• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 11 août 2012

Personnalité de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 11 août 2012

Etude des prénoms paru dans Elle Magazine

Personnalité de Mylène Farmer dans Mylène dans la PRESSE 248044_224486127564646_100000097824993_945546_8154396_n-189x300Mylène est en général très belle — d’une beauté à vous couper le souffle. Sa beauté est touchante, désarmante, ensorcelante. Il serait bien difficile de faire l’inventaire complet de sa panoplie de séductrice. Elle garde très longtemps un corps jeune et souple, avec une taille de guêpe et des courbes douces et harmonieuses. Il faut être de marbre pour rester insensible à l’ovale parfait de son visage, à ses lèvres vermeilles et toujours humides, à ses dents régulières et d’une blancheur éblouissante, à ses pommettes roses et légèrement saillantes. Mais ce sont ses yeux langoureux, d’une profondeur insondable, en forme d’amandes, qui constituent son arme de séduction absolue. Mylène semble mieux épanouie vers la ménopause qu’à vingt-cinq ans et peut encore, à l’âge mûr, attirer une foule d’admirateurs plus jeunes qu’elle.

« Lorsque la chance nous sourit, nous rencontrons des amis ; lorsqu’elle est contre nous, nous tombons sur une jolie femme. » Ce proverbe chinois s’appliquerait bien à Mylène car, nous l’avons vu, c’est une femme fatale. Celui qui l’aime ou l’épouse doit s’attendre à toutes sortes de déboires : c’est la rançon des plaisirs divins qu’elle lui procure. Sont innombrables les hommes qui, même avertis du danger qui les attend, cherchent à avoir cette femme dans leurs bras.

Mais si elle apporte des malheurs aux hommes, ce n’est pas parce qu’elle est foncièrement mauvaise. Certes, « beauté et folie vont souvent de compagnie » (Baltasar Gracian), mais Mylène fait exception à la règle. Ce n’est pas un poisson rouge dépourvu de cervelle —, elle a du bon sens à revendre. Il semble que le Ciel aime s’acharner contre les hommes qui l’aiment, comme s’Il en était jaloux.

Bien sûr, Mylène a des défauts, petits et grands, qui ne font pas le bonheur des hommes. Consciente de sa beauté et de son pouvoir de séduction, elle ne peut s’empêcher d’avoir une attitude hautaine et désagréable à certains égards. Cervantes a déjà remarqué que « dédain et beauté sont inséparables ». Capricieuse et exigeante, la native l’est volontiers, mais c’est plutôt par la faute des hommes —, par leur comportement peu digne, ils l’incitent à avoir des désirs farfelus et n’épargnent aucun effort pour les satisfaire afin d’obtenir ses faveurs. Madame de Staël n’a-t-elle pas dit : « La vertu des femmes dépend presque toujours de la conduite des hommes » ?

La fidélité ne s’inscrit pas a priori dans la nature de la native. Ni le mariage ni ses serments les plus solennels ne sauraient l’empêcher de se livrer à de multiples aventures amoureuses à tout âge. Partout où elle va, elle laisse dans son sillage une foule d’amants inconditionnels. Elle est ordinairement plus femme que la femme définie par Victor Hugo en ces termes : « Une femme qui a un amant est un ange, une femme qui a deux amants est un monstre, une femme qui a trois amants est une femme. »

Mais si elle se permet toutes les libertés, elle les refuse à ses amants. Sa jalousie la rend soupçonneuse. Si cette jalousie est en plus corroborée par des faits réels, elle ronge la native nuit et jour comme la carie de ses os. « La jalousie est le plus grand de tous les maux et celui qui fait le moins de pitié aux personnes qui le causent », disait La Rochefoucauld.

Mylène est aussi très possessive, à tel point que ceux qu’elle aime se sentent parfois étouffés. Ses enfants sont les principales victimes de cette possessivité. Au fond d’elle-même, elle ne veut pas les voir grandir et acquérir de l’indépendance. Elle veut les garder toujours avec elle et exercer un contrôle inlassable sur leurs pensées, faits et gestes.

Même ceux qu’elle n’aime plus n’échappent pas à son ingérence. On voit ici une des manifestations de son souci de se sentir toujours aimée, désirée, d’être l’objet de passions inassouvies. La vanité n’est pas, en effet, la moindre de ses faiblesses.

Lorsque Mylène arrive à dompter son cœur, elle peut être une excellente épouse, affectueuse et fidèle, et une mère de famille admirable. Cela n’est pas étonnant puisqu’elle possède un solide fonds de sagesse. Pourtant, elle ne peut s’empêcher d’avoir de temps en temps des regrets ou un sentiment de révolte. « Les honnêtes femmes sont inconsolables des fautes qu’elles n’ont pas commises », disait Sacha Guitry. La Rochefoucauld était du même avis: « Il y a peu d’honnêtes femmes qui ne soient lasses de leur métier. »

Parution dans ELLE http://www.elle.fr/prenoms/personnalite?sexe=2&type=carac&f_prenom=Myl%C3%A8ne&h_prenom=

 

VENEZ discuter avec nous sur le forum :  http://devantsoi.forumgratuit.org/t407-francesca-avec-mylene-farmer#2804

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...