• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 13 juillet 2012

Mylène Farmer dans ses idéaux

Posté par francesca7 le 13 juillet 2012

1. TON LIVRE DE CHEVET

Tous les livres de Stefan Zweig… le dernier lu étant « La guérison par l’esprit », une réflexion sur les pouvoirs de l’esprit et le besoin vital de cadre. C’est passionnant.

2. TON FILM CULTE

Mylène Farmer dans ses idéaux dans Mylène en INTERVIEW 248044_224486127564646_100000097824993_945546_8154396_n-189x300Choix difficile… il y en a plus d’un… mais je vais choisir « L’important c’est d’aimer » d’Andrzej ?u?awski. C’est sans doute un des films qui m’ont le plus troublée. Romy Schneider y est magnifique, sans fard, fragile, tragique.

3. TON PERSONNAGE PRÉFÉRÉ DE L’HISTOIRE

Padre Pio, un moine capucin qui a eu une vie extraordinaire. Il me fascine. Il a été canonisé en 2002, je crois… Durant sa vie, il a recu les stidmates de la Passion du Christ, a dû affronter le diable… Ca me renvoie à quelques chose de profond chez moi : l’inexplicable qui me bouleverse.

4. UNE ÉMISSION DE TÉLÉ QUE TU NE RATES PAS

« Un jour un destin » parce que j’aime les histoires vraies, les biographies, les destins hors du commun. J’aime connaitre l’histoire des gens, tout simplement. Je trouve que tout y est remarquablement traité à travaers des reconstitutions de vie qui évitent le piège facile du « jugement ».

Le fond comme la forme sont vraiment réussis et les sujets souvent passionnants, émouvants. J’aime aussi l’habillage de ses commentaires. Et puis rien n’est laissé au hasard. Cette finesse est rare dans le paysage audiovisuel. Et je regarde très souvent « Faites entrer l’accusé ». Les faits divers m’ont toujours fascinée. C’est peut-être une forme de voyeurisme, même si je ne le ressens pas comme ça. Je suis saisie par l’horreur que m’inspirent ces criminels, mais aussi submergée par l’évidente compassion que j’ai pour les victimes et leurs proches.

Qui peut un jour penser finir son destin si tragiquement ? L’horreur et la perversité sans limite de certains humains, parfois même sans remords, glacent le sang. Si cette émission m’intéresse, c’est parce que j’ai besoin de comprendre « I’m humain »

5. LA FEMME QUE TU POURRAIS PRENDRE COMME MODÈLE ?

Une comtesse âgée et discrète, qui vit non loin de chez moi recueille tous les chats errants. J’ai moi-même adopté il y a quelques années une chatte qui a élu domicile chez moi pour finir sa vie.

6. TON IDÉAL MASCULIN ?

Jean Rochefort, un acteur unique, un homme d’une classe folle, un charme renversant. Je suis sensible à sa grande délicatesse, c’est un être totalement décalé si émouvant aussi. Bref… magnifique.

7. L’OEUVRE D’ART QUE TU POURRAIS VOLER DANS UN MUSÉE
Une oeuvre de Giacometti

8. LE DISQUE QUE TU EMPORTERAIS SUR UNE ÎLE DÉSERTE
Mais il n’est pas question que j’aille sur une île déserte !

9. LA SOIRÉE DE TES RÊVES

En Corse, en Sicile ou en Irlande, un feu de cheminée, l’hiver, la neige qui tombe bien qu’il n’y ait pas beaucoup de neige en Corse et en Sicile ! Le vent souffle dehors, un verre de côte-rôtie et s’enivrer doucement… en écoutant la musique du film « Mission » par Ennio Morricone… Le reste est top secret !

10. UN ÉPITAPHE

Quel soucis! Ici « Je ».

Merci à Nathalie Rheims pour avoir permis à Mylène de se dévoiler… un peu

 INTERVIEW PAR NATHALIE RHEIMS :pour Paris match

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène F. et J.P Sauvaire

Posté par francesca7 le 13 juillet 2012

Jean-Pierre Sauvaire (Chef opérateur)

Mylène F. et J.P Sauvaire dans Mylène et L'ENTOURAGE JP_Sauv_Fred_Schoen

Jean-Pierre Sauvaire – Correspondant de la section des créations artistiques
dans le cinéma et l’audiovisuel

Né le 8 octobre 1948 à Marseille.

Élu, le 21 octobre 2009, correspondant de l’Académie des Beaux-Arts
(section des Créations artistiques dans le Cinéma et l’Audiovisuel)

Jean-Pierre Sauvaire est l’un des chefs opérateurs les plus réputés en France et il a travaillé sur des films aussi important que Taxi, Vidocq ou Le boulet. Fidèle compère de Laurent Boutonnat, c’est lui qui apporta cette lumière éclatante et particulière à de nombreux clips, et bien sur au film Giorgino. Rencontre passionnante, dans le calme d’une brasserie feutrée.

En 1966, Jean-Pierre Sauvaire entre à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Marseille, dont il sort diplômé en 1970. Il s’installe à Paris en 1972 et décide de se consacrer à la photographie puis au monde du cinéma.

Dans les studios et sur les tournages, il se familiarise avec les équipes, les caméras, les éclairages en décors, et s’oriente définitivement vers le métier de chef-opérateur et de directeur de la photographie.

De 1973 à 1979, il est le premier assistant de plusieurs directeurs de la photographie de renommée internationale, notamment Peter Biziou, Adrian Biddle, André Diot, Gerry Fisher. En 1980, après un séjour d’un an aux Etats-Unis où il complète sa culture cinématographique, il devient chef-opérateur. Il collabore alors à un grand nombre de tournages de films publicitaires prestigieux, de clips musicaux, de courts métrages auprès de nombreux réalisateurs : Etienne Chatiliez, Jean-Baptiste Mondino, Claude Miller, Jean-Paul Rappeneau…

À partir de 1993, il se consacre entièrement au long métrage et collabore étroitement avec Laurent Boutonnat, Alain Berbérian, Gérad Pires ou encore Frédéric Schoendoerffer, sur des films d’auteurs, d’action et de divertissement. En 2001, lors du tournage du film Vidocq, il est le premier à présenter pour le cinéma des images issues d’une caméra numérique haute définition.

 

2915525157_2 dans Mylène et L'ENTOURAGEARTICLE Interview PARU A  » I NSTANT.MAG » de 2003

Jean-Pierre Sauvaire explique : Dans l’équipe image, j’ai suivi un parcours traditionnel qui m’a amené, après avoir été assistant pendant environ sept ans, à exercer mon métier de chef opérateur (ou directeur de la photo), notamment dans le publicité, le clip, et, depuis quelques années, dans le long-métrage. Le chef opérateur « met en lumière » les images, c’est-à-dire qu’à travers son travail et son regard sur l’image, il sert au mieux une histoire, un scénario, un metteur en scène. Mettre en image, cela recouvre l’aspect technique : caméra, machinerie, lumière, gestion d’équipe et de matériel, choix de la pellicule, etc. Le métier recouvre également, tâche très importante, l’aspect artistique, c’est-à-dire la direction de la lumière, du cadrage, des ambiances de couleur, des choix de contraste et une collaboration, voire une complicité assez forte, avec le chef décorateur. C’est un métier à la fois technique et artistique.

J.P Sauvaire s’exprime sur les Clips
En ce qui concerne mon travail sur les clips, il y a eu ma rencontre avec Laurent Boutonnat et Mylène, avec lesquels j’ai beaucoup travaillé entre 1984 et 1993, date du tournage de Giorgino. Je les ai rencontrés tout à fait par hasard, tout simplement parce qu’à l’époque, nous étions voisins. Nous partagions une maison près de Denfert-Rochereau, Mylène et Laurent en occupaient une partie, ma future femme et moi, l’autre. Laurent savait que j’étais chef opérateur. Un jour, il est venu me demander un coup de main pour tourner le clip Plus grandir. Suite à cette formidable première expérience, j’ai éclairé de nombreux clips, dont les plus marquants furent Pourvu qu’elles soient douces, Sans logique, Regrets, et Désenchantée, qui reste je crois pour Mylène l’un de ses meilleurs souvenirs de tournage. J’ai également participé au tournage du film de la tournée 1989, dont on a fait brûler le décor à la fin, dans un champ à la campagne, tout près des studios d’Arpajon !

Les clips Regrets et Désenchantée, tournés à Budapest, ont servi d’une part à tester la production hongroise avant le tournage de Giorgino ; d’autre part aussi parce que, c’était bien écrit dans le scénario, nous voulions nous assurer un enneigement maximum, ce qui est en principe le cas en hiver dans ces régions. Laurent voulait également s’imprégner de cet univers des Carpates. La différence de coût de production entre la France et certains pays de l’Est est tout à fait significative, notamment en ce qui concerne le budget de la décoration. La main d’œuvre est moins chère, els charges sociales également, la location des plateaux et des studios est bien moins onéreuse qu’à Paris. Finalement, pour différentes raisons, le tournage a eu lieu en Tchécoslovaquie, à Prague, pour les décors en studio, et dans les montagnes en Slovaquie pour les extérieurs. Ma collaboration à Giorgino en tant que chef opérateur s’est faite naturellement. Dans ce métier en général, il y a une certaine fidélité, les équipes se suivent d’un projet à l’autre.

Conditions extrêmes du Tournage de Giorgio

Mylouxetnoux-vip-blog-com-5924041987ChristopheMourthe210J’ai été présent sur le tournage, qui a démarré le 2 janvier 1993, jusqu’à la fin du mois de mai 1994. La Slovaquie était censée être l’endroit le plus enneigé de l’Europe de l’Est à cette époque de l’année. Le repérage s’est effectué au préalable, les décors ont été construits à la fin de l’été précédent pour qu’il neige dessus, mais, lorsque nous sommes arrivés pour tourner, le 2 janvier, et alors que nous cherchions la neige et les ciels tourmentés, il faisait un temps magnifique, plein bleu comme on dit dans le métier ! C’était catastrophique pour le film et pour l’image. Pendant deux semaines, en attendant la neige, nous avons du utiliser ce qu’on appelle des « coversets », c’est-à-dire ce qui avait été prévu pour tourner certains décors intérieurs en cas d’intempéries. Il a continué à faire anormalement beau. Évidemment, les gens du coin n’avaient jamais vu ça depuis vingt ans ! Il a donc fallu trouver des solutions, faire venir de la neige de Pologne, des canons à neige d’Allemagne afin d’enneiger les décors pendant la nuit. L’autre condition climatique extrême était le froid, aggravé par cette absence de neige. Il s’est mis à faire un froid glacial (-20°, -30°) qui faisait geler une partie du matériel, comme les câbles électriques ou les machines pour faire la neige artificielle. Les caméras aussi ont souffert de ces conditions. Je garde le souvenir d’une expérience professionnelle très forte, d’un tournage très excitant malgré les difficultés. J’aime les films « poids lourds ».

Pendant le tournage, j’avais des échos positifs de mon travail sur l’image. Richard Pezet, le distributeur du film, venait de temps en temps sur le tournage, il visionnait des rushes et il trouvait l’image très belle. Une fois que le film est sorti, j’ai eu les mêmes échos, mais ça, c’est la pire des choses : quand on vous dit simplement que l’image est superbe, cela veut dire qu’il y a un problème sur le film. Je pense que Giorgino est raté. L’accueil par la presse, on s’en fout, ce qui compte, c’est le public, qui n’est pas venu. Si le public va voir le film, pour moi c’est gagné. Évidemment, pour Giorgino, Laurent était attendu au tournant, Mylène aussi. Avant cet échec, tout ce qu’ils avaient entrepris avait réussi. Ils étaient passés à travers les courants, les modes, les critiques. Ce film ne m’a jamais rien apporté en termes de renommée, plutôt même de la moquerie ou des critiques. En revanche, il se passe un phénomène étrange depuis quelque temps : des gens, qui étaient sans doute teen-agers à l’époque et adoraient ce que faisait Mylène, me contactent régulièrement. Aujourd’hui, ils sont devenus réalisateurs, scénaristes ou producteurs, et ils me parlent du film. J’ai même reçu des propositions de cinéastes qui souhaitaient avoir le même style d’image que sur Giorgino.

La rupture de Jean-Pierre Sauvaire :

Il y a eu une espèce de rupture émotionnelle après le film. J’ai évidemment suivi la carrière de Mylène. Je l’ai croisée, il y a deux ans, sur le tournage du film Vidocq, su lequel elle était passée. Je n’ai plus vu ni parlé avec Laurent depuis la sortie de Giorgino en salles. S’il a envie de faire à nouveau un film un jour, s’il a une histoire à raconter, je lui souhaite pleinement d’y arriver. Il a un talent fou.

Instant-Mag de 2003

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...