Anamorphosée : un ratage voulu ?

Posté par francesca7 le 28 octobre 2012

 

Anamorphosée : un ratage voulu ? dans Mylène et mes BLABLAS qch434iw-213x300    Avec cet album à part dans la carrière de Mylène Farmer, on peut se demander si cette superficialité, ce bâclage, enfin tout cela n’était pas après tout qu’une grande blague… Après l’échec de Giorgino, Laurent Boutonnat et Mylène Farmer ont bien senti qu’ils étaient arrivés au bout d’un truc, qu’en se faisant plaisir il risquaient de s’enterrer. Alors il a fallu changer, et tout transposer dans le sens inverse, ne pas faire les choses à moitié. Les talons se sont surélevés (les cheveux aussi), les textes se sont hébétées (les interviews aussi), les sourires sont plus nombreux (à défaut d’être sincères), on fait une croix sur tout le passé et on s’enferme dans un nouveau rôle de bimbo superficielle attirant un nouveau public et théoriquement de plus grosses ventes. 

    A mon avis Laurent et Mylène n’avaient qu’une question en tête : les vrais inconditionnels suivront-ils ? Pour montrer que toute cette « anamorphose » n’est que stratégie commerciale , ils ont laissé de nombreuses clés au public. Mylène Farmer a laissé une multitude d’indices pour montrer qu’elle même ne croyait pas à ce « revirement optimiste ». Tout d’abord, le contenu de l’album Anamorphosée qui a lui seul laisse bon nombre de clés. En lisant les textes on ne peut qu’admettre être devant un terrible constat d’échec devant Giorgino. Notamment pour que qu’il implique : la fuite.  Mylène s’en fout : C’es étrange, pour moi cette chanson a toujours expliqué ce pourquoi Anamorphosée   trahissait volontairement l’univers de Mylène Farmer, qui parlerait d’elle, toujours selon moi, ici à la troisième personne. Ce qui expliquerait les jambes d’une autre qui la portaient, son cœur qui s’est fatigué, l’homme (L.B. et son univers) dont elle s’est lassé, et le fait qu’elle se soit dissoute. On peu ajouter d’autres paroles comme « t’as plus de mystère, ta poésie à pris l’eau, côté sombre : c’est mon ombre dissout dans l’éternité » mais aussi « l’abandon du moi » (==> plus d’émoi à cette époque), je vis HORS de moi et je pars… On peut ajouter à la même période la tête absente de la pochette (c’est, qu’elle le dise ou non, une manière de ne pas signer l’album…), le fait qu’elle tourne le dos à ses titres au verso (comme pour les renier) et aussi tout ce bâclage voulu pour les clips (format 4/3, non scénarisés, réalisés en vidéo…) et bien d’autres choses trop nombreuses pour être ici énumérées..

    Mylène nous a selon moi laissé de nombreuses clés pour dire à ses anciens fans pour faire comprendre qu’elle ne croyait pas à ce qu’elle faisait à l’époque. Et Eaunanisme est pour moi le texte où elle balance tout là dessus. C’est en outre la plus belle chanson de l’album selon moi, celle où on retrouve « son » style d’écriture (jeux de mots à l’appui), la seule qu’on aurait pu retrouver sur un de ses albums « traditionnels ». …et comme par hasard, c’est le seul titre d’Anamorphosée qu’elle n’a pas interprété sur scène pour le live à Bercy

3 Réponses à “Anamorphosée : un ratage voulu ?”

  1. francesca7 dit :

    Hello Coulon,

    c’est tout simplement une photo déjà animée que j’ai trouvé parmi les gifs de google et que je mets en répétition dans l’administration du blog ;)

    Merci de ton passage l’ami !

    Dernière publication sur FAMILLE de LUMIERE de FRANCESCA : Un Au-revoir pour ce blog

  2. Francesca dit :

    Hello Coulon,

    c’est tout simplement une photo déjà animée que j’ai trouvé parmi les gifs de google et que je mets en répétition dans l’administration du blog ;)

    Merci de ton passage l’ami !

  3. coulon59 dit :

    Super ton blog!!!!
    J’aimerai savoir si celà est possible
    Comment fais tu pour le bandeau du haut de la page
    pour alterner les différentes photos.Merci

    Bonne continuation
    Amicalement

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...