• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 17 novembre 2011

La Poupée qui fait Oui Mais… Non

Posté par francesca7 le 17 novembre 2011

  

 

 En 2005, le refus catégorique de MYLENE FARMER de parler aux médias avait failli précipiter Avant que l’ombre… dans les abysses des charts. Depuis, Mylène Farmer a retenu la leçon. Aussi, pour les besoins de son dernier album, Bleu noir, consent-elle —un minimum— au jeu de la promotion. 

  

La Poupée qui fait Oui Mais... Non dans Mylène dans la PRESSE MF90_165aAprès Têtu en 2008 où la chanteuse s’affichait en garçon — pompant ainsi une idée déjà présentée par l’artiste Elisa Point sur son album Les filles sont des garçons bizarres, paru en 1997 — c’est à Paris-Match que revient l’honneur de colporter les propos « Cuvée 2010 » de la célèbre rouquine. Pour cet entretien confession annoncé à grand renfort d’entrejambe dès la Une du magazine, l’icône se confie à sa bonne copine, Nathalie Rheims. Solitude, timidité, mortalité, éternité… Avec la spontanéité qui la caractérise, la jolie poupée aux pommettes un peu trop hautes pour être honnêtes égrène ses clichés de prédilection, tel un automate parfaitement réglé. Auto programmé. 

  

Car c’est une évidence:  parmi les nombreux clichés qui la définissent, s’il en est un qui mérite de retenir l’attention, c’est bien celui de la poupée, tant la récurrence dans l’œuvre farmerienne depuis 25 ans est imparable. De l’impassible pantin Sans contrefaçon au jouet tantôt translucide, « Piqué », ou désarticulé qu’elle chanta à maintes reprises, les allusions sont effectivement bien trop nombreuses pour n’être que le fruit de la coïncidence. Sait-elle d’ailleurs qu’en français Cadien, le terme « catin » qu’elle revendiquait en 1986 se rapporte également au jouet enfantin? 

Jean-Philippe Card

(Parution Originale: www.minorites.org 26/12/2010)  

LIRE LA SUITE ICI…… 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

MYLENE parle de LAURENT

Posté par francesca7 le 17 novembre 2011

 

MYLENE parle de LAURENT dans Mylène dans la PRESSE« [Il] a fait […] ses premiers pas dans le cinéma à seize ans. Il a réalisé un long-métrage qui était parti à Cannes et […] qui avait eu quelques petits déboires et maintenant réalise […] des films publicitaires. C’est plus alimentairement, et puis c’est vrai que c’est un bon exercice de toute façon. » 

Azimut (FR3 Lorraine), le 25.06.1986 

 

 

« On s’est rencontrés et lui est compositeur, donc, a une passion pour la musique, pour le cinéma également, […] et donc m’a proposé avec une autre personne la première chanson, qui était « Maman à tort ». Et puis, voilà, nous travaillons ensemble. […] Vous parliez de mentor tout à l’heure, pour moi c’est surtout un admirable metteur en scène, dans toute sa généralité. » 

Antenne 2 Midi (Antenne 2), le 01.09.1986 

 

« C’est vrai que je travaille en permanence avec [Laurent] pour le meilleur et pour le pire ! » 

Top 50 (Canal+), le 06.09.1986 

 

« Être extérieure [au processus de fabrication d’un clip], ça je ne peux pas. Je travaille avec Laurent quant au scénario, et puis après ma foi, c’est lui qui [s’occupe] du cinéma à proprement parler. Et puis après, c’est un travail d’équipe » 

La vie à plein temps (FR3 Pyrénées), le 07.04.1987 

 

« Je crois que ma vraie naissance c’était le jour où j’ai enregistré « Maman à tort ». C’est le jour où j’ai rencontré cette personne qui est Laurent Boutonnat, qui est donc également le réalisateur de mes clips, qui est également compositeur. C’est le jour où j’ai pu naître, oui, c’était une naissance. […] Cette rencontre avec Laurent, moi je la qualifie du domaine de l’exceptionnel, c’est-à-dire les rencontres qu’on a très peu dans sa vie, qu’on doit privilégier. C’est vrai que cette rencontre avec Laurent, c’était extraordinaire pour moi parce que c’est quelqu’un qui a énormément de talent dans beaucoup de domaines, qui a des choses qui l’attirent, qui moi m’attirent, des choses qu’on a en commun. Et c’est fascinant de trouver un personnage comme ça. Voilà, donc Mylène Farmer c’est un peu de moi, c’est certainement un peu de Laurent Boutonnat, c’est beaucoup de choses. » 

Lazer (M6), en 05.1987 

 

« [Laurent] aime l’hémoglobine, oui. » 

Panique sur le 16 (TF1), le 19.11.1987 

 

« Laurent Boutonnat travaille pour des films publicitaires, et tout spécialement pour l’étranger. Il a des commandes surtout par les Etats-Unis. […] En France, […] il en a fait quelques-unes, mais j’ai oublié d’ailleurs. [C’est lui qui a fait tous les clips] depuis le début. » 

Nulle part ailleurs (Canal+), le 23.11.1987 

 

« On a dit Pygmalion, mentor… et je ne sais… […] Je crois qu’il y a une complicité énorme et une complémentarité, surtout. […] J’ai suivi des cours de théâtre, donc je voulais être actrice. Et puis j’ai rencontré Laurent Boutonnat. Moi j’appelle ça la chance des rencontres. Y a peu de rencontres dans sa vie… […] C’est beaucoup plus tard qu’il m’a présenté son premier film qu’il avait réalisé à l’âge de seize ans qui s’appelait « Le voyage de la féconductrice » (ndlr : il s’agit d’une erreur de Mylène, le véritable titre étant « La ballade… ») et qui était même passé à Cannes, je crois. […] Il avait pillé des fonds, je crois, le porte-monnaie de son papa et de sa maman ! […] C’est vrai qu’en France, on vous demande toujours des références. C’est vrai que le premier que je citerai, c’est Laurent Boutonnat, c’est normal parce que c’est vraiment quelqu’un que j’aime et je pense qu’il sera un des grands, grands, grands réalisateurs de demain. » 

Nulle part ailleurs (Canal+), le 07.10.1988 

 

« Je sais pas si on peut parler de hasard. Ce sont des rencontres comme ça qui existent. C’est en tout cas une bonne étoile, en ce qui me concerne ! » 

Clip Dédicace (M6) le 08.10.1988 

 

« C’est un homme qui a un physique romantique, c’est un homme qui a ses névroses, qui a, je crois, beaucoup de talent et qui aime particulièrement la musique et le cinéma, je crois, et qui aurait envie et qui va réaliser un premier long-métrage. » 

Fréquenstar (M6) le 22.03.1989 

 

« C’est une bonne étoile. Ce sont des rencontres dans la vie comme on en a peu, certainement. Pour moi, c’est une rencontre magique par rapport à bien évidemment plein de choses, mais également par rapport au cinéma et à l’image, à sa façon de l’imaginer, de la créer. » 

J.T. de 20 Heures (M6) le 18.05.1989

56476-mylene-farmer-et-laurent-boutonnat-637x0-1 dans Mylène dans la PRESSE

 

Publié dans Mylène dans la PRESSE | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...