Interview de Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 30 mai 2012

« La Corse est mon refuge »

ON TE DIT SOLITAIRE, VOIRE RECLUSE. ­TRAVAILLER AVEC UNE NOUVELLE ÉQUIPE FUT-IL UN TRAVAIL COMPLIQUÉ ?

Interview de Mylène Farmer dans Mylène en INTERVIEW Exclu-Public-Mylene-Farmer-en-mode-detente-a-Porto-Vecchio_portrait_w674Je m’adapte à de nouvelles ­manières de travailler si tant est que l’on respecte ma “bulle”, mes ­silences, autant que je respecte moi-même l’autre. Je suis quelqu’un de solitaire. Mais j’ai aussi un grand ­besoin de l’autre et je réfute le terme “recluse”… Quand j’étouffe, je prends un train, un avion, et vais voir d’autres cieux… C’est une ­liberté, une chance inestimable de pouvoir voyager quand j’en ressens le désir ou la nécessité. Face à un paysage de neige, je suis émue. J’ai grandi au ­Canada, je suis certaine que cette ­attirance pour les paysages immaculés vient de là-bas. Le grand froid a un parfum très particulier, un son qui lui est propre. J’ai retrouvé cette même émotion quand je suis allée en Russie découvrir Saint-Pétersbourg, en plein hiver. Au bord de la Neva, ses canaux gelés… on guette Catherine II de Russie…

D’AUTRES ENDROITS QUE TU AIMES ?

La Corse est mon refuge. Le jour venu, la tentation pourrait être la Toscane. M’apaiser devant des ­collines d’oliviers et de vignes…

TES BIOGRAPHES ÉCRIVENT LES MÊMES CLICHÉS SUR TOI. QU’AS-TU À CACHER ?

Je n’ai pas de biographe, c’est certainement pourquoi ce sont les mêmes clichés.

DANS CE QUI A ÉTÉ ÉCRIT À PROPOS DE TOI, QU’EST-CE QUI T’A FAIT LE PLUS ­SOURIRE ?

J’ai entendu parler de bain de jus de tomate, qui m’aurait conduite à une “phobie attractive” du sang, et de lit-cercueil. Je crois que tous les fantasmes me font ­sourire quand il ne s’agit pas de mes proches ou de ma vie privée. Pourtant, quand on me rapporte les médisances d’un animateur de jeu télévisé, quant à mon prétendu play-back sur scène, je finis par me demander si je ne préfère pas l’histoire tout aussi fausse du jus de ­tomate. C’est ­impressionnant de voir à quel point certaines ­personnes se sentent grandies en dénigrant, en tentant de blesser… Il s’agit bien souvent de gens qui rêveraient d’une vie ­meilleure. Encore faut-il en être à la hauteur. Je crois à la vertu de la décence. La critique est nécessaire ; la grossièreté, inutile.

2004Corse60 dans Mylène en INTERVIEWES-TU OBSÉDÉE PAR L’IDÉE DE LAISSER UNE TRACE DE TOI APRÈS TA MORT ?

Obsédée, non. Le moment ­présent m’importe. Laisser une trace… dans le cœur de quelques personnes, j’espère que oui.

QU’AIMERAIS-TU QUE L’ON DISE DE TOI ?

“C’était une grande astronaute.”

QUEL REGARD PORTES-TU SUR LA VARIÉTÉ FRANÇAISE ? Y A-T-IL DES ARTISTES QUI T’INTÉRESSENT ?

J’ai découvert Stromae, ce jeune artiste vraiment original. J’aime beaucoup son titre “Alors on danse”, sa silhouette, son phrasé et son timbre de voix si particuliers. Il dit des choses graves sur un ton léger.

POURQUOI AS-TU ENREGISTRÉ UN DUO AVEC LINE RENAUD ?

Je l’ai rencontrée lors d’un dîner et, comme chacun semble le dire, quand on croise le regard bleu de Line… une magie s’opère. C’est une femme belle, décalée et ­charmeuse. Je suis instinctive, le désir l’emporte dans ces moments-là. Son énergie ­vitale est impressionnante. Mais c’est aussi quelqu’un qui doute, c’est imperceptible mais touchant.

TU NAVIGUES CONTINUELLEMENT ENTRE EROS ET THANATOS. L’AMOUR ET LA MORT SONT-ILS TES DEUX SEULES SOURCES D’INSPIRATION ?

Il y a aussi la solitude. L’isolement. J’ai essayé la joie de vivre, mais ça n’a pas marché !

LA POLITIQUE T’INTÉRESSE-T-ELLE ? AS-TU DE L’ESTIME POUR CEUX QUI NOUS ­GOUVERNENT ?

J’ai de l’estime pour le courage de tous ceux qui acceptent cette lourde responsabilité sans abuser de leur pouvoir.

QUELLE EST TON IMAGE IDÉALE DU COUPLE ?

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre : l’intelligence complice.

COMMENT T’IMAGINES-TU DANS DIX ANS ?

Ailleurs…

 

INTERVIEW PAR NATHALIE RHEIMS :pour Paris match

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Eaunanisme dit Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 28 mai 2012


Eaunanisme dit Mylène Farmer dans Mylène et mes BLABLAS- Un texte plus sensuel que sexe, je pense. J’avais envie de l’élément eau. Maintenant l’onanisme c’est effectivement la recherche du plaisir par soi-même. Moi quand j’ai écris cette chanson je pensais à l’écriture, donc je pense qu’il y aura des milliers de lectures quant à cette chanson. J’ai essayé d’évoquer l’écriture. L’écriture est aussi un… plaisir solitaire, en tout cas dans un premier temps. Et j’avais envie d’écrire comme un petit conte, en évoquant un personnage… (NRJ, 16 octobre 1995)

J’ai essayé d’évoquer l’écriture : la liberté de la poésie, du lecteur qui essaie de puiser plus des sensations qu’une réelle explication sur un sujet. J’ai voulu parler de l’écriture, de sa sensualité, du plaisir solitaire de l’écrivain. (Le Soir, Belgique, 25 octobre 1995)

Cette chanson n’est pas vraiment une provocation. L’idée de l’onanisme, c’est d’arriver par soi-même au plaisir, à la jouissance. Je considère que c’est la même chose pour l’écriture. On écrit avant tout pour son propre plaisir, on a besoin de personne, c’est en cela qu’on peut faire le rapprochement avec le mot onanisme. (Radio FFN, Allemagne, février 1996) 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Gilles Laurent

Posté par francesca7 le 28 mai 2012

 

Mylène Farmer et Gilles Laurent dans Mylène et L'ENTOURAGE Gilles_Laurent_Uri_Grodzinski_fsLa collaboration entre Gilles LAURENT et Laurent BOUTONNAT aura duré 8 ans. Huit années pendant lesquelles il co-écrira quatre films avec le cinéaste : Pourvu Qu’elles Soient Douces , Sans Logique, Mylène FARMER En Concert et surtout Giorgino. On dit même que BOUTONNAT aurait utilisé sa voix pour les voix-off (voix-over devrait-on dire) de Libertine II, l’introduction et le pont de Libertine dans le Concert 89 (la voix qui chuchote). Ce serait aussi lui qui ferait la voix du personnage de Giorgino dans la version française. Côté post-synchronisation, Gilles LAURENT est la voix de Noumaïos, dans Ulysse 31. Il a incarné un grand nombre de héros de dessins animés et de séries: de Rick Hunter en passant par Jayce… ou Sarki, on le retrouve aussi dans de multiples autres films et séries, la plus connue étant Parker Lewis ne perd jamais où il incarne Jerry Steiner.

 

 C’est aussi Gilles LAURENT qui a secondé Laurent BOUTONNAT pour la mise en scène du En Concert 89. Ce qui explique peut-être un peu pourquoi ce concert ressemble plus à un film qu’à une simple prise de vue de scène (cf. la page « Backstages 89′). C’est aussi lui qui a pris en charge toute la promotion de la tournée puis du Live et du film, qui lui a été (pour le graphisme, avec les photos de Marianne ROSENSTHIEL) confié. C’est donc à lui que l’on doit la pochette au format 16/9 du double album En Concert (même si son nom n’est pas mentionné dans les crédits du Live, ne s’étant pas occupé du livret intérieur et les affiches qui se distinguent par l’épais brouillard derrière Mylène, des fois présent, des fois absent. On peut voir en revanche son nom sur les affiches du Concert 89, sur le côté, inscrit en tout petit : conception : Gilles LAURENT.

Apres 1994, Laurent BOUTONNAT se séparera de Gilles LAURENT, tout comme de ses autres collègues : le chef-opérateur Jean-Pierre SAUVAIRE, la monteuse Agnès MOUCHEL, la costumière Carrine SARFATI, le lien producteur José COVO, etc… Il a ensuite continué d’écrire des scénaries, comme Bernie, et Le Créateur d’Albert DUPONTEL (qu’il avait rencontré à Prague sur le tournage des intérieurs de Giorgino). DUPONTEL, dans une interview pour « le journal du cinéma » de Canal Plus, disait que ce qu’il avait le plus appris de Gilles LAURENT pour l’écriture d’un scénario, était la « structure ». C’est selon lui ce qui a le plus d’importance dans un scénario. On la ressent d’ailleurs bien dans celui de Giorgino, tout en cohérence et en séquences s’introduisant les unes et les autres. Gilles LAURENT, faisait bien parti du « clan » Boutonnat-Farmer à leur grande époque, mais lui il est resté totalement dans l’ombre, ne s’occupant que de la pré et de la post production des clips et des tournées… On ne s’aperçoit qu’aujourd’hui qu’il a beaucoup compté durant ses années, que c’était lui qui avait trouvé les compromis entre les phantasmes emphatiques de Laurent Boutonnat et les projets décousus de Mylène Farmer en apportant une structure au duo et à ses oeuvres. Si Boutonnat-Farmer est un groupe, Gilles Laurent en est définitivement l’intellectuel.

    Gilles Laurent poursuit sa carrière en sans retourner au doublage de voix, mais en ajoutant une nouvelle corde à son arc : l’univers sonore. C’est donc en tant qu’ingénieur du son qu’il participe au tournage entre autres de Japón (Carlos Reygadas – 2002), Nuit Noire (Alain Tasma – 2005) et Ni oui ni non (Delphine Noels – 2007). Ce qui ne l’empêche pas de cosigner nombre de nouveaux scénarios et adaptations de fiction comme les premiers films d’Albert dupontel (Bernie – 1996 et Le Créateur – 1999), et de Jamel Bensalah (Le Ciel les oiseaux et ta mère – 1999, Le Raid – 2002 et Il était une fois dans l’Oued – 2005). Eloigné de Laurent Boutonnat depuis l’écriture de Giorgino, il ne collaborera pas au Jacquou de Croquant de 2007.

INTERVIEW de Gilles Laurent

MF90_106a dans Mylène et L'ENTOURAGECommençons par la sempiternelle question que nous posons à chaque comédien dans cette rubrique : comment et quand avez vous débuté dans le métier ?

    J’ai commencé à l’âge de 13 ans. J’avais répondu à une annonce dans le journal où l’on recrutait des enfants pour un casting et j’ai commencé en tournant un téléfilm, Tête d’horloge, avec Pierre Fresnay. J’ai ensuite tourné pas mal durant toute mon adolescence, environ 3 films par an.

Et comment êtes-vous venu au doublage ?

    C’était à cette époque. un jour, on m’a demandé de faire une voix dans le film Little big man avec Dustin HOFMANN. Je devais doubler le héros quand il était enfant; c’était un rôle minuscule avec une seule réplique. Je n’ai vraiment commencé le doublage que quelques mois plus tard avec une série de western qui s’intitulait Les Monroe.

Aujourd’hui, vous continuez à faire des tournages ?

    Non, en fait à partir de 1984, à l’age de 28 ans, j’ai eu envie d’écrire. j’ai alors arrêté les tournages mais tout en gardant les voix (radio, doublage).

Parmi les nombreux scenarii que vous avez écrits, il y a des pièces, des téléfilms mais aussi des clips de Mylène FARMER. En quoi consistaient ces clips ?

    Je n’en ai écrit que 2 avec Laurent BOUTONNAT : Sans logique et Pourvu qu’elles soient douces. Comme dans ses clips, Laurent ne voulait pas illustrer bêtement les paroles de ses chansons, il fallait raconter une histoire notamment dans Pourvu qu’elles soient douces qui était la suite de Libertine. il a donc fallu écrire un scénario en restant cohérent avec la fin du clip de Libertine.

Vous avez aussi écrit le scénario du film Giogino toujours avec Laurent BOUTONNAT et Mylène FARMER

    En effet, ce fut très enrichissant, même si l’expérience fur relativement tragique, car le film n’a pas marché au cinéma. J’ai également participé à la conception du 1er concert de Mylène au Palais des Sports.

Votre goût pour l’écriture ne vous a jamais fait poussé à faire des adaptations pour des films ou des séries ?

    Non, jamais, bien qu’on me l’ait proposé. D’abord parce qu’il y a des règles de synchronisme à respecter pour lesquels je n’ai jamais été doué, et ensuite, parce que je préfère créer plutôt que de travailler sur des créations existantes. Ma place n’est pas là et j’admire d’ailleurs les gens qui le font.

Et écrire un livre, ça vous tente ?

    Je n’ai jamais écrit jusqu’à présent que quelques nouvelles, mais je ne désespère pas…

Quel fut votre premier grand doublage ?

    Ça devait être Bugsy Malone. J’ai fait aussi Damien, cet enfant diabolique qui portait le signe 666, et beaucoup de Vendredi 13.

Quels sont ceux qui vous ont le plus marqué ?

    Dans les séries, Parker Lewis est l’une des plus importantes pour moi non seulement j’ai pris du plaisir à la faire, mais elle m’a ouvert un imaginaire visuel. sinon, j’ai beaucoup aimé les Sergent Fowler où je doublais Mr Bean, et les Muppets Babies, un dessin animé d’une incroyable richesse. Dans les films, il y a eu Christine de Carpenter ou Pulsion de Brian De Palma.

Et Robotech ?

    Ça aussi j’en garde un bon souvenir; on sentait qu’il y avait un fond intéressant dans cette série. De plus, j’ai aimé travailler avec Daniel BREMOT qui dirigeait le doublage, car s’est une personne qui porte toujours la même attention sur son travail, que ce soit un gros film, une série ou un dessin animé japonais.

Avez-vous un rôle type qu’on vous confie en doublage ?

    Si l’on cherche un fou ou un intellectuel qui sait parler très vite, il y a de grandes chances que l’on m’appelle, car c’est le genre de rôle que je tiens facilement.

Que faites-vous en ce moment ?

    En doublage, je termine Dr Quinn où je double un petit personnage, son assistant. Je suis sur la vie de famille, une série dans laquelle je fais un personnage hautement allumé, sur les Babalous, un dessin animé français, et sur l’éternel Bervely Hills !

Scénariste, c’est un métier qui vous plait bien ?

    Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir de métier : je ne suis ni comédien, ni auteur. J’occupe, à un moment donné, certaines fonctions. Ce qui m’intéresse, ce sont les rencontres et ce qu’elles peuvent générer. Comme dit ma femme « Tu peux pas avoir un ami sans travailler avec » !

Et vos passe-temps ?

    J’ai un petit garçon, Antoine, qui a 5 ans, et je dirais qu’en dehors de mon métier de père, c’est mon passe-temps favori.

C’est presque philosophique tout ça ! Merci beaucoup.

Interview réalisé par Olivier et Pascal

l’Animeland – No. 46 – Novembre 1998.

Les voix de rôles de Gilles LAURENT dans les films

- Rick Hunter dans Robotech.
Kermit dans Muppets babies.

- Jerry Steiner dans Parker Lewis ne perd jamais
Jayce dans Jayce et les conquérants de la lumière.
Hyoga dans Saint Seiya (Film 3: Asgard).
Frédéric dans Cynthia ou le rythme de la vie.
Noumaïos (1ère voix) dans Ulysse 31.
Sarki dans Les samouraïs de l’éternel.
Petit crayon dans Les babalous.
David, le grand père de Laury dans Les 4 filles du Dr March.
Tommy dans Tommy et Magali.
Phil dans Bécébégé.
Stéphane dans Julie et Stéphane.

- Il a aussi participé aux Aventures de Teddy Ruxpin.

Source  http://jodel.saint.marc.free.fr/gilleslaurent.htm

 

MF90_185aAyant déjà réalisé « La Ballade de la Fée conductrice« , Laurent Boutonnat signe son deuxième long-métrage, projet qu’il a en tête depuis 1978. Dès 1986, il commence l’écriture d’un scénario dans lequel il est question d’une histoire d’amour entre un homme et une femme, l’homme étant tantôt fou de désir et d’amour et tantôt apeurée par sa femme, dont on ne savait jamais si elle devenait vraiment monstrueuse ou sil c’est lui qui devenait fou. Bref, Boutonnat dira que « C’était un film de terreur psychologique ». Le projet est retardé par le succès grandissant de Mylène mais ne met pas de côté le cinéma puisqu’il réalise 14 de ses clips, 14 chefs-d’oeuvre qui lui donneront l’envie de se laisser porter vers le septième art. Ce n’est qu’en 1992 qu’il se lance dans la réécriture du scénario avec son ami Gilles Laurent.

Mylène sort « Dance Remixes » et disparaît jusqu’en 1994 où l’on la verra à l’affiche d’un film de Laurent Boutonnat. Ainsi, durant 4 mois, Mylène tournait en Tchécoslovaquie, dans des conditions très rudes. 10 mois seront nécessaires au montage du film qui sortira le 5 octobre 1995, la date du 24 août ayant été oubliée suite à une mauvaise critique qui obligea le réalisateur à remonter le film proposant ainsi une version plus raccourcie (Notons en effet qu’il paraîtrait que plus de 10 heures de film furent tournées, pour n’en garder que 4 puis un plus de 3 heures).

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer Space Bercy

Posté par francesca7 le 27 mai 2012

 

Mylène Farmer Space Bercy dans Mylène et SYMBOLISME MFBercy96_22aL’image frappe dès l’entrée en salle : un énorme coffre, une porte ornée monumentale interdit l’accès à un temple (très boutonnesque) on ne peut plus mystérieux. Mur aveugle qui fait monter progressivement une excitation que rien ne peut contenir. C’est après un court-métrage d’Alain Lescalle (mélange confus de guirlandes japonisantes sur une esthétique de jeu vidéo des années 90) que le scaphandre cybernétique renfermant la chanteuse attirera les regards au centre du plafond de Bercy  Et c’est après une descente et un parcours qui le mène au pied du temple que le ton esthétique du show est donné : coiffure pour le moins inattendue composée de marguerites improbables, tenues multicolores de robes lamées et de corsais surchargés, soupiraux de pierre et escaliers vertigineux, le temple dans lequel nous entrons est celui du délire visuel.. et textuel. L’entrée en scène se fait au son scratché de chœurs scandant « shut up Farmer » (« Ta gueule Farmer ») ce qui promet pour les 2 h 30 de show qui suivent.

De quoi être bousculé. On ne peut qu’être déçu par l’enchainement mollasson des toutes premières chansons (XXL sans envie, California lassant, Dans les rue de Londres eu minimum syndical). Mais c’est avec la chorégraphie percutante (et sans danseuse) de Pornographique que le spectacle démarre vraiment. La suite assez rythmée fait étrangement l’impasse sur 2 albums (Cendres de lune, et Innamoramento), et reste à l’image de l’entrée en scène : un certain futurisme des années 80 sur des décors de « La Belle et la bête ». Chapeaux haut-de-forme sur Sans Contrefaçon, Je t’aime mélancolie en altitude sous des voiles rétractables, QI et sa chorégraphie hispanisante reprenant les gestes du clip, et à la surprise générale Les Mots en duo avec l’imposant et charmeur batteur Abraham Laboriel Jr.

Un chandelier aux allures de pieuvre pose la chanteuse sur une scène centrale en forme de croix de malte (symbole du secourisme) pour un tableau marquant le milieu du spectacle. La proximité de tout le public donne une force indéniable à un long tableau composé de chansons acoustiques, accompagnées par Yvan Cassar sur un piano noir collé à une plateforme réversible. Fin de la partie avec La réussite du spectacle : un Désenchantée ultra dansant en formation restreinte (Abraham sur une mini-batterie pas plus grande qu’un guéridon, une simple guitare, une unique percussion et Yvan fidèle au piano) et une Mylène tournoyante avec ses danseuses pour que chacun des spectateurs tout autour d’elle n’en perde pas une miette. C’est, avec Sans Contrefaçon, les deux moments forts du show… car peut-être les deux seuls vrais tubes.

 Avant que l’ombre, la bien nommée clôturera un spectacle foisonnant en entrouvrant un rideau d’eau sur une Mylène FARMER d’une neutralité retrouvée, qui disparaîtra symboliquement nue au sommet d’un escalier féérique orné de lustres suspendus à une autre planète. Rappel du rideau d’eau, le mot « passé » écrit en retombées pluvieuses s’écrasera au sol à plusieurs reprises. De loin le final le plus réussi, le plus émouvant aussi. Le final suicidaire du concert de 1989 n’est pas très loin dans cette grille du cimetière remplacée par le monumental coffre dont la résonnance de la clôture résonne encore à nos oreilles.

 Un spectacle incroyablement délirant et forcément jouissif, tant de retour de la vraie audace du duo FARMER-BOUTONNAT était attendu.

 

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Evocation dans Innamoramento

Posté par francesca7 le 27 mai 2012

    Comme si Eisenstein avait le souci de réaliser un vrai film, il mêle l’amour à son histoire. Il nous montre en effet la statue de deux personnages s’embrassant lors de la capitulation des contre-révolutionnaires (dans la séquence railleuse du « bataillon de choc »). Même si l’interprétation évidente de ce plan est celui du pays se retrouvant lui-même, de l’amour et toute l’imagerie optimiste qu’il comporte, il peut laisser entendre une autre voix, moins évidente…

  Evocation dans Innamoramento dans Mylène et SYMBOLISME 694263093  L’écrivain italien Francesco Alberoni, dans les années 70 écrit L’Amour Naissant, qui a inspiré l’écriture de l’album Innamoramento (1999). Il laisse à plusieurs reprises entendre que le fait de tomber amoureux (image présente dans Octobre par cette troublante image des statues s’enlaçant) peut se comparer à l’élan d’un peuple derrière une cause, comme celle de la révolution de 1917.

« L’amour naissant, “l’Innamoramento” italien. L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l’Amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires » .

Francesco Alberoni

         On ne sait pas si ça va marcher, si le feedback sera violent ou pas, et pourtant une évidence est là : il faut le faire. Il y a dans le mouvement révolutionnaire, tout comme dans ce dont parle Albéroni une grande part que l’on ne contrôle pas, comme si on lançait une machine que personne ne savait arrêter.

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène et Laurent Boyer en Interview

Posté par francesca7 le 26 mai 2012

Interview de laurent BOYER

Laurent Boyer n’a interviewé Mylène qu’une fois, mais cet entretien reste l’un des plus importants dans le parcours télévisuel de la star. Outre le fait qu’elle ait accepté d’y parler longuement, cela reste à ce jour la seule et unique fois où une équipe de télévision a été invitée sur le tournage d’un de ses clips.

Comment as-tu obtenu le luxe suprême de non seulement interviewer Mylène Farmer, ce qui est déjà énorme en soi, mais en outre de le faire sur le lieu de tournage de son clip ?
En fait, on a souvent demandé des interviews de Mylène à sa maison de disques, et un jour, on nous téléphone, et on nous propose de partir à Budapest pour la rencontrer et assister au tournage de son nouveau clip événement. Evidemment ça ne se refuse pas ! D’autant que c’était tous frais payés par Polydor, ce qui tombait plutôt pas mal vu qu’à l’époque on n’avait pas trop de moyens. M6 n’avait que quatre ou cinq ans et très peu d’émissions autofabriquées.

Combien de temps as-tu passé là-bas ?
Deux jours et trois nuits si je me souviens bien.

Tu mangeais et dormais avec l’équipe ?
Oui. On était tous logés dans ce sublime palace à Budapest… Je ne me rappelle plus comment il s’appelle. Tout le monde se retrouvait autour d’une table le soir. C’était très sympa.

Tout le monde ? Même Mylène ?
Oui bien sûr. Mylène, Laurent Boutonnat, l’équipe technique, mon équipe télé et les gens de Polydor.

Comment était Mylène dans ces moments-là ?
Très peu expansive. Elle est vraiment comme ça, je crois. C’est sa nature.

Mylène et Laurent Boyer en Interview dans Mylène en INTERVIEW MF80_171aEt en journée, ça se passait comment ?
Très bien. Vraiment. On avait le droit de filmer ce qu’on voulait. On se baladait sur le tournage du clip avec notre caméra et on filmait ce qu’on voulait. Je n’ai pas souvenir de la moindre restriction. Tout le monde était vraiment disponible pour nous. Y compris Laurent Boutonnat, qui avait pourtant beaucoup de boulot – c’était un clip à gros budget.

C’est pourtant quelqu’un qui va peu vers les médias, encore moins que Mylène. On ne l’a plus entendu ou vu depuis neuf ans.
Je sais, mais avec nous, ça s’est fait tranquillement. On allait vers lui et il prenait le temps de répondre à nos questions. Vraiment dispo.

Le clip de « Regrets » a été tourné en même temps que celui de « Désenchantée », as-tu également assisté un peu à son tournage ?
Non. On a assisté « uniquement » à celui de « Désenchantée ».

Comment était Mylène pendant ce tournage ?
Je lui ai trouvé beaucoup de témérité et de volonté. Il faut savoir que les conditions de tournage n’étaient pas évidentes : il faisait très froid. Mais je ne l’ai jamais vue se plaindre et jamais je ne l’ai vue lâcher.

Et pour ce qui est de l’enregistrement même de l’interview ?
Je l’ai trouvée très renfermée sur elle-même dans un premier temps, puis elle s’est débridée peu à peu. Elle a fini par se livrer. Il a fallu du temps, mais elle s’est ouverte. Je crois qu’elle a été totalement sincère.

Vous avez diffusé une image prise hors interview pendant laquelle on vous voit côte à côté, attendant de reprendre l’entretien et vous ne dites pas un mot. Toi tu prends le soleil et Mylène semble un peu perdue, elle ne sait pas trop ou poser son regard. Vous ne vous parliez pas entre les prises ?
Si bien sûr. On parlait beaucoup. Je crois même que Mylène a fini par me tutoyer au bout d’un moment. Le plan dont tu parles a été conservé pour le fun. Il est assez marrant à regarder justement parce qu’il est silencieux. Mais en fait, à ce moment-là, il y avait une petite éclaircie dans le ciel et on en profité pour prendre un peu le soleil. Il faisait vraiment froid !

Mylène et son staff avaient-ils des exigences quant à la manière de filmer ?
Non, pas que je m’en souvienne. J’ai vraiment le souvenir d’une totale liberté. Et puis tu sais, on a profité du fait que toute son équipe technique était là pour utiliser son ingénieur lumière.

Après diffusion du document, as-tu eu des échos de Mylène ?
Je crois qu’elle a aimé.

Comment se fait-il que son portrait ne soit jamais rediffusé la nuit, comme les autres ? Même lorsque vous faites un best-of de l’émission, elle en est absente. Pourquoi ?
Je pense que ça a été bloqué à sa demande, mais je n’en suis pas sûr (ndlr : la chargée de production de « Frequenstar » nous a confirmé que les images ont été bloquées par le management de Mylène).

MF80_189a dans Mylène en INTERVIEWPourquoi n’a-t-elle jamais refait de « Fréquenstar » ?
Je ne sais pas. Ce n’est pas faut de l’avoir invitée en tout cas (rires). Y compris pour « Graines de star ». Mais à chaque fois, c’est une fin de non recevoir. Je ne m’en offusque pas, j’ai déjà eu l’incroyable honneur de faire celui-là. Mais j’avoue avoir été surpris quand j’ai vu qu’elle accordait une interview à une chaîne du câble et du satellite. Les Dutronc, Goldman ou Hallyday qui, comme Mylène, se font rares en télé, ont quand même faut plusieurs « Fréquenstar ». J’adorerais en refaire un avec elle !

Malgré le fait que tu ne l’aies interviewée qu’une seule fois, on fait souvent appel à toi pour témoigner quand un sujet se monte autour de Mylène (« Plus vite que la musique », « Mister Bizz »). Comment l’expliques-tu ?
Je crois que ce portait est devenu culte. On m’en parle encore, douze ans après ! On a reçu beaucoup de courrier après sa diffusion. Encore aujourd’hui, beaucoup de fans nous écrivent pour nous demander sa rediffusion. Je crois que ça a vraiment marqué les esprits. Tu sais, quand un gars prépare un sujet sur Mylène, il doit se dire : « Tiens, Boyer a passé plusieurs jours avec elle et il a fait une longue interview, c’est rare, il doit avoir des choses à dire ». Et puis il y a aussi cette fabuleuse histoire avec Alizée qui voulait être graine de danseuse et qui s’est retrouvée graine de chanteuse pour finalement devenir une star.

D’ailleurs tu as retrouvé à la fois Alizée et Mylène sur la scène du zénith de Lille en novembre 2000 pour les M6 Awards. En as-tu profité pour inviter Mylène à un prochain « Fréquenstar » ?
Non. Je ne l’ai vue ni avant ni après le show. On ne s’est vus que sur scène.

L’as-tu revue depuis ?
Oui, je l’ai croisée deux fois, au restaurant. Une fois il y a deux ou trois ans, et l’autre l’an dernier.

Et là, as-tu pu lancer ton invitation ?
Non, je l’ai saluée rapidement, c’est tout. Tu sais, si elle a envie de refaire un « Fréquenstar » ou autre chose, elle me le fera savoir. Je pense, ou du moins j’espère, qu’elle sait que je suis à sa disposition. Si elle me dit qu’elle a envie de faire ça, je le fais.

Artistiquement parlant, que penses-tu de Mylène ?
J’aime beaucoup « XXL ». Je trouve que tout ce qu’elle fait est très bien fait.

A-t-elle une place particulière parmi les nombreux invités que tu as reçus ?
Bien sûr. J’en garde un souvenir ému, d’autant que c’était à son initiative et qu’elle s’est livrée. Et puis, il faut savoir que c’est avec cette émission que « Fréquenstar » est né. Avant, c’était une émission en plateau. L’interview de Mylène était la première qu’on tournait en extérieur. En rentrant de Budapest, dans l’avion, j’ai eu l’idée d’en faire la marque de fabrique de l’émission. Je lui dois beaucoup pour ça. D’ailleurs, pour les dix ans de « Fréquenstar », j’aurais bien aimé faire un nouveau portrait avec elle pour boucler la boucle, mais ça ne s’est pas fait.

Mylène Farmer et vous – 2003

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Mylène F. pour Paris Match

Posté par francesca7 le 26 mai 2012

Jérôme Béglé (Journaliste)
Intervieweur de Mylène pour Paris Match en 2008

 

Retranscription de l’entretien vidéo du journaliste ayant interviewé Mylène pour « Paris Match »…

Mylène Farmer c’est une star, incontestablement. Si il y a dix stars en France, elle est de toute façon dedans. Elle est intéressante dans la mesure où elle ne parle pour ainsi dire jamais, et donc quand elle arrive quelque part, elle suscite la curiosité. Même moi qui la connais un petit peu, quand je la vois ce n’est pas anodin, ce n’est pas innocent. En revanche ce qui est très différent de ce que les gens pensent d’elle, c’est qu’elle est beaucoup plus marrante, elle est très accessible, drôle, un rien la fait rire, elle est vraiment… Quand j’entends certains témoignages qui parlent d’une fille complètement renfermée sur son monde, presque autiste, elle est vraiment à l’opposé de ça !

Mylène F. pour Paris Match  dans Mylène en INTERVIEW MF80_170aMylène Farmer préserve énormément sa vie privée. Qu’a-t-elle de si important à cacher ?
Moi je crois qu’elle est totalement paniquée à l’idée de parler d’elle ou à l’idée d’apparaître dans les médias. C’est d’ailleurs très cohérent avec son travail : si elle fait des clips aussi formidables, aussi bien travaillés, c’est qu’elle veut que ce travail suffise à la représenter. Elle veut pas se livrer à un jeu de promo où on va lui demander sa couleur préférée, ou quelle marque de parfum elle porte, ou pourquoi elle va chez le coiffeur deux fois par semaine ou quatre fois par mois… Donc elle a une aversion qui provient, je pense, de son être profond, pour la communication, pour les interviews, mais à partir du moment où elle avait décidé de donner une interview, elle s’est livrée, j’allais dire tout à fait normalement et classiquement.

Est-elle aussi mystique en privé que sur scène ?
C’est vrai qu’elle porte souvent sur elle des symboles religieux, ou en tout cas des symboles spirituels au sens large. Elle dit dans l’interview qu’elle a chez elle des objets, des tableaux, des bibelots qui rappellent un peu la Mort, l’au-delà, ou la religion ou les religions, mais c’est autant une posture esthétique, un goût pour ces choses-là, pour ces formes-là qui sont effectivement très belles, que, effectivement, une volonté de se dire qu’après la Mort il y a quelque chose…

L’idée de la fin la hante, même quand il s’agit de ses concerts…
Dans l’interview, on laisse planer le doute sur le fait qu’elle pourrait ne plus remonter sur scène après ce Stade de France de 2009. Elle le dit elle-même, ça va dépendre de sa volonté, ça va dépendre… Moi, ce qui me frappe un peu chez elle, c’est que… C’est un peu comme des actrices américaines dans les années 40 – 50, lorsque Greta Garbo ou lorsque Marlene Dietrich avaient senti que le physique n’était plus là, eh bien Marlene Dietrich s’est repliée dans son appartement de l’avenue Montaigne et n’en est pas sortie. Elle ne voulait pas montrer une image « dégradée » de ce qu’elle était aux gens qui l’avaient adoré et qui avaient fantasmé sur elle. 

Dans une moindre mesure, Mylène Farmer je pense que c’est un peu ça. Elle veut paraître comme parfaite, elle veut se montrer, devant son public, devait ses fans, comme parfaite, avec des shows extrêmement bien rodés, avec des lumières incroyables, avec une présence scénique magnifique, mais cette présence scénique, à soixante ans, ou à soixante-cinq ans, effectivement elle ne sera pas la même que celle qu’on peut avoir à trente, quarante ou cinquante ans. Donc aujourd’hui la question se pose effectivement. Elle a quarante-sept ans bientôt, donc effectivement c’est une question qui commence un peu à la travailler. 

Elle fera d’autres albums, c’est absolument certain, mais peut-être – peut-être – que ce Stade de France sera l’une de ses dernières apparitions sur scène. 

 

Site internet de Paris Match – 2008

Publié dans Mylène en INTERVIEW | Pas de Commentaire »

Pourquoi l’ex. de Mylène

Posté par francesca7 le 25 mai 2012

 

Mylène Farmer : infos sur sa tournée 2009

 

Pourquoi l'ex. de Mylène dans Mylène et des CRITIQUES mylene-farmer-sexy-3008249995_1_3_nijswm00-img-214x300La prochaine tournée de Mylène Farmer débute demain, samedi 2 mai, à Nice. Quelques indiscrétions sur le nouveau spectacle, préparé dans le plus grand secret, de la rousse la plus célèbre.

Laurent Boutonnat, l’ex de Mylène Farmer, a travaillé sur la conception du spectacle. Même s’ils ne sortent plus ensemble, il est vrai que les 2 anciens amants ne se quittent plus, professionnellement parlant.

Le chef d’orchestre sera Yvan Cassar qui a déjà travaillé sur des concerts de Mylène et de Johnny Hallyday.

24 titres devraient être interprétés, dont DésenchantéeLibertine et l’ouverture devrait se faire sur Dégénération. Les anciens titres pourraient être remixés.

Côté décors, une rumeur évoque un squelette métallique de 10 à 20 mètres trônant au fond de la scène. On peut s’attendre de la part de Mylène Farmer, comme d’habitude, à un spectacle démesuré et époustouflant.

Les costumes que portera Mylène ont été dessinés par Jean-Paul Gautier. Il se murmure que Moby, qui a fait plusieurs duo avec la chanteuse, pourrait la rejoindre sur scène pour certaines dates de sa tournée.

Beaucoup de mystères entourent cette nouvelle tournée car pour ne pas déroger à la règle Farmer, rien n’a filtré. Toutes les personnes qui travaillent à la préparation du spectacle ont signé un contrat de confidentialité. Un peu parano la Mylène, non ?

Et côté fans, les plus allumés des admirateurs de la rouquine campent devant le palais Nikaïa de Nice depuis mardi 28 avril, soit 4 jours avant la 1ère date de la tournée.

Ne vous étonnez plus si vous êtes fans de Mylène Farmer et qu’on vous a collé une étiquette de cinglés, voilà d’où ça vient !

séparateur

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer ou la critique d’un fan

Posté par francesca7 le 25 mai 2012

Mylène Farmer est ’Bleu Noir’ 

Mylène Farmer ou la critique d'un fan dans Mylène et des CRITIQUES La critique d’un fan

Jeune trentenaire, David est fan de Mylène Farmer. Un fan de la première heure. Depuis l’annonce de la sortie de l’album Bleu Noir, il est aux aguets, impatient de découvrir les nouvelles chansons de son idole. Pour Musique.evous, il livre sa critique du disque, disponible en téléchargement depuis le 29 novembre.

« Bleu Noirun nom dont beaucoup vont se souvenir. Enfin du renouveau chez Mylène Farmer ! Enfin un album qui va rabibocher les anciens fans, au détriment peut être de la nouvelle génération. Enfin un album sans Laurent Boutonnat. Car si ce dernier est bien à l’origine de l’imagerieFarmer, le duo qu’il formait avec Mylènetournait un peu en rond. Enfin un bel album, tout simplement.

Nous l’avons attendu celui-ci, aidé de toute la machine à buzz lancée il y a plus d’un mois. Mais le voilà. Un album aux mots simples mais qui résonnent en chacun de nous, des morceaux incroyables (Diabolique mon ange, M’effondre, Inséparables, Bleu Noir), une production parfaite, une ambiance mélancolique, sombre et lumineuse à la fois. 


Archive donne un véritable souffle au projet. Quant à Moby, il a bien compris l’univers farmerien. On regrette néanmoins l’ovni Lonely Lisa qui n’apporte rien à l’album. Le travaille de Red One est juste là pour faire vendre le disque… Mais dans l’ensemble, nous sommes assez loin des tubes commerciaux habituels. Une nouvelle Mylène. Une Mylène heureuse d’aimer mais emplie des doutes des relations amoureuses. Pour que tout soit parfait et que tout le monde soit content, il ne reste plus qu’à rendre à Boutonnat la réalisation des clips, comme il a su si bien les faire par le passé. »

Achetez ici l’album Bleu Noir de Mylène Farmersyfcw3sz dans Mylène et des CRITIQUES

 

 

 

 

 

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer, vendeuse de godemiché

Posté par francesca7 le 25 mai 2012

Pour votre plus grand plaisir, offrez-vous un godemiché collector Mylène Farmer.

En pleine tournée triomphale, la chanteuse rousse propose à ses fans une multitude d’objets souvenirs. Cette année, elle ne déroge pas à la règle.

Parmi tour le marchandising mis à la disposition des fans, il y a ces délicieux objets de plaisir en plastique et de forme oblongue… Pas besoin de vous faire un dessin.

Décidément, la chanteuse aux cheveux de feu ne fait vraiment jamais rien comme tout le monde. Est-ce pour ça qu’elle a tant de fans ?

Mylène Farmer, vendeuse de godemiché dans Mylène et des CRITIQUES 2464010747_small_4

Pour la modique somme de 100 euros vous pouvez vous procurer un cercueil renfermant LE sextoy, intitulé SexTonik.

Ce god n’a été fabriqué qu’à 1.000 exemplaires et n’est vendu que sur la tournée. Un must have.

Donc pour l’acheter, il faut déjà avoir son billet pour un des concerts. C’est une affaire qui revient chère tout ça.

Le sextoy met à l’honneur la chanson Sextonik, qui figure sur le dernier album de Mylène Farmer, Point de Suture, mais qui n’est pas interprétée dans le Mylène Farmer Tour 2009.

Il n’y a vraiment qu’elle pour oser ça. Pour sa prochaine tournée, Mylène a prévu de faire fabriquer quelques tenues et accessoires en cuir sado-maso avec fouet et menottes, ça vous tente ?

t3o24g0b dans Mylène et des CRITIQUES

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | 1 Commentaire »

Mylène, Peut-être toi…

Posté par francesca7 le 24 mai 2012


Mylène, Peut-être toi... dans Mylène et SYMBOLISME 2000-Claude-Gassian-022b-192x300Adressée à un ex, à son public, à l’homme présent, on entre de toute façon dans le cercle infernal de l’amour et de ses sentiments, des menaces, des ruptures, des choix. 

Cinquième et dernier single pour Avant que l’ombre…, 13ème chanson de l’album, chanson d’ouverture des concerts de 2006, cette chanson a marqué les esprits positivement ou négativement. Au delà des paroles simplistes sur l’amour et l’être aimé, se cache une déclaration plus complexe car elle est adressée au public de Mylène Farmer. 

Pourquoi avoir choisi Peut-être toi comme chanson d’ouverture des concerts de Bercy 2006, mis à part le hasard qui fait que c’est la 13ème chanson de l’album? Le public présent lors des concerts est composé majoritairement de fans (oui le grand public ne se jette pas sur les places dès le premier jour de la mise en vente bien que se soit Mylène Farmer). Ainsi, chanter à son public en arrivant sur scène combien il compte pour elle est vraiment une preuve de l’affection réciproque qu’elle lui porte. 

Le single ne connaitra pas un grand succès dans les bacs. En effet, il se vendra aux alentours de 40.000 exemplaires. Le clip de Peut être toi sera dévoilé sur le site d’Universal avec un extrait de 20 secondes puis en intégralité par Orange. Une promotion différente via des opérateurs de téléphonie mobile et internet. Le 19 Juillet 2006, le clip sera diffusé pour la première fois en TV. Il sera très souvent programmé, sans doute grâce à son originalité. Le clip de Peut être Toi est un manga qui a été réalisé par Naoko Kusumi.

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Symbolique de Tous les combats de Mylène

Posté par francesca7 le 24 mai 2012


 

Là où le sujet est trouble, on peut voir une évocation de la vie professionnelle de la femme. Métier qui lui est cher et se résume en une succession de batailles gagnées pour une guerre sans armistice. En tendant l’oreille on reconnaîtra pendant le point musical des cris distordus qui pourtant nous semblent familiers. Les samples sont sans doute ceux du public de la dernière tournée de la chanteuse, lors de l’interprétation de Dernier Sourire, avant qu’on ne devine quelques mots de celle-ci, qui concluront le pont.

Symbolique de Tous les combats de Mylène dans Mylène et SYMBOLISME 1196520606_small

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène interprète C’est dans l’Air

Posté par francesca7 le 24 mai 2012

 

C’est dans l’air est le quatrième extrait du 7e album studio de Mylène Farmer, Point de Suture.

Mylène interprète C'est dans l'Air dans Mylène et SYMBOLISME 41N0CsJSARL._SL500_AA300_Le titre est commercialisé le 27 avril 2009 et se classe no 1 du Top 50, permettant à la chanteuse de battre son propre record, en classant8 titres à la première place du Top 50. Classé durant 8 semaines dans le Top 10, il est toujours classé dans le Top Singles, 7 mois après sa sortie.

Le CD promo et le mp3 furent envoyés aux radios le vendredi 27 mars 2009, et ce titre fut annoncé comme le 4e single extrait de Point de Suture. 

La musique démarre par des coups de batterie répétés. Le rythme d’abord minimaliste évolue pour devenir de plus en plus techno. Les couplets sont séparés en deux parties : d’abord, tout comme pour l’instrumentalisation, succession minimaliste de paroles scandées sans qu’elles soient réellement chantées (« Vanité : c’est laid. Trahison : c’est laid… »). Le rythme et la mélodie évoluent ensuite (« Les cabossés vous dérangent, tous les fêlés sont des anges… »), avant d’arriver au refrain, porté par des violons et des rythmes électro.

La chanson fut saluée dès le 25 aout 2008 à la sortie de l’album Point de SutureLe Nouvel Observateur la qualifia de chanson « très dansante » et Voici la jugea « calibrée pour faire danser les morts ». Musique Radio apprécie « un titre original up-tempo de toute beauté », et fait l’analogie avec le premier singleDégénération.

 8334b6db dans Mylène et SYMBOLISME

Le réalisateur du clip de C’est dans l’air est Alain Escalle  . Il était le réalisateur du court-métrage Le conte du monde flottant proposé en première partie des concerts de Mylène Farmer sur Avant que l’ombre… à Bercy en 2006 et des images de scène que l’on pouvait apercevoir sur les écrans géants et sur la croix centrale.

Le clip illustrant C’est dans l’air est diffusé depuis le 15 avril 2009 sur les chaînes musicales.

Des images d’archives d’explosions évoquant la destruction à grande échelle sont diffusées tout au long du clip. On y note, par alternance avec les dites images, la présence de squelettes (images 3D réalisées par Alain Escalle) qui dansent autour d’une Mylène Farmer vêtue d’un blouson de cuir, d’un mini-short et d’une ceinture dont la boucle représente une tête de mort. À la fin du clip, la Terre explose.

Les éléments visuels du clip qui reposent sur le souffle nucléaire s’entrechoquent comme un collage violent. Les éléments graphiques du clip sont fabriqués à partir des éléments visuels utilisés pour le spectacle sur scène et font référence à l’universalité du monde au travers des primitives géométriques. Nous y retrouvons la thématique de la destruction chère au réalisateur et déjà présente dans son film Le conte du monde flottant, ainsi que la référence affirmée de Rage net (1988), Mothlight (1963), Dark tower de Stan Brakhage, et le travail du photographe primitif Charles Winter (Éclair de l’appareil de Rhumkorff) où plus récemment celui du photographe Japonais Hiroshi Sugitomo. Alain Escalle utilise aussi un élément visuel abordé dans l’une de ses précédentes installations (Fantôme d’amour en 2005) où l’on peut retrouver les éléments de flashs et d’éclairs aléatoires autour de la silhouette d’une femme qui danse sur ciel étoilé. Le tout est en noir et blanc. Et la technique mélange encore une fois des sources mixtes : 3D, images du Soleil, de la planète Terre tournoyante, de branches d’arbres et de forêts en noir et blanc puis en négatif, retraitées puis déformées au travers de filtres numériques dont la particularité est de générer des images aléatoires d’éclairs. Ce mélange trouve sa touche finale dans l’utilisation de peinture sur la pellicule qui donne au clip son aspect vieilli et usé par le temps.

 

Le clip a atteint le top 7 sur l’airplay TV en troisième semaine (25 avril 2009). Son classement en clubs est de 53.

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Mylène des années 80

Posté par francesca7 le 20 mai 2012

Les influences de Mylène Farmer : les années 80.

Vidéo   Image de prévisualisation YouTube

 

 Ce clip récapitule les inspirations poétiques de Mylène Farmer dans ses trois premiers albums : cendres de lune, ainsi sois-je, l’autre.
Images du live 1989 : mylène farmer en concert
chansons : vieux bouc, allan, sans logique, regrets, il n’y pas d’ailleurs

 

Edité par miroirdevénus sur Youtube

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Un chasseur de Mylène

Posté par francesca7 le 20 mai 2012


 

Un chasseur de Mylène dans Mylène et les AUTEURS 000154715Ecrit par Antoine Bioy qui est psychologue clinicien et docteur en psychologie.

Jeune étudiant, Christophe-Ange Papini auteur du livre Fou de Mylène Farmer nous propose de partager des moments de sa vie, ceux où la chanteuse Mylène Farmer fut très présente pour lui. Livre témoignage non autour de l’artiste elle-même, puisque l’auteur n’a fait que la croiser, mais bien à propos de la façon dont son admiration pour la chanteuse a occupé une place importante, aux temps où l’on se cherche, où l’on évolue vite, où se trouver reste problématique : l’adolescence.

C’est une intimité qui est ici racontée avec une certaine pudeur et sans faux-semblants, et l’on suit au fil des pages le récit de l’auteur d’abord dans son «approche» de la chanteuse artistiquement parlant (l’enfance ponctuée des prestations de la star, l’adolescence avec le «déclic» que constitua pour lui
l’écoute de l’album Innamoramento, en 1999) puis dans une recherche plus existentielle.

Progressivement, Christophe-Ange Papini devient un «stalker», un chasseur de star addicté à son objet de dévotion, en l’occurrence Mylène Farmer, bien connue par ailleurs pour susciter des «fan-attitudes» tenaces et parfois extrêmes. Ce sont ici ces deux années à l’attendre en bas de chez elle, à suivre ses apparitions et à vibrer au son de ses titres que l’auteur partage avec nous. Mais au-delà de ce simple récit qui peut déjà en soi attirer la curiosité, l’un des intérêts majeurs de Fou de Mylène Farmer est de découvrir la façon dont une passion pour une artiste peut aider à se structurer. Au fil de ses pensées et du récit de ces quelques années de vie, Christophe-Ange Papini dévoile une nature qui se cherche encore, et l’on comprend comment à la fois cette passion est née, ses soubassements mais également la façon dont, bien involontairement, l’artiste va contribuer de façon majeure au développement personnel d’un jeune garçon qui devient jeune homme.

Plusieurs lectures de ce livre-témoignage sont ainsi possibles, l’une «curieuse» d’un comportement à la fois inhabituel et sincère, et l’autre plus psychologique. Quelques anecdotes sur la star parsèment l’ouvrage, et sa présence en pointillé tranche de façon paradoxale avec l’importance qu’elle occupe dans la vie de l’auteur, dans ses choix de rencontre, dans son existence. Signe d’une écriture réussie, on retrouve dans le récit même ce jeu d’absence et néanmoins d’omniprésence. S’il reste incontestable que la passion pour Mylène Farmer éprouvée par Christophe-Ange Papini évolue au fil des pages jusqu’à devenir une forme de mélancolie, l’attachement de l’auteur pour l’artiste reste constant. Sans doute est-ce là le signe d’une transformation qui réussit, d’une évolution tranquille, quoique inhabituelle dans sa forme, où subsiste l’essentiel : la construction d’une vie, au singulier.

Antoine Bioy
( Mis en ligne le 05/12/2005 )

Publié dans Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

Psychiatric dit Mylène

Posté par francesca7 le 20 mai 2012


– Je voulais y mettre très peu de mots, donc très peu de démonstration. C’est compliqué pour moi de donner une justification par rapport à cette chanson. J’ai une attirance commune avec Laurent pour l’univers de la psychiatrie, qui nous semble très proche et en même temps très éloigné parce que je ne suis jamais allée dans un hôpital de ce type. J’en ai un désir profond, mais là serait réellement l’impudeur, par le côté voyeur. Cette chanson est venue après un reportage, qui m’a bouleversée et passionnée, sur un asile d’aliénés en Grèce où les internés sont laissés à l’abandon, livrés à eux-mêmes et réduits à l’état d’animal. La folie me touche, tout simplement. (La Libre Belgique, 30 avril 1991)

– Laurent a complètement développé et refait « Psychatric ». La nouvelle version est encore plus clinique (rires) ! C’est un univers qui me fascine… Du moins cette imagerie de la psychiatrie. C’est passionnant parce que bouleversant et incompréhensible. (Podium)

Image de prévisualisation YouTube

 

Clip maison réalisé et monté sur le titre « Psychiatric » de Mylène Farmer.

 

 

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène dans Ouest-France

Posté par francesca7 le 19 mai 2012

Voir l’article paru ce jeudi dans le quotidien Ouest-France.

 

Cette interview exclusive de Mylène Farmer a été réalisée lundi 4 mai, au lendemain de son deuxième concert niçois, dans l’hôtel où elle séjournait, à Saint-Paul-de-Vence, près de Nice.

Comment vous sentez-vous après ces deux premiers concerts niçois ?

Mylène dans Ouest-France dans Mylène en INTERVIEW MFBercy2006_25aFatiguée et soulagée. Le plus dur, c’est le premier spectacle. Avant, la peur m’habite. C’est une grosse machinerie qui impose que les choses soient, au départ, bridées. Il faut ensuite passer de la répétition à la légèreté, dépasser le côté robotisé. Il y a un gros travail sur l’image, sur chaque tableau, avec toujours l’objectif d’offrir du rêve.

C’est un défi physique important ?

Six mois d’entraînement, avec un coach, mon coach. Essentiellement de l’endurance. C’est fondamental avec une telle énergie. Chanter et danser à la fois n’est pas simple.

A la moitié du spectacle, on entre dans une phase intimiste, avec des ballades. Un moment qui semble vous procurer de l’émotion, vous embrumer les yeux…

Ceux qui ne m’aiment pas vont forcément trouver ça forcé. Mais même en répétition, ça me prend. Car nous sommes dans un moment de dépouillement, dans la fragilité de l’âme. Un moment de partage avec le public (qui chante beaucoup à ce moment là, N.D.L.R.). Je crois que l’émotion passe à travers le piano d’Yvan Cassar, qui est un grand pianiste, et dans les mots. On raconte sa propre histoire et chacun peut inventer la sienne à travers les mots.


Le public est, en quelque sorte, plongé dans un tourbillon sonore et visuel quasi hypnotique. Vous l’avez voulu ainsi ?

J’espère ne pas en avoir trop fait. L’idée, sans vouloir être prétentieuse, est de titiller l’imaginaire, l’inconscient.

Quelle est la base de départ de ce spectacle ?

Vous savez, nous sommes réceptifs à ce qui nous marque profondément, dans la littérature, le cinéma, l’art. Outre des désirs picturaux, je voulais arriver à quelque chose de contemporain, avec des symboles forts. Après, ça se construit comme un collier de perles.

Ce qui domine, dans le décor, ce sont deux grands squelettes…

Les squelettes, ce sont mes écorchés, inspirés par une sculpture du XVe siècle, qui existe dans une église en France. Après nous avoir écouté, Laurent (Boutonnat) et moi, Mark Fisher (concepteur du décor) nous a présenté cette œuvre, appelée « Le transit ». On lui a dit, il nous la faut, en immense… L’écorché, c’est le passage entre l’homme et le squelette, c’est la mort dans une certaine légèreté.


Il y a aussi un tableau animé, qui apparaît à la fin de « Ainsi sois-je », impressionnant et lugubre…

Il nous a été proposé par Alain Escalle (concepteur des décors). Une errance de personnages sur une plage. Une image très retravaillée par Alain de manière à le rendre, comment dire, fantomatique.

On va encore vous reprocher de tirer vers le lugubre, voire le morbide…

L’idée d’expliquer cela m’est difficile. Comment dire ? Pour moi, ce n’est pas morbide. Je veux simplement faire appel, encore une fois, à l’imaginaire, à l’inconscient. Bien sûr, cela draine des symboles. Mais, à chacun de se les approprier comme il l’entend. Ce n’est pas un passage en force. L’envie de choquer ne fait pas partie de moi. Mais l’envie de faire réagir, si ! C’est une manière de se sentir vivant. Dans mon dernier clip, la danse des squelettes est ludique.

Et c’est vrai, qu’en tenue d’écorché, vous êtes plutôt sexy…

(Elle sourit). Autant qu’à être terrifié par la mort, parce qu’elle est inéluctable, autant le prendre avec légèreté, autant en rire. Même si ce n’est pas tous les jours faciles…

Est-ce que vous vous censurez parfois ?

Je crois qu’il y a toujours un peu d’auto-censure. Mais chez moi, cela arrive plutôt dans mes mots. Je vous donne un exemple. Dans « C’est une belle journée », je chante « C’est une belle journée/Je vais me coucher. » J’avais d’abord écrit, avec cynisme et dérision : « C’est une belle journée/Je vais me tuer. » Je me suis dit que cela allait peut-être trop loin, qu’il y avait des vies fragiles, que cela pouvait avoir des incidences. Donc, j’ai changé mon texte. Par contre, un sexe peut apparaître sur un écran, s’il n’est pas obscène, il n’y a aucun problème, cela fait partie de la vie.

Il y a beaucoup de représentations du corps dans votre spectacle. Par exemple, les images d’un couple qui s’attire et se repousse. Et surtout la trentaine de poupées nues, grandeur humaine, qui vous ressemblent, exposées dans une immense bibliothèque en fond de décor…

Le corps dans sa plénitude, puis dans sa décomposition avec l’écorché. Le vie faite de contorsions… Le couple en images que vous évoquez, ce sont deux danseurs. Ils expriment des sentiments d’amour et des expressions de douleur. Parce que l’amour intègre aussi le sentiment de douleur.


Pour résumer, votre univers est beaucoup un univers d’amour et de fantastique, non ?

J’adore le fantastique, dans le sens magique du terme, c’est-à-dire qui nous transporte hors de la réalité. J’ai été bercée par Edgar Poe et je continue à le lire et à le relire. Comme Stefan Zweig, comme Kafka. J’ai aussi adoré une série que j’ai découverte il y a peu, qui s’appelle, en français, La caravane de l’étrange. Sur un cirque itinérant, bizarroïde. Cela pullule de symboles, avec ce qui fait un cirque, un côté hyper-sensible et effrayant. C’est très bien réalisé. Un vrai voyage, métaphysique à souhait. J’aime ces univers.

Pour revenir concrètement au concert, aujourd’hui n’avez pas l’impression de plus créer l’événement avec vos spectacles qu’avec vos disques ?

MFBercy2006_36a dans Mylène en INTERVIEWD’abord, la scène est la création ultime. Personne n’entrave quoique ce soit. Quant à l’émotion, elle est d’abord générée par le concert, par ce qui se passe avec le public. Ensuite, il ne faut pas être dupe. C’est une évidence que l’économie du disque s’écroule. C’est une réalité avec laquelle il faut composer.


A ce propos, vous remplissez deux Stade de France en quelques heures et abordez une tournée de 32 concerts tous complets ou presque. L’engouement ne faiblit pas. Impressionnant, non ?

Cela m’émeut. En toute humilité, je me dis pourquoi moi ? Mais je n’ai jamais pensé que le public était acquis. Ce serait une erreur totale. Il peut être déçu. Il peut y avoir des hauts et des bas. Bien sûr, on a envie de durer, c’est humain, mais ça ne me hante pas. On ne peut pas forcer les choses. On peut engendrer. On peut décourager. Mais on est pas maître de sa vie. Par contre, pour durer, la chose fondamentale, c’est le travail. C’est une certitude. Cela se passe parfois dans la souffrance. Mais ça vaut le coup.

Même si cela peut vous valoir de vivre dans un « Paradis inanimé », comme vous le chantez dans votre dernier album. En quelques mots, être une star, c’est être seul ?

J’aurais pu choisir, un moment, une autre carrière, à l’international. J’ai souhaité rester sur la France, même si la Russie s’est offerte à moi un peu plus tard. Donc, j’aurais pu encore aller plus loin. Cela dit, je crois avoir toujours été un être solitaire avec, en même temps, une grande envie et un grand besoin de l’autre. Il faut juste bien choisir. Quoiqu’il en soit, je crois que les êtres humains ont un peu tous les mêmes appréhensions, les mêmes démons.

L’une des principales surprises de votre dernier album, c’est le côté révolutionnaire dans deux-trois titres comme « Réveiller le monde » où vous chantez : « Réveiller le monde/Rêver d’un autre été (…)/Révolus les mondes/Sans une révolution. » Surprenant ?

Je ne suis pas sûre de vouloir porter ce chapeau… Mais j’aime l’idée de la révolution, d’un peuple qui se soulève. J’aime le mouvement de masse. C’est une envie. Une espèce de cri de bête. Pas un message politique. Un regroupement est une force incroyable alors que parfois l’homme dans son individualité me terrifie.

On ne peut finir cette interview sans se rappeler que vous avez du sang breton, par votre mère, qui vit en Bretagne. Que pensez-vous avoir de breton en vous ?

(Elle sourit) La ténacité, le sens des valeurs profondes de la terre. Et puis… j’adore les crêpes ! Ma mère vit du côté de Pleyben. Enfant, j’ai passé mes vacances en Bretagne, à la ferme. J’adore les paysages tourmentés de la Bretagne.

Propos recueillis par Michel TROADEC. 

Publié dans Mylène en INTERVIEW | 1 Commentaire »

Mylène en poubelle !!

Posté par francesca7 le 19 mai 2012

 

Je suis tombée par hasard sur un site, voyez vous-même…

 http://mylene.forumactif.com/t40876-vends-collection-mf-avant-la-poubelle

car Malin a posté : TOUT LES OBJETS SONT NEUF OU COMME NEUF, NON SCELLE car je voulais voir l’objet.
TOUJOURS CONSERVER A L’ABRI DE LA LUMIERE ET DE L’HUMIDITE OBJET COMPLET

  

si certains de ces articles vous intéressent ; bonne chance !

Mylène en poubelle !! dans Mylène et mes BLABLAS MFBercy2006_44a

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Le Paradis de Mylène

Posté par francesca7 le 19 mai 2012

 

 

Le Paradis de Mylène dans Mylène et mes BLABLAS MFBercy2006_70aEn septembre dernier, Mylène Farmer remplissait le Stade de France pour deux concerts exceptionnels, qui marquaient la fin de son « Tour 2009″. De cette tournée, la chanteuse avait tiré un album live, [musique:343564 "N°5 on tour"], sorti le 7 décembre dernier. Ses concerts dans le stade des champions du monde feront quant à eux l’objet d’un DVD, à paraître le 12 avril prochain, et dont le premier extrait, « Paradis inanimé », vient d’être dévoilé.

Présent sur son dernier album studio [musique:281096 "Point de suture"], le titre « Paradis inanimé » était la chanson d’ouverture des spectacles donnés par Mylène Farmer au Stade de France les 11 et 12 septembre derniers. Dans ce nouveau clip, la chanteuse donne donc un aperçu de ces concerts, avant la sortie du DVD, très attendu par ses fans.

Tour à tour, on y voit Mylène Farmer dans ses différents costumes de scène, sur fond de guitares électriques qui rappellent les tubes de la chanteuse dans les années 90, façon « XXL ». Dès les premières secondes, le ton est donné : « Dans mes draps de chrysanthèmes, l’aube peine à me glisser, doucement son requiem, ses poèmes adorés », chante-t-elle. L’univers mystique de la chanteuse est une fois de plus exploité dans le spectacle.

Paroles et mises en scène évoquant la mort, costume effet « corps dépecé »…Mylène Farmer se lâche plus que jamais, dans un show à l’américaine avec danseurs, chorégraphies, jeux de lumières, et autres effets pyrotechniques.

Ozap vous propose de découvrir le nouveau clip live de Mylène Farmer, « Paradis Inanimé »:

 

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Mylène Farmer et Frédéric Lagache

Posté par francesca7 le 18 mai 2012


Mylène Farmer et Frédéric Lagache dans Mylène et L'ENTOURAGE lagache1-300x278    Frédéric LAGACHE

Dans ce clip « sans contrefaçon » qui tarde à arriver en télé (il n’est tourné que fin 1987 alors que le single est disponible depuis plusieurs mois), le tandem propose cette fois une nouvelle version de « Pinocchio », un brin plus pessimiste…

Le scénario de sans contrefaçon
Au début du clip, on découvre un marionettiste (Frédéric Lagache) qui joue chaque soir sur scène avec son pantin de bois, un spectacle intitulé… « sans contrefaçon » ! Mais un jour, ils sont violemment mis à la porte du cabaret où ils se produisaient par les propriétaires drag-queen. Commence alors une longue route pour l’homme et sa marionnette.

L’artiste aperçoit un cirque ambulant et se fait offrir à manger par les clowns et autres personnages étranges qui sont présents. Une femme (Zouc) se montre particulièrement intéressée par sa marionnette et s’enfuit avec suite à un jeu cruel du reste de la troupe. L’homme les suit et constate avec un grand étonnement que sa créature a pris vie au contact de cette femme ! Il s’approche d’elle pour bien s’assurer qu’il ne rêve pas. C’est au tour de la marionnette de prendre la fuite avant d’être rapidement rejointe par son créateur. Celui-ci l’étreint et l’embrasse, encore bouleversé. Le retour à la réalité est terrible : alors que le cirque s’éloigne pour poursuivre sa route, la marionnette redevient de bois et demeure totalement figée. Les supplications de l’homme n’y changeront rien…

Mylène Farmer tourne le clip de sa nouvelle chanson « Beyond my control« . Derrière la caméra, le pygmalion de la star immortalise une nouvelle fois son visage : Laurent Boutonnat est le réalisateur de la vidéo. Toutes les images sont fortes, sublimes, avec trois points importants : Mylène sur un bûcher, immolée ; jeu d’amour mortel entre Mylène et un acteur, Frédéric Lagache, déjà présent sur d’autres clips ; et une dernière scène qui fait appel à des loups. Des vrais. Ce clip est une succession d’images liées par la chanson. Un clip un peu dans la lignée de « Ainsi soit-je », vous vous en souvenez ?…

Sans-contrefacon-Mylene-Farmer-a-le-chignon_portrait_w674 dans Mylène et L'ENTOURAGEPour info, la jeune femme blonde que l’on voit dans le clip serait d’après certaines sources, une proche de Laurent Boutonnat. Quand à l’homme, c’est Frédéric Lagache qui en prend le rôle. Il est déjà présent dans Sans contrefaçon (c’est le marionnettiste) et dans À quoi je sers… Sans grande surprise, le clip est censuré et ne passera sur M6 qu’après minuit..

Adaptation du premier long-métrage de 1978 du réalisateur. Un Pinocchio version noir.

 Dans sans contrefaçon :

    Après avoir enregistré la chanson en studio durant la semaine du 23 septembre 1987, Laurent Boutonnat laisse la société de production publicitaire Movie-Box avec laquelle il travaillait depuis trois ans pour faire produire le scénario difficile de Sans Contrefaçon par une autre productrice. Claudie Ossard s’occupe avec Laurent Boutonnat de la production, elle est connue pour produire des films auxquels personne ne croit (c’est elle qui produira notamment le baroque et financièrement casse-gueule La Cité des enfants perdus – Caro & Jeunet 1993). Une fois n’est pas coutume, Mylène Farmer participera à l’écriture du scénario au lieu de simplement l’inspirer à Laurent Boutonnat. Et quand on connaît le narcissisme de la chanteuse, on s’étonnera qu’elle ne se soit octroyé qu’une si courte apparition. Quant au marionnettiste, c’est Frédéric Lagache, un acteur de films érotiques des années 70 (Emmanuelle 2 – 1975) qui tient le rôle ici, et qu’on retrouvera cinq ans plus tard dans Beyond my control. Le film sera tourné du lundi 9 au samedi 14 décembre 1987 dans le Cotentin. 

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | 3 Commentaires »

Mylène Farmer et François Hanss

Posté par francesca7 le 18 mai 2012

 

Mylène Farmer et François Hanss dans Mylène et L'ENTOURAGE laicite_05_les_sources_vues_par_le_realisateur_mai2008François Hanss est un réalisateur et scénariste français né en 1960.

Après des études aux Beaux-Arts, il s’inscrit au conservatoire libre du cinéma français dont il sort diplômé en 1981.

De 1980 à 1987, il est assistant-réalisateur sur des films publicitaires, des courts et des longs métrages de fiction, des téléfilms et des clips. Puis il passe à la réalisation proprement dite en signant des publicités, des clips musicaux, des reportages et des documentaires.

Il est surtout connu pour son court métrage La lettre diffusé un peu partout en France, pour son film Corps à corps récompensé à deux reprises, et aussi pour ses collaborations avec Mylène Farmer et Laurent Boutonnat.

La suite de son parcours se verra très souvent rattaché à l’univers de ses deux artistes. Assistant sur les clips / minis films Libertine (1986) et Pourvu qu’elles soient douces (1988), hommages au film Barry Lyndon, François Hanss signera également de nombreux documentaires sur les coulisses des clips de Mylène Farmer, notamment en 1996 aux côtés d’Abel Ferrara sur le tournage de California. Son premier clip en tant que réalisateur, Je te rends ton amour (1999), déclenche les foudres de la censure en montrant Mylène s’étaler nue dans une flaque de sang au milieu d’une église. Il réalise ensuite les films des concerts de la chanteuse (Mylènium Tour en 2000, Avant que l’ombre… à Bercy en 2006, Stade de France en 2009).
François Hanss signe et réalise en 2003 son premier long métrage de cinéma aux côtés d’Arthur-Emmanuel Pierre, le thriller « Corps à corps » porté par Emmanuelle Seigner et Philippe Torreton.

2649927046_1 dans Mylène et L'ENTOURAGEIl est aussi connu pour son court métrage « La lettre » en mémoire de Guy Môquet diffusé un peu partout en France en 2007, et réalise aussi des émissions de télé autour de la musique comme « Tous… pour la musique » ou « Johnny Hallyday : ça n’finira jamais… » (où Mylène Farmer viendra exceptionnellement interpréter une chanson).

Dans Vieux Bouc : Une chanson prend l’étrange forme d’un dialogue entre cette femme et le diable « Vieux bouc » qu’elle semble désirer. On ne sait d’ailleurs pas trop quels sont les rapports entre le démon et cette fille, parfois la confession ressemble à une plainte, à une recherche de consolation, et d’autres endroits du texte nous imposent fortement une attirance sexuelle. A croire que Mylène FARMER et François Hanss se soient inspirés de ce texte quatorze ans plus tard pour le scénario de Je Te rends ton Amour

Publié dans Mylène et L'ENTOURAGE | Pas de Commentaire »

Nagui critique encore Mylène

Posté par francesca7 le 16 mai 2012

Parution sur facebook :

Nagui critique encore Mylène dans Mylène 2011 - 2012 FanImanolLe 28 juin 2012 dernier, Nagui comme chaque midi présentait son émission « Tout le monde veut prendre sa place » sur France 2. Lors de la présentation des candidats, l’un d »entre eux, pilote d’avion, racontait avoir déjà accueillit Mylène Farmer sur l’un de ses vols. Sûrement au courant de l’anémosite que Nagui porte pour notre rousse, il charrie l’animateur « Je sais à quel point vous l’aimez… ». Nagui ne mit pas longtemps à répondre et, une fois de plus tacler notre Mylène : « Non, c’est juste que je voudrais la voir chanter en live quoi ».

 Face à cette énième attaque gratuite, les internautes ont exprimé leur mécontentement sur Facebook.

 Un fan a écrit ceci :

Fidèle téléspectateur des émissions de Nagui, je commence sérieusement à être agacé par le comportement de votre présentateur.En effet, bien qu’aimant ses émissions je me demande si je ne vais pas lui préférer un autre programme.
Encore aujourd’hui et cela comme à chaque fois qu’il en à l’occasion, Nagui ne se prive pas d’attaquer personnellement et publiquement Mylène Farmer. Qu’il ne l’aime pas, ca ce conçoit et tout le monde le sait mais j’aimerais lui demander un peu plus de respect envers cette artiste que vous êtes bien content de recevoir dans vos JT.
D’autant plus qu’il profère des mensonges… Mylène Farmer n’à jamais chantée en playback lors de ses concerts et toutes les personnes qui y ont assistés pourront le dire.Je demande alors que ces attaques répétées cessent ! La très grande communauté de Fans s’en agace et comme moi, risque de boycotter ces émissions de Nagui.
Je tenais à vous le signaler, car le message commence à passer. Merci
Cordialement

France Télévision n’a pas mis longtemps à lui répondre :

Bonjour,
Nagui s’est exprimé à propos des remarques de Nagui au cours de l’émission Tout le monde veut prendre sa place du 28 juin dernier. Vous êtes mécontent de ces observations au sujet de Mylène Farmer.
Vous souhaitez que cet animateur reste mesuré dans ses remarques.
Je comprends votre déception. Je vous remercie d’avoir pris le temps d’écrire à France 2 pour faire part de votre réaction.
Je tiens à vous assurer que Nagui ne souhaite pas blesser les téléspectateurs ou les participants.
Son but est de proposer une émission rythmée et dynamique.
Je vous confirme que votre lettre a été transmise à Nagui, qui en a pris connaissance. Il a été sensible à vos remarques. Il lui est difficile de transformer sa façon de s’exprimer. Celle-ci qui fait partie intégrante de sa personnalité, personnalité qui participe au succès de cette émission.

Je vous remercie pour votre fidélité à Tout le monde veut prendre sa place. Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire concernant France 2.
Bien cordialement,
Franck Vautier - Directeur délégué en charge de la communication Relationnelle

On se souvient qu’en 2009, Nagui avait déjà fait une remarque sur les prestations vocales de Mylène :

Vidéo dailynotion http://www.dailymotion.com/video/x9ozx1

 

 

Quand Mylène fatiguée répondait à Nathalie Rheims dans le Paris Match du 2 décembre 2010.

 

« Quand on me rapporte les médisances d’un animateur de jeu télévisé, quant à mon prétendu play-back sur scène, je finis par me demander si je ne préfère pas l’histoire tout aussi fausse du jus de ­tomate. C’est ­impressionnant de voir à quel point certaines ­personnes se sentent grandies en dénigrant, en tentant de blesser… Il s’agit bien souvent de gens qui rêveraient d’une vie ­meilleure. Encore faut-il en être à la hauteur. « 

BARRE

 

 

Publié dans Mylène 2011 - 2012, Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

Flashmob sur Mylène Farmer

Posté par francesca7 le 15 mai 2012

Les fans russes de Mylène viennent de nous donner une belle leçon de professionnalisme : leur flashmob organisé le 1er mai 2012 à St Petersbourg était une prestation quasi parfaite. Une occasion, en tout cas, de redonner vie au dernier single de la star, qui reste très agréable à l’oreille (je ne l’avais pas écouté depuis plusieurs semaines). En attendant les prochaines mélodies de Laurent Boutonnat…

Vidéo :  Image de prévisualisation YouTube

les russes s’en sortent mieux en matière de flashmob que les français !

c’est trop mignon avec les enfants !

 

je parle aussi de Mylène sur mon forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

 

Publié dans Mylène 2011 - 2012 | Pas de Commentaire »

Inséparable est devenu un clip de fans de Farmer…

Posté par francesca7 le 15 mai 2012

 

Lorsqu’on ne voit plus  Mylène nul part, ce sont encore les fans qui font encore le mieux vivre les chansons de notre Icône.

En voici une nouvelle preuve. Pour le titre Inséparables, Lostboy a réalisé une animation pleine de mystères rien qu’avec quelques photographies de Bruno Aveillan et de Dominique Isserman.

 

Jugez-en par vous-mêmes…

 

Vidé o Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Mylène 2011 - 2012 | Pas de Commentaire »

En 2010, Staragora titrait sur Mylène

Posté par francesca7 le 15 mai 2012

 

Oiseau rare à la télévision, Mylène Farmer sera l’invitée d’honneur de « Encore une chanson », la nouvelle émission musicale de France 2 présentée par Laurie Cholewa, la nouvelle recrue du service public. Rendez-vous samedi 24 avril 2010 à 20h35..

En 2010, Staragora titrait sur Mylène dans Mylène et des CRITIQUES FanJuju2L’événement est assez rare pour être souligné. En plus de passer à la télé, Mylène Farmer chantera deux titres de son répertoire !

Préférant garder le mystère autour de son personnage, la plus grande chanteuse française de ses 20 dernières années a tout de même accepté l’invitation du tout nouveau divertissement de France 2 pour la sortie en DVD de ses concerts au Stade de France.

Le dernier passage télé de Mylène Farmer remonte à septembre 2009, c’était au JT de TF1 pour annoncer le début de sa tournée.

Présenté par Laurie Cholewa, ce nouveau programme propose aux artistes de venir chanter deux de leurs chansons face aux téléspectateurs. Ensuite, c’est à eux de voter pour savoir si l’artiste doit revenir interpréter une nouvelle chanson ou pas.

Un concept proche de l’émission Stop ou encore sur RTL. Tellement proche d’ailleurs que les dirigeants de la radio prévoiraient même de porter plainte pour plagiat s’il s’avérait au final que le programme musical de France Télévisions ressemble un peu trop au leur…

Publié dans Mylène et des CRITIQUES | Pas de Commentaire »

12
 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...