LA TOURNEE du N° 5 On Tour 2009

Posté par francesca7 le 14 octobre 2011

LA TOURNEE du N° 5 On Tour 2009 dans CONCERTS DE MYLENE N-5-On-Tour_650x300

 

Pour la tournée des stades 

Cette tournée des stades est elle aussi globalement très bien accueillie, malgré les soucis techniques de la première du 4 septembre 2009, au Stade de Genève

 

La Tribune de Genève du 5 septembre 2009 met notamment en valeur une « esthétique fascinante » et un « univers artistique qui permet toutes les fantaisies », lesquels confèrent à Mylène Farmer une « aptitude naturelle à chanter à la belle étoile » et « tous les atouts […] pour « allumer le feu » dans un stade ». Même l’incident technique de la première lui semble pardonné : « Divine, la Française – après un petit moment d’hésitation – n’a pas perdu le sourire. […] Au fond d’elle, elle a certainement dû pester contre cette « imperfection ». Mais celle-ci n’aura pas réussi à gâcher cette soirée ». 


mylene-farmer-tour2009-seite dans Mylène N°5 ON TOUR 2009Le Matin du dimanche
du 6 septembre 2009 titre de son côté « Mylène Farmer envoûte le Stade de Genève », tandis que l’édition du 7 septembre du Matin commence par affirmer « Le pari n’est pas gagné d’avance pour la chanteuse, car n’est pas Johnny qui veut. » avant de poursuivre : « Tout ne semble pas gagné d’avance pour Mylène Farmer qui s’adonne dans son costume moulant à une chorégraphie très américaine, toute en génuflexion et balancements de bras avec ses danseurs ». Mais les éloges ne tardent pas : « Mylène réussit son pari lorsqu’elle se retrouve seule avec son pianiste Yvan Cassar au bout de la passerelle, au milieu du stade. […] Elle enchaîne ses morceaux les plus intimes avec une émotion palpable ». Le quotidien conclut : « À ceux qui en douteraient encore, Mylène Farmer prouve qu’elle sait chanter, et plutôt bien. […] Après deux heures et quart d’un show apocalyptique, Mylène Farmer prend congé du public en l’invitant à chanter avec elle son hymne, Désenchantée ». 


De son côté, l’édition de
Genève de Vingt minutes, dans son numéro du 7 septembre, affirme simplement : « La star a offert un show en tous points parfait ». 

 

2438423189_1Le Monde du 5 septembre salue une mise en scène où « la scénographie de Mark Fisher (Rolling Stones, U2), les graphismes, la conception des images d’Alain Escalle et les lumières de Dimitri Vassiliu ont fait de l’intégralité de l’espace scénique une sorte d’écran ». Le critique se montre également sensible au répertoire, qui « a aussi été pensé pour la formule stade […] avec des accroches rock […], une poussée techno-transe […], les tubes les plus anciens […], traités dans une sécheresse claquante plutôt que dans le lyrisme pop originel. Cela peut déconcerter, mais renforce l’accord musique et visuel. » Le 13 septembre 2009, le même journal remarque que « le spectacle a ainsi enchaîné ses différents tableaux avec fluidité », puis détaille certains passages qui lui semblent particulièrement réussis : « la suite L’Âme-Stram-Gram et Je m’ennuie avec ses danseurs et danseuses dans un ballet de corps écorchés […] ; un remarquable travail en triple plan durant Point de suture […] ; la lente remontée de la scène centrale vers la scène principale sur la musique d’Avant que l’ombre… […] ; la quatrième partie du spectacle où la succession de Libertine, Sans contrefaçon, L’Instant X, Fuck them all, Dégénération et C’est dans l’air a transporté le stade en un espace mouvant avec l’ensemble du public emporté dans la danse et dans le chant ». 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...