRE1984

Dans le sac de Mylène Farmer dans Mylène 1982 - 1984 f6-148x300Cassette : C’est la cassette de ma prochaine chanson. Ce n’est que la maquette, elle n’est pas complètement terminée mais je l’écoute très souvent. Elle commence comme cela : « Bip be bou rock’n roll, l’amour au téléphone ».

Parfum : Je ne me parfume jamais dans la journée. Je le fais le matin et le soir avant de me coucher. Mais je préfère avoir le flacon dans mon sac, on ne sait jamais…

Broche : Elle représente un chat noir. Je la porte souvent sur moi. C’est pour ma future réincarnation.

Livre : C’est mon livre préféré : « La nuit des assassins » de José Triana. Je l’ai déjà lu quatre ou cinq fois. Je trouve le temps de lire en attendant sur les plateaux de télé ou avant les galas.

Paquet de cigarettes : Je fume des Stuyvesant menthol. J’en fume assez peu et je n’ai jamais de feu sur moi. Cela me permet de faire des rencontres.

Clef : C’est ma clef « Barbe bleu », la clef de ma porte interdite. Je peux en avoir besoin à n’importe quel moment, car je sais qu’il y a toujours des choses à découvrir.

Courrier : Je reçois beaucoup de lettres – la plus lointaine venait du Cameroun. Ce sont surtout des filles qui m’écrivent, quelques infirmières, de nombreuses mamans… Je réponds à toutes les lettres.

Chaussettes : Cette paire de chaussettes n’est pas pour moi, c’est pour… car je déteste les hommes qui transpirent des pieds.

Bombe : C’est une bombe paralysante anti-agression. Je pourrais l’utiliser si j’étais attaquée par des mamans qui en ont assez d’entendre ma chanson « Maman a tort ». Je ne l’ai pas encore fait mais j’ai hâte !

 

Publié dans Mylène 1982 - 1984, Mylène en CONFIDENCES, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène chez Drucker

Posté par francesca7 le 17 janvier 2013

CHAMPS-ÉLYSÉES le 22 SEPTEMBRE1984

Présenté par Michel DRUCKER – ANTENNE2

Dans cette émission dont Gilbert Bécaud est l’invité d’honneur, Michel Drucker reçoit pour la première fois

Mylène Farmer. On la voit dans le pré générique arriver au studio Gabriel et saluer à la caméra. Au cours de l’émission, Michel Drucker présente Mylène, qui arrive sur le plateau pour chanter (en direct) « Maman a tort ». La prestation est suivie d’une interview, dont on apprendra par la suite qu’elle n’était pas prévue à la base et qu’elle eût lieu car suite à des désistements, il fallait combler certains moments de l’émission !

Mylène chez Drucker dans Mylène en INTERVIEW mylene-et-druckerMichel Drucker : La jeune fille que je vais accueillir maintenant, Gilbert Bécaud, elle est française, mais elle est née à Montréal, au Canada. Vous parliez du Québec, elle a passé 13 ans de sa vie là-bas.

Gilbert Bécaud : Moi, j’adore sa chanson (…) J’aime bien : (il chantonne) « Un, maman elle a tort ; deux l’amour c’est bon… » (sic)

MD : Oui, c’est l’histoire d’une jeune fille qui dit qu’elle aime bien les choses qu’on lui a interdites, petite.

GB : Exact. Moi, je trouve que c’est une très bonne chanson. (Au public) Vous la connaissez ? Elle est bien cette chanson, hein !

MD : Alors, elle s’appelle « Maman a tort », et elle s’appelle Mylène Farmer !

Mylène arrive sur le plateau, son micro à la main. En se mettant en place, elle se prend les pieds dans le fil du micro et fait une moue amusée. La musique commence, elle chante « Maman a tort » en direct, en effectuant une petite chorégraphie que le caméraman a beaucoup de mal à suivre ! Elle finit la chanson assise par terre. Michel Drucker l’aide à se relever puis ils vont tous deux s’asseoir.

MD : Mylène Farmer ! Sur les routes de France, cet été, je pouvais pas allumer un poste de radio sans vous entendre. On voyait des petites filles qui comptaient : « Un, maman a tort… ». Racontez-moi un petit peu : vous avez grandi au Québec, au Canada ?
MF : Oui, j’ai vécu à Montréal pendant près de dix ans.

MD : Mais vous êtes française…
MF : Je suis française et canadienne, j’ai les deux nationalités. Et puis je suis arrivée à Paris, et depuis j’y vis.

MD : Alors, vous avez fait quoi ? Vous étiez mannequin, je crois…
MF : Oui, pour gagner de l’argent, j’ai été mannequin. Parallèlement, j’ai suivi des études comme tout le monde.

MD : Quelles études ?
MF : Oh, des études, c’est-à-dire le lycée jusqu’en terminale, et puis ensuite j’ai fait un peu le mannequin.

MD : Et puis cette chanson qui est arrivée dans votre vie, comme ça par hasard ?
MF : Plus ou moins par hasard, disons que j’ai rencontré deux personnes, qui sont mes producteurs, Laurent Boutonnat et Jérôme Dahan, et compositeurs, et qui m’ont proposé cette chanson.

MD : J’ai écouté souvent la chanson, mais j’ai pas tout compris. Vous êtes amoureuse de l’infirmière, c’est ça ?
MF : Ecoutez (rires), je peux vous raconter un peu la chanson. C’est quelque chose qui me tient effectivement un peu à cœur. Ca peut arriver à beaucoup d’enfants qui sont dans des centres hospitaliers et qui n’ont finalement pour heu… j’allais dire pour mamans, disons que ce sont des personnes qui s’occupent de ces enfants, ce sont des infirmiers ou infirmières et ces infirmières donnent à manger à ces enfants, les bordent au lit, leur font un bisou avant de s’endormir, donc prennent la place des mamans. Donc, c’est une petite fille qui dit à sa maman : « J’aime l’infirmière ».

MD : Bon, ça a été un énorme succès. Vous allez continuer, ou c’est un coup, comme on dit ?
MF : Non, j’espère continuer ! Là, je vais sortir un prochain 45-tours, et puis après on verra si ça marche. (…)

MD : Je vous souhaite une longue carrière, mademoiselle Mylène Farmer, qui vient pour la première fois à « Champs Elysées ».
MF : Merci…

Michel Drucker lance la suite de l’émission. Mylène reviendra lors du générique de fin de l’émission, au milieu des autres invités.

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...