• Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Sainte Mylène…

Posté par francesca7 le 29 novembre 2012

Erwan Chuberre Sainte Mylène… Priez pour moi !, Editeur Indépendant, 2007

Gay, la trentaine, un corps travaillé, une passion pour Mylène Farmer : Erwan est à la recherche de sa vie. Entre des aspirations ratées, des carrières avortées et des histoires d’amour bancales, il décide de quitter Paris pour Montpellier à la recherche de nouvelles aventures. Ce déménagement se révèlera lourd de conséquences, autant pour sa vie privée que professionnelle !!

 Gay ou hétéro, tout un chacun partage les mêmes rêves de réussite et d’amour, des amis pittoresques et un don pour les situations irréelles. Erwan Chuberre ne fait pas exception à la règle, et s’il se sert de son héros pour nous faire découvrir le milieu gay, il n’en oublie pas pour autant la quête du bonheur qui nous anime tous.

 

Illustration : Frantz Saunier

Sainte Mylène... dans Mylène et mes BLABLAS 51trlhgew3l._sl500_aa300_« Erwan Chuberre est depuis toujours passionné par les icônes gays, de Mylène Farmer à Boy George, en passant par Louis II de Bavière ou bien encore Dorian Gray. Passionné de littérature, de musique et de cinéma, l’auteur s’inscrit un temps aux Cours Florent, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. A 36 ans, et après différents romans, dont un autour de Sylvie Vartan, et une biographie sur Mylène Farmer, entre autres, Erwann revient à la fiction avec « Sainte Mylène… priez pour moi ! », un roman (autobiographique ?) autour de la rousse diva, qui ravira les fans de l’interprète de « Désenchantée ». Gay, la trentaine, un corps travaillé, une passion pour Mylène Farmer : Erwan est à la recherche de sa vie. Entre des aspirations ratées, des carrières avortées et des histoires d’amour bancales, il décide de quitter Paris pour Montpellier à la recherche de nouvelles aventures. Ce déménagement se révèlera lourd de conséquences, autant pour sa vie privée que professionnelle ! Gay ou hétéro, tout un chacun partage les mêmes rêves de réussite et d’amour, des amis pittoresques et un don pour les situations irréelles. Erwan Chuberre ne fait pas exception à la règle, et s’il se sert de son héros pour nous faire découvrir le milieu gay, il n’en oublie pas pour autant la quête du bonheur qui nous anime tous. Une suite serait déjà prévue… » Thierry Cadet / Charts in France

 

 » Grand fan de Mylène Farmer, Erwan Chuberre sort un roman autour de la chanteuse mythique. A 36 ans, l’auteur a déjà publié de nombreux ouvrages, ayant pour thème Sylvie Vartan ou Mylène Farmer, dont il a écrit la biographie. « Sainte Mylène… priez pour moi ! » est une fiction, qui s’inspire bien largement de la vie de l’écrivain, notamment dans le milieu gay où la star de la chanson française est une véritable icône  » Femme en ville

 

Presse magazine 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Conception du clip Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 29 novembre 2012

 

Beymond my control –

Conception du clip Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS 1999-fabrice-vallon-002b-199x300 

La conception du clip par Laurent Boutonnat 

Bien loin des structures habituelles qui régissent le clip, ceux dont nous parlons ici pourraient résulter d’un mélange inédit entre plusieurs formes filmiques, plus ou moins éloignées les unes des autres : Le film musical, le film de divertissement, le film expérimental, le film publicitaire, le film muet. Laurent Boutonnat, comme écartelé entre deux pôles opposés du cinéma (le pôle du divertissement et celui du cinéma expérimental) choisi deux axes d’approche pour ses clips. On peut aisément se rendre compte que les deux conceptions du vidéo-clip par ce réalisateur se départagent selon la durée de chacune de ses productions. Sur les vingt-cinq clips que Laurent Boutonnat a tournés, six d’entre eux durent plus de sept minutes, comportent des musiques additionnelles, sont encadrés par un générique de début puis de fin, et contiennent parfois des dialogues. La durée de la majorité des autres clips restent approximativement autour de celle de la chanson qu’ils illustrent et explorent une imagerie plutôt qu’un récit à proprement dit.

Les clips longs comme une visée cinématographique

La première catégorie, celle des clips à durée supérieure à six minutes, obéit aux règles du cinéma traditionnel, par opposition au cinéma expérimental, chacun de ces six films obéit davantage aux critères qui font d’une œuvre un film de divertissement qu’à ceux qui régissent la forme du vidéo-clip. Bien loin du studio au décor épuré loué à la journée, des déjà vieux effets spéciaux rappelant l’Art vidéo tel que le pratiquaient des artistes comme Paik dans Global Groove (1972) ou Emshwiller dans Scape-mate (1972), Laurent Boutonnat a pensé six de ses clips comme autant de fictions cinématographiques se démarquant le plus souvent possible de l’esthétique du vidéo-clip, tel qu’il existait encore en 1985. La durée habituelle d’un vidéo-clip oscille entre trois et cinq minutes. Laurent Boutonnat, dans ses six clips les plus longs arrive à des résultats compris entre huit et dix-huit minutes. Ces minutages exceptionnellement longs pour des clips destinés aux passages télévisuels répétés seront paradoxalement l’outil principal de la volonté de vision par le plus grand nombre. Misant sur le bouche à oreille, ces clips (pourtant eux-même objets promotionnels) seront eux-même l’objet d’une promotion. Et c’est précisément cette popularisation du clip qui portera la musique qu’il illustre à l’oreille de tous, avec en perspective non seulement la vente du support phonographique, mais également du support vidéo, la majorité des clips de Laurent Boutonnat ayant été disponible dans le commerce. C’est en partie grâce à leur relative longue durée et à leur support (pellicule 35 mm au format d’image 1.85 ou 2.35) que quatre de ces films ont pu bénéficier d’une exploitation en salles de cinéma avant et simultanément à leur diffusion télévisée. Conviant la presse cinématographique et musicale pour les premières séances, omettant de préciser au public que le film projeté était un court-métrage (grandes affiches à l’appui) un clip comme Libertine doit son succès à l’exploitation au cinéma Publicis des Champs-Élysées à Paris (juin 1986) dont il a bénéficié deux jours durant : évènement pour un clip qui s’est largement répercuté sur les ventes de 45 tours à l’époque, la télévision française ayant largement rediffusé le clip suite à l’engouement des projections. Avec des durées peut vendables à priori en télévision, le réalisateur prend pourtant le risque d’être ignoré, la carrière de ses clips ne saurait se passer de la multidiffusion propres aux médias télévisuels. On ne peut être présent sur tous les marchés si l’on a rien à vendre, c’est pourquoi les méthodes pour diffuser progressivement le clip au public ne saurait se justifier sans l’envergure de l’originalité intrinsèque du contenu.

BARSEPA - étoiles

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer TV 1996

Posté par francesca7 le 28 novembre 2012

 

Mylène Farmer TV 1996 dans Mylène et mes BLABLAS cpfarm7-216x300Triste anecdote relative au passage de Mylène dans l’émission « Les enfants de la guerre » en novembre 1996 : elle venait tout juste de perdre son frère dans un accident de voiture au moment de l’enregistrement. L’enregistrement de sa prestation sur Rêver avait donc été aménagé pour lui faciliter le plus les choses (malgré le fait que des fans présents sur le plateau aient perturbé l’enregistrement, déçus que Mylène quitte le plateau rapidement). Mylène portait sa robe en métal du Tour 96, très lourde et donc contraignante pour se déplacer. Or, la loge de Mylène était située très loin du plateau. La production lui avait donc proposé de rejoindre le plateau avec une petite voiturette. Mais Luciano Pavarotti, invité d’honneur de l’émission, avait réquisitionné cette voiturette pour ses propres déplacements, comme c’était de coutume de chez lui car il ne se déplaçait pratiquement qu’ainsi. Mylène a donc du faire le chemin à pied avec sa robe sur le dos. Mais ce n’est pas tout : après l’enregistrement, on a fait savoir à Mylène que Pavarotti souhaitait la rencontrer dans sa loge à lui, ayant beaucoup aimé sa prestation. Mylène attend donc devant la loge de Pavarotti, longtemps. Il ne lui a jamais ouvert sa porte… 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Ainsi soit-elle Mylène

Posté par francesca7 le 28 novembre 2012

 

Ainsi soit-elle Mylène dans Mylène et mes BLABLAS illogical-nobody-knowsVoici la petite histoire de la naissance de la biographie officielle ’Ainsi soit-elle’ sortie en 1990 : la volonté de Mylène était de faire un livre d’entretiens, en réaction au livre ’Mylène Farmer’ de Patrick Milo (qui n’avait jamais rien fait avant, et n’a jamais rien fait depuis !). En 1989, après la dernière date de sa tournée (à Bercy), elle a donc contacté un auteur avec qui elle avait fait une longue interview pour un petit magazine avant le Palais des Sports (peut-être Stars Mag) et qui avait complété ledit magazine de textes lyriques sur son univers : Philippe Séguy. Elle voulait faire un livre d’entretiens, mais il en a fait un livre constitué uniquement de textes pompeux et impénétrables. Depuis, elle aurait eu en projet de refaire quelque chose plus conforme à sa première idée, mais cette envie a été freinée par la déferlante de livres ininterrompue que l’on peut observer depuis 1999. 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Pour les costumes de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 24 novembre 2012

 

confidences de Nelly Giraud (Habilleuse)

 

Pour les costumes de Mylène Farmer dans Mylène en CONFIDENCES mfbercy2006_01a-205x300En quoi consiste votre métier ?
Je m’occupe des costumes. A savoir les changements, pendant le spectacle, et l’entretien, entre deux concerts. Je m’occupe aussi de l’artiste, en préparant sa loge.

C’est-à-dire ?
Je mets en place ce qu’il faut dans la loge. Mylène est une grande consommatrice de thé et de miel.

Vous faites cela depuis longtemps ?
Oui, une trentaine d’années. J’ai beaucoup travaillé avec Sylvie Vartan, Johnny, Yves Montand, Barbara.

Et vous avez fait les tournées de 96 et 99 avec Mylène…
Oui, et le dernier spectacle de cette année aussi.

Est-ce que vous assistez aux essayages des costumes en amont de la tournée ?
Pas tout le temps, ça dépend. Pour le « Mylenium Tour », oui, car elle avait besoin moi, car je suis aussi couturière. Pour le spectacle « Avant que l’ombre… à Bercy », on a commencé à travailler fin décembre.

Il existe une tenue, vert émeraude, que Mylène n’a portée qu’à la toute première date du « Mylenium Tour » à Marseille. Pourquoi ne l’a-t-elle plus jamais revêtue ensuite ?
Elle n’était pas que verte, elle était argentée aussi. Je crois qu’elle n’était simplement pas bien dedans.

Vous avez suivi Mylène sur toutes les dates, même jusqu’en Russie ?
Oui. Mais je n’étais pas toute seule. On était quatre habilleuses, dont deux pour Mylène.

Vous l’habilliez combien de temps avant le début du concert ?
Une demi heure avant. Trois quarts d’heure maxi.

Parle-t-elle dans les dernières minutes qui précèdent le spectacle ?
Non, pas du tout.

Il existe plusieurs exemplaires de chaque tenue ?
Non, en général, il n’y en a qu’un seul.

Et s’il y a un vêtement qui s’abîme ?
Nous sommes là pour le réparer avant le concert d’après.

C’est arrivé ?
Oui. Surtout le voile avec lequel Mylène entre en scène. Il était souvent troué après le concert car elle s’accrochait régulièrement dans la main de la statue.

Et le faux cul de « Optimistique-moi » ?
Ah c’était très beau ça ! Mais il ne nous a posé aucun problème d’entretien. Par contre, c’était très compliqué à mettre. On avait trouvé une astuce pour l’enfiler à Mylène : on se mettait à deux et on accrochait les chaps (ndlr : surpantalon façon cow-boy) sur la guêpière et Mylène l’enfilait presque comme un pantalon.

En fin de tournée, Mylène réunit-elle toute l’équipe pour vous remercier ?
Oui, on fait un grand repas. Tout le monde se retrouve. On reçoit généralement des cadeaux. Pour le « Mylenium Tour », chacun a eu un blouson Reskin. 

 

Parution de l’Interview dans IAO magazine de 2006

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Technicité des spectacles de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 24 novembre 2012

 

Technicité des spectacles de Mylène Farmer dans Mylène en CONFIDENCES 150_41754confidences de Guy-Claude François (Concepteur du décor)

 

Guy-Claude François est un acteur très important de la tournée « Mylenium Tour », puisque c’est lui qui a conçu le décor de la scène, dont la fameuse statue géante inspirée d’un tableau de Giger. Entretien passionnant et instructif.

 

Quelles ont été les principales difficultés techniques pour vous ?
Désolé, mais je ne me rappelle d’aucune difficulté particulière. J’ajoute que cette production a été un modèle d’heureuse connivence.

Lors de la tournée, comment la statue était-elle transportée d’une ville à une autre ? Combien de temps fallait-il pour la remonter ?
Elle était transportée dans plusieurs camions : un bras dans l’un, la tête dans l’autre, etc. ! Il fallait une demi-journée pour la remonter. L’atelier Artefact qui l’a construite est l’un des meilleurs d’Europe.

Au début de son spectacle, Mylène sort de la tête de la statue, suspendue à un câble. Avez-vous assisté aux répétitions ?
Oui bien sûr, je suis toujours présent pendant les montages et les répétitions. C’est Mylène qui a eu l’idée de la tête s’ouvrant. La mise au point du « vol » s’est faite sans difficulté.

3075359315_1_3_wuy2q8ln-196x300 dans Mylène en CONFIDENCESSaviez-vous que lors de sa tournée précédente, en 1996, Mylène avait fait une chute de plusieurs mètres de haut à Lyon, ce qui lui a valu une fracture ouverte du poignet ? N’appréhendait-elle pas de renouveler une acrobatie ?
Non, je l’ignorais, mais elle est courageuse et était confiante, surtout que cela aurait pu être plus grave : la chute aurait été d’environ onze mètre, soit quatre étages !

Avez-vous des anecdotes marquantes qui vous restent en mémoire ?
Désolé, mais encore rien de particulier si ce n’est une excellente atmosphère de travail avec l’ensemble de la troupe (environ cent personnes).

Avez-vous pu assister à quelques représentations du « Mylenium Tour » ?
Oui, à Marseille pour les premières représentations. Je n’ai pu assister qu’au montage de Bercy. J’étais en tournage du « Pacte des loups » pendant les représentations qui s’y sont déroulées.

Quel regard portez-vous sur le résultat du « Mylenium Tour » ? Êtes-vous satisfait ?
Un regard très admiratif pour Mylène et le spectacle lui-même. C’est la première fois que je collaborais à un spectacle de ce genre et j’ai découvert un monde et des gens très remarquables, humainement et professionnellement.

Pour la promotion du double album live, une réplique miniature de la statue a été envoyée aux médias. Cela était décidé depuis le départ ? Savez-vous que cette pièce est l’une des plus chères et des plus recherchées par les collectionneurs ?
Je ne pense pas que cela était prévu. Je l’ai appris quand j’en ai reçu une. J’ignorais que j’étais potentiellement riche ! Mais je la garde !

Pour son prochain spectacle, en 2006, Mylène va faire appel au scénographe anglais Mark Fisher, qui a réalisé entre autres les shows des Rolling Stones ou du groupe U2. Connaissez-vous son travail ?
Je connais et apprécie son travail mais je n’ai pas eu l’occasion de le rencontrer.

Avez-vous revu Mylène depuis votre collaboration ?
Oui, très succinctement, à propos de ce show, précisément. 

 

Extrait choisi de l’interview de Sylvie Lefort pour Mylène Farmer et vous en 2005

 

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer analgésique – critique

Posté par francesca7 le 23 novembre 2012

Une critique rédigée par Arno Mothra journaliste et écrivain qui publie régulièrement des articles sur le monde de la musique dans différents webmagazines et à qui l’on doit le livre « A myléne analgésique« 

(citer) Bleu de méthylène, encre de Chine et cirro-cumulus

par Arno Mothra

Après deux opus envers lesquels l’accueil critique s’est avéré plutôt mitigé (reprochant majoritairement un manque de renouvellement), Mylène Farmer a décidé de chambouler ses propres codes pour la sortie de Bleu Noir, son huitième album studio, fraîchement disponible en téléchargement légal. En guise de changement, force est de constater que la belle n’a pas fait les choses à moitié : collaboration avec d’autres artistes, détachement provisoire d’avec Laurent Boutonnat, communication généreuse et maîtrisée, image plus humaine, promo en grande pompe… De quoi déboussoler suffisamment pour créer un buzz médiatique jusqu’alors inédit chez la chanteuse, ainsi qu’une curiosité aiguisée autour du projet.

 Mylène Farmer analgésique - critique dans Mylène et des CRITIQUES fanalex3

La carapace se craquelle

S’il n’existe – heureusement – aucun avis objectif en matière de critique musicale, il faut bien avouer qu’à la découverte du nouveau disque d’un artiste que l’on apprécie particulièrement (ici en l’occurrence : Mylène), on se laisse facilement déborder par une ferveur ou un rejet excessifs. Dans ce cas de figure, il ne serait pas superflu de penser avec le recul nécessaire que Point de Suture se révélait être l’album le plus inégal et routinier du tamdem Farmer / Boutonnat, dans la forme autant que dans le fond (redondance de certaines compositions, arrangements à la traîne), malgré des qualités à souligner (premier single à effet uppercut, duo atypique et planant avec Moby, efficacité, énergie).

Construit sur des critères opposés, Bleu Noir apparaît comme l’antithèse complète d’Avant que l’Ombreet Point de Suture. D’apparence plus zen par la douceur de ses arrangements et les voix brutes, ce nouvel opus ne peut cependant nullement s’assimiler à un apaisement. Son titre ambigu – jouant ouvertement sur le contraste – se révèle par ailleurs plutôt approprié puisque les images que l’on peut lui prêter sont multiples : la nuit, l’ombre, l’éclaircie, un temps instable oscillant entre le soleil et la pluie, la blessure, l’eau, l’encre, un sentiment paradoxal, une dichotomie du calme et de l’oppression. Pour l’anecdote, outre le prénom Leila qui signifie « nuit » en arabe, il est à noter que « bleu noir » est la traduction littérale d’un autre prénom, Krishna, l’une des plus importantes divinités de l’hindouisme ; anecdote somme toute inutile mais cocasse lorsqu’on connaît l’attachement de Mylène Farmer pour la spiritualité, les religions, les divinités et le symbolisme.

À travers Bleu Noir, la chanteuse se déleste de son attirail de diva afin de se livrer plus concrètement, de façon plus intime et moins chargée. Exit donc la garçonne de « Sans contrefaçon » et, plus récemment, l’entité divine de « Dégénération » : en 2010, Mylène confie ses doutes et ses peurs en entendant bien casser certains clichés qu’on lui attribue (sic !).

« Les yeux bleus vont aux cieux, les yeux noirs au purgatoire »

Déchargée de son aura sulfureuse (hormis sur le ludique « Oui mais… non », lequel confond les jeux sexuels à l’uniformité artistique sur ton de comptine enfantine) mais toujours aussi elliptique, Mylène explore ici les différents niveaux de la mélancolie et de la passion, passant par l’espoir malgré la souffrance (« Bleu noir »), la perte d’un être cher (« Toi l’amour »), l’addiction destructrice (« Diabolique mon ange »), la solitude intérieure (« Moi je veux… »), la lassitude – voire le suicide – (« N’aie plus d’amertume »), l’ennui entraînant un besoin d’échappatoire (« Lonely Lisa »), le désespoir et l’abandon de soi (« M’effondre » et « Light me up »). Ici, le champ lexical se partage la part entre le céleste (« ange », « dieu », « âme », « éternel », « cloître » [qui a remplacé le monastère d’Innamoramento]) et l’impression de chute, de démolition personnelle (« s’effondrer », « se dissoudre », « funeste », « bataille », « sombre »). Loin de compter niaisement des histoires d’amour, Mylène Farmer établit un bilan de ses angoisses, sans véritablement chercher à faire de la poésie, bien que les sens de lecture multiples s’immiscent ici et là (« Toi l’amour »).

Musicalement, les pistes composées par Darius Keeler d’Archive remportent tous les suffrages par leur trip-hop tour à tour jazzy (« Light me up »), électronique (« Leila ») et vintage (« Diabolique mon ange »). Moby, s’il ne s’éloigne généralement pas de son registre habituel, offre quant à lui des compositions plus synthétiques, ambient et familières (« Moi je veux… », le très 18 « Bleu noir », « N’aie plus d’amertume », « Toi l’amour », à cheval entre « Where you end » et « Slipping away »), avec un sursaut de génie sur « M’effondre », sombre, hypnotique et bouleversant, évoquant avec justesse La Haine de Mathieu Kassovitz (« L’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage », « Jusqu’ici tout va bien »).

Remarquons qu’en plus d’une réalisation commune Moby / Farmer sur les titres précédemment cités, le final assez dépouillé « Inseparables » est écrit et composé entièrement par le New-yorkais, sans l’intervention de Mylène qui se contentera quant à elle de réadapter le titre en français. Un partage on ne peut plus rare.

Couleur froide / nature morte

Évidemment, malgré une cohérence indéniable dans sa globalité, Bleu Noir comporte quelques aspects à débattre. Primo : les textes moins alambiqués de l’auteur sur certains textes. Si Mylène Farmer semble assumer les thèmes qu’elle souhaite désormais privilégier, on pourrait en revanche regretter un vocabulaire plutôt convenu et peu aventureux sur quelques titres (« Moi je veux… »), le terme « amour » se voyant éculé à l’envi entre des rimes quelque peu faciles. Deuxio : les deux morceaux produits par RedOne. Si leur efficacité et leur énergie permettent d’assurer un équilibre au sein du disque, leurs arrangements putassiers brisent partiellement la cohérence de Bleu Noir et font pâle figure à côté du reste. Grand bien nous fasse, David Guetta n’est pas dans le coup, c’est déjà ça. Et enfin, tertio : l’habillage esthétique. On ne boudera pas notre plaisir à voir que la belle rousse est en phase avec son art et avec elle-même, qu’elle ne ressent pas le besoin d’imposer un univers particulier afin de faire voyager par sa musique. Un bon point donc. Cependant, comment jauger un graphisme aussi brouillon et grossier ? Ces fautes de frappe récurrentes et cette mise en page aussi bâclée qu’amateur ? On aura connu Henry Neu nettement plus inspiré et Mylène perfectionniste.

 128870_jul4chbnx5p6ccgcxmgxhzlwq3twtr_mylene-farmer-by-guen-29-12-2010_h195350_l-228x300 dans Mylène et des CRITIQUES

« Jusque là tout va… Jusque là tout va bien »

Doux sans s’empêtrer dans le mollasson et le fade, ni même la ballade lacrymale à quoi l’on associe l’artiste un peu trop automatiquement, l’opus transporte vers des sensations de légèreté et de solitude, une nudité de l’esprit, aidées par une performance vocale plus technique, expérimentale et neuve.

S’il ne manquera pas de faire réagir et d’inciter à la division de par ses rythmes mid tempo, Bleu Noir se dérobe telle une surprise aboutie et audacieuse, mélancolique, échappant aux sentiers grossiers sur lesquels l’industrie du disque souhaite actuellement nous acheminer (dans le mainstream, s’entend). Ni novateur ni particulièrement différent du style estampillé Farmer (Moby respectant l’empreinte de Boutonnat sans se renier), ce huitième album, à prendre tel un secret murmuré à l’oreille, est sans aucun doute, malgré un faible potentiel commercial, ce que Mylène a créé de mieux depuis Innamoramento. Une prise de risque réussie entre new age, pop électro et trip-hop, qui devrait se dévoiler au fil du temps et des écoutes.

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Clips de Mylène

Posté par francesca7 le 23 novembre 2012

Du dictatisme des clips de Mylène Farmer

Clips de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES lonely2-5c4eeb-150x80Ses clips ont aussi une véritable valeur documentaire, et ce sur les sujets les plus divers. On y apprend beaucoup sur l’anatomie de la femme, Mylène prenant la peine d’expliquer elle-même de manière très claire le fonctionnement des diverses parties du corps féminin. On peut aussi apprendre quelques épisodes de l’histoire de France, notamment la guerre entre la France et l’Angleterre, ou encore la vie à la cour du roi à l’âge d’or du libertinage. Enfin, rectification culturelle importante, on apprend que Blanche-Neige était russe, que le miroir de la méchante reine n’était autre que le chasseur chargé de tuer Blanche-Neige, que d’ailleurs ce chasseur n’était pas un chasseur mais un vieux avec une coupe afro, et que Blanche-Neige n’a jamais ressuscité bien que le prince l’eût baisé tant qu’il pouvait. Véritables œuvres didactiques, les clips de Mylène Farmer ont fait l’objet de discussions en 2003 au Ministère de l’éducation nationale, qui envisageait d’encourager les enseignants à les utiliser en tant que supports scolaires.

Issu de http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Myl%C3%A8ne_Farmer

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Clips de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 22 novembre 2012

 

Clips de Mylène Farmer  dans Mylène et des CRITIQUES 40-300x223Les clips de Mylène Farmer sont de véritables œuvres à côté de l’œuvre (la chanson). Cette dernière n’apparaît parfois que durant une infime partie du clip, en vague fond sonore, plus par obligation (car il faut bien justifier l’appellation « clip ») que par véritable choix artistique. Ses clips, qui ont parfois la valeur de véritables courts-métrages, ont la volonté de présenter le moins de rapport possible avec la chanson. Par exemple, si Mylène prétend être un garçon, et non une fille comme le pauvre mortel aurait pu le croire, le clip présentera Mylène dans le rôle d’une marionnette animée par un gars un peu paumé qui se fait des potes gitans (???). Ses clips ont leur quotas : un mort pour trois vivants, un malheureux pour un vivant. La mort peut-être soit en train de se faire (suicide, meurtre, duel…) soit déjà opérée dans une époque antérieure. On reconnaît alors le mort soit au sang qui le couvre soit au corbeau dont il sert de plat. Le malheureux se reconnaît à son air triste, expression rappelant la déliquescence du foie de veau pendant la cuisson qu’on ne trouve que dans les clips de Mylène farmer, et à ses habits en toile de sac. On notera qu’une petite expérience a été menée, celle du dessin d’animation. Certains rapportent que Mylène avait de lourdes réparations à faire sur sa Peugeot, donc avait un budget réduit.

 

Issu de http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Myl%C3%A8ne_Farmer

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Coiffure et attitude vestimentaire de Mylène F.

Posté par francesca7 le 22 novembre 2012

 

Coiffure et attitude vestimentaire de Mylène F. dans Mylène et des CRITIQUES 31L’habillement et la coiffure font partie intégrante du personnage. L’habillement, lorsqu’il ne s’inspire pas d’habits traditionnels japonais, est une apologie de la prostitution du XVIème siècle à nos jours. La coiffure, quant à elle, est à chaque fois une œuvre d’art extrêmement codifiée et complexe faisant appel à des lois physiques, telle la loi de répartition des corps soumis à la pesanteur, les mêmes lois qu’utilisent les architectes pour concevoir des ponts, des gares ou des buildings. Certaines sources rapportent que sous la chevelure se cacherait une impressionnante machinerie permettant de contrebalancer les poids mis en jeu et ainsi de conserver à l’ensemble de la coiffure son équilibre, mais ces informations n’ont pu être vérifiées et il serait tout à fait malhonnête de présenter ici, dans un article sérieux et objectif, de telles allégations. A noter la couleur adoptée par Mylène, que les plus manichéistes appellent « roux » , cette couleur lui venant en fait de son régime alimentaire imposé par sa mère, lorsqu’elle était petite : des épluchures de carottes, de mandarines et d’oranges exclusivement.

Issu de http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Myl%C3%A8ne_Farmer

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Critique sur Mylène F.

Posté par francesca7 le 22 novembre 2012

Mylène Farmer VS Sharunas Bartas

 

Critique sur Mylène F. dans Mylène et des CRITIQUES mimiNotre clash de la semaine oppose deux icônes glam : Mylène Farmer, la rousse mystérieuse (et non La roux ou Larusso) et Sharunas Bartas, que vous avez la chance de ne pas connaître. (parution sur http://www.excessif.com/  )

MYLENE FARMER

AGE 49 ans 

SES CHANSONS CULTES Désenchantée, California, L’instant X, Sans contrefaçon, Maman a tort, Pourvu qu’elles soient douces…  

SON FILM CULTE Giorgino.

POURQUOI ELLE ECLATE TOUT LE MONDE : Parce que c’est la recordwoman de disque en France. A elle seule, elle a le record du monde de disques de diamant avec cinq albums au-dessus du million d’exemplaires.  

ELLE AIME : Ses fans (dont Olivier Corriez), les duos (Seal, Line Renaud, Moby, Ben Harper, Khaled), Claire Chazal, Bettina Reims, Abel Ferrara, Luc Besson, Laurent Boutonnat, se balader dans les cimetières et manger des bonbons qui piquent.

SON MOMENT DE SOLITUDE : Elle a trébuché sur les marches de l’Elysée.

ELLE A DIT… « C’est une femme belle, décalée et ­charmeuse. Je suis instinctive, le désir l’emporte dans ces moments-là. » (au sujet de Line Renaud)

SCORE 1 – Mylène rocks, depuis les années 80.

 

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

La couturière de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 18 novembre 2012

 

confidences de Dominique Borg (Couturière)

 

La couturière de Mylène Farmer dans Mylène en CONFIDENCES mf80_82a-243x300La robe de l’entrée et du final
Je suis partie d’un travail de haute couture que m’avait montré une jeune femme qui filait des bas et qui passait des toutes petites gouttes de résine sur chaque petit interstice, ce qui donnait l’impression d’une toile d’araignée avec de la rosée. Ca m’avait fascinée et je lui avait demandé su elle pensait que l’on pouvait en faire une robe. Elle m’a répondu que non. Je me suis alors dit que j’allais faire ce pari fou de confectionner un tissu à partir de ces petits bouts de bas nylon. C’était un vrai travail d’orfèvrerie. On a entièrement réuni tous les petits bouts de collants sur lesquels elle travaillait, on en a fait un tissu et j’ai réalisé cette fameuse robe dans laquelle Mylène descend de la statue, paraissant presque nue, comme si elle était couverte de gouttes de rosée. C’est ce souci d’aller toujours plus loin qui fait que j’ai confectionné cette robe. Elle a été tellement réussie que j’en ai fait un manteau pour Monica Bellucci dans « Le pacte de loups » et la haute couture a par la suite réalisé plein de robes comme ça. On peut dire que cela a un pue lancé ce matériau ! L’autre difficulté était que Mylène descendait sur un harnais de vingt-cinq mètres de haut et il fallait absolument que ce soit transparent. On a travaillé un harnais que l’on a repeint de la même couleur que son corps et on a réussi à faire cette entrée. C’était un peu la fée Clochette qui descendait du ciel…

Le mot de la fin
Ce que j’ai de commun avec Mylène, je crois que c’est cette soif de perfection. Elle a une énorme exigence vis-à-vis des autres, mais aussi vis-à-vis d’elle-même. C’est ce qui est stimulant. Quelquefois, on tombe sur des artistes qui exigent de vous mais qui ne sont pas à la hauteur de cette exigence. Quelqu’un qui met la barre aussi haut que Mylène, on essaye de la mettre soi-même encore plus haut. Le perfectionnisme entraîne le perfectionnisme. A partir du moment où Mylène choisit quelqu’un, elle intègre la création de l’autre pour l’emmener dans son univers. Les choses gravitent autour de son univers et de sa personnalité. Quand on travaille avec Mylène, on travaille pour Mylène, on ne travaille pas pour soi. Il faut abandonner l’ego de créateur, on travaille en fonction d’une icône. C’est comme une pyramide dont on ferait partie, avec le désir d’aller vers le sommet. On travaille à sa légende, à quelque chose de magique et créatif… 

Extrait du livre ; Belle de scène sorti en 2006

Publié dans Mylène en CONFIDENCES, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Anecdote sur Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 18 novembre 2012

 

 

confidences de Dominique Borg (Couturière)

 

Anecdote sur Mylène Farmer dans Mylène en CONFIDENCES fanalexandra3-221x300Entretien avec la créatrice des costumes du « Mylenium Tour », Dominique Borg, bien connue du milieu du théâtre et du cinéma, croulant sous les récompenses les plus multiples, que ce soit Césars, Molières ou même Oscars. Pour la première fois, elle pale de cette collaboration.

Premières rencontres
La première rencontre s’est bien passée. Je lui ai montré des choses que j’avais faites et elle avait vu mon travail sur « Camille Claudel » et sur des films que j’avais faits. Elle m’a expliqué tout ce qu’elle désirait, la thématique du décor. Sur chaque tableau, elle incarnait un monde différent. Je pense que nous avons eu tout de suite une très bonne complémentarité. On s’est entendues sur beaucoup de points. Je crois que l’univers que je lui ai proposé l’a séduite et moi, ça me plaisait énormément de rentrer dans le sien et d’essayer de travailler sur ce personnage emblématique, qui est très fascinant pour tout le monde.

Le processus de création
Elle m’a donné une vidéo de ses deux derniers récitals, je les ai énormément étudiés. J’ai beaucoup regardé la manière dont elle bougeait, la manière dont elle portait le costume. Puis je suis partie sur des tas de propositions. Pendant assez longtemps, nous avons eu des rendez-vous réguliers. Nous nous sommes montré toutes les deux plein d’images, de manière à partager des émotions visuelles. C’était des moments de mode, des détails de tableaux, tout ce qui provoquait de l’émotion et qui pouvait se relier au fil conducteur de cette histoire qu’elle voulait raconter. Je lui ai montré mes dessins, elle m’a fait des petits croquis et nous avons travaillé ensemble. Elle me faisait retravailler, aller plus loin. Et moi je lui ai appris à reproposer des choses qui allaient encore plus loin. Après avoir rêvé sur toutes ces images et ces dessins, on a fait une sélection. Ensuite, j’ai commencé à échantillonner, à chercher des tissus, à lui proposer des matières… Ca a été un long travail qui a duré au moins trois mois. Pendant les essayages, Mylène était d’une grande patience. Ils duraient des heures, d’autant plus qu’elle a un grand souci du détail et de la perfection. Je l’ai suivie aux États-Unis quand elle est partie à Los Angeles, nous avons aussi fait des essayages là-bas.

Anecdote
Pour permettre à tout le monde de gagner un temps précieux et d’avancer sur l’élaboration des costumes, j’ai eu l’idée de faire faire un moulage du corps de Mylène par un sculpteur. Comme son corps est sculptural et ferme, on était très proches de la réalité avec ce moulage. Mais Mylène refusait qu’on le fasse circuler en-dehors de l’atelier.

Extrait du livre : Belle de scène sorti en 2006

 

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Le piège du paradoxe Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 18 novembre 2012

 

Désarroi glacé par Philippe Seguy

« le piège du paradoxe se referme… »

Le piège du paradoxe Mylène Farmer dans Mylène en CONFIDENCES 3052808095_1_5_hfm4ipev-213x300Le texte qui suit a été écrit par l’écrivain Philippe SEGUY (seul biographe officiel de Mylène Farmer), qui sortait à l’époque son ouvrage Le Vent de Sud : Mémoires du compte de Cagliostro  (éditions Les Presses de la Renaissance, 1999). A cette occasion il écrit pour le Mylène Farmer International Fan-Club (aujourd’hui fermé) un texte qui trace un parallèle entre la conception de la révolte par Laurent Boutonnat et les évènements de mai 1968.   Philippe SEGUY a publié une biographie (depuis très recherchée) de Mylène FARMER en 1990 Ainsi soit-elle. On reconnaît dans tous ces textes le style de son auteur… 

 

    Un visage aigu, entouré d’une coiffe de cheveux roux. Un regard clos, une bouche fermée. Seul le col blanc, en fer de lance, éclaire le costume sombre de cette garçonne qui marche, pommette rosie des coups reçus, sur cette plaine Hongroise, emportant dans son sillage un troupeau d’enfants carapaçonnés de hardes. En 1991, Mylène FARMERinterprète Désenchantée. Laurent BOUTONNAT réalise le clip. Tous deux semblent conjuguer un passé défini, une mémoire prête à jaillir et qui se fige, pareille à de la cire, pour cause de nostalgie et de défaites répétées à croire, encore, en l’homme et en ses idées.

    Cette infinie langueur intime dangereusement le mal dont souffre une génération tout entière, privée, bien malgré elle, des bruits et des agacements furieux du mois de mai 1968. C’est en elle, c’est pour elle que Mylène FARMER incruste le désenchantement, source amère où elle boit seule. Le je qu’elle emploie ici n’a pas figure de règle, ne fait pas vœu de sacerdoce, ne prétend à rien d’autre qu’au constat d’une solitaire, déçue. Blessée par ce qu’elle récent comme une trahison, délestée de tous les mots d’ordre, des anathèmes brandis, des idées d’amphithéâtre. Le drapeau rouge n’en finit plus de s’effilocher dans le chaos. De lui ne demeure qu’un rideau de scène s’entrouvrant par à-coups sur un théâtre d’ombres, la satisfaction amère de ressasser les causes perdues par les autres, de s’en rassasier jusqu’à le crier dans une chanson.

    Mylène FARMER admet que l’on partage sa souffrance, qu’elle sait véritable, qu’elle ne veut pas contagieuse, mais ne juge personne digne de réparer les cicatrices. Dans cet enclos lugubre où la plongent les caméras de Laurent BOUTONNAT, elle suscite et mène la révolte, rompt des liens, se grise, un temps, de liberté. Voici de quoi nourrir un malentendu définitif, elle qui se refuse à fédérer, à rassembler et dont la première place l’expose encore davantage. La fatalité ouatée de l’échec rattrape la bande de forçats miniatures, courant sous le soleil qui tombe vers un désarroi glacé. Pas une plainte. Plus une larme. Le piège du paradoxe se referme. Faire le tour de la prison n’est pas l’apprivoiser. Dans le regard de Mylène FARMER, se lit le courage triste d’avoir perdu la foi en franchissant le seuil de l’age adulte.

Philippe SEGUY.

                                                 extrait du mfifc n°26 – printemps 2000. 

(merci à Jean-Rémy Gaudin-Bridet)

 

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer Awards 2013 ?

Posté par francesca7 le 17 novembre 2012

Mylène Farmer aux NRJ Music Awards 2013 ?

 

Mylène Farmer a été primée à plusieurs reprises lors des cérémonies passées desNRJ Music Awards. Elle s’y produisait même en live en 2003, 2009, 2011 et 2012. Quid de 2013 ?

Venue récupérer un « Award de Diamant » très accessoire, Mylène Farmer avait accepté l’invitation lancée en 2012 par les NRJ Music Awards. Elle en avait même profité pour interpréter son single Du temps en playback, à la grande joie du public cannois. 

Ce dernier pourra-t-il encore applaudir la star lors de la prochaine édition de la cérémonie, le 26 janvier 2013 ? Son nouvel album Monkey Me sortant quelques semaines plus tôt, on a toutes les raisons d’y croire. Par ailleurs, Mylène n’a jamais caché la sympathie nourrie envers cet événement qui récompense les artistes en se basant exclusivement sur le vote du public. A suivre donc…

Image de prévisualisation YouTube

Après s’y être produite en 2011, Mylène Farmer avait été notablement snobbée par lesNRJ Music Awards 2012. Pas même une petite nomination pour celle qui avait pourtant remporté un joli succès avec son album Bleu Noir, porté par le tube Oui… mais non ! Une situation jugée injuste par de nombreux fans. Ces derniers auraient au moins espéré voir la vidéo de Lonely Lisa figurer dans la catégorie « Clip de l’année ».

Mais à y regarder de plus près, ces nominations ne sont pas surprenantes. Loin de refléter une réalité commerciale ou artistique, la cérémonie cannoise se contente de récompenser les « artistes maison », playlistés par NRJ. Après avoir promu l’actualité de Mylène Farmer pendant de longues années, la radio joue timidement ses singles dorénavant. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait été évincée de la sélection… 
Pour le plaisir, retrouvez ci-dessous la prestation de Mylène aux NRJ Music Awards 2003. Elle y livrait une interprétation toute en émotion de la ballade Rêver, accompagnée au piano par Yvan Cassar.

Pour être informé des dernières news concernant  Mylène Farmer, inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Musique.evous ici

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène dans la PRESSE, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et le mariage….

Posté par francesca7 le 16 novembre 2012

Mylène Farmer prend position sur le mariage gay

Icône gay par excellence, Mylène Farmer est interpelée par un de ses fans au sujet du mariage pour tous. Mais l’artiste n’a-t-elle pas déjà pris position ?

 

Depuis ses débuts dans les années 1980, Mylène Farmer a toujours été particulièrement soutenue par la communauté homosexuelle. Plus que DalidaCher, ou même Madonna, l’interprète de Sans contrefaçon est l’icône gay par excellence en France. Il suffit de compter les nombreux drapeaux « rainbow » qui flottent au dessus du public lors de ses concerts pour s’en convaincre. La chanteuse elle-même ne s’est jamais cachée de son statut d’égérie. En 2008, elle était ainsi en couverture du magazine Têtu qui titrait pour l’occasion : « Mylène Farmer : Les gays et moi »« J’ai le sentiment d’être privilégiée. C’est un public pointu, sensible et avant-gardiste, déclare-t-elle alors. Je pense aussi que je partage avec le public gay le sentiment d’être différent… »

vidéo

Image de prévisualisation YouTube

Mais, en 2010, celle dont le single Lonely Lisa a été élu « tube gay » de l’été 2011 surprend en apparaissant sur le perron de l’Elysée, à l’occasion d’un diner organisé en l’honneur du Président Dimitri Medvedev. Certains s’étaient alors émus que la star consacre l’une de ses rares apparitions publiques au président d’un pays où les gay prides sont systématiquement réprimées.

Aujourd’hui, c’est sur le sujet brûlant du mariage gay que l’auteure-interprète est interpelée. « Mylène Farmer, prenez position ! », l’exhorte un fan, relayé sur le site de l’Express« Votre silence légendaire devient assourdissant, devient ahurissant, écrit-il.Alors qu’une majorité de votre public est mis à l’index, nous ne vous entendons pas, nous qui avons fait votre succès… Ne nous décevez pas, ne faites pas comme Sylvie Vartan qui, elle aussi, nous doit tout et qui aujourd’hui dénonce le mariage gay. »

Rappelons cependant que la chanteuse s’est déjà exprimée sur le sujet. Au cours du même entretien publié par Têtu, elle répondait sans détour à une question concernant le mariage et l’adoption pour les couples du même sexe : « C’est un sujet de société que certains voudraient traiter sous l’angle moral. Pour moi, cela pose la question de l’égalité des droits. Au 21e siècle, il serait temps de traiter le sujet !« 

BARRE

Pour découvrir l’agenda 2013 des concerts à Pariscliquez ici ! 
Et pour être informé des dernières news musicales, suivez-nous sur Facebook ! 

Publié dans Mylène 2011 - 2012, Mylène dans la PRESSE, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Cachin écrit Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 13 novembre 2012

Interview de Benoît CACHIN, suite à la sortie du livre sur MYLENE FARMER en octobre 2012 : « Au fil des Mots« ….

Cachin écrit Mylène Farmer dans Mylène et BIOGRAPHIES livre-mylene1

1) Qui êtes-vous ? ! 
Un journaliste, passionné et spécialiste de chansons françaises, notamment de Mylène Farmer.

2) Quel est le thème central de ce livre ? 
L’univers et les chansons de Mylène Farmer. Un tour d’horizon complet de sa carrière de « Maman a tort » en 1984 à « Du temps » en 2011 en passant par tous ses tubes (« Libertine », « Sans Contrefaçon », « XXL », « Les Mots », « Oui mais… non »…) et ses 5 spectacles. Le tout accompagné de 80 photos dont 40 sont inédites. Du jamais vu !

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? 
«On hante toujours les mêmes lieux, seules les personnes avec lesquelles on voyage changent parfois. L’important, c’est que la magie des mots opère.» Mylène Farmer, 2008.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? 
« Ainsi soit-je… » sans aucun doute. Cette chanson de Mylène lui colle à la peau et décrit parfaitement son univers, ses angoisses, ses peurs. Une chanson égocentrique à la base qui devient universelle en parlant à tous et à toutes.

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? 
Les références littéraires, cinématographiques, picturales distillées par Mylène dans toutes ses chansons. Une belle façon de découvrir Charles Baudelaire, Edgard Allan Poe, Primo Lévy, mais aussi Stanley Kubrick, David Lean, Greta Garbo ou Egon Schiele….

Publié dans Mylène et BIOGRAPHIES, Mylène et des CRITIQUES, Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

Sortie d’un nouveau livre sur Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 13 novembre 2012

« Mylène Farmer : au fil des mots » de Benoît Cachin chez Gründ (Paris, France)

Sortie d'un nouveau livre sur Mylène Farmer dans Mylène 2011 - 2012 livre-myleneparu en Octobre 2012-11-13

  • Editeur : Gründ, Paris, France
  • Prix : 24.95 €
  • Date de sortie : 10/10/2012
  • GENCOD : 9782324003646

 

Résumé

Les textes des chansons de Mylène Farmer laissent apparaître une artiste sensible qui n’hésite pas à s’y livrer corps et âme. Ils promettent un voyage riche dans l’univers d’une chanteuse à la carrière immense.

Il suffit de reprendre Au filées mots l’intégralité de ses chansons qui esquissent en filigrane ses influences littéraires, poétiques, picturales et cinématographiques.

De Maman a tort à Du temps en passant par Libertine, Pourvu qu’elles soient douces, Désenchantée, XXL, L’Ame-stram-gram, Les Mots, Fuck Them All, Dégénération ou Oui mais… non, la magie des mots opère toujours, celle des images aussi. Ce sont ici près de 80 photographies – plus de la moitié sont inédites -, qui offrent l’artiste vue par les plus grands depuis près de trente ans. Dans l’intimité, en voyage ou sur scène, entre mystère et désir, le plaisir est total.

«On hante toujours les mêmes lieux, seules les personnes avec lesquelles on voyage changent parfois. L’important, c’est que la magie des mots opère.»

80 photos dont 40 inédites Ce livre est un objet de collection pour les nombreux fans de Mylène Farmer, l’artiste française la plus fascinante.

Benoît Cachin se passionne très jeune pour la chanson française. Après une maîtrise de littérature comparée à la Sorbonne, il devient, à partir de 1993 ; rédacteur en chef et/ou journaliste pour différents médias (presse magazine, radio, télévision…).
En parallèle de son activité journalistique, il écrit une dizaine d’ouvrages de référence sur la chanson française et le cinéma. À partir de 2005, Benoît Cachin publie des livres sur Sylvie Vartan, Michel Polnareff, Etienne Daho ou encore Michel Serrault En 2006, il écrit deux Iivres sur Mylène fermer : Le Dictionnaire des chansons de Mylène Farmer et Influences.

Publié dans Mylène 2011 - 2012, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer à Brussels

Posté par francesca7 le 10 novembre 2012

 

Mylène Farmer en concert à Brussels Expo les 15 et 16 11 2013

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène 2013 - 2014, Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer : Monkey Me

Posté par francesca7 le 10 novembre 2012

 

Achetez ici l’album Monkey Me de Mylène Farmer

Le neuvième album studio de Mylène Farmer s’intitule Monkey Me. Il sortira le 3 décembre 2012. Un premier extrait intitulé A l’ombre est dévoilé au mois d’octobre.

Mylène Farmer : Monkey Me dans Mylène 2011 - 2012 3C’est Noël avant l’heure pour les fans de Mylène Farmer. Eux qui sont habitués à passer des mois de disette, sans aucune nouvelle de leur rousse idole, frôlent aujourd’hui la crise de foie. En l’espace de quelques heures, ils ont ainsi appris le titre du nouvel opus de la chanteuse, sa date de sortie, les premières dates de sa prochaine tournée, ainsi que son affiche officielle. Une fois n’est pas coutume, les voilà gâtés ! 

Le neuvième album studio de Mylène s’intitule donc Monkey MeAprès avoir baptisé sa société de production « Stuffed Monkey », le singe semble être l’un des animaux fétiches de la star… Il sort aux formats CD, Digipack, Collector et LP. En attendant sa parution le 3 décembre 2012, un premier single intitulé A l’ombre est mis en radio le 22 octobre. 

Comme l’a révélé sur Facebook le batteur Loïc Pontieux, le disque a été enregistré durant l’été. Il comprendrait une douzaine de titres, tous en français et notamment la chanson-titre qui aurait pour thème la double identité… Par ailleurs, le successeur de Avant que l’ombre(2005), Point de suture (2008) et Bleu Noir (2010) est bel et bien le fruit d’une nouvelle collaboration avec Laurent Boutonnat, comme l’avait déjà suggéré le biographe Hugues Royer.

 

Côté live aussi, les choses se précisent. La tournée Timeless 2013 débutera le 7 septembre avec plusieurs concerts à Paris-Bercy. D’autres dates sont ensuite prévues, entre Lyon, Nantes, Montpellier, Toulouse, ainsi que Moscou, Genève et Bruxelles. Pour l’heure, aucun spectacle au Stade de France n’est annoncé. Ouverture de la billetterie le 4 octobre 2012 !

Pour être informé des dernières news concernant Mylène Farmer, inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Musique.evous ici

Tracklisting :
1. Elle a dit
2. A l’ombre
3. Monkey Me
4. Tu ne le dis pas
5. Love dance
6. Quand
7. J’ai essayé de vivre…
8. Ici-bas
9. A-t-on jamais
10. Nuit d’hiver
11. A force de…
12. Je te dis tout

Publié dans Mylène 2011 - 2012, Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer : le Culte

Posté par francesca7 le 4 novembre 2012


 

Mylène Farmer : le Culte dans Mylène dans la PRESSE 51-emce4exl._sl500_aa300_       A peine quelques jours avant la sortie du nouvel album de Mylène Farmer en France, un livre sur Mylène Farmer et son travail a fait son apparition dans les librairies. Loin de la biographie habituelle pleine de mensonges et riche en imagination, cet essai consacré au travail de Mylène Farmer est un livre plus qu’agréable à parcourir. Encore plus intéressant pour les fans que pour de simples lecteurs, il offre l’occasion aux fans, même les plus renseignés, de leur faire apprendre de nombreux petits détails peu connus sur le travail de la dame qui une fois de plus est toujours la meilleure chanteuse française à ce jour. Chose qui n’est pas prête de s’arrêter, j’en suis certain, et cela pour mon plus grand bonheur. Un livre sérieux, intéressant et agréable à lire. C’est à peine après avoir parcouru les quelques premières pages que l’on s’aperçoit que ce livre est un travail plus que sérieux et riches en informations. Après il reste à voir si , comme dans les biographies, tout ce qui est dit est vrai….

 

Un seul petit défaut à cela, les nombreuses fautes de frappe présentes à l’intérieur du livre.

 

Quelques infos pratiques : Mylène Farmer ( le Culte ), l’envers du décor par Sophie Khairallah aux Editions Why not.

http://www.amazon.fr/Myl%C3%A8ne-Farmer-culte-Sophie-Khairallah/dp/2916611037

 

sophie Khairallah fan de Mylène Farmer

Sophie Khairallah, née en 1978, est journaliste depuis sept ans.
Elle nourrit un intérêt particulier pour Mylène Farmer et lui a même consacré un mémoire pendant ses études de lettres à La Sorbonne. Son titre : « Mylène Farmer ou l’art d’entretenir le culte « , il a servi de base à l’ouvrage. « Le Culte » sortie en 2008

 Présentation de l’éditeur

mf80_101a-219x300 dans Mylène dans la PRESSEMylène Farmer se montre peu, mais vend des millions de disques et remplit des stades immenses. Comment fait-elle pour exister sans médias dans une société de communication ? Comment parvient-elle à être à la fois une star inaccessible et une chanteuse populaire ? D’où vient ce mystère qui l’entoure? Pourquoi ses fans sont-ils les plus accros et les plus passionnés ? Pour l’aider à répondre à toutes ces questions, l’auteur a interviewé de nombreux collaborateurs de la chanteuse, rencontré des experts, intégré le milieu des fans de Mylène Farmer et étudié de près l’univers et les influences de l’artiste. Il en ressort un essai passionnant, riche en infos et en anecdotes. Ce livre va vous emmener dans les coulisses d’un succès sans faille et vous donner les clés d’une réussite hors normes.

Biographie de l’auteur

Sophie Khairallah, née en 1978, est journaliste depuis sept ans. Elle nourrit un intérêt particulier pour Mylène Farmer et lui a même consacré un mémoire pendant ses études de lettres à La Sorbonne. Son titre : « Mylène Farmer ou l’art d’entretenir le culte « , il a servi de base au présent ouvrage.

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Chuberre nous parle de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 4 novembre 2012

 Bonjour Erwan et merci de consacré ce temps pour mon blog et ses lecteurs, d’abord pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre nouveau livre « Sur mes lèvres…. Mylène Farmer » paru tout récemment ?

Chuberre nous parle de Mylène Farmer dans Mylène dans la PRESSE arton258-7de49« Sur mes lèvres… Mylène Farmer » est un fantasme littéraire… Après avoir écrit plusieurs biographies sur Mylène Farmer, j’avais envie qu’elle devienne l’héroïne d’un roman, en interprétant son propre rôle. J’ai écrit ce roman comme j’aurais pu réaliser un film. Ensuite, je voulais que l’univers du livre lui soit fidèle, tout en semant des éléments biographiques. Puis, j’ai créé le personnage d’Erwan qui est fort différent de moi. Disons qu’il est mon côté sombre. Je suis beaucoup moins désenchanté et plus optimiste dans la vie. Bien heureusement !

Dans vos Biographies : « Lady GaGa, une diva venue d’ailleurs… » et « Mylène Farmer, des mots sur nos désirs » met, d’après ce que j’ai pensé, plus la lumière vers le coter artistique que le coter « stars » et met un peu la vies privée des 2 artistes aux univers atypique un peu en retrait même si c’est abordé, est-ce voulu ou plus une chose qui s’est faite d’elle-même ? Ou est-ce que je me trompe en disant ça ?

 Je respecte énormément la vie privée des personnages publics. Et hors de question pour moi d’y porter atteinte. Les personnes sur lesquelles j’écris le savent. Je ne suis pas Monsieur Violet ! Elles le savent et me font donc confiance. Comme récemment Isabelle Adjani qui refuse tout écrit la concernant. Pour ma « Légende Adjani », elle ne m’a mis aucun bâton dans les roues. Et puis, je pense que tout le monde s’en fout de savoir qui couche avec qui… Moi, ça me fait rire dans le privé mais jamais je ne dévoilerai quoique ce soit qui puisse faire du tort à une personne.

 Et, dernière question, si vous deviez conseiller, aux lecteurs, un de vos livres parmi vos romans, ça serait lequel ?

 Là, maintenant, je dirai : « Sur mes lèvres… Mylène Farmer » !!! Qu’on soit fan ou non de la chanteuse !

 Erwan Chuberre sur le net :  http://www.erwanchuberre.com/

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer autrement

Posté par francesca7 le 3 novembre 2012

On aime ou on n’aime pas Mylène

 Les fans de Farmer ont bon dos : on leur reproche d’aduler une icône alors que tout le monde, au fond, aime Mylène. N’ayez pas honte de le dire : les 30 millions de disques ne se sont pas vendus tout seuls, si ?

Mylène Farmer autrement dans Mylène dans la PRESSE photo_1299510476-300x236Grâce à vous, la pleurnicharde gothique, aussi vivace qu’un chrysanthème, est devenue l’artiste féminine ayant vendu le plus d’albums en France. Et non, ce n’est pas Jenifer… Bien sûr, la poupée suturée a commis quelques impairs. Mais qui n’a pas fait une seule erreur en trente ans – de vie ou de carrière ? Peu importe qu’elle ait enregistré une chanson aussi niaise qu’Appelle mon numéro – désolé Mylène, j’ai plus de forfait – ou qu’elle entonne ses faux tubes de RedOne affalée dans un fauteuil Maisons du Monde. Sans elle, pas de coup de bouteille dans la gueule pendant une partie de cartes, pas de cafard dans la soupe, pas de dame blanche attachée à une locomotive, pas de prostituée schizophrène sur Sunset Boulevard, pas de Bouddha volant à Bercy, pas d’Alizée , pas de chute sur les marches de l’Elysée. Et a-t-on déjà trouvé un titre plus cul-culte que « Pourvu qu’elles soient douces » ? Quant au fameux « je, je suis libertine, je suis une catin », il fait encore hurler plus d’une demoiselle d’honneur éméchée à des mariages complètement ratés !

 Parution chez http://www.ozap.com/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | 1 Commentaire »

Mylène, princesse de glace

Posté par francesca7 le 3 novembre 2012

 

Mylène Farmer a filé. Et elle doit sacrément s’ennuyer en Californie. Peut-être chante-t-elle le soir, toute seule dans le noir, « Je t’aime mélancolie » ? Elle nous avait pourtant bien fait comprendre, avec son single « California », que l’endroit l’angoissait : « Sous ma peau, j’ai L.A en overdose », susurrait-elle, en porte-jarretelles, entre deux dédoublements de personnalité. Eh ben alors Mylène ! Optimistique-toi, pleure pas ! Au premier coup de mou, remballe tout et viens vivre à Chatou !

 Sans contrefaçon, je suis un glaçon 

Mylène, princesse de glace dans Mylène dans la PRESSE mf2000_62a-156x300Mylène a toujours été une princesse de glace. Il faut dire que les plaines enneigées de son enfance au Québec l’ont rendue un peu givrée. Il n’y a qu’à voir Giorgino , le film réalisé par son jumeau diabolique Laurent Boutonnat ! Vous ne faites pas partie des 60 000 spectateurs qui se sont précipités dans les salles obscures en 1994 ? C’est bien dommage… Car ce clip de 3 heures est un régal, pour qui aime les cannibales, les enfants morts et les pendus. Mylène, plus rousse que jamais, est folle à lier dans cette mélopée baignée d’inquiétante étrangeté. Jouer un fantôme autiste ? Pas vraiment un rôle de composition pour la chanteuse spectrale de Comme j’ai mal… Un film culte, donc, à partager avec ses amis névrosés, dans un vieux grenier, entre deux PLV d’Anamorphosée.

 Parution chez http://www.ozap.com/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Interview confession de Mylène

Posté par francesca7 le 3 novembre 2012

Mylène Farmer : L’interview confession !

 Paru sur http://www.evous.fr/

Alors que son album Bleu noir vient de dépasser les 600 000 exemplaires vendus, Mylène Farmer a accordé une interview à TV Magazine. Un entretien surprenant, dans lequel la star se confie en toute intimité, livrant ses peines, ses doutes, ses joies. Morceaux choisis.

 

Interview confession de Mylène dans Mylène en INTERVIEW fanfrancoise3-300x216Quel regard portez-vous sur votre carrière ? 
C’est un long chemin fait de choix, de rencontres heureuses… Un long fleuve tumultueux. Mais surtout une très longue et passionnante conversation avec le public et cela me rend heureuse.

Quel est le grand regret de votre existence ? 
De n’avoir pu partager mes émotions avec deux êtres disparus trop tôt de ma vie… Une absence trop présente, dont je souffre chaque jour.

Bleu noir est le premier disque que vous ayez fait sans Laurent Boutonnat. Est-ce une rupture définitive ou une passade ? 
Bleu noir est tout sauf une passade ! Il s’agit bien de chansons qui sont incarnées, qui sont des moments de la vie. De ma vie ! Laurent préparait un film et le fait de réaliser moi-même ce disque était un choix de ma part. Mais il est certain que nous nous retrouverons tous les deux.

Quelle est la chose la plus précieuse que vous possédiez ? 
Mes incertitudes.

La suite dans TV Magazine daté du 17 juillet
Propos recueillis par Walter Choubert

Pour être informé des dernières news concernant Mylène Farmer, inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Musique.evous ici

Publié dans Mylène en INTERVIEW | 1 Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...