Mylène Farmer et Vieux bouc

Posté par francesca7 le 7 mars 2012

 Vieux bouc / Premier entretien avec le diable, une entrevue qui se reproduira…

 

Mylène Farmer et Vieux bouc dans Mylène et SYMBOLISME Goya_le_sabbat_des_sorci%C3%A8resDe tous les textes écrits par Laurent Boutonnat (et même de ceux écrits par Mylène), Vieux Bouc demeure le plus expérimental par son sujet, le plus underground par son phrasé, et aussi le plus avant-garde par son mixage. Le personnage qu’a créé Laurent Boutonnat se « cogne » une première fois au diable, bien avant Sans Logique, le clip de A Quoi je sers, la mise en scène diableuse de Pourvu Qu’elles Soient Douces pour le Live de 1989 et le clip de Je Te Rends Ton Amour en juin 1999. On notera la voix fabuleuse de Mylène sur ce morceau, surtout à la fin du premier refrain, lorsqu’elle dit « a mal ». On ressent très bien ici qu’elle est une très grande interprète, qu’elle n’a pas de la voix, mais Une voix.

 

Une chanson prend l’étrange forme d’un dialogue entre cette femme et le diable « Vieux bouc » qu’elle semble désirer. On ne sait d’ailleurs pas trop quels sont les rapports entre le démon et cette fille, parfois la confession ressemble à une plainte, à une recherche de consolation, et d’autres endroits du texte nous imposent fortement une attirance sexuelle. A croire que Mylène FARMER et François Hanss se soient inspirés de ce texte quatorze ans plus tard pour le scénario de Je Te rends ton Amour

 

MF80_178a dans Mylène et SYMBOLISMEVieux Bouc ressemble à une caverne diabolique, où on entendrait des sons difficiles à identifier… Des chants grégoriens aux voix d’enfants ricanants, du son de la chèvre aux percussions déchaînées. C’est essentiellement grâce à cette chanson que Cendres de Lune a reçu une aussi bonne critique, mêle de Rock & Folk qui aura salué l’originalité du morceau. On sait à présent que Laurent Boutonnat sait faire du réel « bizarre ». Chanson à l’évidente efficacité rythmique, Vieux Bouc reste un morceau d’anthologie, surpassant par son univers, les autres chansons commerciales superficielles présentes dans les disques de l’époque. On peut même déplorer que Laurent Boutonnat n’ai pas retenté un morceau dans le genre, n’ayant pas peur de « faire de l’étrange » et de ne pas plaire à tout le monde.

 

 

Signé J.S.M http://fr.wikipedia.org/wiki/Jodel_Saint-Marc

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...