Mylène Farmer et François Hanss

Posté par francesca7 le 18 mai 2012

 

Mylène Farmer et François Hanss dans Mylène et L'ENTOURAGE laicite_05_les_sources_vues_par_le_realisateur_mai2008François Hanss est un réalisateur et scénariste français né en 1960.

Après des études aux Beaux-Arts, il s’inscrit au conservatoire libre du cinéma français dont il sort diplômé en 1981.

De 1980 à 1987, il est assistant-réalisateur sur des films publicitaires, des courts et des longs métrages de fiction, des téléfilms et des clips. Puis il passe à la réalisation proprement dite en signant des publicités, des clips musicaux, des reportages et des documentaires.

Il est surtout connu pour son court métrage La lettre diffusé un peu partout en France, pour son film Corps à corps récompensé à deux reprises, et aussi pour ses collaborations avec Mylène Farmer et Laurent Boutonnat.

La suite de son parcours se verra très souvent rattaché à l’univers de ses deux artistes. Assistant sur les clips / minis films Libertine (1986) et Pourvu qu’elles soient douces (1988), hommages au film Barry Lyndon, François Hanss signera également de nombreux documentaires sur les coulisses des clips de Mylène Farmer, notamment en 1996 aux côtés d’Abel Ferrara sur le tournage de California. Son premier clip en tant que réalisateur, Je te rends ton amour (1999), déclenche les foudres de la censure en montrant Mylène s’étaler nue dans une flaque de sang au milieu d’une église. Il réalise ensuite les films des concerts de la chanteuse (Mylènium Tour en 2000, Avant que l’ombre… à Bercy en 2006, Stade de France en 2009).
François Hanss signe et réalise en 2003 son premier long métrage de cinéma aux côtés d’Arthur-Emmanuel Pierre, le thriller « Corps à corps » porté par Emmanuelle Seigner et Philippe Torreton.

2649927046_1 dans Mylène et L'ENTOURAGEIl est aussi connu pour son court métrage « La lettre » en mémoire de Guy Môquet diffusé un peu partout en France en 2007, et réalise aussi des émissions de télé autour de la musique comme « Tous… pour la musique » ou « Johnny Hallyday : ça n’finira jamais… » (où Mylène Farmer viendra exceptionnellement interpréter une chanson).

Dans Vieux Bouc : Une chanson prend l’étrange forme d’un dialogue entre cette femme et le diable « Vieux bouc » qu’elle semble désirer. On ne sait d’ailleurs pas trop quels sont les rapports entre le démon et cette fille, parfois la confession ressemble à une plainte, à une recherche de consolation, et d’autres endroits du texte nous imposent fortement une attirance sexuelle. A croire que Mylène FARMER et François Hanss se soient inspirés de ce texte quatorze ans plus tard pour le scénario de Je Te rends ton Amour

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...