• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 janvier 2013

La chanson de la Vie de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 9 janvier 2013

 

C’est lors de l’émission « Champs-Elysées » du 15 Mars 1986 que Mylène va chanter en direct quelques vers de La Chanson de la Vie. Accompagnée d’Alice Dona, la compositrice de la chanson, de Sheila, de Nicole Croisille, de Michèle Torr, de Marie-Paule Belle, de Julie Pietri ou encore de Marie-Christine Barrault, Mylène va ainsi se prêter au jeu de la chanson collective (en l’occurrence féminine), comme cela était en vogue dans ces années-là.

Image de prévisualisation YouTube

En effet, avant Coluche et La Chanson des Restos (1986), Alice Dona, en 1985, contacte l’association caritative Care France et sa présidente Marie-Claire Noah (mère de Yannick) afin de réaliser un disque dont les profits iront intégralement à l’association. Vingt-cinq femmes enregistrent donc cette Chanson de la vie, mais pas Mylène. Si un clip avec toutes les participantes de la version studio est bel et bien enregistré, les passages télé en direct restent un vrai casse-tête. En effet, il semble impossible de réunir sur un plateau vingt-cinq artistes en même temps. C’est exactement le problème qui se pose pour un passage dans l’émission « Champs-Elysée » en mars 1985 sur Antenne 2 ; il faut des « remplaçantes », car Barbara, Marie Myriam, Dorothé ou encore Jane Birkin ne peuvent, pour des raisons professionnelles, venir chanter leur partie de la chanson.

Mylène est ainsi appelée à la rescousse. Rien d ‘étonnant à cela, puisque le disque La Chanson de la Vie est édité chez Polydor (maxi vinyle La Chanson de la vie, Polydor 883 625-1) ; il apparaît donc tout naturel qu’Alice Dona fasse appel à des « artistes maison », Mylène se prêtera ainsi au jeu de la chanson collective en chantant en direct les vers suivants : « Tu chantes / Seule avec tes petits / Sans haine / Tu chantes / La chanson de la vie ». Mylène avait-elle été contactée pour la version studio ? Nul ne le sait…

POUR L’ANECDOTE, elle est ainsi présentée par Alice Dona : « Une remplaçante pur un soir, très adorable Mylène Farmer ». Elle apparait alors souriante, un verre à la main et encore brune… Cette image de Mylène en brune sera l’un des dernières, car elle passera bientôt au roux !

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 32/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer Bad Girl

Posté par francesca7 le 9 janvier 2013

 

C’est au regard de l’énorme succès de Libertine et pour conquérir le marché anglophone (comme Mylène le précise lors d’un Top 50 de 1986) que Laurent Boutonnat et Mylène décident d’adapter Libertine en anglais. Ce sera chose faite en 1986 avec ce Bad Girl qui dure 3’43 (un peu moins que la chanson originale de 3’51).

http://www.dailymotion.com/video/x53rdx 

Pour quelle raison cette version anglophone ne sera-t-elle jamais éditée sur disque ? Nul ne le sait, mais les admirateurs de la chanteuse n’ont de cesse de se repasser ce titre en MP3. Comment est-il sorti des armoires de Polygram ? Là encore le mystère reste entier… Quoi qu’il en soit, Bad Girl reprend a musique de sa sœur francophone, mais avec des paroles complètement différentes.

Voici le premier couplet :

Mylène Farmer Bad Girl dans Mylène AU FIL DES MOTS 18c8519-224x300“ I was everything you wanted me to be / I was used and I got nothing in return / I believe in true and everlasting love / You took all my dreams when you left” … quant au refrain, l’accent anglais de Mylène n’étant pas encore ce qu’Il est aujourd’hui, on ne peut que supposer qu’il se compose des paroles suivantes : “Bad girl,  now I’m a bad girl / Living the fantaisies / Bad girl, now I’m a bad girl / Come and play with me”. Au regard des paroles, on peut aisément comprendre que Mylène n’ai pas voulu commercialiser le titre, elle qui depuis le début privilégie les textes avant tout. Peut-être est-ce donc la raison du refus de Mylène ? De plus, la chanteuse ne semble pas aimer les translations en langue étrangère (à la différence de nombre de ses consoeurs de l’époque). En effet, dans toute l’œuvre de la chanteuse, seuls trois titres français de Mylène ont été également chantés en anglais : « Maman a tort (My Mum Is Wrong), Que mon cœur lâche (My soul Is Slashed) et Inséparables (Inseparables).

                issu du livre de Benoît CACHIN sorti en octobre 2012. Aux éditions Gründ. Page 32/220

 

Publié dans Mylène AU FIL DES MOTS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...