Critique Mylène – Bleu noir

Posté par francesca7 le 13 décembre 2012

Critique: Mylène Farmer – Bleu noir (2010)

  parution chez http://dimanchematin.com/

Depuis Cendres de lune, 1er album studio de Mylène Farmer paru en 1986, chaque nouveau disque est attendu plus que le précédent.  Et la démone rousse a su livrer la marchandise à maintes reprises.  Que ce soit par le biais de Anamorphosée, L’autre ou même Point de suture,Mylène a toujours su offrir à ses fans des albums d’une qualité remarquable avec, à tout coup, des pièces fracassantes qui ont marqué l’univers musical. Désenchantée, L’instant X et Sans contrefaçon en sont que quelques exemples.

Critique Mylène - Bleu noir dans Mylène et des CRITIQUES mylene-farmer-2012-300x200Par contre, avec son dernier opus, Bleu noir, Mylène déçoit.  Le premier extrait radio Oui mais non laisse présager un album semblable aux précédents avec des mélodies accrocheuses, intenses et touchantes mais il n’en est rien.  À part Oui mais non, le reste de l’album est un enchaînement lourd et pénible de chansons ternes, mornes et sans saveur.  Dès la première écoute du nouvel album de la grande et séduisante rousse, on perd l’intérêt.  On cherche l’étincelle, la flamme, l’intensité.  On y trouve rien de tout ça.  On retrouve plutôt des ballades sirupeuses saupoudrées d’un brin de trip-hop et de musique new age.  Que s’est-il donc passé?

Lorsqu’on jette un coup d’œil au petit livret qui accompagne l’album, on comprend immédiatement ce qui manque.  Laurent Boutonnat.  Son complice de toujours est absent de Bleu noir. Mylène a décidé de s’impliquer davantage pour son plus récent disque.  Elle a laissé de côté le talent exceptionnel de Boutonnat pour faire confiance à Moby, Red One et Darius Keeler.  Pour ce qui est de Moby, nul besoin de présentation, le chanteur qui a prêté sa voix au succès de Mylène en 2006 Slipping away, signe 5 des titres du dernier album de la chanteuse d’origine québécoise.  Quant à Red One, à qui l’on doit entre autre Just Dance & Poker Face de Lady Gaga, il signe trois titres dont Oui mais non. Finalement, Darius Keeler, qui a connu un succès mitigé avec son groupe de trip-hop/ rock progressif Archive, signe quant à lui, les 3 autres pièces de l’album de Mylène.

Choix surprenants de collaborateurs, résultats décevants.  Ceux qui aiment Mylène ne l’aiment pas seulement un peu; ils l’adorent.  Ils l’adulent.  Et de leur servir un tel album est honteux.  Par contre, à la défense de la chanteuse née sous le nom de Mylène Gautier à Pierrefonds, on se doit de souligner qu’elle fêtera ses 50 bougies en septembre de cette année.  Et comme plusieurs autres artistes; un virage musical plus smooth n’est pas si hors du commun rendu à un certain âge.  Tout de même dommage pour ses fidèles fans qui ont trippé comme de véritables groupies sur la démone rousse depuis maintenant 25 ans…

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...