J.Marc Maniatis et Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 30 juin 2012

 

J.Marc Maniatis et Mylène Farmer dans Mylène et L'ENTOURAGE bio2Jean-Marc Maniatis est né le 3 mars 1942 à Saint Germain en Laye de parents de nationalité grecque (installés en France en 1920). Son père, l’un des plus grands bottiers parisiens, était président de la Haute Botterie Française. C’est dans la Haute Coiffure que Jean-Marc Maniatis a trouvé l’accomplissement de ses aspirations. Après avoir appris son métier sur le terrain afin de connaître les techniques ainsi que les problèmes qui se posent dans cette activité, il décida de voler de ses propres ailes et décida de s’associer à un partenaire pour créer sa première entreprise. Aujourd’hui, ce sont 4 salons Jean-Marc Maniatis à Paris qui emploient environ 150 personnes.

Jean-Marc Maniatis, grand artisan de la coiffure, a libéré les femmes des coiffures figées. Son obsession : sublimer les cheveux et faciliter la vie des femmes.

Son style Rock’n Roll, d’une précision extrême, a conquis les plus grandes stars. Les cheveux des Rolling Stones, Meryl Streep, Sophie Marceau ou Catherine Deneuve sont passés entre ses mains de maître.

Pour ce passionné du cheveu, la perfection du geste compte autant que la cosmétique du cheveu. Avec le CCB, il associe sa créativité et son professionnalisme hors pair au travail d’une équipe de chercheurs de haut vol pour transposer chaque idée en formule.
Avec les produits Maniatis, prendre soin de ses cheveux et se coiffer est à la fois un art et un jeu d’enfants.

Quand André Delahaigue, responsable des salons Maniatis est à ses ciseaux, il vous accueillera dans son salon, vos cheveux longs accepteront sans rechigner de se faire couper. Avec succès. Est-ce parce qu’André a 30 ans de métier ou que la méthode Maniatis est infaillible ? Un peu des deux sûrement…

Pour en savoir plus : salon de coiffure jean-marc maniatis – Marie Claire

Salon de coiffure : Jean-Marc Maniatis

7da17f300niatis dans Mylène et L'ENTOURAGELa coupe Maniatis : La coupe, chez Jean-Marc Maniatis, est un véritable art ancestral qui demande un travail d’orfèvre. Ici, chaque coiffeur est formé à LA technique Maniatis. Sur des cheveux séchés au diffuseur qui leur donne leur allure naturelle, (la coupe sur cheveux mouillés est une aberration pour eux !) il sculpte vos cheveux comme une statue de glace, tel « Edward aux mains d’argent » avec ses petits coups de ciseaux saccadés. C’est fascinant. Il coupe mèche par mèche quelques millimètres. À croire qu’il fait semblant. Pourtant après un certain temps, vous verrez votre nouvelle coupe de cheveux prendre forme sous vos yeux. Moi qui suis une extrémiste des cheveux longs, j’ai accepté de me lancer. Et pire, ça me plaît ! J’ai l’impression de voir ma chevelure renaître ! Un brushing de pro plus tard, j’ai exactement la coupe que j’avais demandée à André (celle de Vanessa Paradis sur la couverture du Marie Claire du mois de décembre).

 Pour qui ? Pour celles qui veulent repartir avec une vraie coupe de cheveux. Ici, chaque coup de ciseaux compte. Un travail d’artisan minutieux qui fait sentir à nos cheveux que c’est bon pour eux !

Jean-Marc Maniatis est responsable de la coupe de cheveux de Mylène pour la sortie de l’album « L’autre ».

Pour le Tour 96 et Mylènium Tour, le responsable, styliste de la coiffure et du maquillage est Pierre Vinuesa. Son nom apparaît aussi dans le générique du clip California.

MF2000_142aAvec Avant que l’ombre… ce n’est plus Pierre Vinuesa le coiffeur pour cette tournée, mais John Nollet. Ce coiffeur de renom, connu sur la place et dans le milieu de la mode, a travaillé pour beaucoup de magazines comme Vogue International, ELLE. Il a notamment contribué avec son ami Christophe Danchaud, danseur devenu maquilleur, à la campagne publicitaire de Chanel.

John Nollet est surtout connu pour ses créations pour le cinéma. Il a coiffé les plus belles actrices. Monica Bellucci, Emmanuelle Béart, Vanessa Paradis, Isabelle Huppert, Fanny Ardant, Juliette Binoche, Uma Thurman ou Audrey Tautou. La coupe Amélie Poulain, c’est lui.

John Nollet naît en 1970 dans le nord de la France. Il travaille au départ dans un salon dans le sud (Perpignan, Montpellier). Il commence à travailler pour des spectacles de danse avec la chorégraphe Dominique Bagouet. Puis un jour, il propose ses services pour le tournage du film Germinal (avec le chanteur Renaud) qui prend place dans le nord de la France. Il est engagé, c’est le début de l’engrenage. Après les trois mois de tournage, il s’attaque à Paris. Le rôle du coiffeur est également à part. En effet, celui-ci a non seulement un contact physique avec la star mais c’est aussi lui qui va influer sur le regard des gens. La notion de confiance est capitale et l’intimité inévitable.

 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer rêve de collaborer avec George Michael

Posté par francesca7 le 27 juin 2012

Mylène Farmer rêve de collaborer avec George Michael dans Mylène dans la PRESSE Georges-MichaelAlors que «Bleu Noir» caracole en tête des charts et son single «Lonely Lisa» est un tube, la chanteuse rousse sort de silence pour une interview exclusive au magazine «TV Magazine». Pas d’annonces fracassantes mais des confidences étonnantes…

Mylène Farmer réapparait toujours quand on ne l’attend pas. Sur le podium d’un défilé de Jean Paul Gaultier (lire notre article), revêtue d’une robe de mariée très gothique, ou bien aujourd’hui dans les pages de TV Magazine, pour une interview surprise, après avoir été assez discrète ces derniers mois.

Alors que son dernier album, Bleu Noir, vient de dépasser la barre des 600.000 exemplaires vendus (un exploit à l’heure de la crise du disque), et que Lonely Lisa, son dernier single est un succès (il fait partie aussi de notre sondage sur les tubes de l’été 2011), la star revient pour le journal télé (distribué aujourd’hui en supplément de plusieurs quotidiens, dont Le Figaro) sur ses choix de carrière, ses bonheurs (et oui, Mylène est parfois heureuse!), ses regrets, et surtout sur sa relation à part avec Laurent Boutonnat.

«Indissociable de mon chemin de vie»
Tout le passage qui concerne le compositeur, celui qu’on a souvent présenté comme son «mentor» (terme que Mylène Farmer rejette en bloc) est très intéressant. Oubliez les analyses un peu attives de certains, les rumeurs, Farmer et Boutonnat ne sont pas brouillés. Mieux, la star n’imagine pas sa vie sans lui! «La relation que j’ai avec Laurent est une relation de complicité et de complémentarité. C’est une personne de grand talent qui est indissociable de mon chemin de vie», confie la chanteuse à TV Magazine.

Si elle reconnaît avoir senti le besoin d’enregistrer un album entier sans Boutonnat (une première dans sa carrière), l’interprète de Sans Contrefaçon envisage néanmoins de retravailler avec l’auteur de ses principaux tubes dans le futur. Elle s’explique: «Bleu noir est tout sauf une passade! (…) Laurent préparait un film et le fait de réaliser moi-même ce disque était un choix de ma part. Mais il est certain que nous nous retrouverons tous les deux.» Quand? On ne le saura pas.

Après Murat, Moby, Seal…
mylene-farmer-fil-temps-1961_2vur9_1bbr00 dans Mylène dans la PRESSEOutre Boutonnat, Mylène Farmer évoque aussi les noms d’autres artistes avec qui elle rêverait de collaborer. Et là, surprise. Le premier nom cité est… Freddie Mercury! «Au paradis», précise-t-elle. Sinon, «sur Terre», elle aimerait travailler avec Hurts, un groupe anglais qui n’a pas encore percé en France mais «a beaucoup de talent» selon Mylène qui trouve que son chanteur a une «voix incroyable».

Autre nom, plus connu celui-là: George Michael, un artiste qui «intéresse beaucoup» l’interprète de Désenchantée. Après Murat, Moby, Seal, Ben Harper, Line Renaud… bientôt la voix de Freedom sur un album de Farmer? Comme dirait l’Anglais: «on doit garder espoir».

Sinon, Mylène prouve une nouvelle fois qu’elle ne manque pas d’humour et d’autodérision. A la question «Qu’est-ce que votre statut de star vous interdit de faire?» Elle répond: «De chuter sur les marches de l’Élysée!»

Presse Issue du site http://www.tetu.com/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène avec son clip Du Temps

Posté par francesca7 le 27 juin 2012

Lorsque Mylène Farmer a dévoilé  le clip de «Du temps», un titre inédit issu de son nouveau best of. Au menu: une choré et un séjour dans l’intimité de la star.

Qu’en pensez-vous?

Quelques  mois après avoir dévoilé Du temps (lire notre article), un des deux titres inédits issus de son nouveau best of 2001-2011, sorti lundi, Mylène Farmer a publié hier un clip pour accompagner la chanson.

La première chose que remarqueront les fans de la chanteuse rousse dès les premières secondes de la vidéo est qu’elle y réalise une chorégraphie, ce qui n’était pas arrivé depuis le clip de Je t’aime mélancolie en 1991. On voit ainsi Mylène Farmer et ses danseurs exécuter quelques pas de danse sur un fond noir et un sol mouillé. A noter également: le grand retour aux manettes de Laurent Boutonnat, son compagnon de toujours, qui n’avait pas mis en scène Mylène Farmer depuis Pardonne-moi en 2002.

Mylène avec son clip Du Temps dans Mylène dans la PRESSE mylene-farmer-du-temps-nrj-music-awards-2012-10633845abkyt_1879

Mylène Farmer au naturel
Malgré ce retour aux sources, le clip du Du Temps est, dans son esthétique générale, bien plus proche des dernières vidéos de la star, notamment celles de son dernier album Bleu Noir, que de l’univers du début de sa carrière.

Outre la chorégraphie, le clip de Du Temps comporte des scènes de Mylène Farmer au naturel, dans la vie de tous les jours. Une manière pour la chanteuse de lever le voile sur (une partie de) son intimité et de tordre le coup aux critiques, qui l’accusent d’être trop distante.

Regardez le clip de Du temps:

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Laurent avec les défunts

Posté par francesca7 le 23 juin 2012


 Mylène Farmer et Laurent avec les défunts dans Mylène et SYMBOLISME DSCF0017-225x300                  Deux des clips de Laurent Boutonnat mettent en scène leur héroïne en tant que personnage défunt : A quoi je sers et Regrets. La diégèse des clips en question se situe dans un au-delà rendu d’une manière stylistique assez identique : un noir et blanc surexposé et des paysages déserts. Pour rendre l’aspect irréel et post-mortem de l’au-delà de A quoi je sers, Laurent Boutonnat use d’une symbolique biblique, qui met en scène un mystérieux passeur sur un fleuve qu’on reconnaîtra comme étant le Styx, fleuve des enfers. La venue de personnages morts dans les précédents clips, comme le capitaine de Libertine II, sa rivale ou le toréador de Sans logique accentue le statut de défunte de l’interprète à laquelle ils se joignent. Dix ans plus tard dans Parler tout bas (1999) Boutonnat s’attache à décrire, à nouveau dans un monde mi-réel mi-imaginaire, le passage d’une jeune fille à l’âge adulte. Loin de la poésie dont il avait fait précédemment preuve avec l’usage d’une symbolique relativement juste et discrète, Laurent Boutonnat quelques années après s’être illustré avec les clips de Mylène Farmer fait avec Parler tout bas (2000) un clip uniquement peuplé de symboles. Ici aucun d’eux n’est au service d’une histoire et seul le basculement de l’enfance vers l’âge adulte justifie leur emploi. Du point de vue des éléments filmés, on pourrait lire ce clip comme une suite du précédent réalisé par Boutonnat : Moi…Lolita (1999).

 Le jeune homme amoureux d’elle dans le premier opus revient dans celui-ci, et alors qu’elle le rejetait à l’époque, le garçon trouve à présent devant lui les bras grands ouverts de la protagoniste ; preuve du passage de la jeune fille à l’âge adulte. On peut remarquer aussi que Parler tout bas commence dans une maison en ruines jonchée de jouets cassés et de boue, probablement celle qu’habitait la jeune femme alors enfant dans Moi…lolita. Le champ désert et boueux qu’elle traverse pour enterrer sa vie d’enfant ressemble lui aussi aux champs d’orge du premier « épisode ». Mais ici la reprise de ces éléments se fait dans un contexte plus onirique qui rappelle celui de Plus Grandir (1985). Parler tout bas ressemble justement à un rêve ; ou plutôt à un cauchemar de petite fille qui ne voudrait pas devenir grande, tout comme Plus grandir. Les lieux que traversait la jeune fille dans Moi…Lolita étaient autant peuplés, ensoleillés et vivants que ceux qui leurs correspondent dans Parler tout bas sont déserts, pluvieux et désolés. Après avoir enterré son ours en peluche sur lequel elle plante une croix de bois, la jeune fille rejoint une dizaine de poupées géantes symbolisant on l’imagine l’accompagnement éternel de l’âme d’enfant dans sa vie d’adulte. La grossièreté des symboles de Boutonnat dans cette période non-assumée de sa carrière a pour mérite de justifier l’emploi que le réalisateur faisait d’une symbolique qu’il a toujours dit ignorer.

 Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Le Cheval dans les Clips de Mylène

Posté par francesca7 le 23 juin 2012


Autre personnage noir, le cheval de Pourvu qu’elles soient douces est nommément désigné dans le clip comme le symbole de la mort. La voix du narrateur cite son propre père en désignant le cheval noir comme le signe distinctif du prochain trépas :

Le Cheval dans les Clips de Mylène dans Mylène et SYMBOLISME MF80_119a« -Tu reconnaîtras la mort à son grand cheval noir. Si par malheur un jour elle s’arrête devant toi, surtout ne la regarde pas ».

L’emploi du cheval dans un premier temps comme symbole est cependant vite dépassé par l’apparition de la mort elle-même sur le cheval, sans que celle ci ne soit présentée verbalement comme symbolique. Le personnage de la mort est figuré dans le clip par Libertine vêtue de noir, car c’est elle qui monte le cheval et en est propriétaire. La suite du clip confortera cette lecture, la mort et son cheval noir faucheront le petit tambour anglais devant les yeux médusés et impuissants de la troupe française pourtant armée. Ici le statut symbolique de l’élément est intégré d’une manière totalement diégétique à l’histoire, et ce uniquement afin d’introduire par un effet dramatique le personnage de Libertine sensé être l’incarnation de la mort. Nous préciserons que l’emploi du cheval noir comme symbole de la mort sera repris dans le long-métrage Giorgino ; c’est lui qui suivra le héros du début à la fin du film et sera l’annonceur de sa mort. A l’extrême fin du film, après la mort du héros et pendant l’approche de centaines de loups, le cheval en question se réfugiera dans une église et s’abreuvera au bénitier, seule utilité trouvée à la religion dans tout le film. D’autres signes dans Giorgino laisseront entrevoir l’emploi du cheval comme symbole mortuaire : c’est par exemple à lui que sera attaché le cadavre de Sébastien Degrâce traîné au sol les bras en croix ; c’est aussi du passage d’un autre cheval noir à l’exacte moitié du film que sera associée l’apparition fantomatique de l’âme des orphelins noyés, sur lesquels le héros est venu enquêter.

   Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Benoît Cachin nous parle de Mylène F

Posté par francesca7 le 22 juin 2012

 

Benoît Cachin nous parle de Mylène F dans Mylène dans la PRESSELe 12 septembre 2008, le journaliste Benoît Cachin revient sur l’interview de Mylène Farmer qu’il a effectuée pour le magazine gay « Têtu », la seule que la star a accordée à la presse pour la sortie de son album « Point de suture », et qui est parue le 20 août 2008. Il répond aux questions du public de la chanteuse lors d’un chat organisé par le quotidien gratuit « Métro », et dont voici la retranscription intégrale.

Bonjour M. Cachin. Vous qui avez interviewé Mylène Farmer, j’aimerais savoir si au cours de votre entretien vous l’avez trouvée distante ? Assez relâchée ? Détendue ? Vous semblait-elle « elle-même », naturelle ?

Elle était tout à fait naturelle, souriante, détendue. Vous savez, l’interview était prévue donc il n’y avait aucune raison pour qu’elle soit sur ses gardes.

Benoît, pensez-vous que Mylène cultive son côté mystérieux uniquement pour des raisons « commerciales » ?

Absolument pas ! On ne peut pas tenir 25 ans uniquement sur le marketing. Je crois que c’est sa nature profonde (discrète, réservée, mystérieuse). Donc elle ne se force pas, à mon avis…

Est-elle entourée de gardes du corps comme la presse le dit ? Si oui, pensez vous qu’elle se protège d’une peur ?

Je ne sais pas dans la vie courante… Lors de l’interview elle était seule…

Pouvez vous nous éclairer sur les relations qu’entretiennent Mylène et Alizée à l’heure actuelle ?

Grand sujet en effet ! Je crois savoir que les relations sont désormais distantes. Alizée a pris son envol et Mylène produit Lisa…

Selon vous, quelle chanson sera le titre d’introduction de ses concerts ? Le titre final ? Pensez vous que nous pourrions avoir droit à un titre inédit sur un single par exemple (le contenu de l’album étant court) ?
Alors là, c’est une colle ! Je me lance (mais ça n’engage que moi). Je pense que « C’est dans l’air » serait un titre parfait pour entrer en scène… Pour en sortir, « Ave Maria » bien sûr. Mylène reste Mylène. Quand aux inédits, Mylène en a souvent mis en « face B » alors pourquoi pas là ?

Bravo pour votre interview ! Y a-t-il eu des sujets tabou qu’elle vous a demandé, avant l’interview, de ne pas aborder ?
Non mais elle a refusé (avec gentillesse) de répondre à cinq ou six questions. Cependant, je ne voulais aborder que sa carrière pour, enfin, avoir d’autres sujets de conversation avec elle que le noir, la dépression et la solitude. Elle m’a d’ailleurs remercié à la fin de l’interview en me disant que ça lui faisait du bien de ne pas parler de singe ou de cercueil !!!

Comment expliquez vous un tel engouement pour Mylène Farmer ? Comment et sur quoi repose le mythe ?
Comment expliquer un engouement ? Question difficile et seul un psychanalyste pourrait y répondre je pense… Son mythe repose vraisemblablement sur son univers et sa discrétion. Plus les stars sont mystérieuses, plus elle nous fascinent, non ? Elle applique le système des grandes stars hollywoodiennes telles Greta Garbo ou Marlene Dietrich.

Le duo avec Moby est un peu surprenant, non ? Elle essaie de toucher un nouveau public ?
Je ne crois pas. On ne peut certes pas reprocher à Mylène de vouloir toucher un nouveau public, sinon elle aurait choisi de plus fédérateur je pense… Son duo avec Moby est dans la suite de « Crier la vie », leurs deux voix se mèlent parfaitement.

Quid de la relation entre Jean-Louis Murat et Mylène ?
Je ne sais pas. Murat est quelqu’un d’ingérable, capable de faire des compliments à Mylène le lundi et être limite insultant le mardi… Je ne pense pas qu’ils soient souvent en contact…

MF2000_108a dans Mylène dans la PRESSEVous avez écrit deux ouvrages sur Mylène Farmer. Vous a-t-elle dit ce qu’elle en pensait ?
Nous avons parlé du second, Influences. Le premier, le dictionnaire, n’a pas dû l’intéresser beaucoup car elle seule détient la vérité sur ses chansons. En revanche, elle était contente que, dans Influences, je mette en avant ses références pour que d’autres les découvrent et les aiment éventuellement. Elle a beaucoup aimé mon livre sur Etienne Daho que je lui avais offert à sa sortie.

Autour de quelles thématiques tournaient les questions sur lesquelles Mylène n’a pas souhaité s’exprimer ? Sur des sujets de société actuels ? Sur des choses plus personnelles ?
Sur d’autres personnalités ! Par exemple, je lui ai demandé pourquoi elle n’avait jamais posé pour Pierre & Gilles qui, il me semble, pourraient faire des clichés extraordinaires de Mylène. Elle n’a pas voulu répondre. Je n’ai pas mis ses réponses négatives à chaque fois, j’ai juste laissé celle concernant son projet d’album avec Polnareff. Et vous avez lu la réponse (ndlr : en effet, la réponse est on ne peut plus lapidaire !)

Quels sont les artistes qui influencent Mylène ?
Des poètes (Dickinson, Baudelaire, Verlaine…), des auteurs (Primo Levi, Francesco Alberoni…) mais aussi des peintres, des réalisateurs…

Mylène semble très inquiète pour son retour, notamment pour ses concerts au Stade de France. On ressent encore plus d’appréhension que d’habitude, un peur de décevoir. Elle dit qu’elle n’en dort pas, elle l’a encore souligné au J.T. de TF1… Vous en a-t-elle dit plus sur ses appréhensions ? Car quel challenge que de faire le Stade de France, sachant sa réelle timidité !
En effet ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte : chanter devant 80 000 personnes !! Personnellement je ne dormirai pas non plus ! Elle n’a pas droit à l’erreur, d’autant que les gens se sont rués sur les places, ce qui prouve qu’il y a une réelle attente… La pression est énorme comme le show le sera, j’en suis persuadé !

Pourquoi donc Mylène Farmer plait tant aux gays ?
C’est LA femme par excellence. Les gays (mais attention à ne pas généraliser trop vite car il y a beaucoup de gays qui la détestent) aiment les femmes très féminines, très sophistiquées en apparence mais qui mènent leur vie « comme des hommes » (comme Vartan par exemple).

Comment expliquez vous l’acharnement des médias a l’encontre de Mylène Farmer ?
Je ne l’explique pas et j’en suis désolé. J’essaie, quand on demande mon avis, de mettre en avant que Mylène est une grande artiste et pas un produit markété comme les médias le prétendent souvent très vite. Malheureusement, dans mes interventions les journalistes ne retiennent souvent qu’une petite phrase bateau. En France, on ne pardonne pas facilement aux gens de réussir et, en plus dans le cas de Mylène, sans faire de promo à outrance !! Je regrette l’attitude des journalistes, vraiment !

J’aimerais savoir si Mylène vous a donné son avis sur tout le travail fait par les fans sur le net (sites, blogs, forums à son effigie…) ? Prend elle le temps, à votre avis, de venir voir ce qui se dit sur elle sur la toile ?
Si elle le fait elle ne le dira sûrement pas. Mais c’est humain de regarder ce qui se dit sur vous. Je pense qu’elle doit avoir des surprises avec l’attitude parfois tellement excessive de certains fans… Ceci dit elle a un grand respect de son public, internaute ou pas.

Pensez vous que l’âge pourrait pousser Mylène à cesser son activité artistique dans les prochaines années ? Ne craint-elle pas pourtant l’oubli de ses fans ? Ou restera t-elle présente, en assumant son âge, mais d’une façon différente ?
Thierry Suc me confiait que lui-même ne savait pas si Mylène allait arrêter un jour ou non, alors moi vous pensez… Mais je pense que oui (c’est un sentiment totalement subjectif), que Mylène arrêtera du jour au lendemain et qu’elle se consacrera à autre chose. De toute façon, il faut être réaliste, Mylène approche des 50 ans. Elle ne pourra pas assurer des shows pharaoniques encore très longtemps… Mais l’Olympia n’a pas l’air d’être pour demain…

Avez-vous des infos sur le second single de l’album, « Appelle mon numéro » ?
Non malheureusement… J’aurai préféré « C’est dans l’air », je sais je me répète, mais Mylène a besoin d’un tube !

Pensez vous qu’elle soit affectée par l’image souvent caricaturale qui est donnée d’elle ? A-t-elle des contacts dans le milieu artistique ou prend-elle ses distances ?
Oui elle a des amis dans le milieu, Etienne Daho en particulier. Elle se fout un peu de la caricature qui est donnée d’elle par certains (comme Nicolas Canteloup). Elle me le dit à demi-mot dans l’interview de « Têtu » d’ailleurs…

Vous aurait-elle donné quelques détails, dont elle aurait refusé la publication, concernant ses futurs shows comme les noms de certains musiciens ?
Non, ce fut catégorique ! En revanche, je ne crois pas qu’elle en soit là. Elle s’occupe des décors, je crois qu’ils vont être énormes, vous vous en doutez. D’ailleurs les décors sont toujours la partie qui est travaillée bien avant le reste, et ceci pour tout le monde.

Mylène est de plus en plus en compagnie de Nathalie Rheims. Savez-vous si son projet de film avance ?
Oui, mais un film peut mettre plusieurs années à se mettre en route. Le projet est toujours d’actualité mais pas avant 2010 je le crains…

LiensMyleneFarmerQue pense Mylene de ses fans « extrêmes » ?
Qu’ils sont extrêmes justement. Je pense que ça peut vraiment la troubler. Cette poignée de fans totalement hystériques font vraiment peur parfois et pas qu’à Mylène ! Il s’agit de musique et de divertissement. Le sort du monde ne dépend pas d’un disque ou d’un spectacle de Mylène. Des fois on a l’impression que pour eux oui. C’est souvent pathétique et toujours triste…

On devine que « Têtu » sollicite Mylène Farmer pour une interview depuis de nombreuses années, ce qu’elle semble avoir toujours décliné. Pourquoi maintenant ?
Eh bien non. « Têtu » n’a jamais été très tendre avec Mylène… Je me bats depuis des années avec la direction pour que nous parlions de Mylène. Il a fallu un changement de rédacteur en chef en juillet dernier pour que mon vœu devienne réalité. Merci à Gilles Wullus, le nouveau rédacteur en chef de « Têtu » qui, lui, n’a pas d’a priori sur Mylène à l’inverse de l’ancien…

Quelle période préférez-vous chez Mylène ?
J’ai 40 ans donc l’album « Ainsi soit-je… » fut un album important pour moi. Cependant, je ne suis pas un nostalgique de mes « tendres années » et j’aime toutes les périodes de Mylène. Sur chaque album je retrouve des chansons que j’aime et la Mylène que j’aime. Ma chanson préférée est « Laisse le vent emporter tout » donc pas une chanson des années 80, donc vous voyez je suis ouvert.

Avez-vous des pistes sur les blessures de Mylène ?
Non je ne suis pas son psy. En revanche, elle a un bon chirurgien visiblement, qui lui fait de beaux points de suture.

Benoît Cachin, pouvez-vous nous dire ce que vous trouvez de sexy chez Mylène ?
Son allure en général, c’est difficile à dire… C’est comme définir le charme de quelqu’un, on l’a ou pas…

Vous définissez Mylène comme une icône gay, comme si elle faisait parti de la culture gay… Sur quoi vous basez-vous pour définir la culture gay ?
Sur ce que plébiscitent les gays, c’est tout ! Allez à un concert de Johnny, vous verrez qu’après personne ne dira que le chanteur fait partie de la culture gay. En revanche, Mylène… Ceci dit il y a une autre question, encore plus intéressante : y a-t-il une culture gay ? Un beau sujet de philo je pense…

Avez-vous abordé ensemble le thème de la chirurgie esthétique ?
Non, car je sais rester gentleman. Plus sérieusement, l’interview n’était pas pour « Elle » ou « Marie-Claire » donc j’ai évité ce type de sujet…

Quelles sont vos convictions sur l’avenir de Mylène ? Toujours la chanson ? Cinéma ? Littérature ? Est-ce c’est un sujet tabou pour elle, une de celles auxquelles elle a refusé de répondre ?
Elle ne veut pas évoquer son futur en effet, après les concerts… Je pense qu’elle va nous surprendre en arrêtant de chanter et en se consacrant à tout autre chose (je pense à l’écriture comme vous). Mais ça n’engage que moi !

Qu’a pensé Mylène du livre du fan qui a passé deux ans devant chez elle ? Un peu fou non ?
Pour moi totalement surréaliste ! Non, nous n’avons pas parlé de lui, désolé.

Lorsque l’on rencontre Mylène, comme vous, on a tendance a être muet, intimidé, ou bien met-elle à l’aise ?
J’ai la chance de faire ce métier depuis longtemps et j’ai rencontré des tas de stars, dont Madonna. On s’habitue car je l’ai rencontrée pour une raison professionnelle, et pas dans le privé. Là, je pense que j’aurai été plus impressionné. Elle m’a mis à l’aise tout de suite avec un très beau sourire et une poignée de main ferme.

Cher Benoit, tout d’abord bravo pour cet interview. Enfin un peu de changements dans les entretiens avec Mylène Farmer… « Y faut qu’ça bouge… » Irez-vous voir Mylene l’année prochaine ? Si oui, ou ça ?

Bien sûr que je vais aller voir Mylène ! Je l’ai vue pour la première fois au Palais des Sports (ndlr : en 1989) et j’ai toujours suivi ses concerts. Normalement, je devrais être au Stade de France le 12 septembre 2009. Rendez-vous dans un an ?

Bonjour Benoît, pourquoi ne jamais véritablement mentionner Laurent Boutonnat en évoquant Mylène Farmer ? Auriez-vous aimé faire une interview avec lui ? Que pensez-vous de son travail ?
Oui j’aimerais beaucoup interviewer Laurent, mais il ne désire pas du tout s’exprimer. A côté de lui, Mylène est une grande communicative !!!! Merci à tous, c’était très sympa. A bientôt. Et vive Mylène et « Métro ».

source : Chat Metro.fr – 2009

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Petit comment’ sur Mylène

Posté par francesca7 le 21 juin 2012


Les textes qu’écrit Mylène Farmer contiennent souvent des influences de certains écrivains comme Edgar Allan Poe, Luc Dietrich, Francesco Alberoni, Oscar Wilde, ou encore Charles Baudelaire. Ainsi, ils sont imprégnés de thèmes récurrents comme le sexe, la mort, la religion, l’amour, ou le temps qui passe, souvent empreint de mélancolie. « Une part de moi habite la mélancolie, et une autre aime aussi le rire et la gaieté. Malheureusement, le monde prête plutôt à l’état mélancolique, où le bonheur émerge parfois. »

Petit comment' sur Mylène dans Mylène et mes BLABLAS 162850611_small- Sa musique a habituellement une tonalité pop, parfois accentuée de rythmes plus dance/électro, rock ou encore new wave. Elle est composée lors de ses débuts par Laurent Boutonnat.

– Dès ses débuts, la chanteuse crée la polémique autour d’elle que ce soit pour ses textes ou ses clips. Cependant, ses premiers titres, qui se distinguent par leur ambiance musicale et des textes novateurs, sont généralement perçus positivement par la presse. Néanmoins, au fil des ans, certains journalistes commencèrent à juger l’artiste trop commerciale, du fait de ses ventes importantes et de l’intérêt croissant de la presse people. De même, ses textes souvent basés sur le symbolisme, font débat : si certains y voient un véritable talent d’écriture, d’autres les considèrent pseudo-intellectualistes. Depuis quelques années, l’image de Mylène Farmer dans la presse a progressivement évolué. La durée de sa carrière et son succès ininterrompu semblent lui avoir conféré une certaine crédibilité, et son œuvre est jugée moins sévèrement ou simplement ignorée. Sa discrétion est respectée, et même saluée. Certains journaux autrefois critiques sont parfois devenus laudateurs, comme Le Monde.

– Par ailleurs depuis un événement survenu durant l’année 2001, où un fan a assassiné un homme afin de la voir, Mylène Farmer a décidé d’appliquer Une« stratégie du silence », longuement évoquée par les médias. Depuis 2001, l’artiste n’a accordé que sept interviews et a réduit le nombre de ses apparitions à la télévision, en expliquant cette faible présence médiatique par sa « nature profonde ».

– Elle a incarné Tess au cinéma, le personnage principal de L’ombre des autres, tiré du roman éponyme de Nathalie Rheims. Scénarisé par Claude Berri et produit par Luc Besson, le tournage du film était prévu fin 2009, sous la caméra de Bruno Aveillan.

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Rumeurs d’Innamoramento

Posté par francesca7 le 21 juin 2012


L’enregistrement de l’album Innamoramento s’est terminé fin octobre 1998.

Une maquette de l’album Innamoramento circulerait entre fans collectionneurs. Une rareté gardée bien égoïstement par ses heureux détenteurs !

Rumeurs d'Innamoramento dans Mylène et mes BLABLAS 115142138Le magazine ’Instant Mag’ avait publié en 2004 une série totalement inédite de photographies de Mylène signées Paolo Roversi. Cette séance, effectuée en 1999 pour la sortie de l’album Innamoramento, n’avait pas plu à la chanteuse qui aurait été effrayée par le résultat. Elle lui avait donc racheté la série pour qu’elle ne soit jamais diffusée. Dans ces cas-là, généralement elle paye également le photographe pour qu’il s’engage à ne pas revendre les photos. Ce que Paolo Roversi a pourtant fait à la rédaction du magazine ’Instant Mag’…

Contrairement à ce que dit la rumeur, il n’a jamais été question que l’album Innamoramento s’appelle Mes Moires. Pour preuve : Mylène a demandé à son designer, Henry Neu, de travailler sur les supports de l’album dès l’été 1998, soit près de neuf mois avant la sortie de l’album.

Dessine-moi un mouton est une chanson qui existe depuis au moins 1997 ! Sur un forum, en 2001, un membre avait raconté qu’en 1997 il avait eu la chance d’assister à une venue de Mylène dans l’hôpital où il travaillait et qu’elle avait chantonné un refrain qu’il avait trouvé très sympa à l’époque. Il avait eu la surprise de reconnaître Dessine-moi un mouton deux ans plus tard. Elle aurait aussi chantonné Rêver

Petite blague relevée dans le livret de l’album Innamoramento : on peut y voir le visuel d’une enveloppe qui est adressée à « Mylène Farmer, 7 place de l’Europe, PARIS« . L’adresse est barrée, et on peut lire en-dessous « N’habite pas à l’adresse indiquée« . En effet, la place de l’Europe est le seul lieu de Paris à ne compter aucun résident domicilié à cette adresse précise. Il n’existe aucune boîte aux lettres place de l’Europe ! 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

X-Tended Tour 100 % Mylène F.

Posté par francesca7 le 17 juin 2012

« X-Tended Tour » : le spectacle 100% Mylène Farmer

Les fans de Mylène Farmer montent leur propre spectacle pour la deuxième année consécutive. Après avoir rempli le Bataclan en 2011, c’est en province qu’ils se produiront pour un show inédit dont Pure Charts est partenaire. Retrouvez toutes les dates et réservez vos billets dès à présent !

En 2011, ils étaient une dizaine à s’être produits sur la scène du Bataclan. C’est en province que les fans de Mylène Farmer se produiront cette année dans le cadre d’une tournée. Un spectacle totalement inédit est en préparation, monté par un collectif de fans, pour les fans, en partenariat avec NRJ et Pure Charts. Au programme : du son et des chorégraphies pour bercer les spectateurs dans l’univers de la chanteuse. L’occasion de se remémorer ses succès d’antan comme « Libertine », « Sans contrefaçon » ou encore « Désenchantée », mais également de découvrir la mise en scène de ses derniers titres, encore jamais interprétés en concert, comme « Oui mais… non » et « Lonely Lisa ».

Une première salve de dates avait été annoncée fin 2011 mais des reports sont à noter. C’est finalement le dimanche 24 juin que le « X-Tended Tour » s’arrêtera à la Cité des Congrès de Nantes, le 26 juin au Centre des Congrès de Lyon et le 28 au Splendid de Lille. La billetterie est ouverte.

Regardez la VIDEO – le teaser annonçant le « X-Tended Tour 2012″ :

Image de prévisualisation YouTube

Un joli coup de pub pour Mylène Farmer qui vient de publier son deuxième best-of en presque trente ans de carrière. « Best-Of 2001-2011″, dont les ventes ont dépassé les 130.000 ventes en un peu plus d’un mois, est actuellement soutenu en radio par le titre « Du temps », un morceau inédit que l’artiste pourrait bien interpréter sur la scène des prochains « NRJ Music Awards 2012″. La présence de Mylène Farmer ce samedi 28 janvier a été annoncée. L’artiste n’est cependant pas nominée dans aucune des catégories cette année. Une visite purement promotionnelle donc.

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

PROMO pour Mylène

Posté par francesca7 le 17 juin 2012

 

PROMO pour Mylène dans Mylène dans la PRESSE Xtended-Project-Mylene-Farmer-132217_L« Xtended project » : après le succès rencontré à Paris, au Bataclan le 23 avril dernier, le spectacle hommage 100% Mylène Farmer, rebaptisé pour l’occasion « Xtended Tour 2012″, sillonnera la France à la rencontre des milliers de fans de la chanteuse.

La tournée démarrera le 9 mars 2012 à la Cité des Congrès de Nantes et la production commence à dévoiler les futures étapes du show.

Sont d’ores et déjà annoncées les dates suivantes :

le 10 mars à Bordeaux / La Médoquine, le 11 mars à Toulouse / Le Bascala, le 17 mars à Marseille / Théâtre Toursky, le 18 mars Lyon / La cité des Congrès, le 25 mars à Lille / Le splendid, ainsi que Strasbourg, Mets, Clermont-Ferrand et Dijon au mois de juin. D’autres spectacles pourraient venir s’ajouter à cette liste.

« Xtended Tour », c’est l’ambitieux projet imaginé pour la première fois en France, par des professionnels et amateurs, admirateurs inconditionnels de Mylène Farmer, impatients de la revoir sur scène. Pour pallier au manque, ils ont décidé de faire eux-mêmes un spectacle en son honneur, une bonne occasion de faire la fête !

y4mtchkc-195x300 dans Mylène dans la PRESSEC’est pour les 20 ans de la chanson « Désenchantée » et la sortie de son dernier album « Bleu Noir » que les amoureux de la star ont organisé la soirée dans un club de la capitale. Ils se sont retrouvés pour présenter un véritable show inspiré des clips et des chorégraphies qui ont jalonnés la carrière de la chanteuse.

Les principaux tubes sont repris en choeur par le public qui connaît sur le bout des doigts la discographie complète de l’artiste. Ambiance assurée ! Huit danseurs proposent sur scène un spectacle inédit et de grande qualité.

L’univers si particulier de la star est revisité à travers des chorégraphies originales ou existantes qui s’enchaînent pendant deux heures pour le plus grand plaisir des inconditionnels de Mylène.

Décors, costumes et lumières s’ajoutent à la qualité des prestations pour un spectacle musical très réussi.

C’est d’ailleurs le succès de cette soirée et la demande des fans de province qui n’ont pas pu se déplacer que la production a décidé de renouveler l’expérience en proposant une tournée à travers la France.

La génération Mylène Farmer qui ne cesse de s’agrandir, sera certainement enthousiaste de rejoindre le « Xtended Tour 2012″ qui passera par leur ville.


PRESSE http://www.people-looks.com/

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

Mylène F. et le mortifère

Posté par francesca7 le 16 juin 2012

 

Très utilisée chez Boutonnat, la mort frappe le plus souvent le héros du film.

Mylène F. et le mortifère dans Mylène et SYMBOLISME 1373778470_smallOn distingue deux nuances : soit le symbole est utilisé pour souligner le trépas du personnage en question, soit pour figurer son statut de défunt. Plusieurs films du réalisateur mettent en effet en scène des personnages morts dont on suit l’action dans l’au-delà. Certains d’entre eux peuvent être rangés dans la première catégorie, la mort par fusillade de Libertine est montrée de manière on ne peut plus claire, celle de Tristana est rendue indirectement par le visage terrifié de l’héroïne auquel succède la giclée de sang sur le portrait de Karl Marx accroché au mur, ou encore la lente agonie du toréador de Sans Logique que l’on voit transpercé par des cornes de la femme-Centaure. En revanche, d’autres clips évoquent la mort du personnage plus qu’ils ne la montrent, ceci dans des clips plus sobres et plus lents. Clips qui véhiculent une espèce de romantisme éthéré qui épargne par un hiatus diégétique le décès du personnage dont la cause importe peu. A la fin de Plus grandir, la mort de l’héroïne intervient lors du fondu enchaîné elliptique entre deux de ses états : le plan de son visage vieillissant est en surimpression avec le recueillement de son fantôme devant sa propre tombe, posture faisant écho début du clip.

Afin de souligner le trépas du personnage, l’élément de la colombe qui se pose devant elle évoque la paix retrouvée, en contraste avec les tortures et la confusion qui ont précédé dans sa vie. Cet élément qui conclu la vie du personnage conduit le spectateur à voir le plan du cimetière comme une apparition post-mortem de l’héroïne, et donc à intégrer l’idée de son décès sans que celui-ci n’ait été montré. Le décès du personnage de la marionnette de Sans Contrefaçon est particulière car il n’aboutit pas à la suppression du personnage mais à son passage d’un état animé à un état inanimé.

20070117.FIG000000047_28518_3 dans Mylène et SYMBOLISMELa marionnette de cire en question voit sa réelle naissance marquée par sa transformation en personnage de chair et de sang. Sa mort sera un retour à ce premier état, comme si ce qui précédait la naissance relevait du même domaine que ce qui succède au décès. La mort de la marionnette devenue humaine n’est pas montrée, mais on sait au moment présumé du décès que la fée qui lui avait donné la vie quelques minutes plus tôt part sur la plage en signe d’abandon. C’est précisément ce détachement que Laurent Boutonnat prend pour métaphore de la mort de la marionnette, et le traitement du conte qui régit le clip fait beaucoup pour la justification d’un tel symbole : celle qui a donné la vie par sa venue la reprend par l’effet de sa disparition. Suite au plan de la fée se retirant au loin sur le rivage, le marionnettiste tenant son pantin dans les bras se rendra compte de sa soudaine raideur et le découvrira redevenu de bois et de chiffons. Cette femme en noir, transposition d’une fée détenant le pouvoir de vie, est aussi symbole de mort, et emporte avec elle l’existence des êtres qu’elle a effleurés.

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

La symbolique chez L.Boutonnat

Posté par francesca7 le 16 juin 2012

La symbolique chez L.Boutonnat dans Mylène et SYMBOLISMEL’ambition de Laurent Boutonnat est de réaliser une œuvre de clips qui tient un discours sur le monde, qui évoque plusieurs thématiques choisies et qui représente un univers cohérent, réalisation difficile dans cette forme filmique du clip qui exige une grande concision. De plus, l’aspect promotionnel inhérent à la forme du clip impose une facilité de compréhension certaine par le grand public. Afin de donner l’éclat d’une œuvre d’auteur à l’ensemble de sa production, Laurent Boutonnat l’enrichi d’une symbolique pompière accessible par une partie relativement grande du grand public. C’est pourtant cette symbolique simple qui rendra ses clips particuliers, là où la quasi-totalité des autres réalisateurs ne penseront qu’à illustrer de manière descriptive et le plus directement possible des situations décrites dans les paroles de la chanson. L’utilisation d’une symbolique dans un vidéoclip n’est pas chose aisée, car celle-ci ne se prête pas forcément à la projection dans d’autres clips du même artiste auxquels elle sera forcément comparée. La symbolique du vidéoclip en question risque de rester incomprise lorsque celui-ci sera diffusé conjointement à ceux du même interprète, autres clips très probablement tournés par des réalisateurs différents n’usant pas du même vocabulaire. En étendant sa symbolique sur toute la clipographie d’une interprète, Laurent Boutonnat crée une homogénéité qui lui permet de réutiliser les symboles instaurés dans un film précédent sans avoir à les signifier à nouveau.

 Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène F. et JL Murat

Posté par francesca7 le 15 juin 2012


Mylène F. et JL Murat dans Mylène et L'ENTOURAGE jean-louis_murat_portrait_reference

Jean-Louis Bergheaud, qui signe ses albums Jean-Louis Murat est un auteur-compositeur-interprète, né le 28 janvier 1952 à la Bourboule. Il passe une grande partie de sa jeunesse chez ses grands-parents dans une ferme isolée à Murat-le-Quaire (d’où il tire son pseudonyme).

Jean-Louis Murat connaît un début de carrière difficile marqué par plusieurs expériences musicales à la fin des années 1970 — notamment dans un groupe éphémère nommé Clara remarqué par William Sheller qui les invitera à faire certaines des premières parties de ses concerts — mais sans lendemain. En 1982, après la dissolution de groupe Clara, il enregistre son tout premier album intitulé Murat, puis un deuxième en 1984 intitulé Passions privées, mais devant le peu de succès, sa maison de disques rompt son contrat. On lui attribuera une tentative de suicide à la suite de la sortie au tout début des années 1980 de son disque Suicidez-vous le peuple est mort qui ne connaît que très peu d’écho auprès du public. La diffusion radio du titre est alors arrêtée sur Europe 1.

S’ensuit alors une longue traversée du désert dont il ne sort que bien des années après avec le premier extrait issu de son album Cheyenne autumn paru en 1989 chez Virgin, Si je devais manquer de toi, qui lui apporte enfin une certaine notoriété (trois autres extraits de cet album, L’ange déchu, Amours débutants et Te garder près de moi, sont eux aussi diffusés sur les ondes). Deux ans plus tard, les singles Col de la Croix-Morand et Sentiment nouveau (ce dernier rentrant au Top 50), issus du disque Le manteau de pluie, remportent un succès encore plus important.

Mais c’est Regrets, un duo avec Mylène Farmer, qui le fait réellement et définitivement connaître auprès d’un plus large public, à l’aube de ses 40 ans, en 1991 (3e au Top 50 et plus de 300 000 copies vendues). Depuis cette période, ses albums rentrent régulièrement dans le Top 20 en France.

Alors que sa carrière est déjà bien entamée et pour surprendre son public, Mylène décide pour la première fois d’écrire tout spécialement et de chanter une chanson avec Jean-Louis Murat, alors en pleine ascension musicale.

En fait, ce duo s’impose aux deux interprètes comme une évidence. Pluieurs mois auparavant, Mylène découvre l’album de Jean-Louis intitulé « Cheyenne Autumn » et elle a le coup de foudre pour cet artiste qu’elle qualifiera de « poète ». Commence alors une longue relation épistolaire entre les deux êtres (c’est-à-dire basée exclusivement sur la correspondance), qui aboutit logiquement à ce duo.

MF2000_35a dans Mylène et L'ENTOURAGEMylène écrit assez rapidement le texte de la chanson tant l’univers et la voix du chanteur s’accordent avec les siens. Le texte narre les retrouvailles post-mortem d’une femme avec son ancien amant, à qui elle demande de ne pas avoir de « Regrets » concernant leur histoire et sa mort.

Le clip est tourné en Hongrie dans un cimetière désaffecté, à la suite de celui de « Désenchantée ». Laurent Boutonnat est de nouveau derrière la caméra et réalise un clip à la fois simple et beau, chargé d’émotion (les images sont en noir et blanc).

Le succès ne se fait pas attendre et le titre se vend en quelques mois à plus de 250 000 exemplaires, ce qui incitera tout naturellement Mylène à renouveler l’expérience.

Des années plus tard, la chanson est ajoutée au répertoire scénique de la belle, qui la reprend seule, offrant au public une version particulièrement émouvante (qui faillit sortir comme second single live extrait du « Mylenium Tour »).

Regrets est le 15e single de Mylène Farmer, ainsi que le 1e duo de sa carrière (avec Jean-Louis Murat), sorti en juillet 1991. C’est le 2e extrait de l’album L’autre.

Histoire du duo Mura et Farmer

La naissance de ce duo vient d’une correspondance par courrier entre les deux interprètes pendant un an. Déjà en 1989, Mylène Farmer déclarait apprécier les chansons de Jean-Louis Murat et son album Cheyenne Automne, ainsi que sa manière d’écrire. D’après Murat, c’est elle qui a eu l’idée du duo. Il accepta après avoir écouté une version démo de Regrets, sur laquelle Mylène Farmer chante les deux voix (pour les lignes de Murat, elle prendra une voix plus grave).

En 2004, dans le journal L’Express, Jean-Louis Murat reconnaîtra que ce duo l’a aidé à lancer sa carrière.

Réalisé par Laurent Boutonnat en noir et blanc, le clip, d’une durée de 6 min 17 s, a été filmé à Budapest en février 1991 dans un cimetière juif abandonné, en même temps que celui de Désenchantée, avec un budget de 35 000 €. Le train qui conduit au cimetière n’a été mis en marche que pour le tournage. Il a été diffusé à la télévision pour la 1e fois le 9 septembre 1991 sur TF1 dans l’émission Stars 90.

MF2000_116aAu début du clip, un tram s’arrête devant l’entrée d’un cimetière enneigé. Jean-Louis Murat sort du tram et entre dans le cimetière. Il passe devant une biche et s’arrête devant une tombe. Lorsqu’il s’assied, Mylène Farmer arrive derrière lui et lui cache les yeux. Il la prend par la main, puis courent, rient et se blottissent l’un contre l’autre. Après s’être réfugiés sur une pierre tombale, elle s’efface alors définitivement. Jean-Louis Murat reprend le tram et part.

D’après une analyse effectuée par le magazine Instant-Mag, le clip est « la métaphore d’un amour passé et regretté ». Avec ce clip, Mylène Farmer « a atteint la quintessence de l’élégante tristesse que comporte son travail ». Le train représenterait la transition entre ces deux mondes. La biche serait le symbole de la féminité et le bouquet de chardons évoquerait le désir d’amour « inconditionnel avec l’autre ». Quant à la neige, elle participerait à l’atmosphère morose de la vidéo et symboliserait « un masque doux mais mortel » qui isole les deux univers. Tout ce qui représente la réalité a été filmé à vitesse normale, tandis que tout ce qui décrit le rêve, l’espoir ou le regret, a été filmé au ralenti.

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | 1 Commentaire »

Mylène F. et J.C Déquéant

Posté par francesca7 le 15 juin 2012


 

Jean-Claude Dequéant, est un auteur-compositeur français.

Il a collaboré avec plusieurs artistes plus ou moins célèbres tel que Anne Mason, Violette Vial, Corinne Catherine (‘Enlève ton Walkman’) et Mylène Farmer dont il a composé la musique de la chanson Libertine, écrit par Laurent Boutonnat en 1986.

 

Mylène F. et J.C Déquéant dans Mylène et L'ENTOURAGE MFBercy2006_59aPour les rares fans qui l’ignoreraient encore, c’est à Jean-Claude Déquéant que nous devons la mélodie de « Libertine ». Et c’est donc finalement un peu grâce à lui que la jeune débutante Mylène Farmer a pu devenir la star que nous connaissons… Un bel entretien qu’il nous livre, revenant sur les premières années d’une carrière frémissante…

 

interviews de Jean-Claude Déqueant (Compositeur de Libertine)

Que faisiez-vous jusqu’en 1984, date à laquelle on retrouve votre nom sur la pochette de « Maman à tort » ?

J’ai commencé par faire une petite carrière comme chanteur avec mes propres compositions et arrangements. C’est comme ça que j’ai appris à écrire une partition d’orchestre et la faire jouer par des musiciens en studio. Il n’y avait pas encore à cette époque ni de machines, ni d’ordinateurs. L’arrangement, c’est ce qu m’intéressait le plus dans la musique.
Écrire et faire jouer ce qui nous a traversés la tête par des musiciens talentueux, voilà une grande réjouissance. Ensuite, j’ai rencontré Yves Simon avec qui j’ai travaillé sur dix albums, depuis « Aux pays des merveilles de Juliet » jusqu’à « Amazoniaque ». J’ai mis ma carrière de chanteur en veilleuse et j’ai participé en tant qu’arrangeur à de nombreux albums pour des artistes extrêmement divers. En dehors d’Yves, l’arrangement que je préfère de cette époque est « Pierrot », la chanson de Renaud sur l’album « Ma gonzesse ». J’ai également composé des albums de musique instrumentale et quelques autres chansons. En 1977, j’ai sorti chez Polydor un album chanté, « Très flou, vent fou », qui me ressemblait assez musicalement. J’avais déjà dans ces sessions des musiciens comme Slim Pezin, Jannick Top, etc. Je crois qu’il n’y a que Jean-Bernard Hébey (RTL) qui aimait cet album où les titres étaient enchaînés. Il y avait une mise en scène sonore, comme un film de cinéma.

Sur la pochette de « Maman à tort », on lit cette mention : « Le studio Matin Calme (JC Déquéant) ». Pouvez-vous nous parler de ce studio d’enregistrement ?


A un certain moment, à la fin des années 70, une crise a secoué le métier. Les arrangeurs n’avaient plus de travail, les chanteurs s’entouraient de quelques musiciens et avaient des velléités de réalisation. L’arrangeur était un créateur de trop qui pouvait trahir l’œuvre de l’artiste. Je devais trouver une solution de survie. Après des années à travailler dans les plus grands studios, j’ai décidé d’ouvrir une petite structure avec, cependant, un matériel de base professionnel (magnétophone 24 pistes, périphériques divers, piano à queue, synthétiseurs, etc.). A l’époque, ce matériel était extrêmement coûteux et j’ai dû investir en m’endettant assez gravement. J’aimais tellement ce métier que je sacrifiais et fragilisais la vie de ma famille. J’ai réussi cependant à continuer de travailler avec cet instrument-studio pendant dix ans. J’ai deux filles originaires de Corée, j’ai donc décidé de nommer mon studio « Le Matin Calme ». La Corée étant appelée le pays du Matin Calme, pour ceux qui ne le sauraient pas !


Comment avez-vous rencontré Mylène Farmer et Laurent Boutonnat ?


Un jeune éditeur manager qui connaissait mon parcours et m’appréciait m’a présenté deux jeunes auteurs compositeurs, Jérôme Dahan et Laurent Boutonnat. Ceux-ci cherchaient quelqu’un comme moi pour maquetter un titre et recherchaient une artiste pour le chanter. Cette chanson était « Maman à tort ». J’avais rarement rencontré dans ce milieu des jeunes aussi sympathiques, doués et déterminés. Nous avons enregistré le play-back de la chanson. J’avais à l’époque un des premiers synthés « ARP Odyssée » avec lequel je fabriquais beaucoup de sons. « Maman a tort » en est l’exemple. Ensuite, ils ont recherché la chanteuse et après un essai infructueux, j’ai vu arriver, accompagnant Jérôme et Laurent, une jeune fille très jolie, timide, respectueuse et très gaie. La voix était étonnamment présente et elle riait après chaque prise en s’écoutant. C’était un vrai plaisir pour tout le monde. On a su instantanément que ce serait elle et personne d’autre qui chanterait.


Êtes-vous intervenu sur la prise de son et le mixage de chaque chanson jusqu’à « Libertine », puis de tout l’album « Cendres de lune » ?


Absolument. Après « Maman à tort », il y a eu « On est tous des imbéciles », puis l’album « Cendres de lune », où Laurent et Jérôme se sont séparés. J’ai présenté le guitariste Slim Pezin, ainsi que les choristes et le saxophoniste Alain Hattot à Laurent. Je connaissais à peu près tous les très bons musiciens de studio, j’en avais employé beaucoup dans mes arrangements. La rencontre avec Slim a été un grand moment quand il s’est mis à jouer comme un fou sur sa guitare le rythme de « Libertine ». Un grand moment ! Ensuite, nous avons mixé la bande au studio du Palais des Congrès. J’étais aux commandes des machines et Laurent avait l’inspiration et la production talentueuse. Je n’ai jamais été aussi heureux dans cette profession qu’à ces moments-là.


Quelle a été la genèse de « L’amour tutti frutti » (ndlr : premier titre composé par Déquéant qui servit de matrice à « Libertine ») ?


MFBercy2006_39a dans Mylène et L'ENTOURAGEJ’ai composé cette musique en 1984 dans ma maison de Normandie que j’avais alors. Dès les premiers accords et les premiers bouts de mélodie, j’ai pensé que je tenais quelque chose de fort. J’ai maquetté et structuré la musique dans mon studio et je l’ai montrée à un ami auteur, Georges Siblod, qui a posé dessus un texte assez glamour, « L’amour tutti frutti ». Nous avons cherché une chanteuse-comédienne car, dans notre esprit, cette chanson devait être autant jouée que chantée. Après avoir fait notre choix, nous avons finalisé la maquette. L’esprit en était très rock music. Et puis nous avons cherché une maison de disques. Mais nous n’avons hélas essuyé que des refus.


Comment cette musique est-elle devenue « Libertine » ?


Laurent, Jérôme et Mylène, qui travaillaient avec moi depuis 1982, connaissaient cette chanson et l’aimaient beaucoup. Eux pensaient qu’elle pouvait être un carton ! Très gentiment, ils m’ont aidé en la montrant à leurs connaissances des labels. Les gens semblaient s’accorder sur le sentiment que ce titre était très fort, néanmoins un petit quelque chose manquait pour concrétiser. J’étais, je l’avoue, un peu découragé. Quand Laurent a pris seul les rennes de la carrière de Mylène, l’équipe venait de signer chez Polygram et devait enregistrer un album. A l’époque, ils n’avaient aucun titre d’avance. Laurent est un garçon à la créativité instantanée, aussi il ne paniquait pas pour autant. Puisque la musique de « tutti frutti », par la force des choses, était disponible, il m’a demandé de la faire chanter par Mylène à condition de changer le texte qui, bien qu’étant de qualité, ne correspondait pas à ce qu’il voulait faire passer de l’image de l’artiste. Le gimmick instrumental est devenu le refrain « Je je suis libertine, etc. », j’ai rajouté une musique de couplet « Cendres de lune, petite bulle d’écume, etc. », la musique du premier pont a été supprimée et celle du deuxième pont gardée. L’arrangement qui était rock est devenu plus pop, correspondant mieux au goût de Laurent. Il a écrit le texte au fur et à mesure de l’avancement du play-back et Mylène chantait les petites bouts de texte concoctés par Laurent, en changeant sur place ce qui n’allait pas. Comme à ma première impression de compositeur, « Libertine » nous a paru à tous très fort.


Pensiez-vous que des paroles aussi coquines étaient adaptées à votre musique ?


Pour être franc, j’étais presque choqué et j’avais peur que ce texte provoque un refus des médias. Mais Laurent est un ouragan dans sa façon de convaincre et j’avais de l’admiration pour son talent multiforme, ce qui fait que je lui ai fait confiance. D’autre part, l’interprétation de Mylène éclairait de façon convaincante l’esprit du texte.


Il a fallu plusieurs semaines pour que la chanson fonctionne. Quel a été selon vous l’élément déclencheur de ce tube ?


Déjà, le choix d’Alain Lévy, le président de Polygram à l’époque, de choisir « Plus grandir » en premier single a bien failli faire capoter définitivement cet album et la carrière de Mylène avec. Nous étions fous de rage de cette erreur. Pour nous tous, « Libertine » était la locomotive et quand enfin le single est sorti, vu l’échec du précédent, ce n’était pas évident que ça marche. Les conseils de management de Bertrand Le Page, et bien entendu principalement le clip réalisé par Laurent, ont contribué à donner le coup de projecteur qui manquait jusque-là. A la rentrée de septembre 1986, les petites copines de ma fille cadette, qui était en maternelle, chantaient « Libertine ». Ca m’a fait un drôle d’effet !


Quelles étaient les réactions de Mylène, Laurent et Bertrand Le Page ?


Heureux, affairés, très professionnels, soignant chaque détail. Nous nous entendions bien à l’époque. Je sentais une harmonie certaine entre nous.


Sentiez-vous à l’époque que la carrière de Mylène venait d’amorcer un tournant ?
Pour moi, c’était une nouvelle génération de gens aux talents évidents et surtout aux possibilités multimodales. Ils avaient une volonté de fer. Sans être devin, on pouvait deviner qu’ils iraient loin.


Après « Libertine », on ne vous voit plus participer à l’aventure Farmer. Fort de ce succès, étiez-vous demandé pour d’autres projets artistiques ?


Hélas, mon plus cher désir était de m’investir encore plus en profondeur dans cette aventure. Malheureusement, l’égocentrisme de chacun entre en action dans ces moments de haute tension. J’étais persuadé d’avoir apporté quelque chose de décisif à cette équipée artistique et je ressentais mal le fait que Laurent et Mylène ne fassent jamais mention de mon apport. Quant à Laurent, il devait prouver qu’il était capable lui-même de fabriquer des tubes aussi forts que « Libertine ». Je lui ai dit ce que j’avais sur la conscience et il a eu l’opportunité de poursuivre ailleurs le travail en rencontrant Thierry Rogen. La suite lui a donné raison puisqu’il y a eu d’autres chansons formidables nées de son cerveau et de celui de Mylène. J’ai par exemple une grande admiration pour une chanson comme « Désenchantée » ou « C’est une belle journée ». Pour finir de répondre à votre question, j’ai beaucoup composé ensuite et j’ai des musiques qui n’ont pas trouvé la bonne équipe, texte et interprète, et qui ont donc été inemployées. J’ai continué à faire des réalisations pour divers artistes. J’ai été victime également de mauvais coups (artistiques, bien entendu) et peu à peu j’ai décroché, lassé par un métier qui ne me satisfait plus.


Avez-vous eu des regrets de ne plus avoir continué votre collaboration avec Mylène ?


Au-delà de l’argent que ça a pu rapporter, je regrette surtout la créativité, le bonheur que j’avais de travailler avec des gens que j’appréciais, plus que beaucoup d’autres dans ma carrière, et l’apport très différent de ma pensée artistique qui aurait pu enrichir (artistiquement !) et différencier un peu plus la carrière de Mylène. Encore une fois très modestement, puisque cette équipe se passe fort bien de moi.


En dehors de vos droits d’auteur, que ressentez-vous lorsque vous entendez la chanson passer à la radio ?


C’est comme un enfant qui a réussi sa carrière ou sa vie. Je suis son papa et j’en suis fier, même si cet enfant ne vient plus me voir…


MFBercy2006_70aPouvez-vous nous parler de la genèse de la reprise de « Libertine » intitulée « Bad girl » et qui n’a jamais été commercialisée ? Qui a écrit les paroles ? Savez-vous pourquoi elle n’a jamais été mise en vente ?


J’ai enregistré la voix de « Bad girl » au Matin Calme, peu après le début du succès de « Libertine » et j’ai fait le premier mixage qui n’était pas bon. Le différent avec Laurent était patent et je n’ai plus suivi de près cette version. Je ne me souviens plus du nom de l’auteur de la version anglaise de « Libertine ». Je pense qu’au final, le résultat n’était pas excellent et qu’il valait mieux ne pas sortir ce disque. Les artistes français ont généralement beaucoup de mal avec les versions anglaises et il vaudrait mieux refaire tout par une bonne équipe du cru, avec un vrai coaching du pays pour la voix. Les artistes français chantent mal l’anglais. Il en est d’ailleurs de même dans l’autre sens, mais le rapport économique n’est pas le même. Cependant, rien ne m’empêchera de penser que « Libertine » pourrait être un tube à l’échelle mondiale. Laurent y a certainement pensé !

Mylène est devenue une immense star. Avez-vous suivi son évolution ?


Bien entendu, de très près. Je n’aime pas toutes ses chansons car comme professionnel, j’y vois les failles et je ne sais jamais rester un innocent auditeur, mais j’en aime beaucoup. Sans flagornerie, je pense qu’il y a peu d’artistes dans notre pays capables d’avoir eu l’intelligence de ne pas faire d’erreurs dans le déroulé de la carrière, d’avoir su approfondir un style de façon très professionnelle et d’avoir travaillé sans faiblesse aussi bien sur les spectacles, les clips, les textes, la musique, au prix de grands sacrifices de vie et de liberté, je suppose. Ce qui fait que sur la durée, le public ne se lasse pas comme pour tant d’autres artistes doués mais fainéants.

Que vous inspire l’évolution de la musique de Laurent Boutonnat ?


En tant que musicien, j’ai beaucoup de mal à ne pas être critique. Je pense que c’est un merveilleux mixeur d’idées musicales venues du monde de la langue anglaise et de sa culture générale très riche. Malgré quelques belles réussites mélodiques, et je suis admiratif et même vibrant pour certaines chansons, je pense que la diversité future de sa musique devrait passer par des mélodies un peu moins « boutonnesques » et des arrangements moins « machinesques ». Excusez-moi ces barbarismes !

Qu’avez-vous pensé de la reprise dance de la flamande Kate Ryan qui a fonctionné un peu partout en Europe ?


Ca me fait plaisir, mais quinze ans après l’originale, cette version ne supporte pas la comparaison avec notre version, même dans les sons. J’aimerais d’ailleurs que la jeune génération s’approprie la chanson afin que nous en ayions une autre vision.

Qu’avez-vous pensé du nouvel habillage de la chanson réalisé par Laurent pour le best-of «Les mots » ?


Rien de bien nouveau, my lord. Mais la pochette… ! J’ai tous les supports, c’est dire !


Avez-vous écouté le dernier album de Mylène ?


Pas encore, sauf le titre radio. Je me réserve toujours des plages de temps éloignées de l’actualité pour en juger sereinement, et surtout savourer s’il y a des réussites.

Pensez-vous aller voir Mylène Farmer en concert en 2006 et que pensez-vous de ce genre de « show » à l’américaine ?

Uniquement si j’étais certain d’avoir une place correcte d’où j’entendrais et je verrais bien. Une place qui ne me rende pas sourd pendant plusieurs jours, car je n’ai plus l’âge du public de Mylène. Je suis plutôt du genre concert à Pleyel pour dégustation de la richesse du compositeur et de la finesse de l’interprétation. Je suis de ceux qui pensent qu’un orchestre symphonique vous colle au siège tout autant qu’un très bon groupe de rock. Mais Laurent saura, j’en suis certain, épater les pupilles et les pavillons d’oreilles, sans détruire les tympans du public
mylénien.

Quels sont vos projets actuels et à venir ?

J’avais tourné la page musicale depuis une douzaine d’années. Cessant prochainement toute activité professionnelle, je vais bientôt avoir beaucoup de liberté. J’ai un gros ordinateur, de beaux logiciels musicaux, mon beau piano à queue, mes guitares et une envie de retravailler cette merveilleuse matière musicale qui n’a jamais quitté mon cœur.

Si vous aviez un dernier message à adresser à Mylène et Laurent, après toutes ces années, que serait-il ?

Que malgré les vicissitudes de la vie, je les aime tous les deux, d’une façon différente de leurs fans, bien entendu, et je leur souhaite encore de longues années de réussite. Je sais également que le plus grand souhait de Laurent serait de réussir enfin un beau et grand film de cinéma. Je le lui souhaite très sincèrement.


Issu des écrits de Mylène Farmer et vous en 2005

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Critique sur Mylène farmer

Posté par francesca7 le 12 juin 2012

Critique sur Mylène farmer dans Mylène et des CRITIQUES MF90_33a-244x300Mylène Farmer, la plus discrète des grandes artistes françaises, tente de faire un peu parler d’elle avant ses deux concerts événements à Paris.

Pour ses 25 ans de carrière, Mylène Framer s’offre en effet deux soirées de lumière au Stade de France, les 11 et 12 septembre prochains. Ses milliers de fans ont bien sûr déjà depuis longtemps grifonné la date sur leur agenda…

Pour les nouvelles chorégraphies énigmatiques de Point de Suture, son dernier album, nous attendons de voir ce que Mylène Farmer est capable de faire à l’approche du cap de la cinquantaine. Car en plus de souffler les bougies de 25 ans de carrière, la chanteuse énigmatique soufflera aussi, le 12 septembre, celles de ses 48 ans !

 Et pour sa promo, la chanteuse de tous les records a préféré donner une interview à la radio plutôt que sur TF1. C’est RTL qui a remporté l’exclusivité grâce à Anthony Martin, le spécialiste de la musique de la rédaction. Vous pourrez retrouver l’intégralité de l’interview de Mylène Farmer le samedi 12 septembre à 15h.

 Trois ans après sa dernière scène, Mylène Farmer est sur la route depuis le début de l’année avec son Tour 2009, sa 5ème tournée d’envergure nationale.

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Fans divisés sur bleu noir

Posté par francesca7 le 12 juin 2012

 

Comme souvent, le nouvel album de Mylène FarmerBleu Noir, ne fait pas l’unanimité. Disponible depuis le 29 novembre sur les plateformes de téléchargement légal, il suscite les commentaires les plus vifs sur les sites de fans. Morceaux choisis. 

Fans divisés sur bleu noir dans Mylène et des CRITIQUES MF2000_19a« Un album sublime pour ma part dés la première écoute… Mylène a encore frappé fort. Je suis une fan depuis 1986 et à chaque fois je frissonne ! Un sans faute ! »

« Mais que ce passe-t-il ? Je viens d’écouter les extraits et rien… Rien n’accroche mon oreille. Fan de la première heure, habituellement j’achetais l’album les yeux fermés, mais là, ce que j’ai entendu ne me plait pas. »

« Je ne comprends même pas comment on peut ne pas aimer ce nouvel album. Le titre Bleu Noir est tout simplement une bouffée d’émotion que nulle part dans le répertoire ’farmerien’ on ne retrouve. »

« Je ne trouve pas que les textes sont ’farmerien’ ! C’est cucul la praline, on est loin des textes sublimes d’Innamoramento  !! »

« Ca fait un bien fou que Mylène ne déprime plus, ça se sent dans cet album ! Elle a connu l’amour et cet album me donner envie de dire ’Je t’aime’… »

« Je n’aime pas cet album. En fait, il me laisse indifférent. Après la première écoute, je n’ai pas eu envie de les entendre une seconde fois… »

« Je suis un fan, et là je suis déçu. Si d’aucuns aiment cet album, tant mieux pour eux. Pour ma part, je trouve les paroles souvent peu inspirées, les musiques sont peu adaptées à sa voix singulière et, encore une fois, une catastrophe monumentale au milieu de tout ça, Lonely Lisa, qui sans doute fera se trémousser au milieu des campings, mais qui pour moi est indigne de l’auteure de Ainsi sois-je. »

« Très déçu au départ, moi vieux fan des années 80, après écoute j’aime beaucoup N’aie plus d’amertume, Inséparables, Leila… »

« Franchement, je suis plus qu’agréablement surpris ! Ce changement fait vraiment du bien ! Alors certes cet album est moins commercial que les précédents et risque de moins plaire aux adolescents, mais il est vraiment très réussi, mature, à la fois très actuel et très personnel. Enfin un vrai travail sur le chant et le voix ! »

Paru sur http://www.evous.fr    

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène F. L’autre … et blablas

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


Mylène F. L'autre ... et blablas dans Mylène et mes BLABLAS 2009NathalieDelepine10-300x201

Voici quelques détails au sujet de la fameuse adaptation de l’album « L’autre… » en anglais : fin 1991, suite au très, très fort succès de l’album, Alain Levy, directeur de Polygram qui venait de prendre également la tête de Polygram USA, proposa à Mylène de faire une version anglophone de l’album. Assez réticente car pas du tout à l’aise dans la langue à l’époque, elle profita de son premier séjour à Los Angeles qui suivit (hiver 1991/1992) pour ébaucher quelques traductions de quelques chansons de l’album en refusant toute aide extérieure pour l’écriture. Au final, elle abandonna le projet en cours, très peu satisfaite de son travail et rien n’a été enregistré, contrairement à ce qu’on croit savoir depuis longtemps. Quand on évoque quatre titres qui auraient été enregistrés, en fait cela correspondrait plutôt à quatre textes.

Seulement, un accord avait été signé pour une distribution initialement européenne et pour honorer ce contrat, Mylène adapta l’année d’après Que mon coeur lâche avec un traducteur. Ce dernier raconta d’ailleurs plus tard que la première version du texte qu’il avait écrit seul fût rejetée aussitôt par Mylène, qui travailla alors avec lui sur chaque mot de chaque phrase !

L’Instant-Mag disait pourtant dans un article avoir écouté Il n’y a pas d’ailleurs enregistré en anglais, et que les trois autres titres étaient L’autre…, Agnus Dei et Regrets. Que croire ? 

barre-divers13 dans Mylène et mes BLABLAS

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Point de Suture et des blablas !

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


Point de Suture et des blablas ! dans Mylène et mes BLABLAS sac-a-bandouliere-mylene-farmer-point-de-suture-sac-bagagerie-871370755_MLDurant les sessions d’enregistrement de l’album Point de suture aux studios ICP à Bruxelles, Mylène aurait logé dans un petit appartement situé au-dessus même du studio. Elle s’y serait tellement peu plue que les sessions d’enregistrement auraient été particulièrement rapides. Ce qui n’a en rien altéré la qualité des voix sur l’album !

En avril 2008, pour la promotion de l’album Point de suture, Mylène effectue une série de photo avec John Nollet, qui est également son coiffeur depuis une dizaine d’années. Ces photos sont créditées sous un pseudonyme : Simon Hawk. En effet, lorsque John (qui s’appelle Jean, en réalité) Nollet a commencé à bosser avec l’agence H&K, ceux-ci lui ont conseillé de travailler sous un pseudonyme, car pour les magazines de mode, Nollet est un avant tout un coiffeur. Depuis peu, sa carrière de photographe étant désormais intégrée, il a souhaité reprendre son nom pour ses travaux. Mylène l’a donc tout naturellement crédité sous son nom sur les supports du single Appelle mon Numéro, bien que la série avait été entièrement déposée sous son pseudo. Etrangement, on retourne au pseudonyme « Simon Hawk » sur les supports du single Si j’avais au moins….

Ave Maria, le titre caché de l’album Point de suture, a été enregistré après le reste de l’album à Bruxelles. Il a été fait dans le home-studio de Laurent Boutonnat.
De plus, le titre a été diffusé le 30 juin 2008 à l’église Saint-François-Xavier, lors de l’enterrement de Frédéric Botton (ex-compagnon de Nathalie Rheims), deux mois avant la sortie de l’album.

L’interview de Mylène pour le magazine « Têtu » a eu lieu dans un salon de l’hôtel Park Hyatt, à Paris.

Sur le titre Je m’ennuie, le sample qu’on peut entendre sur l’introduction et le pont, et qui a inspiré à Mylène sa petite démarche façon geisha lors des concerts 2009, a été utilisé précédemment dans une vidéo promo de Jean-Paul Gaultier réalisée par Alain Escalle !

 et_vous_connaissez_vous_mylene_farmer_sur_le_bout_des_doigts_illustration_test_connaissance dans Mylène et mes BLABLAS

Le choix des premiers singles extraits de l’album était décidé très en amont. Pour preuve le tournage du clip de Si j’avais au moins… en juin 2008, alors que le single est sorti 8 mois plus tard. 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

ALICE nous dit Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 9 juin 2012


– Quand j’ai évoqué l’araignée, j’ai eu envie d’écrire sur cette petite Alice, je pensais à la face… au visage noir de l’artiste. Ce que peut ressentir… l’autodestruction de l’artiste. Donc cette envie de dire à cette araignée de s’effacer et de partir. (XXelle, MCM)

– J’ai une phobie des araignées (rires). Mais j’ai toujours eu en mémoire… C’était une toute petite histoire d’une araignée dans une cellule qui était le compagnon, le seul compagnon du prisonnier. Ce qui n’a rien à voir avec le thème d’Alice ! Mais je peux apprivoiser aussi une petite araignée ! L’araignée n’est pas un symbole particulier pour moi. L’araignée… Vous savez parfois on a des choses comme ça qui vous viennent, vous ne savez pas pourquoi. Et c’est vrai que quand j’ai entendu cette musique qui a cette boucle, cette répétition… J’y voyais bien la marche d’un petit animal, comme ça. Et puis après vous n’savez pas, vous parlez de… Alice est devenue l’artiste, la représentation du mal-être de l’artiste. (Radio Contact, 15 novembre 1995)

ALICE nous dit Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS 253221905_small

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène sur TMC

Posté par francesca7 le 3 juin 2012

 Barre musique

Hier soir sur TMC nous avons pu visionner pendant une dizaine de minutes les incontournables de Mylène Farmer dans l’émission : Quand la musique est bonne à 20 H 45.

Vous avez vu j’espère !

Ah ça fait du bien de revoir ces belles années…

Tout un petit échantillonnage de cette époque là !!!

 

reportez-vous ici : 

http://videos.tmc.tv/quand-la-musique-est-bonne/bonus/quand-la-musique-est-bonne-joyeux-anniversaire-7264025-848.html

 

Mylène sur TMC dans Mylène 2011 - 2012 1988-11-06_A2_Le-monde-est-a-vous_pourvu-quelles-soient-douces         MFConcert89_07a dans Mylène 2011 - 2012          c3fc2896

Publié dans Mylène 2011 - 2012 | Pas de Commentaire »

Mylenium Tour dit Mylène

Posté par francesca7 le 2 juin 2012


Mylenium Tour dit Mylène dans Mylène et mes BLABLAS Discographie- Je suis désormais plus tournée vers la poésie. Ce spectacle est plus romantique et lyrique et j’y chante plus de chansons lentes que d’habitude. D’un autre côté, il ne présente pas qu’un concept unique et cohérent : il met en scène deux héroïnes, moi-même et cette déesse qui me protège. Le célèbre artiste suisse Giger m’a offert cette gigantesque statue qui se trouve sur la scène et dont la tête et le bras sont articulés. (…) Sa création rappelle la déesse égyptienne Isis qui représente la féminité et la fertilité. Elle est bien plus qu’un accessoire gadget, un décor impressionnant. C’est une actrice cruciale de mon barnum, cette messe païenne qui prend la forme d’un concert typique de ce qui se fait dans le show-business : la scène est recouverte de glace (?!), des lumières multicolores clignotent et des confettis argentés tombent sur le public. Des effets de lumières artistiques et mystiques, crées par cinq tonnes d’équipement luminaire, insufflent la vie à la statue. (Pulse, Russie, mars 2000)

– L’idée de ce nouveau spectacle m’est venue après avoir lu « Le livre tibétain de la vie et de la mort ». Cette philosophie a bouleversé ma vie et m’a fait voir sous un nouveau jour tout ce que j’ai vécu et tout ce qui m’entoure. Ce spectacle est une sorte de reflet, sous forme de chansons et de danse, de ma nouvelle perception de la vie. (7 Dney, Russie, 6 mars 2000)

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

DVD Mylenium Tour

Posté par francesca7 le 2 juin 2012


DVD Mylenium Tour dans Mylène et mes BLABLAS MTBercy2Dans les bonus du DVD ’Mylènium Tour’, on peut apprendre que Consentement était prévu pour faire parti du spectacle mais a été annulé. Depuis, on raconte que le titre a été écarté parce que Mylène « n’arrivait pas à la chanter ». En réalité, étant donné que la chorégraphie des danseurs sur Beyond my Control avait été annulée lors des répétitions de la troupe sur scène (car les déplacements ne convenaient finalement pas), il avait été convenu de revoir tout le premier tableau, et donc choisi d’enlever une chanson. Seulement, comme après les premières répétitions aux Etats Unis, A quoi je sers… avait déjà été supprimée, Mylène aurait voulu malgré tout intégrer une autre chanson à ce tableau. Quelques titres ont été répétés en urgence, dont A quoi je sers… qui aurait eu une chance de réintégrer le show. On parle aussi de XXL, mais tout cela nécéssitait des éclairages particuliers, des programmations qu’il était impossible de mettre en oeuvre en si peu de temps. Et finalement, Rêver ne nécessitant que deux musiciens et pas d’éclairage particulier, le choix s’est arrêté sur cette chanson.

Au tout début de la tournée ’Mylènium Tour’, sur les réseaux de fans sur le Web, pas mal de fans étaient persuadés que Dernier sourire était un inédit spécialement écrit pour cette tournée. Beaucoup la rebaptisaient « Parle-moi encore ». Rares étaient ceux qui savaient qu’il existait une version originale de 1989, car il fallait avoir un support de Sans logique et le MP3 ne circulait pas énormément à l’époque… 

BARRE

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

La Spiritualité de Mylène F.

Posté par francesca7 le 1 juin 2012

 

 Ange, parle-moi

 La Spiritualité de Mylène F. dans Mylène et SYMBOLISME MF99_23a-237x300La spiritualité qui semblait hanter l’album depuis ses premiers vers se fissure, et on croit voir davantage une recherche de spiritualité, vaine, comme un appel dans le vide, auquel de toute façon on ne croit pas. Une chanson qui tire son intérêt de son interprétation volontairement maniérée.

 L’amour n’est rien

 Une nouvelle fois, on flirte avec cette spiritualité nouvelle, mais enfin débarrassée des pulsions bouddhiques et de ses Lamas à l’optimisme béat qui polluaient anamorphosée (1995). Mylène FARMER aime. Et pour l’instant ? Rien d’autre. Pas même les grands auteurs dont elle se désintéresse. On se tourne avec bien plus de désinvolture vers des références légères, comme Dorothée à laquelle elle empreinte le mélodique refrain de Hou la menteuse pour ces couplets.

 

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

 

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène et Pourtant….

Posté par francesca7 le 1 juin 2012

Et pourtant…

 Mylène et Pourtant.... dans Mylène et SYMBOLISME 2659143008_1_3_Oh4WVd7RÇa y est, les songes au goût de cauchemars réapparaissent peu à peu « Les songes m’ont réveillée », les premières douleurs aussi. L’Amour va bientôt finir, inévitablement, et signe la fin d’une période heureuse, croit-elle la dernière. L’improbable silhouette » s’avance, comme une menace. Elle arrive enfin et assombri le chemin mortifère qui mène à elle. L’ombre c’est elle : le désespoir, qui revient pour la dernière fois, faucher la femme qui s’est discrètement confiée à nous.

 L’album «Avant que l’ombre…» marque chez Mylène une forme d’apaisement apportée par l’amour. Cependant malgré cet amour, les doutes restent présents… «Et pourtant…» en est le parfait exemple.

 Mylène nous décrit ses rapports avec autrui et avec l’amour en se comparant aux roses, qui savent qu’elles sont belles et s’attendent à trouver l’amour, mais ignorent la présence d’épines qui les empêchent de vivre cet amour de manière heureuse.

 

 

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...