Mylène, passage tendresse

Posté par francesca7 le 16 février 2012

«Une fois Mylène m’a pris dans ses bras»

Par PERRIN Ludovic dans l’article paru http://next.liberation.fr/

Paroles de fans (calmés) de Mylène Farmer, qui jugent «Backstage» vraisemblable.

Mylène, passage tendresse dans Mylène dans la PRESSE MFBercy96_07aLe billet de 20 euros à la place du paillasson volé, l’entrée en scène rappelant la tournée de 1989 sur l’Horloge (d’après Baudelaire) et le banc sous ses fenêtres quand elle habitait près de la place Iéna… Les fans sont formels : Lauren c’est Mylène. Car si, pour son deuxième long métrage, Emmanuelle Bercot a changé nom, prénom, couleur de cheveux et mascotte (une biche à la place d’un singe), elle a conservé l’essentiel de ce qui lie un fan à son idole, ces deux syllabes dont Bertrand Lepage, premier manager de Mylène (Farmer) mais aussi de Buzy et Jackie (Quartz), disait qu’elles étaient indispensables au culte, notamment à l’heure des cris scandés du rappel. Une marque de dévotion pouvant aller loin dans le cas de Mylène Farmer : on se souvient du meurtre du standardiste de Polydor par un fan qui s’était vu refuser l’entrée de la maison de disques où il pensait trouver la chanteuse rousse. En revanche, selon Christophe-Ange Papini, qui publie ces jours-ci son blog (Fou de Mylène Farmer, deux années à l’attendre, K & B Editions), les fans que l’on voit cracher dans Backstage sur la limousine de Lauren Waks seraient plutôt ceux de Madonna, radicalisés à force d’être mis à l’écart.

«Les plus grandes stars travaillent sur le mystère et le manque, donc se montrent peu. Elles ne donnent aucun autre accès que le fantasme», note Jean-François Kowalski, de K & B Editions. 22 ans, cet ancien fan de Mylène Farmer a su combler cette absence médiatique : premier site Internet à 15 ans, le magazine du fan-club Instant mag un an plus tard (des tirages à 50 000 exemplaires) puis une entreprise employant trois salariés deux ans plus tard. Comme lui, Christophe-Ange Papini, aujourd’hui libraire de 19 ans, a trouvé Backstage assez réaliste, notamment la scène d’ouverture chez Lucie. «Les gens s’imaginent qu’on se jette sur la personne qu’on adore si on la croise. En fait, c’est l’inverse, on se cache, on ne contrôle pas. Une fois, Mylène m’a pris dans ses bras, j’étais bloqué, je n’ai pas pu prononcer un mot.» Comme Lucie, il a guetté nuit et jour un regard. «C’est venu de manière progressive, sans que je m’en rende compte. Au départ, on écoute, on se documente, on essaie d’avoir le maximum de choses, puis on focalise toute sa vie sur elle. Je délaissais les cours, c’était devenu une drogue. Je ne pouvais pas concevoir d’avoir un ami qui n’ait pas ma passion. Tous étaient fans de Mylène.»

 dans Mylène dans la PRESSEPour la préparation de Backstage, Emmanuelle Bercot, dont la petite soeur Marine est chanteuse (un album, les Amants, chez Harmonia Mundi) n’a pas souhaité rencontrer de fans. Elle s’est inspirée de lettres rejoignant le sentiment qu’elle avait eu devant un reportage sur Vanessa Paradis où une fille implorait derrière une vitre d’aéroport comme aux heures de la Beatlemania. «Il se dégage beaucoup d’érotisme de ces lettres ; pas une où il n’y ait d’allusion sexuelle, dit-elle. Ceux qui les écrivent n’espèrent pas juste prendre un café avec leur idole, mais tout sacrifier pour être l’homme ou la femme de sa vie. Beaucoup, si on leur disait qu’ils ne la rencontreront jamais, ne verraient plus l’utilité de vivre. Ils sont dévorés par leur obsession, ils n’ont plus de place pour autre chose. Ce qui est étonnant, c’est que ces adolescents à tendance dépressive sont attirés par des choses qui les tirent encore plus bas. Ils ne se choisissent pas un guide qui les ouvre à la lumière, mais qui les fait sombrer dans la mélancolie et la déprime. Il y a là une détresse et une solitude liées à une absence d’identité.»

Depuis qu’il a trouvé un travail, Christophe-Ange Papini est devenu plus critique. Mais assure n’avoir aucun regret. «Ça m’a permis de me construire au sein d’une vraie communauté. Même si j’ai moins de Mylène en moi, ça, j’ai du mal à le lâcher.» De toute manière, Mylène Farmer a déménagé dans une grande maison sans le moindre banc en face. Il paraît qu’elle va mieux. Mais que ses disques sont moins bons.

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...