• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 12 avril 2012

Avant que l’ombre… Album

Posté par francesca7 le 12 avril 2012

 

Avant que l'ombre... Album dans Mylène et SYMBOLISME 2005-Robin-010b-200x300Les difficultés de vivre sont loin « mémoire qui m’oublie, qui me fuit », voire oubliées, elles ne se résument plus qu’à de vagues souvenirs de « nuits de veille », interminables. A quarante ans Mylène Farmer est au pic émotionnel et sexuel de sa vie. Ensuite ?

Le déclin, inévitablement, l’ombre. Les ravages de la vieillesse guettent, la déchéance physique peut-être la maladie, l’ombre encore. Cette ombre qui la ramènera aux poètes maudits, à la morbidité, aux souffrances. Alors pendant une dernière heure, alors que sa voix part dans un râble en écho jusqu’aux fonds des âges, elle va partager avec l’auditeur ses derniers moments de joie de vivre, de jeunesse, en somme ses dernières minutes de validité.

Sans doute, le passage de la quarantaine entre ses 2 derniers albums (43 ans au moment où j’écris ces lignes), ainsi qu’une stabilité amoureuse ont contribué à façonner « Avant que l’ombre… » Comme un miroir de la vie de Mylène Farmer au moment de son élaboration, comme l’ont été les 5 autres avant lui. La chanteuse s’est tournée vers la lumière, là où quelques unes de ses égéries, de Frances Farmer à Virginia Woolf sont restées dans l’obscurité et ont eu une issue tragique au même âge. Mais en restant consciente que son heure viendra à travers le magnifique titre d’ouverture « avant que l’ombre ». Ce titre qui introduit l’album, est également une très belle transition vis-à-vis des albums précédents, où le thème de la mort était beaucoup plus présent, ce qui ne sera pas le cas des titres suivants.

Une page se tourne donc.

 

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

Film Mylène Farmer en Concert

Posté par francesca7 le 12 avril 2012

 

Film Mylène Farmer en Concert dans Mylène et SYMBOLISME Conc89la sortie du film Mylène FARMER en Concert signe définitivement la fin de la première carrière de Mylène et Laurent. Ils brûlent tout, leur concert, leur public… leur œuvre commune. Ils regardent impassiblement tout ceci se consumer : Mylène en restant debout devant, et Laurent en tournant autour lentement avec ses caméras. Le feu envahi tout, Mylène est sur scène, ou au milieu des décombres, les grilles enflammées claquent sous l’effet du vent, le portrait d’Edgar Poe se consume, le cheval noir n’en peut plus de piétiner, tout devient pénible, les spectateurs, comme Mylène et Laurent attendent que tout ceci se termine, vitre, pour qu’un nouveau départ soit pris… 

Devant la violence des images tournées, Laurent Boutonnat préféra ne pas les utiliser. Il n’utilisa pas non plus la chorégraphie contemporaine d’une danseuse, pendant le concert, qui en arrière plan de Mylène Farmer sur les hauteurs du décor, apparaissait et disparaissait dans des éclairs de lumières.

 

 

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

L’honnêteté de Mylène FARMER

Posté par francesca7 le 12 avril 2012

 

L'honnêteté de Mylène FARMER dans Mylène et SYMBOLISME MF80_191aEn 2005, à la sortie de Fuck Them All, la quarantaine dépassée, Mylène Gautier montre enfin le bout de son nez et zappe une Mylène FARMER devenue caricaturale. Le personnage intemporel et finalement peu crédible disparaît au profit de la femme hédoniste qui vit au présent, sans amertume ni remord, délestée de tout son passé et indifférente de son futur. Sur le fon d, la suite logique et cohérente d’Innamoramento, qui amorçait déjà un retour à la vie. 

Mylène FARMER, après avoir discouru sur des thèmes emphatiques et peu maniables devient enfin le témoin de sa propre vie, en l’aimant, en la connaissant, sans la prendre au sérieux. Le seul point de perspective à tout ce témoignage reste la solitude, voulue, paradoxale pour une personne qu’on imagine si bien entourée. En ce sens, la séance de photographie qui illustre le livret tombe en plein dans l’homogénéité des Ballades fluides qui le composent. Reprise des même clichés comme des instantanés d’un quotidien enfin supportable qui se répète, sourire apaisé devant la simplicité de vire enfin trouvée, Mylène Gautier comme elle se voit vraiment, en intérieur, en logis, libérée des studios et de toute forme de symboles ou de mise en scène. Il y a cette pochette simple, mais finalement mystérieuse où le canapé recueillant le corps de la chanteuse apaisée rappelle le velours d’un cercueil qui garde un être dont l’avenir appartient au passé. Mylène est dans son monde, pas celui qu’on connaît ; proche de sa vraie nature intrinsèque, et finalement assez neutre. 

Il y a ce crucifix de pacotille, mais lourd de sens, celui du pardon, de l’amour, des amours et surtout de cette spiritualité débarrassée des pollutions bouddhiques et de ses Lamas à l’optimisme béat. Mylène FARMER aime. Et pour l’instant ? Rien d’autre. 

Pas même les grands auteurs dont elle se désintéresse. On se tourne avec bien plus de désinvolture vers des références légères, comme Dorothée à laquelle elle empreinte le mélodique refrain de Hou la menteuse pour les couplets de l’Amour n’est rien. Bien sûr cette franchise et cette épaisseur certaine se créent au détriment de l’efficacité « tubesque » ou des émotions brutes dont on nous avait habitués avec tant de délices. Le grand public pourra facilement s’ennuyer là où le passionné tombera de nouveau en amour devant la femme et l’(les) artiste(s). 

Lascive, mais dépassée par une vulgarité inappropriée encore récente, elle est proche de toutes les formes de sensualité, mais éloignée de toute idée masturbatoire. L’évocation sexuelle, pourtant crue, est purement intellectuelle, entièrement décomplexée et désinhibée. L’idée de sexe prévaut, mais l’homme en lui-même semble lasser. Le toucher reste important. C’est sans doute pourquoi elle renoue aussi avec la sensualité de l’objet (le CD imite brillamment le vinyle). Mylène FARMER aime les plaisirs de la vie, et Aime finalement cette vie qui les lui permet. Mylène FARMER est morte, vive Mylène Gautier.

 

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

 

 

Publié dans Mylène et SYMBOLISME | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...