• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 30 octobre 2012

Mylène Farmer et Elsa…

Posté par francesca7 le 30 octobre 2012

Elsa Trillat (Photographe)
La pochette d’Ainsi soit je…

 

Mylène Farmer et Elsa... dans Mylène et L'ENTOURAGE 87935634_small-300x201Mylène Farmer aime l’exclusivité. Lorsqu’elle travaille avec un photographe, c’est avec celui-ci et aucun autre. Il y a dont eu les années Christophe Mourthé (1986 / 1987) puis les années Marianne Rosenstiehl (1989 / 1996). Entre les deux, la star se faisait shooter par Elsa Trillat. C’est à cette photographe que l’on doit notamment les clichés aussi magnifiques que légendaires de l’album « Ainsi soit je… ». Au-delà de cette collaboration professionnelle est née une vrai amitié complice entre les deux jeunes femmes, sensiblement du même âge. Elsa Trillat nous en raconte ici les grandes lignes.

Comme beaucoup de gens, je découvre Mylène Farmer avec « Libertine », en 1986. L’univers est hyper intéressant et le clip est grandiose. C’est tellement novateur ! J’ai alors vraiment très envie de la rencontrer. Un ami commun, Frédéric Dayan, alors attaché de presse au Palace, célèbre boîte de nuit parisienne, organise un dîner au Privilège, le restaurant du rez-de-chaussée. Quelques stars du moment sont là – Carlos Sotto Mayos, Wadeck Stanczack – mais aussi Richard Anconina et Mylène, accompagnée de Bertrand Le Page, son manager de l’époque. Nous sommes en octobre 1986. Vraisemblablement intimidée, Mylène passe le dîner tête baissée, elle ne dit pratiquement pas un mot. A la toute fin de la soirée, je vais vers elle. On discute un peu, mais je ne sens pas de feeling particulier. Elle reste tellement timide…

tristana_464238-m-300x300 dans Mylène et L'ENTOURAGEPrintemps 1987. « Tristana » est sur toutes les lèvres. Le clip qui l’accompagne est une nouvelle fois époustouflant. Je suis alors photographe pour « Paris Match » et je persuade la rédaction du magazine de faire un sujet sur elle. Mylène n’étant pas encore très connue, ils sont assez réticents, mais finissent pas accepter. J’appelle Bertrand Le Page pour lui dire. Il me dit OK, mais me précise qu’elle ne fait de photos qu’avec Christophe Mourthé. Evidemment, ça ne me plait pas du tout qu’un autre fasse un sujet dont je suis l’instigatrice. Au final, ils sont OK pour que ce soit moi. On se retrouve donc le premier week-end de juillet 1987 chez Bertrand pour une séance photo. On fait alors la série où Mylène est allongée par terre, faisant des croquis, avec la petite poupée de bois à ses côtés. Ca se passe admirablement bien. A tel point que Mylène me propose d’aller poursuivre la séance ailleurs. En fait, nous allons à Porchefontaine, à Versailles, où Mylène faisait du cheval quand elle était petite. Elle les a appelé pour savoir si on pouvait avoir un cheval pour des photos, et hop nous voilà sur la route ! A peine arrivée, elle monte à cru sur un cheval. L’animal se cabre. Elle voltige. Je ne sais même pas comment elle a fait pour ne pas tout se casser. Mylène me dit alors : « Il faut que je remonte tout de suite sinon je ne remonterais jamais ». Elle remonte aussitôt sur le cheval et on fait notre série de photos.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Henry Neu

Posté par francesca7 le 30 octobre 2012

 

Mylène Farmer et Henry Neu dans Mylène et L'ENTOURAGE neu_mouton1Henry Neu est le designer de Mylène depuis l’album « L’autre ». Il a en effet créé le design de ses promos, albums, maxis… Un grand quoi! Il ne faut dons pas oublier cet homme au talent admirable! Voici, pour le site « Farmer.Forever », les questions auxquelles il a accepté de répondre, vu son boulot, plus c’est court, et moins il perd de temps…

 Henry Neu créateur de l’entreprise Com’NB en 1990 rejoint l’équipe farmer pour la sortie de L’Autre en 1991, il réalisera depuis, tous les objets sur Mylène, des visuels passant par les promos, les disques d’or etc… c’est Henry Neu qui créa ainsi la pyramide promo de Je t’aime mélancolie, mais aussi le fer forgé du single XXL ou encore la fameuse araignée promotionnelle du Live à Bercy

Henry Neu ne travaille pas exclusivement pour Mylène, mais également pour d’autres artistes comme Alizée, Hélène Ségara, Boris Vian et également pour l’enseigne Carrefour Bio .. 

visitez le site de Henry Neu : http://www.henryneu.com/Accueil.html 

Confidences de Henry Neu (Designer) Designer en 2005 – Opti-mystic.

Qu’est ce qui vous a amené à travailler dans le design et la communication visuelle ?
Je voulais travailler dans la création et j’ai hésité entre l’architecture, le stylisme, le théâtre, le journalisme et la publicité. Mes parents connaissaient l’univers de la communication visuelle, j’ai choisi cette voie.

Vous collaborez depuis l’album « L’autre » avec Mylène Farmer, comment s’est déroulée votre première rencontre ?
Le staff de Mylène Farmer cherchait un graphiste pour la réalisation des supports de l’album « L’Autre… ». J’ai eu l’impression d’un moment magique lorsque j’ai présenté mes propositions, il y a 14 ans.

Quelles sont les différentes étapes de création et de conception d’un objet promotionnel, comme la statue de MYLENIUM TOUR et plus récemment le support promo de Q.I. ?
Pour la statue du « Mylènium Tour », mon travail consistait à reprendre en miniature la statue du décor du spectacle et à la mettre en situation dans un packaging afin qu’elle contienne les CD de l’album. Pour les autres objets, je présente des propositions sous la forme de maquettes en volume, une fois le choix fait, je m’occupe de la faisabilité (prix, matières etc…) en collaboration avec la maison de disques.

zrae1qix-255x300 dans Mylène et L'ENTOURAGECombien de temps peut vous prendre ces créations ?
Environ 1 mois, cela dépend de l’objet.

À part Mylène Farmer et Alizée, avec quelles autres artistes avez-vous travaillé ?
Divers artistes… Mais ce sont des travaux ponctuels. Par exemples : Niagara, Jean Guidoni, Viktor Lazlo, Hélène Segara, Jean-Pierre Mader, Alain Lanty, Christopher Thompson, etc.

Un artiste crée selon ses influences et ses inspirations, quelles sont les vôtre ?
J’ai du mal à répondre à votre question. Je n’ai pas d’à priori dans la vie, je capte tout ce qui se présente à moi. Tout se passe dans l’inconscient, je suppose, car je ne me dis jamais « je vais m’inspirer de ça ».

Quels sont les artistes que vous appréciez ?
Je suis éclectique. Si vous parlez de musique, il y en a beaucoup… Et je découvre encore… J’aime beaucoup les sons électros.
Les artistes qui me viennent en tête, en « vrac », Madonna, Gainsbourg, Gwen Stefani, Dépêche Mode, Véronique Sanson, Kylie Minogue, Emma Shapplin, Zazie, etc.
Toutes les expressions artistiques m’attirent fortement, la vidéo, la peinture, la sculpture etc. J’aime beaucoup l’œuvre de l’architecte espagnol Gaudi.

En novembre dernier, vous avez exposé pour la première fois vos toiles à Paris, quelles expériences en avez-vous tiré ?
Je me suis beaucoup livré et c’est un pas énorme car c’est la première fois que je montrais une grande partie de moi. Mes toiles ne laissaient pas indifférents, ce qui me motive à continuer de faire ce que j’aime tout simplement sans chercher à plaire.

Pourquoi l’avoir intitulé « Briselame » ?
« Briselame » était le nom de la propriété de mon père dans laquelle il peignait. Et ce nom peut dire beaucoup.

Quel accueil avez-vous eu de la part du public ?
Lors du vernissage qui durait trois heures au Crédit du Nord, rue du Bac à Paris, plus de 300 personnes sont venues. Les responsables m’ont demandé de laisser l’exposition en place plus d’un mois. Les invités étaient enthousiastes. J’ai eu de très beaux échos sur le moment et par la suite.

Depuis combien de temps peigniez-vous ?
J’ai très vite su, petit , que je voulais être dans un milieu artistique et je me suis mis à peindre naturellement.

Sur la majorité de vos toiles on y découvre des visages ; on y constate également une couleur dominante … le bleu ; pour quelles raisons ?
J’adore cette couleur, je ne me l’explique pas précisément. Mon père a beaucoup peint des personnages avec comme dominance un bleu plus sombre.

Comment définiriez-vous votre univers ?
Je ne sais pas le définir moi-même. Je suis à la fois dans ce monde et sur mon nuage. Je suis très conscient du monde où l’on vit, les richesses de l’humanité se perdent, mais j’ai une forte croyance.

Quels sont vos futurs projets que vous pouvez nous dévoiler ?
Je continue à peindre, j’aimerais faire une exposition d’ici 2 ans avec des formats plus petits.
Je travaille sur la communication visuelle de :
– « Swan Lake » le Lac des Cygnes, un spectacle original qui se déroulera fin de cette année au théâtre Mogador.
– « Numéro complémentaire » une pièce qui aura lieu au théâtre Saint-Georges à la rentrée.
Et j’ai d’autres projets que je ne peux communiquer pour le moment.  

extrait de Opti-mystic.com – 2005

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...