Symbolique de Dans les Rues de Londres Mylène

Posté par francesca7 le 18 avril 2012

 

Virginia Woolf est le point de perspective de ce chapitre, introduit par la chanson précédente. Elle a décrit il y a un siècle ce que semble vivre Mylène FARMER aujourd’hui, un rêve : « La vie est un rêve, c’est le réveil qui nous tue« . L’ombre guette donc toujours, elle est en embuscade, chanson après chanson, prête à s’abattre inévitablement, brutalement. Alors, avant que l’ombre ne vienne, il faut se trouver, se redécouvrir une dernière fois, refuser les compromis et atteindre ses limites : « Ce qui compte c’est sa libérer soi-même, découvrir ses propres dimensions, refuser les entraves ».

 Symbolique de Dans les Rues de Londres Mylène dans Mylène et SYMBOLISME 1bhxu_480x270_g8jor

« C’est comme une lettre »
En effet Virginia Woolf écrit des romans sous forme de dialogues avec le lecteur. On peut donc les considérer comme des « lettres ». De plus ses romans sont autobiographiques et évoquent sa famille. On peut considérer le roman comme une déclaration aux personnes décédées.

 

Et parmi les pierres Je vivais et j’espérais, tu sais… »
Parmi les pierres tombales, sa famille décédée, elle essayait de vivre mais en vain, elle décide de se suicider

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...