• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 février 2012

Renouveaux de Mylène

Posté par francesca7 le 23 février 2012

Ce renouveau, Mylène l’explique par des rencontres intellectuelles, et géographiques. La rencontre géographique essentielle, c’est la Californie. L’échec de son premier film, Giorgino, n’est sans doute pas étranger à cette volonté de s’exiler loin de Paris. La chanson California, qui ouvre l’album, met en mot ce désir de dépaysement, et confronte le spleen baudelairien à l’expérience des grands espaces et du road-movie à l’américaine. Chanson marquante, tant par son clip, réalisé par Abel Ferrara, que par son texte qui donne la clef de toute l’anamorphose de Mylène, California a depuis été interprétée à chaque tour de chant de l’artiste. Mais le voyage, dans le texte, n’est pas que l’histoire d’un exil en Californie. C’est aussi un voyage imaginaire et intellectuel qui s’accomplit. La tête absente sur la pochette, confie Mylène à Paul Amar, n’évoque pas la décapitation mais au contraire «l’esprit qui s’échappe, l’esprit qui va vers le haut, l’esprit qui voyage…».

 Renouveaux de Mylène dans Mylène et mes BLABLAS MF99_25aCette élévation spirituelle, c’est celle qu’a apporté à Mylène la rencontre, fondamentale pour comprendre Anamorphosée, avec la philosophie bouddhiste. Lecture très forte pour l’artiste, la lecture du Livre tibétain de la vie et de la mort de Sogyal Rimpoché reviendra en effet comme un leitmotiv dans sa bouche pour expliquer le pourquoi de cette anamorphose si surprenante. Elle remerciera même l’auteur «pour son très beau livre» dans le livret. La thématique bouddhiste, dans l’album, est présente à l’arrière plan comme une sorte de basse continue. Plus qu’une lecture détaillée ou une connaissance approfondie de la très complexe idéologie bouddhiste, c’est à une imprégnation encore récente que nous avons affaire. Comme dans la plupart de ses lectures, Mylène n’a pas essayé d’englober un savoir totalisant, mais de trouver les échos à ses angoisses, à ses doutes. «Ce n’est pas tant le bouddhisme qui m’attire que les mots, les images, le réconfort. L’idée que pour apprivoiser la vie, il faut d’abord accepter la mort», confie-t-elle à l’Express. Se tournant vers ces lectures comme vers des remèdes, elle parlera à un moment de pansement, ou de baume, appliqué sur cette crainte panique de la mort qui ne l’avait jamais lâchée. Comme elle le dira pourtant à la sortie de l’album Innamoramento, les pansements n’ont guère tenus, ils se sont envolés. C’est qu’ils n’étaient déjà pas très bien collés.

Derrière certains thèmes propres au bouddhisme, on continue en effet à percevoir dans l’album les traces de la sensibilité romantique de Mylène Farmer, cette indifférence qui n’est pas l’ataraxie que recherche les adeptes du bouddha, mais le produit d’un mal de vivre proche des vociférations d’un Cioran. Lors de diverses interviews, la chanteuse a d’ailleurs fait remarquer qu’elle n’avait pas renoncé au cynisme de l’auteur de Sur les cimes du désespoir, mais qu’elle portait désormais sur la vie «un regard où l’humour a sa place».

 L’humour est pourtant paradoxalement encore fort peu présent dans l’album. A vrai dire, seul le texte de L’instant X peut se targuer d’y laisser une place légère dans l’affrontement entre le texte désabusé et l’imagerie du père Noël, et surtout dans la remarque acide lancée contre les grandes déclarations de la presse : «l’an 2000 sera spirituel, c’est écrit dans Elle». Or loin de nous rapprocher du bouddhisme et du spirituel, cet humour vient au contraire revendiquer le «fun» d’une «fin de siècle» avant le nouveau millénaire. C’est donc un appel à la décadence qui se met ici en place, une sorte de dernière fête avant le sérieux à venir, où le père noël se met à distribuer des anti-dépresseurs et des ailes à la place des cadeaux. Ce n’est que progressivement, à partir de la chanson au titre calembour L’histoire d’une fée, c’est… que l’artiste acceptera véritablement de lui laisser une place au sein même de ses chansons.

analyse site http://www.innamoramento.net/mylene-farmer/analyses/24/Lalbum_Anamorphosee/

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

Histoire de Avant que l’Ombre à Bercy

Posté par francesca7 le 23 février 2012

 

Mylène Farmer a quarante-quatre ans, elle vient de sortir l’album studio Avant que l’ombre…. Les billets, mis en vente depuis plus d’un an à l’avance, se sont arrachés en quelques jours. La chanteuse entame cette série de concerts six ans après le Mylenium Tour, avec une certaine tranquillité mais aussi avec car elle attendue au tournant.

De nouveau en compagnie de Laurent Boutonnat, elle conçoit ce show qui sera le plus gros de l’année en France. Les moyens mis en œuvre pour si peu de dates sont impressionnants : vingt millions d’euros pour treize dates.

Histoire de Avant que l'Ombre à Bercy dans Mylène et mes BLABLAS MFBercy2006_73aIl s’agit donc d’un spectacle qui cherche à impressionner les quelque 170 000 spectateurs qui ont acheté leur billet : son spatialisé dans toute la salle, quinze danseurs, décors de Mark Fisher, nacelle mouvante, sarcophage en plexiglas porté par six gardiens, double scène reliée par un pont de plus de dix mètres treuillé à la demande. L’une des scènes en forme de Croix pattée mélangé au symbole de Vénus est située en plein milieu de la salle et est recouverte au sol d’un écran ; un piano à queue peut même en surgir à l’aide d’un socle amovible. Sur la scène principale, quatre écrans sur rails de sept mètres sur deux mètres cinquante chacun se rapprochent et s’éloignent à l’envi et servent à la projection d’images d’Alain Escalle. Une double porte géante, dont les panneaux sont des répliques de ceux des portes méridionales du baptistère Saint-Jean à Florence, réalisées en 1338 par Andrea Pisano, encadrent un grand escalier décoré de six lustres immenses surveillés par trente cobras. Pour la première fois dans le monde, un artiste utilise un rideau d’eau qui permet d’incruster des écrits et des motifs dans le flot en mouvement. Il est également à noter que chaque spectacle est filmé sur pellicule dite HD.

MFBercy2006_28a dans Mylène et mes BLABLASGraphiquement très riche, grâce en grande partie aux travaux de Mark Fisher et Alain Escalle, les couleurs dominantes sont essentiellement le rouge et le jaune doré. Le choix des titres joué est, lui, sans réelles surprises. Seul le choix de l’interprète pour remplacer Seal sur le titre Les Mots peut surprendre : il s’agit du batteur Abraham Laboriel Jr. qui suit Mylène Farmer depuis le Tour 96.
Mylène Farmer évolue sur scène avec une coupe courte aux motifs floraux et porte des costumes spécialement confectionnés pour l’occasion par Franck Sorbier, costumes qui orneront par la suite diverses expositions de haute couture.

Pour la première fois dans la carrière de Mylène Farmer, celle-ci propose à son public une première partie : Le Conte du monde flottant, un court-métrage de 2001 réalisé par Alain Escalle et d’une durée de vingt-quatre minutes. Il est précédé de ce texte : « J’ai découvert le travail d’Alain Escalle à travers ce magnifique court métrage. À mon tour de le partager avec vous. Avant que l’ombre… Mylène Farmer ». Très décrié car assez difficile d’accès pour le grand public du fait de son aspect allégorique, il s’agit néanmoins d’une vraie réussite d’un point de vue graphique ; il est suivi d’un entracte de vingt minutes avant le début du spectacle à proprement parler.

Publié dans Mylène et mes BLABLAS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...