Ronde de chansons BERCY Mylène 2006

Posté par francesca7 le 9 octobre 2011

 

Ronde de chansons BERCY Mylène 2006 dans CONCERTS DE MYLENE MFBercy2006_04aMutine et taquine. Coquine et enfantine. Un peu cyber manga. L’idéal  pour « Peut-être toi ». Pas forcément pour le reste du concert. On note aussi qu’elle a renoué avec les paillettes aux paupières du Tour 96. Et que sa tenue est, comme à l’accoutumée, délicieusement outrageuse (soutien gorge, culotte, cuissardes), sou s une pluie de lanières lui conférant un aspect à la fois animal et futuriste. La première chanson est déjà finie. Pas le temps de se remettre de ses émotions, Mylène enchaîne avec « XXL ». a la fin du morceau, elle nous salue et nous demande « un petit cadeau » : chanter avec elle. Et nous voilà tous hurlant notre besoin d’amour…

 

Suivent « Dans les rues de Londres » et « California ». Puis « Porno Graphique » sur lequel, du haut d’une petite plateforme montante, Mylène exécute une petite choré originale et marrante. A la toute fin du morceau, des danseurs apparaissent enfin (Mylène est restée seule en scène jusque là). Mais ils restent immobiles. C’est lorsque Mylène quitte la scène qu’ils prennent enfin vie, pour un flamenco endiablé sur l’instrumental de « Porno Graphique ». Puis la lumière meurt.

 

On entend alors les premières notes de « Sans Contrefaçon ». C’est l’hystérie. Mylène apparaît dans une tenue de plumes noires, arborant un immense chapeau haut de forme, tandis que, derrière elle, huit danseuses, affublées du même couvre-chef (mais rouge), reprennent le dresse-code de cette chanson : la veste à carreaux (la version 2006, est colorée !). La réorchestration du morceau est un bonheur. La chorégraphie est celle d’origine. Un régal !

 

Puis, les huit filles et Mylène font tomber vestes et chapeaux pour un « Q .I » sensuel et hispanique. Suit « C’est une belle journée ». Troisième chanson dansée d’affilée. Puis extinction des feux. Musique orientalisante à la clarinette, puis nouvel interlude flamenco.

 

MFBercy2006_71a dans Mylène Tour BERCY 2006Silence. Eclairs partout dans Bercy tandis que gronde le tonner et qu’on entend la pluie tomber. La lumière revient sur la scène centrale cette fois. Une partie de la structure pivote alors sur elle-même et laisse apparaître un piano (c’est magique !) tandis que Yvan Cassar monte sur l’autre extrémité de la scène sous les bravos. Il se met en place, commence à jouer. L’on entend alors la voix de Mylène. C’est « Ange, parle-moi ». Mais où est-elle ? Comme au début du concert, c’est la lumière qui guide nos yeux vers le haut de Bercy.

 

Mylène est au-dessus des gradins, à gauche de la scène, dans un immense lustre volant qui va parcourir toute la salle jusqu’à atterrir au milieu de la croix que dessine la scène centrale. Bercy oscille entre hystérie et larmes. La magie est là. Une fois sur scène, Mylène nous laisse voir une nouvelle tenue, pourpre, et enchaîne avec « Redonne-moi ». Mais elle n’ira pas au bout de la chanson, sans doute trop émue de voir son public de si près. Elle croule sous les peluches et les cadeaux, s’agenouille pour ramasser un petit singe en peluche et un paquet de fraises tagada (merci « Sept à Huit »), lâche un « On va les partager » avant d’être gagnée par l’émotion. Elle ne cède pas aux larmes, mais fait signe à Yvan qu’elle ne terminera pas la chanson. Elle entonne alors « Rêver » sur lequel le public chante si fort que cela suscite un « Je vous adore » de la part de Mylène Puis c’est « Ainsi soit je… », tandis que les musiciens rejoignent Yvan sur scène.

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...