• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 mai 2012

A quand du Mylène ?

Posté par francesca7 le 3 mai 2012

http://www.evous.fr/ titrait ce mois-ci :

 

Un nouvel album de Mylène Farmer pourrait sortir à la fin de l’année2012. Il s’agirait d’un disque composé par Laurent Boutonnat.

Si Mylène Farmer s’est faite discrète ces derniers mois, c’est pour une bonne raison. Elle travaillerait en effet sur son prochain album, dans le plus grand secret. A en croire Hugues Royer, auteur d’une biographie non officielle sur la chanteuse, il s’agirait d’un nouvel opus composé en intégralité par le complice de toujours, Laurent Boutonnat. « Alors qu’il a pu être A quand du Mylène ? dans Mylène 2011 - 2012 MFBercy2006_29aquestion, au départ, d’un panachage mêlant d’autres talents, Laurent Boutonnat a souhaité être le seul maître d’oeuvre », avance l’écrivain. 

Succédant à Avant que l’ombre (2005), Point de suture (2008),Bleu Noir (2010) et au best-of 2011-2011, ce 9e album studio pourrait sortir dès le mois de décembre 2012, précédé sans doute d’un premier single…

Selon Hugues Royer, la présence sur le disque de Laurent Boutonnat s’explique par le souhait de créer un album « calibré pour la scène ». Nombreux sont en effet ceux qui espèrent une nouvelle tournée pour 2013, avec peut-être même un grand concert au Stade de France

Alors que le projet Xtended Tour est finalement tombé à l’eau, cette tournée excite déjà les passions. D’autant plus que, selon certains, il pourrait bien s’agir de la toute dernière…

Pour retrouver notre sélection des concerts à Paris en 2012, cliquez ici
Et pour l’agenda 2012 des concerts dans toute la France, cliquez là ! 

 

gifs étoiles

Publié dans Mylène 2011 - 2012 | Pas de Commentaire »

Désenchantée dit Mylène

Posté par francesca7 le 3 mai 2012


Désenchantée dit Mylène dans Mylène et mes BLABLAS Desenchantee- C’est quelque chose qui m’est familier depuis très longtemps. C’est une perte d’illusion personnelle. Pour moi, ce mot est poétique, il est déjà beau comme ça. Il évoque des choses dans la sonorité des syllabes. Pour le reste je ne peux que répéter la signification du mot : plus d’illusions, plus d’enchantement… (Podium)

– Moi, je me situais dans une génération que je supposais désenchantée. Mais tous ces mots-là, on ne peut pas les mettre dans une chanson, ça fait trop de mots et ce n’est pas très joli. Donc j’étais obligée d’évoquer tout de suite la génération. Là je ne suis pas en désaccord avec ce que j’ai écrit, mais en même temps, je ne revendique pas une génération, je ne suis pas le porte-parole d’une génération. Je l’imagine désenchantée parce qu’on a l’impression… J’évoque souvent cette phrase de Cioran qui parle de liberté et qui dit « libre dans un désert ». J’ai l’impression que c’est peut-être propre à notre génération de lutter et d’avoir ces envies de révoltes, ces révoltes qui mènent… Pour moi au néant… Enfin, chacun a sa vision des choses, mais j’ai l’impression que tout ça est en ébullition et que ça nous mène à de grandes désillusions, donc un désenchantement. C’est une vision, je crois un peu pessimiste, mais parce que moi je dois l’être. (Radio 2 Belgique, 1991)

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et son Vertigo

Posté par francesca7 le 3 mai 2012


Issu du site d’origine  http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/analyses/24/Lalbum_Anamorphosee/

Mylène Farmer et son Vertigo dans Mylène et mes BLABLAS MF2000_19aAu niveau de l’écriture même, enfin, Anamorphosée apporte un dernier renouveau à la pratique de la chanteuse : c’est avec cet album que sont inaugurées plusieurs pratiques qui resteront chères à Mylène. La première de ces pratiques, c’est le néologisme. Dans la chanson Vertige, Mylène inaugure en effet le verbe «vertiger». Si c’est un cas unique dans l’album et une première dans l’œuvre, le procédé deviendra ensuite fréquent, c’est pourquoi il n’est pas inutile de le souligner ici… Mais la véritable nouveauté ici, c’est l’utilisation massive dans l’album de la langue anglaise. Jusqu’à présent, Mylène en effet n’avait guère pratiqué la langue de Shakespeare, si ce n’est au détour de quelques chansons comme La ronde triste ou Psychiatric. A l’exception de ces deux titres, intégralement rédigés en anglais, la chanteuse avait jusqu’à alors écrit uniquement en français, et ce alors même que nombre de ses auteurs de prédilection (comme Wilde, Poe ou encore Dickinson) étaient pourtant anglophones. Comme elle l’expliqua à propos de l’adaptation anglaise de Que mon cœur lâche, il s’agissait pour elle d’une volonté de contrôler ses mots, contrôle qu’elle ne se sentait pas apte à exercer dans une langue étrangère. L’anglais cependant a toujours été présent à l’arrière plan de la carrière de Mylène. Dès ses débuts, en effet, ses remixes, tout réalisés par des français qu’ils étaient, ont porté des titres en anglais. De même, certains instrumentaux portent des titres anglais, c’est le cas de Mylène is calling ou de The Farmer’s conclusion. Cette habitude de travail, probablement héritée de Laurent Boutonnat (qui lorsqu’il écrivait encore des textes pour Mylène, avait entre autre rédigé We’ll never die, ou intégré des samples de Greta Garbo et des phrases anglaises dans plusieurs de ses chansons. On pense notamment à Vieux Bouc) n’a pas quitté Mylène, puisqu’on peut apercevoir, au détour d’un reportage sur l’enregistrement

d’Anamorphosée, que sur les feuilles de travail, Rêver était nommée au préalable the reve slow. C’est probablement à lui que revient l’utilisation du sample des Liaisons dangereuses qui donne son titre à Beyond my control. Ces éléments périphériques mis à part, on ne trouve traces d’anglais nulle part dans les textes que la chanteuse rédige avant l’album Anamorphosée. L’abondance de l’anglais ici n’en est que plus frappante. Dès la première chanson le ton est donné, puisque California est sans aucun doute l’emblème même des jeux de tissage qu’effectue Mylène entre les deux langues. Il y a dans l’utilisation de l’anglais la même dynamique d’échappée que celle que thématise l’album. Ne plus écrire avec sa langue, reconstruire les mots des autres : autant de jeux qui autorisent l’artiste à perdre son identité et à s’oublier pour retrouver une liberté d’être perdue :

J’ai plus d’I.D. mais bien l’idée
De me payer le free way

analyse site http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/analyses/24/Lalbum_Anamorphosee/

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...