Mylène dans Paris-Match

Posté par francesca7 le 24 décembre 2012

Mylène Farmer à la Une de « Paris-Match » demain

Farmer annonce son envie de remonter sur scène, « une dernière fois ».


Entretien confession avec Nathalie Rheims

Des photos audacieuses

Mylène dans Paris-Match dans Mylène dans la PRESSE mfbercy2006_51a-200x300À l’occasion de la sortie de  Bleu Noir, son huitième album, la mystérieuse Mylène Farmer a accepté de son confier, dans Paris Match, à son amie Nathalie Rheims. Dans cet exercice qu’elle accepte à de très rares occasions, ici agrémentée d’un portfolio sublime et intime, la chanteuse revient sur la genèse de ce disque et des changements qui l’accompagnent. Pour la première fois, son complice Laurent Boutonnat n’est pas de la partie :

« Je ne me suis en aucun cas éloignée de lui. Après la tournée et les concerts au Stade de France, il s’opère une effrayante descente aux enfers malgré le succès, un vide sidéral, un manque. Vous recevez tant d’amour, de vibrations, autant de sensations qui vous donnent l’envie… d’écrire. Laurent a tout à fait compris mon besoin de créer. C’est aussi ça, la complicité. » Certes, mais pourquoi l’envie de créer sans lui ? Pour Bleu Noir, Mylène a fait appel à son ami Moby, à RedOne notamment sur le single Oui mais… Non et au duo Archive, pour l’envoûtant Leila.

Dans cet entretien, où elle n’évoque pas son projet de film adapté justement d’un roman de Nathalie Rheims, mais Farmer annonce son envie de remonter sur scène, « une dernière fois ». Elle évoque les critiques pas toujours constructives, comme celles d’un animateur qui l’avait accusé de faire du playback sur scène : « C’est impressionnant de voir à quel point certaines personnes se sentent grandies en dénigrant, en tentant de blesser (…) La critique est nécessaire ; la grossièreté, inutile. »

Au détour d’une réflexion sur l’amour et la mort, Mylène glisse : « J’ai essayé la joie de vivre, mais ça n’a pas marché ! » Ne soyons pas de mauvaise foi, elle évoque seulement ses sources d’inspirations, pas sa manière de vivre.

On apprend également que Mylène adore Faites entrer l’accusé et que l’homme idéal, n’est pas Christophe Hondelatte, mais plutôt Jean Rochefort : « Un acteur unique, un homme d’une classe folle, un charme renversant. Je suis sensible à sa grande délicatesse, c’est un être totalement décalé, si émouvant aussi. Bref… magnifique. » Qui l’eu cru ? Nous, on l’aurait bien vu avec Tim Burton.

 

L’intégralité de cette interview est à découvrir dans Paris Match, en kiosque le 2 décembre 2010. 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...