• Accueil
  • > Archives pour septembre 2012

Mylène farmer pour 2013

Posté par francesca7 le 6 septembre 2012

Mylène Farmer en concert : Nouvelle tournée en 2013 ?

Les rumeurs se multiplient sur le compte de Mylène Farmer et sa prochaine tournée. Aura-t-elle bien lieu en 2013 avec une mise en vente des billets dès 2012 ? Un concert au Stade de France serait-il au programme ?

Alors qu’elle est au coeur de l’actualité en raison de son best-of 2001-2011Mylène Farmer fait en parallèle l’objet de nouvelles rumeurs. Outre la mise en radio éventuelle de Sois moi – Be Me, c’est la sortie éventuelle d’un nouvel album original qui fait la joie des fans. Il s’agirait d’un disque prévu pour les fêtes de fin d’année… 

Mylène farmer pour 2013 dans Mylène 2013 - 2014 MyleneFarmer-BleuNoir-286x300

Autre rumeur digne d’intérêt, celle évoquant une nouvelle tournée. A en croire plusieurs fans, des concerts seraient ainsi prévus pour 2013, entre les mois d’octobre et de décembre.« Mylène serait en train de réfléchir à une stratégie pour un retour flamboyant, indique ainsi sur son blog Hugues Royer, auteur de la biographie non officielle Mylène. Elle envisage une tournée pour 2013 qui passerait par le Stade de France. Bien évidemment, ce scénario n’a rien d’officiel. Mais avouez qu’il réjouirait plus d’un fan… » Un ou des concerts au Stade de France précèderaient cette série de spectacles, éventuellement en septembre 2013. 

Au mois de mai 2012, des dates sont annoncées par certains sites. On parle alors deconcerts à Paris, Nice, mais aussi Lyon, Lille et Strasbourg. Mais quelques heures plus tard, le producteur Thierry Suc déclare n’avoir « jamais confirmé cette information »

Pour être informé des dernières news concernant Mylène Farmer, inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Musique.evous ici

 

Publié dans Mylène 2013 - 2014 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer 2012

Posté par francesca7 le 6 septembre 2012

Mylène Farmer : Un nouvel album en décembre 2012 ?

 

Un nouvel album de Mylène Farmer pourrait sortir à la fin de l’année 2012. Il s’agirait d’un disque composé par Laurent Boutonnat. A en croire le batteur Loïc Pontieux, il aurait été enregistré au mois d’août..

Mylène Farmer 2012 dans Mylène 2011 - 2012 1995-Herb-Ritts-004b-214x300

Si Mylène Farmer s’est faite discrète ces derniers mois, c’est pour une bonne raison. Elle travaillerait en effet sur son prochain album, dans le plus grand secret. A en croire Hugues Royer, auteur d’une biographie non officielle sur la chanteuse, il s’agirait d’un nouvel opus composé en intégralité par le complice de toujours, Laurent Boutonnat. « Alors qu’il a pu être question, au départ, d’un panachage mêlant d’autres talents, Laurent Boutonnat a souhaité être le seul maître d’oeuvre », avance l’écrivain. 

Succédant à Avant que l’ombre (2005), Point de suture (2008),Bleu Noir (2010) et au best-of 2001-2011, ce 9e album studio pourrait sortir dès le mois de décembre 2012, précédé sans doute d’un premier single… Le 4 septembre, le batteur Loïc Pontieux (qui était crédité sur l’opusAvant que l’ombre…) écrit sur Facebook : « A enregistré au mois d’août le dernier album de Mylène Farmer. » De quoi aiguiser l’impatience des fans ! 

Selon Hugues Royer, la présence sur le disque de Laurent Boutonnat s’explique par le souhait de créer un album « calibré pour la scène ». Nombreux sont en effet ceux qui espèrent une nouvelle tournée pour 2013, avec peut-être même un grand concert au Stade de France
Alors que le projet Xtended Tour est finalement tombé à l’eau, cette tournée excite déjà les passions. D’autant plus que, selon certains, il pourrait bien s’agir de la toute dernière…

Pour retrouver notre sélection des concerts à Paris en 2012, cliquez ici
Et pour l’agenda 2012 des concerts dans toute la France, cliquez là ! 

Publié dans Mylène 2011 - 2012 | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer à Cl.Chazal

Posté par francesca7 le 4 septembre 2012

  »Je vous trouve très jolie et très sensible ! »

C’était « l’événement » de cette fin de semaine d’août 2008… En tout cas pour les fans de Mylène Farmer. La chanteuse « entourée de mystère » était ce soir l’invitée de Claire Chazal en direct et en plateau au 20H de TF1. Après un reportage sur le nouvel album de Mylène, [musique:281096 "Point de Suture"], Claire Chazal reprend la parole pour poser quelques questions à la chanteuse, très rare sur les plateaux de télévision.

Mylène Farmer à Cl.Chazal dans Mylène dans la PRESSE FanElodieOnlygirl4-222x300« Quelques questions », cinq minutes ? montre en main… La séquence était en effet diffusée en toute fin de journal, entre la Formule 1 et la Météo. Trop vite au goût de Mylène Farmer, qui demande à ajouter un dernier mot : « Je peux me permettre de vous dire quelque chose ? Je vous trouve d’abord très, très jolie et vraiment très sensible ! », Esquisse dans un sourire charmeur la chanteuse si réservée d’habitude. Claire Chazal semble apprécier : « C’est gentil ! Ca me touche beaucoup ! » Ou quand la reine de la french-pop rencontre la reine du 20H…

Repris par le site : http://www.ozap.com/actu/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

PARIS MATCH parle de Mylène

Posté par francesca7 le 4 septembre 2012

 

Mystérieuse, elle craint le désir des autres mais, pour la sortie de « Bleu Noir », Mylène Farmer s’est confiée à Nathalie Rheims.

Paris Match. Tu n’as jamais été aussi belle et épanouie. As-tu des ­secrets de beauté ?
Mylène Farmer. La seule chose importante est d’aimer et d’être ­aimée. C’est bien la seule certitude que j’ai aujourd’hui. Et la beauté ­dépend du regard que l’on pose sur les gens. Quand ce regard est celui de l’être aimé ou tout simplement celui de la bienveillance, il agit comme un baume enchanteur. La chance qui m’est donnée de vivre en harmonie avec ce que je fais est alors mon secret de beauté, c’est un lien fragile que je m’efforce à la fois de remettre en cause et de protéger.

Qu’es-tu capable de faire aujourd’hui et que tu n’aurais pas pu faire hier ?
MF : Affronter des regards quand j’entre dans un lieu public sans ­vouloir fuir l’endroit dans la fraction de seconde. Souffrir d’un manque de confiance en soi, d’une timidité qui vous fait parfois passer pour quelqu’un de distant, de froid, n’est pas un atout majeur pour faire un métier public. Pourtant, depuis longtemps déjà, je n’ai eu d’autre choix que de dépasser mes peurs, les surmonter, n’en être pas – ou plus – l’otage. Quand j’y pense, c’est d’une violence inouïe de dépasser ce handicap… Seules les personnes qui sont de vraies timides peuvent ­comprendre ce par quoi l’on passe pour y parvenir.

“Bleu noir” est le premier album que tu fais sans Laurent Boutonnat. Pourquoi t’es-tu éloignée de lui ?
MF :Je ne me suis en aucun cas ­éloignée de lui. Après la tournée et les concerts au Stade de France, il s’opère une effrayante descente aux enfers malgré le succès, un vide sidéral, un manque. Vous recevez tant d’amour, de vibrations, autant de sensations qui vous donnent l’envie… d’écrire. Laurent a tout à fait compris mon besoin de créer. C’est aussi ça, la complicité. Nous nous retrouverons pour le prochain ­album.

As-tu conscience que cet album est plus sombre que les précédents ?
MF :Non… pas vraiment… Cet ­album, comme son titre, “Bleu noir”, l’indique, passe de la lumière au sombre puis à l’obscurité. Ou l’inverse, je ne sais plus.

 

PARIS MATCH parle de Mylène dans Mylène dans la PRESSE benoitmylenecorse2-300x198

                                »La Corse est mon refuge »

On te dit solitaire, voire recluse. ­Travailler avec une nouvelle équipe fut-il un travail compliqué ?

MF : Je m’adapte à de nouvelles ­manières de travailler si tant est que l’on respecte ma “bulle”, mes ­silences, autant que je respecte moi-même l’autre. Je suis quelqu’un de solitaire. Mais j’ai aussi un grand ­besoin de l’autre et je réfute le terme “recluse”… Quand j’étouffe, je prends un train, un avion, et vais voir d’autres cieux… C’est une ­liberté, une chance inestimable de pouvoir voyager quand j’en ressens le désir ou la nécessité. Face à un paysage de neige, je suis émue. J’ai grandi au ­Canada, je suis certaine que cette ­attirance pour les paysages immaculés vient de là-bas. Le grand froid a un parfum très particulier, un son qui lui est propre. J’ai retrouvé cette même émotion quand je suis allée en Russie découvrir Saint-Pétersbourg, en plein hiver. Au bord de la Neva, ses canaux gelés… on guette Catherine II de Russie…

D’autres endroits que tu aimes ?
La Corse est mon refuge. Le jour venu, la tentation pourrait être la Toscane. M’apaiser devant des ­collines d’oliviers et de vignes…

Tes biographes écrivent les mêmes clichés sur toi. Qu’as-tu à cacher ?
Je n’ai pas de biographe, c’est certainement pourquoi ce sont les mêmes clichés.

mylene-farmer_1987_christophe-mourthe_tournage-clip-tristana_151t-220x300 dans Mylène en INTERVIEWDans ce qui a été écrit à propos de toi, qu’est-ce qui t’a fait le plus ­sourire ?
J’ai entendu parler de bain de jus de tomate, qui m’aurait conduite à une “phobie attractive” du sang, et de lit-cercueil. Je crois que tous les fantasmes me font ­sourire quand il ne s’agit pas de mes proches ou de ma vie privée. Pourtant, quand on me rapporte les médisances d’un animateur de jeu télévisé, quant à mon prétendu play-back sur scène, je finis par me demander si je ne préfère pas l’histoire tout aussi fausse du jus de ­tomate. C’est ­impressionnant de voir à quel point certaines ­personnes se sentent grandies en dénigrant, en tentant de blesser… Il s’agit bien souvent de gens qui rêveraientd’une vie ­meilleure. Encore faut-il en être à la hauteur. Je crois à la vertu de la décence. La critique est nécessaire ; la grossièreté, inutile.

Es-tu obsédée par l’idée de laisser une trace de toi après ta mort ?
Obsédée, non. Le moment ­présent m’importe. Laisser une trace… dans le cœur de quelques personnes, j’espère que oui.

Qu’aimerais-tu que l’on dise de toi ?
“C’était une grande astronaute.”

Quel regard portes-tu sur la variété française ? Y a-t-il des artistes qui t’intéressent ?
J’ai découvert Stromae, ce jeune artiste vraiment original. J’aime beaucoup son titre “Alors on danse”, sa silhouette, son phrasé et son timbre de voix si particuliers. Il dit des choses graves sur un ton léger.

Pourquoi as-tu enregistré un duo avec Line Renaud ?
Je l’ai rencontrée lors d’un dîner et, comme chacun semble le dire, quand on croise le regard bleu de Line… une magie s’opère. C’est une femme belle, décalée et ­charmeuse. Je suis instinctive, le désir l’emporte dans ces moments-là. Son énergie ­vitale est impressionnante. Mais c’est aussi quelqu’un qui doute, c’est imperceptible mais touchant.

Tu navigues continuellement entre Eros et Thanatos. L’amour et la mort sont-ils tes deux seules sources d’inspiration ?
Il y a aussi la solitude. L’isolement. J’ai essayé la joie de vivre, mais ça n’a pas marché !

La politique t’intéresse-t-elle ? As-tu de l’estime pour ceux qui nous ­gouvernent ?
J’ai de l’estime pour le courage de tous ceux qui acceptent cette lourde responsabilité sans abuser de leur pouvoir.

Quelle est ton image idéale du couple ?
Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre : l’intelligence complice.

Comment t’imagines-tu dans dix ans ?
Ailleurs…

Interview de Nathalie Rheims – Paris Match 

Publié dans Mylène dans la PRESSE, Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer en Juin 2000 sur MCM

Posté par francesca7 le 2 septembre 2012


confidences de Lynda Lacoste (Animatrice)

 

Mylène Farmer en Juin 2000 sur MCM dans Mylène en CONFIDENCES lindaLynda Lacoste est l’une des dernières personnes à avoir interviewé Mylène à la télévision lors de la période Innamoramento. C’était en juin 2000 sur MCM. Une interview dans laquelle la star s’est montrée plus détendue et naturelle que jamais.

Avez-vous sollicité Mylène ou est-ce elle qui est allée vers vous ?
En fait, je remettais un prix lors des premiers « NRJ Music Awards ». Et c’est Mylène qui l’a gagné. En sortant de scène, son trophée entre les mains, elle m’a dit qu’elle appréciait beaucoup mon émission. Ca m’a vraiment beaucoup surprise et flattée. Dès le lundi suivant, j’ai appelé sa maison de disques pour leur demander s’il était possible d’organiser une interview pour cette émission. On m’a répondu que Mylène donnait peu d’entretiens, encore moins pour une durée d’antenne aussi longue. J’ai alors soumis l’idée qu’on entrecouperait l’interview de clips. Comme ses vidéos sont plus longues que la moyenne, cela réduisait le temps de l’interview. Mais on m’a quand même dit non. J’étais déçue, mais bon, c’est comme ça. Et puis, finalement, quelques jours plus tard, la maison de disques m’a rappelée pour me dire que c’était OK.

Comment avez-vous préparé l’émission ? Avez-vous eu des entretiens préalables avec Mylène ?
Non, pas du tout. Les gens de sa maison de disques m’ont simplement guidée dans le style de questions qu’il était préférable de poser.

A savoir ?
Sa musique, son art… Il ne fallait absolument pas que j’aborde sa vie privée. De toute façon, ça n’a jamais été dans le style de l’émission ou dans le mien d’interviewer les artistes sur leur vie privée. C’est probablement ce qui a séduit Mylène Farmer. Je ne sais pas.

MF2000_10a-200x300 dans Mylène en CONFIDENCESLes recommandations de la maison de disques ne vous ont donc pas rendue particulièrement nerveuse ?
Je suis toujours nerveuse avant une interview de toute façon. D’autant que je prends grand soin de ne jamais avoir de fiches avec moi. Je préfère écouter mon invité et rebondir sur ce qu’il dit. Je trouve que c’est une forme de respect élémentaire.

Tout était donc très spontané ?
Oh oui ! Mylène est quelqu’un d’adorable, de charmant et de sensible. On a beaucoup rigolé ensemble. D’autres artistes sont tellement blasés et traitent les journalistes comme des numéros : pour eux, vous n’êtes qu’un interviewer parmi d’autres. Mylène s’est montrée réellement très chaleureuse avec moi. Elle avait les yeux pétillants. Je crois qu’elle avait envie de rire ce jour-là.

Comment s’est passé l’enregistrement ?
C’était à l’hôtel Costes, à Paris. Quant elle est arrivée, Mylène avait l’air d’être impressionnée par le nombre de caméras : il y en avait trois plus une DV. J’imagine qu’elle devait s’attendre à un truc plus réduit. On a tout enregistré d’un traite, sans aucune coupure. Au total, ça a duré un peu moins de trente minutes.

Parution Mylène Farmer et vous en2003

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer dans l’émission de Jacky TF1

Posté par francesca7 le 2 septembre 2012

 

CONFIDENCES DE Jacky (Animateur)

 

Mylène Farmer dans l'émission de Jacky TF1 dans Mylène en CONFIDENCES 495252-jacky-va-presenter-l-election-miss-637x0-2L’ancien fanzine MFIFC rencontre l’animateur culte des années 80, chez qui Mylène s’est rendue à de nombreuses reprises.

Comment avez-vous été mis en relation avec Mylène Farmer ?
C’était en 1984. Elle interprétait sa toute première chanson, « Maman a tort ».

Vous avez tout de suite sympathisé ?
Oui, tout de suite. C’est vrai qu’au départ, elle était un peu timide, mais la glace s’est vite brisée et on s’est rapidement tutoyés.

Vos émissions étaient et demeurent complètement délirantes. A l’époque de « Platine 45 », quand vous invitiez Mylène Farmer, vous et elle interprétiez de petits sketches. Ces moments rares où l’on voit Mylène naturelle, souriante et décontractée étaient-ils scénarisés ou improvisés ?
Tout était préparé une semaine à l’avance avec l’artiste. Je proposais mon ou mes idées et on en discutait ensuite.

Mylène se prêtait-elle facilement au jeu ?
Oui, totalement ! Je me souviens d’une émission pendant laquelle elle m’embrassait et me laissais des marques de rouge à lèvres partout sur le visage. Nous avions beaucoup ri en la faisant, elle et moi.

Quels rapports entreteniez-vous avec elle ?
Nous sommes allés manger deux ou trois fois à la Coupole à Paris, pour préparer « Platine 45 » puis le « Jacky Show ». C’est tout.

Avez-vous eu de ses nouvelles dernièrement ?
Non car depuis 1988, Mylène est entrée dans une autre sphère. Elle s’est faite plus rare dans les médias. Mais cela ne m’empêche pas d’aimer beaucoup ce qu’elle fait artistiquement, ni de respecter profondément son travail, au contraire !

Que pensez-vous de la carrière de Mylène Farmer aujourd’hui ? Du mystère dont elle s’entoure ?
Moi je trouve ça plutôt bien : elle fait de très beaux clips qui ne laissent jamais indifférent et c’est comme cela qu’elle plait. Je comprends le silence dont elle s’entoure et, une fois de plus, je respecte ça…
maman-a-tord-187x300 dans Mylène en CONFIDENCES
Croyez-vous que Mylène renie son passé ?
Non, pas du tout.

Pensez-vous avoir joué un rôle important dans la suite de sa carrière ?
Peut-être avons-nous contribué à son succès car « Platine 45 » était, à l’époque, une émission très regardée. Cependant il faut rester modeste : Mylène doit surtout son succès à son talent… Je suis quand même très heureux de l’avoir connue à cette époque-là.

Avez-vous assisté à l’un de ses récents concerts ?
Non, pas encore. Mais j’irai sûrement la voir en décembre : son show de 1989 m’avait déjà beaucoup plus, alors… 

 

Parution à MFIFC en1996

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, wahouu !

Posté par francesca7 le 2 septembre 2012

 

confidences de Fabien Lecoeuvre (Écrivain) Auteur d’une biographie parue  dans la collection « Destins de légende ». 

Pouvez-vous nous raconter cette rencontre ?

Mylène Farmer, wahouu ! dans Mylène en CONFIDENCES 220px-FABIEN_LECOEUVREJ’étais attaché de presse et je m’occupais entre autres de la jeune Douchka. En 1984 ou 1985, je ne me rappelle plus l’année, on devait partir en reportage pour « Numéro Un Magazine ». Je devais récupérer Bertrand Le Page et Mylène à la Madeleine car ils n’avaient pas de voiture. Je devais les emmener au bois de Vincennes pour faire des photos. J’avais Douchka avec moi dans ma Golf, et on est partis tous les quatre au bois de Vincennes. C’est drôle, mais j’en ai un souvenir incroyable, car entre la Madeleine et le bois de Vincennes, il y en a bien pour une demi-heure à rouler dans Paris. Elle m’a dit bonjour et après, je l’avais pendant tout le voyage dans l’axe de mon rétroviseur. Entre l’aller et le retour, soit pendant presque deux heures, elle a dû me dire peut-être sept mots ! Mais si je dois garder un souvenir de Mylène Farmer, pour moi, c’est son regard. Il est magnifique. Elle a presque le regard d’un chat. C’est une image qui me restera toujours dans la tête : elle encore brune, pas encore star et déjà avec ce regard… Ca m’a traumatisé, et je me dis que ce n’est pas un hasard qu’elle soit devenue une légende. Elle avait une manière posée de fermer la paupière, c’était magique. En dehors de son talent et de celui de Laurent Boutonnat, je trouve qu’elle a du charisme, ne serait-ce que par sa manière de regarder. Après, en tant qu’attaché de presse, je l’ai recroisée plusieurs fois sur des plateaux télé. Elle est toujours polie, on raconte tout un tas d’erreurs sur elle.

Écrit-on différemment sur Mylèner Farmer que lorsqu’on écrit sur d’autres artistes ?
Oui, je m’adapte à chaque artiste. Mylène est une grande star. Cela demande du coup des analyses, on doit s’imprégner du personnage, le ressentir. C’est un véritable exercice pour moi. Et je tenais à dire que j’aimais les artistes sur lesquels j’ai écrit. Je ne pourrais pas écrire sur quelqu’un que je n’aime pas.

garçon-222x300 dans Mylène en CONFIDENCESVotre livre a été reporté à plusieurs reprises, pour quelles raisons ?
Ca a été reporté parce que je sortais d’autres livres, comme celui sur Polnareff. Et en fin d’année, on ne pouvait pas le publier non plus, car on sort en priorité les beaux livres pour les fêtes de fin d’année. On ne met pas les livres de poche en avant. C’est une stratégie commerciale. Finalement, je l’ai sorti en février, en même temps que mon livre sur Lorie…

Il paraît que Mylène toucherait 50% de vos droits d’auteur sur ce livre. Est-ce vrai ?
Ce n’est pas une rumeur : je verse toujours la moitié de mes droits aux artistes. J’estime que c’est normal. Après tout, l’artiste est une marque commerciale, c’est tout à fait normal de lui reverser une somme. Certains vont trouver ça étrange, mais après tout, on n’achète pas le dernier livre de Fabien Lecoeuvre, on achète un livre sur Mylène Farmer, par exemple. C’est une marque de respect, de considération. Bon là, elle ne va pas toucher beaucoup, le livre ne vaut que trois euros. Mais c’est symbolique.

Parution de Mylène Farmer et vous en2007

 

 

Publié dans Mylène en CONFIDENCES | Pas de Commentaire »

Pourvu qu’elles soient douces Mylène

Posté par francesca7 le 1 septembre 2012

 

symbolique : L’Affaire du trou

   Alors passé inaperçu à l’époque, ce n’est aujourd’hui plus un secret pour personne, le texte parle de sodomie, sans le revendiquer ouvertement :

« Ton goût tu revers n’a rien de pervers / Ta maman t’a trop fessé / Le nec plus ultra en ce paysage c’est d’aimer les deux cotés / D’un poète tu n’as que la lune en tête / Tout est beau si c’est vu de dos ! »

  Pourvu qu'elles soient douces Mylène dans Mylène et SYMBOLISME r5f1c07r-300x208   On comprend alors mieux le titre de la chanson, et le clip, qui s’offre différemment sous une seconde lecture. Notamment juste avant que le générique commence, le capitaine anglais répète à propos de Libertine qu’elle a l’air « si douce » à deux reprises, comme chacune de ses parties charnues ; on peut grâce à ça déjà deviner ses penchants et son obsession. Les titres du générique arrivent sur l’écran par le côté et non de face, le capitaine est tué dans le dos, « par derrière » dirait-on, et la rivale de Libertine meurt finalement empalée ! Les détails se rapportant à la pratique sexuelle dont il est question dans la chanson ne maquent pas. Inutile de s’attarder sur la scène de contemplation devant une Libertine endormie à l’abdomen dénudé, ni sur celle, la jouxtant, du petit tambour, incliné en avant sur une botte de paille, se faisant fouetter l’arrière train.

     Libertine fuyant le capitaine, volontairement écorchée par on ne sait quoi, la main maculée de sang, sont les prémices à un premier contact charnel mais douloureux entre les deux futurs sodomites. L’acte sexuel est en lui-même filmé avec sobriété, à la lumière du feu de camp anglais, en nous montrant seulement Libertine le dos tourné au capitaine. Le reste ne sera résumé que par un gros plan des deux mains l’une posée sur le dos l’autre, les doigts s’entrecroisant, ô symbole !  

    « La perversité des uns est la normalité des autres. » C’est par cette seule phrase laconique que Mylène Farmer dans la presse justifie son texte. Laurent Boutonnat a du visiblement s’en servir comme charte pour l’étendre à bien d’autres pratiques qu’on retrouve par-ci par-là dans le clip. Il traite ainsi de la prostitution comme dans Libertine en ajoutant le rapport à l’argent dont il ne parlait pas jusqu’à lors ; mais aussi de la masturbation, de l’homosexualité, du voyeurisme, du masochisme et du tabou de la pédophile. Par exemple, lorsqu’au début du film le soldat anglais avec le petit tambour âgé d’une dizaine d’années découvrent Libertine inanimée, le petit fait remarquer au grand qu’elle a les mains douces, lui qui vient de vanter la beauté de celui qu’il prend pour un garçon. Le soldat lui répond alors : « - Pas plus que les tiennes. » Or, comment le soldat peut-il parler de la douceur des mains du petit tambour sans les avoir eu en contact avec sa peau ? On remarque aussi que lorsque le petit tambour, en jeune voyeur, regarde en douce Libertine et le capitaine faire l’amour, il a un certain mal a maintenir le trou qu’il a fait dans la tente avec une seule main ; c’est donc que son autre main est déjà occupée…

Extrait signé par  Jodel Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Symbolique de Mon Ange de Mylène F.

Posté par francesca7 le 1 septembre 2012

 

Splendeur d’une sensualité moite

Symbolique de Mon Ange de Mylène F. dans Mylène et SYMBOLISME mylene-farmer-diabolique-mon-ange-400x300    L’éternel ciel orageux qui semble plomber la création de Laurent Boutonnat depuis l’échec de Giorgino est on-ne-peut-plus-présent. Cette fois un vent humide emporte avec lui une pluie fine et des feuillages. Il n’y a pas de sol, juste un ciel devant lequel se dresse une silhouette illuminée d’éclairs, une femme encapuchonnée d’une longue cap rouge dont elle se défait. On devine le soleil derrière les nuages, on le voit ce rayon blanc qui éclaire le visage renversé de la femme aux cheveux longs. Avant Parler tout bas et Pardonne-moi Boutonnat use déjà de pellicule noir et blanc à de courts moments pour parcourir le corps de son égérie avec un grain fort sur le support argentique, il le fera par la suite sur les poupées du clip d’Alizée puis sur le corps dansant dans la poussière de Mylène Farmer.  

« Malgré les doutes et les médisances
Malgré la peur, malgré les souffrances
Je pense que l’on avait rendez-vous »

« Alors cette fois je veux rester
Ne plus croire que si j’aime
On va m’abandonner »

 

     On est proche ici du Saudade d’Etienne Daho réalisé par Philippe Gautier (1991), dans la fusion de la nature, là bas du jeune homme étendu dans la rosée au milieu des insectes, ici de la femme généreuse évoluant dans une humidité omniprésente où s’accouplent des chevaux trempés jusqu’aux os. Les éléments naturels chez Laurent Boutonnat, et plus particulièrement la pluie, jouent des rôles centraux. Non seulement la pluie agit toujours en personnage propre, influant les MF2000_141a-300x199 dans Mylène et SYMBOLISMEagissements des personnages,  mais elle est souvent teinte d’une couleur divine, si bien que les héros de Boutonnat ne s’en protègent même pas, et la subissent comme ils se feraient à une malédiction qu’ils mériteraient. Le marionnettiste de Sans Contrefaçon (1987) ne se protège pas de l’averse torrentielle qui s’abat sur lui, il n’aura de regard que pour son pantin tombé dans la boue. Si les vieux de Sans Logique (1989) font semblant de se retirer à cause des gouttes de pluie qui commencent à tomber, c’est pour mieux cacher leur déception devant l’échec de leur rejeton, agonisant sous leurs yeux. La pluie sur Marie à la fin de Giorgino (1994) a même un effet révélateur, c’est en divagant pieds nus sous l’orage qu’elle tombera entièrement et définitivement dans sa propre folie. La pluie encore dans Parler tout bas (2001) où Alizée reste dans sa chambre d’enfant éventrée et abandonnée à l’eau qui tombe du ciel. On la retrouvera plus tard sous la même averse lorsqu’elle enterrera son ours en peluche. La pluie enfin dans Hasta Siempre (1997) où déjà Nathalie Cardone ne faisait qu’un avec l’élément pluie pour porter à la révolution tout un peuple qui emmène avec sa colère les tourments du ciel.  

    Ici le réalisme n’est pas à propos, et ne le sera d’ailleurs plus jusqu’à Moi…Lolita trois ans plus tard. Boutonnat se met déjà à parler avec sa propre langue, avec ses propres références (les chevaux piétinant de Allan, la robe de Beyond my control, le climat de Sans Logique). Rien de nouveau en somme, c’est vrai. Mais quelles images ! Images naturalistes de cheveux qui ondulent au vent alors que la pluie les humidifie et les alourdie peu à peu, images d’une femme dans son élément, dont la sensualité ne peut que s’exprimer dans un environnement aussi violent.  

  Le clip de Mon Ange reste méconnu, peut-être le plus secret avec celui de Populaire. Peu de passages télévisés malgré un bon succès commercial et aucun support en vente si ce n’est la vidéo promotionnelle destinée aux chaînes télévisées, qu’on peut d’ailleurs encore trouver dans quelques magasins de collectionneurs. L’ensemble des quatre clips que Laurent Boutonnat aura réalisé pour Nathalie Cardone vont pourtant dans une même direction, ont une homogénéité qui fait de cette petite oeuvre de quatre films le testament d’une sensualité de femme. Une femme qui tour à tour se bat, se débat, puis s’abandonne.

 

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...