• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 27 novembre 2011

Mylène apprécie Oscar Wilde

Posté par francesca7 le 27 novembre 2011

 

Oscar Wilde à New York, 1882, par Napoleon Sarony. Oscar Wilde  né à Dublin en Irlande le 16 octobre 1854 au 21 Westland Row , et mort à à l’âge de 46 ans  à Paris le 30 novembre 1900. 

 

Mylène Farmer lui rend hommage avec ses chansons où elle évoque bien souvent la noirceur, la mélancolie, tout ce qui fait son charme ! 

 

Plus d’informations sur Oscar Wilde ! voir le site source de Wikipédia. 

 

Oscar Wilde, de son nom complet Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde, est un écrivain irlandais, né à Dublin en Irlande le 16 octobre 1854 au 21 Westland Row , et mort à Paris le 30 novembre 1900 à l’âge de 46 ans. Oscar Wilde est né au 21, Westland Row à Dublin (aujourd’hui le siège de l’Oscar Wilde Centre, Trinity College). Il est le second des trois enfants de Sir William Wilde et de Jane Francesca Elgee, de deux ans le cadet de son frère aîné William. 

 

S’il publia, conformément aux exigences de l’esthétisme le plus pur, un volume de poésie, il ne négligea pas des activités moins considérées des cercles littéraires mais plus lucratives : il se fit le porte-parole de la nouvelle « Renaissance anglaise dans les arts » dans une série de conférences aux États-Unis et au Canada, puis exerça une prolifique activité de journaliste. Au tournant des années 1890, il précisa sa théorie esthétique dans une série de dialogues et d’essais, et explora dans son unique roman, Le Portrait de Dorian Gray (1890), les liens entretenus par la beauté, la décadence et la duplicité. Sa première pièce, Salomé (1891), rédigée en français à Paris l’année suivante, ne put être jouée en Angleterre, faute d’avoir obtenu la licence d’autorisation, au motif qu’elle mettait en scène des personnages bibliques. Confronté une première fois aux rigueurs de la morale victorienne, Wilde enchaîna cependant avec quatre comédies de mœurs qui firent de lui l’un des dramaturges les plus en vue de Londres. Indissociables de son talent littéraire, sa personnalité hors du commun, le mordant de son esprit, le brillant de sa conversation et de ses costumes assuraient sa renommée. 

 

Enfance 

Sa mère ne se départit jamais sa vie durant de son soutien à la cause nationaliste irlandaise, bien qu’elle restât fidèle à la tradition Mylène apprécie Oscar Wilde dans Mylène et les AUTEURS 220px-Oscar_Wilde_portraitanglicane de ses grands-pères, tous deux pasteurs[1]. Elle s’enorgueillissait tout particulièrement de ses poésies nationalistes, dont elle avait commencé la composition en 1845, après la mort du journaliste et poète Thomas Davis, l’une des figures de proue des Jeunes Irlandais. Publiées sous le pseudonyme de Speranza dans je journal The Nation, l’organe du mouvement cofondé par Davis, elles jouissaient d’une certaine estime dans le milieu littéraire irlandais. W. B. Yeats lui-même ne manquait pas d’en faire l’éloge.

 

 Jusqu’à l’âge de neuf ans, Oscar Wilde fut éduqué à domicile, sous la garde d’une bonne française et d’une gouvernante allemande. Il fréquenta ensuite la Portora Royal School à Enniskillen, dans le comté de Fermanagh, établissement qui se targuait d’être l’ « Eton irlandais ». Pendant son adolescence, il passa l’essentiel de ses étés dans la villa familiale de Moytora, dans le comté de Mayo où il fréquentait avec son frère le futur écrivain George Moore. Sa jeune sœur Isola mourut à 11 ans d’une méningite. Wilde lui a dédié le poème Requiescat

 

Il devient rédacteur en chef de The Womans’ World

En 1884, Oscar Wilde épouse Constance Lloyd avec qui il aura deux fils, Cyril et Vyvyan

En 1886, il rencontre Robert Ross qui devient son amant et sera plus tard son exécuteur testamentaire. La parution en 1890 du Portrait de Dorian Gray marque le début d’une célébrité littéraire. 

 

En 1891, il rencontre Lord Alfred Douglas de Queensberry, s’en éprend et tous deux mènent une vie débridée en affichant en public leur homosexualité. Le père d’Alfred, John Sholto Douglas , 9e Marquis de Queensberry et frère de Florence Dixie, désapprouve cette relation et provoque Wilde à plusieurs reprises. Cela entraînera le scandale Queensberry et un procès. 

 

Emprisonnement d’Oscar Wilde 

 

Pressé par ses amis, Robert Ross en particulier, de s’enfuir sur le continent, il préfère attendre l’inéluctable. Daniel Salvatore Schiffer reprend l’explication de Yeats concernant cette attitude, citant les propos de Lady Wilde : « Si vous restez, et même si vous allez en prison, vous serez toujours mon fils[...]. Mais si vous partez, je ne vous adresserais jamais plus la parole ». Il est arrêté le 6 avril dans sa chambre n°118 du palace londonien Cadogan Hotel, puis, après deux autres procès, il est condamné le 25 mai, en vertu d’une loi datant de 1885 interdisant l’homosexualité, à la peine maximale de deux ans de travaux forcés en 1895. Ses biens sont confisqués pour payer les frais de justice. Constance Lloyd, sa femme, se réfugie en Allemagne avec ses fils qui prennent le nom de Holland. Après quatorze mois de travaux forcés et à la suite de son transfert de la prison de Reading, Wilde se voit accorder le privilège exceptionnel de la part du directeur de la prison de posséder un petit matériel d’écriture et reçoit la permission d’écrire à condition de remettre tous les soirs ses écrits, son papier et son stylo aux autorités pénitentiaires. 

 

A sa sortie de prison : Commence alors une période de déchéance dont il ne sortira pas et, malgré l’aide de ses amis, notamment André Gide, Robert Ross, il finit ses jours dans la solitude et la misère. Oscar Wilde meurt d’une méningite, âgé de 46 ans, en exil volontaire à Paris, le 30 novembre 1900. 

 

Œuvres d’Oscar Wilde 

·         « Oscar Wilde », sur Wikisource (bibliothèque universelle) 

·         « Oscar Wilde », sur Wikiquote (recueil de citations) 

(et ++ essais, romans, poésie, théâtre, romans films…) 

Recueils et albums 

  • Jean Gattégno et Merlin Holland, Album Wilde, Pléiade, Gallimard, 1996 

  • Merlin Holland, L’Album Wilde, Anatolia/Le Rocher, 2000 

  • Merlin Holland, Le Procès d’Oscar Wilde, transcription intégrale des comptes rendus d’audience réunis et préfacés par Merlin Holland, Stock, coll. « La cosmopolite », 2005 

  •  The Cambridge Companion to Oscar Wilde, Cambridge University Press, 1997 

 

BARSEPA - étoiles

Publié dans Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

Mylène apprécie N. Rheims

Posté par francesca7 le 27 novembre 2011

Nathalie (Alix Jeanne) Rheims est un écrivain et productrice française née le 25 avril 1959 à Neuilly-sur-Seine. Amie chère à notre Mylène. Une belle complicité s’est installée entre elles. 

Et justement, elle a dressé un magnifique portrait de mon idole Mylène Farmer,  en 2008, dans Madame Figaro ; intitulé : MYLENE FARME de toutes les façons (paru dans Madame Figaro 2008 – pages 68 et 70 

Belle déclaration : Portrait de Mylène Farmer par Nathalie Rheims  

Lire cette superbe déclaration de Nathalie Rheims à Mylène ici …. http://francescax7.unblog.fr/nathalie-rheims/

  

Mylène apprécie N. Rheims dans Mylène et les AUTEURS 220px-Nathalie_Rheims-Nancy_2011Nathalie Rheims est fille de Maurice Rheims, commissaire-priseur et académicien et sœur de la photographe Bettina Rheims. Elle a épousé Léo Scheer en 1989, puis fut la compagne du producteur de cinéma Claude Berri

 

Elle est apparentée à la famille Rothschild, descendante à la fois par son arrière-grand-père (branche dite « von Worms ») et par son arrière-grand-mère (branche dite « de Naples ») du banquier Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), fondateur de la dynastie. 

 

En 1999, Nathalie Rheims publie son premier roman, L’un pour l’autre (édition Galilée) récompensé par le prix du Gai Savoir. En 2000, elle publie aux éditions Flammarion Lettre d’une amoureuse morte. Puis se succèdent Les Fleurs du silence et L’Ange de la dernière heure en 2001 et 2002. Toujours en 2002, Nathalie Rheims, coproduit le film Une femme deménage. En 2003, elle offre au public un nouveau roman, cette fois ci aux éditions Léo Scheer, intitulé Lumière invisible à mes yeux. Le Rêve de Balthus, Lemylene farmer Cercle de Megiddo et L’Ombre des autres paraissent en septembre 2004, 2005 et 2006, et la font entrer dans les listes des meilleures ventes.

 

Compagne et collaboratrice du producteur-réalisateur Claude Berri, elle crée avec lui la société de production cinéma Hirsch Productions et s’implique, au titre de producteur associé, dans les films, L’un reste, l’autre part, Les Enfants, Le Démon de midi, La Maison du bonheur, Ensemble, c’est tout, La Graine et le Mulet, Bienvenue chez les Ch’tis.

 

En 2007, Nathalie Rheims publie son neuvième livre Journal intime, roman aux Éditions Léo Scheer. Son huitième roman L’Ombre des autres devrait à être porté à l’écran, avec Mylène Farmer dans le rôle principal.

 

En 2008 paraît son dixième roman : Le Chemin des sortilèges aux Éditions Léo Scheer.

Elle est aussi d’entourage avec la chanteuse française Mylène Farmer et la filleule de Yul Brynner.

 

Ses œuvres romanesques

  • L’Un pour l’autre, Galiléee, 1999 (Folio)
  • Lettre d’une amoureuse morte, Flammarion, 2000 (Folio)
  • Les Fleurs du silence, Flammarion, 2001 (Folio)
  • L’Ange de la dernière heure, Flammarion, 2002 (Folio)MF2000_102a dans Mylène et les AUTEURS
  • Lumière invisible à mes yeux, Léo Scheer, 2003
  • Le rêve de Balthus, Fayard-Léo Scheer, 2004 (Folio)
  • Le Cercle de Megiddo, Léo Scheer, 2005 (Livre de poche)
  • L’Ombre des autres, Léo Scheer, 2006
  • Journal intime, roman, Léo Scheer, 2007
  • Le Chemin des sortilèges, Léo Scheer, Paris, 2008, 184 p., broché, 12,5 x 19 cm (ISBN 9782756101392)
  • Claude, Léo Scheer, Paris, 2009.
  • Car ceci est mon sang, Léo Scheer, Paris, 2010.
  • Le Fantôme du Fauteuil 32, Léo Scheer, Paris, 2011.

Ce livre est inspiré du roman Le Fauteuil hanté (1909) de Gaston Leroux

 

Publié dans Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

Mylène apprécie Fr. Alberoni

Posté par francesca7 le 27 novembre 2011

 

Francesco Alberoni2.jpg Francesco Alberoni (né le 31 décembre 1929 à Borgonovo Val Tidone dans la province de Plaisance en Émilie-Romagne) est un sociologue, un journaliste et un professeur en sociologie italien. Il a été membre du conseil d’administration et Conseiller à la place du président de la RAI, télévision nationale italienne, entre 2002 et 2005. 

 

Alberoni est un des rares journalistes à avoir un éditorial en première page du Corriere della Sera, journal le plus prestigieux d’Italie, qui présente chaque lundi un éditorial de quatre colonnes intitulé Pubblico e Privato depuis 1982. Le Corriere della Sera publie les articles d’Alberoni depuis 1973. 

 

Mylène Farmer lui rend hommage avec ses chansons de  d’Innamoramento où elle évoque l’érotisme à la fois masculin et féminin et bien d’autre éléments encore.   

 

 

Plus d’informations sur Francesco Alberoni : voir le site référence de Wikipédia ! 

 

Enfance et adolescence 

Bien qu’Alberoni ait été un étudiant modèle et un véritable perfectionniste à l’école, il admet qu’il supportait mal la dure discipline militaire imposée aux élèves pendant la période fasciste. D’après son autobiographie, c’était un leader né, qui inventait toujours des jeux et des aventures pour son groupe d’amis. Étant donné qu’à cette époque il n’y avait pas de livres chez lui, Alberoni n’a découvert le plaisir de la lecture qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il commença à passer des après-midi entiers à lire dans la bibliothèque publique de Plaisance, il aimait tout particulièrement l’histoire. 

 

Publications de Francesco Alberoni 

 

Mylène apprécie Fr. Alberoni dans Mylène et les AUTEURS francesco_alberoniAlberoni a mené de nombreuses recherches dans le domaine de la sociologie des mouvements et des individus, spécialement sur la nature de l’amour et sur les relations entre individus et groupes.

 

En 1979, Alberoni publie Le choc amoureux qui a eu un succès mondial. Dans ce livre, qui développe ultérieurement les idées et les modèles de Mouvement et d’institution, Alberoni soutient que l’expérience de l’amour est par essence la condition naissante d’un mouvement collectif comprenant exclusivement deux personnes. Alberoni explore ainsi le sujet de manière approfondie en utilisant le plus possible le langage amoureux plutôt que le jargon abstrait de la psychanalyse ou de la sociologie. 

 

Il publia L’amicizia (1984) et Erotismo (1986), livre dans lequel apparaît l’érotisme masculin et féminin. Puis Il volo nuziale (Garzanti, Milano, 1992) où il se penche sur l’attirance pré-adolescente et adolescente pour les stars de cinéma et par conséquent sur la tendance générale de la femme à rechercher des objets d’amour supérieurs.

 

 Les livres d’Alberoni ont un grand succès en Italie et dans le monde, ils ont été traduits dans plus de vingt langues : anglais, français, allemand, espagnol, portugais, russe, japonais, chinois, hébreu, turc, etc. Des publications contenant des articles d’Alberoni ont été pointées du doigt par la critique. En effet, on lui reproche son manque d’analyse scientifique et l’on réduit ses articles à de simples conseils ménagers en ce qui concerne la vie actuelle et les questions amoureuses. 

 

Ses deux dernières publications sont considérées comme étant importantes aussi bien au niveau des contenus que du style de l’écriture. En particulier Il mistero dell’innamoramento, spécialement dans la deuxième partie, offre une critique originale des plus importantes théories de l’amour, surtout de l’école française. Sesso e amore est la première analyse systématique dans ce domaine et constitue en revanche une révolution stylistique de l’essai. 

 

 

Bibliographie de Francesco AlberoniMF2000_142a dans Mylène et les AUTEURS 

 

  • L’elite senza potere (1963) (L’élite sans pouvoir

  • Statu nascenti (1968) (États naissants

  • Classi e generazioni (1970) (Classes et générations

  • Il Nuovo Medioevo (1972). con Furio Colombo, Umberto Eco e Giuseppe Sacco 

  • Italia in trasformazione (1976) (Italie en transformation

  • Movimento e istituzione (1977) (Mouvement et institution

  • Innamoramento e amore (1979) (Le choc amoureux) (trad. française, Paris, Ramsay, 1981) 

  • Le ragioni del bene e del male (1981) (Les raisons du bien et du mal

  • L’albero della vita (1982) (L’arbre de la vie

  • L’amicizia (1984) (L’amitié) (trad. française, Paris, Ramsay, 1985) 

  • L’erotismo (1986) (L’érotisme) (trad. française, Paris, Ramsay, 1986) 

  • Pubblico e privato (1987) (Vie publique et vie privée) (trad. française, Paris, Ramsay, 1988) 

  • L’altruismo e la morale (1989) (L’altruisme et la morale) (trad. française, Paris, ramsay, 1990) 

  • Genesi (1989) (Genesis) (trad. française, Paris, Ramsay, 1991) 

  • Gli invidiosi (1990) (Les envieux) (trad. française, Paris, Plon, 1991) 

  • Il volo nuziale (1992) (Le vol nuptial) (trad. française, Paris, Plon, 1994) 

  • Valori (1993) (La morale) (trad. française, Paris, Plon, 1996) 

  • L’ottimismo (1994) (L’optimisme

  • Ti amo (1996) (Je t’aime) (trad. française, Paris, Plon, 1997) 

  • Il primo amore (1997) (Le premier amour) (trad. française, Paris, Plon, 1999) 

  • Abbiate coraggio (1998) (Ayez du courage

  • Le sorgenti dei sogni (2000) (La source des rêves

  • La speranza (2001) (L’espoir

  • L’arte del comando (2002) (L’art de commander

  • Il mistero dell’innamoramento (2003) (Le mystère de l’amour

  • Sesso e amore (2005) (Le sexe et l’amour

  • Leader e masse (2007) (Les dirigeants et les masses

  • Lezioni d’amore (2008) (Leçons d’amour)

 

BARSEPA - feuilles d'automne

Publié dans Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

Mylène apprécie Fr. Farmer

Posté par francesca7 le 27 novembre 2011

Mylène apprécie Fr. Farmer dans Mylène et les AUTEURS 10607873_gal Frances Farmer – Univers Mylène Farmer 

Née en 1913, Frances Farmer connaît un très grand succès à Hollywood. Mais supportant mal la pression que sa carrière implique ainsi qu’un mariage raté. Elle sombre dans l’alcoolisme et les amphétamines. Envoyée au sanatorium, elle se rend compte qu’a cause du traitement infligé, elle n’est plus capable de se concentrer ou de se rappeler des textes. Alors elle s’enfuira mais sera renvoyée en établissement psychiatrique lorsque sa mère porte secrètement plainte contre elle. A partir de cet instant, Frances subira des électrochocs, des bains d’hydrothérapie, une lobotomie transorbitale (un traitement qui ne nécessitait que de soulever la paupière et d’insérer un pic à glace pour déchirer les tissus cervicaux.), elle sera même prostituée aux soldats de la base militaire locale et violée par les garçons de salle. Elle fut également utilisée comme cobaye pour tester des drogues telles la Thorazine et la Prolixine…. En sortant a l’âge de 37 ans, elle n’a plus rien, elle est dépouillée de sa dignité et de son talent. L’alcool reprend le dessus, et elle mourra à 57 ans, seule, sans argent, rongée par un cancer de l’oesophage. 


Mylène Farmer rend hommage à Frances Farmer, actrice au destin tragique, en reprenant son nom. 


La Chanson « maman a tort » de Mylène évoque implicitement l’histoire de Frances Farmer.
 

Plus d’informations sur Frances Farmer ! voir source wikipédia.com 

 

mylene-farmer-17 dans Mylène et les AUTEURSFrances Farmer est une actrice américaine, née le 19 septembre 1913 à Seattle et morte le 1er août 1970. Elle est la fille de Ernest et Lillian Farmer. Elle a une sœur, Edith, un frère Wesley et une demi-sœur, Rita. 

 

En 1942, elle est arrêtée pour conduite sans permis en état d’ivresse et désobéissance aux ordres dans une zone de restriction. Elle jettera le contenu d’un pot d’encre au visage du juge chargé de l’affaire, qui la fera condamner à 180 jours de détention et remise en liberté sous surveillance. Elle divorce la même année. 

 

En 1943, elle est arrêtée pour violation de la liberté surveillée et agression. Les services sanitaires qualifient Frances de « malade mentale » et recommandent de la placer dans le sanatorium de La Crescenta. Elle y reçoit 90 traitements-choc à l’insuline (Cure de Sakel) et rentre au Western Washington State Hospital à Steilacoom d’où elle s’échappe. 

Sa mère, apprenant les traitements que sa fille a subi, obtient que la garde de sa fille soit transférée de l’État vers elle. Mais en 1944, Frances agresse sa mère qui la fait à nouveau interner. Après un séjour de trois mois, et un traitement incluant des électrochocs, Frances est déclarée guérie. 

 

En 1945 elle s’enfuit plusieurs fois de chez sa mère qui petit à petit la convainc de retourner à l’hôpital psychiatrique où elle restera les cinq années suivantes. Aurait commencé alors pour elle un véritable enfer : outre les conditions de vie barbares (criminels et malades mentaux entassés ensemble, nourriture pour les patients jetée à même le sol…) et des traitements continuels d’électrochocs, elle aurait été prostituée à des soldats locaux qui auraient abusé d’elle, la violant et la brutalisant. 


Elle aurait aussi été utilisée comme cobaye pour tester des médicaments tels que
Thorazine, Stelazine, Mellaril et Prolixin

 

Ces éléments, parfois rapportés par Frances elle-même, sont évidemment à prendre avec précautions. Ainsi, Jean Ratcliffe, auteur de l’ouvrage « choc » qui décrit les années d’enfermement de Frances Farmer, a admis avoir exagéré certains détails. Un de ses biographes, William Arnold, affirmait que Frances avait subi une lobotomie trans-orbitale, épisode que l’on retrouve dans le film Frances, mais admit, lors d’un procès, qu’il avait inventé l’épisode et l’essentiel du contenu de son livre. Des enquêtes indépendantes montrèrent d’ailleurs que les preuves apportées étaient fausses et que cette histoire entrait en contradiction avec les registres médicaux et tous les témoignages des médecins et infirmières de l’époque. 

 

Le retour à la liberté 

 

En 1950, Frances, relâchée, retourne à Seattle pour s’occuper de ses parents. Elle se remarie avec Alfred Lobley en 1954. En 1957 elle travaille en tant qu’employée dans un hôtel de San Francisco

 

En 1958, elle apparaît dans la série TV « This Is Your Life » et tourne son dernier film The Party Crashers. Elle divorce à nouveau et se marie pour la troisième fois avec Lee Mikesell et apparaît dans une autre série télévisée Tongues of Angels avec James MacArthur. 

Elle présente une émission de télévision d’après-midi, Frances Farmer Presents à Indianapolis jusqu’en 1964

 

En 1968, elle commence à travailler sur son autobiographie avec l’aide de Lois Kibbee. Deux ans plus tard, elle meurt d’un cancer de l’œsophage, à l’âge de 56 ans.

 

 Postérité 

 

 

BARSEPA - bambou

Publié dans Mylène et les AUTEURS | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...