Mylène TOUR 96 – JUIN 1996

Posté par francesca7 le 30 septembre 2011

 

 « plus loin, plus haut, l’esprit voyage » 

 

Source IAO n°7 - avril 2006 – spécial Live 

 

 

Barre de Séparation

 

Six ans et demi après sa première tournée, Mylène remonte sur scène totalement métamorphosée. Ses retrouvailles avec le public se veulent lumineuses, aériennes, colorées et incroyablement sexy. Pour se souvenir de ce moment unique, nous avons papoté avec Donna de Lory, choriste et danseuse sur le show, Fred Peveri, créateur des lumières et Susie Davis, qui était aux claviers

 

 

Mylène TOUR 96 - JUIN 1996 dans CONCERTS DE MYLENE MFBercy96_27aMylène avait, à l’évidence, été secouée par l’intensité de sa première tournée. Tant d’émotions fortes, il y avait de quoi être bouleversée. C’est sans doute par peur de ne pas retrouver les mêmes sensations qu’elle a tant attendu avant de remonter sur scène. Sans oublier le projet « Giorgino », qui lui a pris tout son temps, et celui de Laurent, dans le prolongement immédiat du triomphal « L’autre… ». Il lui aura fallu l’exil américain et l’anamorphose pour retrouver l’envie… 

 

 

Et pour le coup, c’est une Mylène à cent lieux de celle de 89 que l’on retrouve sur scène. Qu’il est loin l’univers sombre et fermé de la première tournée ! qu’elle est loin la Mylène pâle et triste emmitouflée dans de grandes et belles tenues romanesques ! 

 

 Nous voilà désormais face à une femme souriante et bronzée qui assume son corps et le montre sans pudeur. C’est perchée sur des platform-shoes, pailletée jusqu’au bout des ongles et des paupières qu’elle évolue désormais dans un univers lumineux, blanc et spacieux, croisant successivement gogo danseurs, araignée géante et drague Queens. Mylène est plus diva gay que jamais ! Et plus  rock aussi. 

 

Là où le Tour 89 offrait un univers fort et cohérent, le Tour 96 propose du glamour et du punch. Mylène a le sens du spectacle mais ne donne pus de sens au spectacle. On y prend en motion, mais on en prend plein les yeux ! 

 

 

MFBercy96_22a dans Mylène TOUR 1996Tout commence à Toulon, avant deux Bercy archi combles et surchauffés. Une toute petite tournée de quatorze dates est programmée ensuite, avant un retour ultime à Bercy le 28 Juin 1996. Mais choses ne seront pas si simples… le 15 juin, à la toute fin de son concert à la Halle Tony Garnier de Lyon, Mylène tombe de scène. 

 

Bilan : une double fracture ouverte du poignet gauche. Aie ! Le reste de la tournée est bien évidemment annulé ; il restait huit dates. Mais rendez-vous est pris en fin d’année pour onze nouvelles dates. Le Tour 96 reste malgré tout la tournée la plus courte de Mylène (si l’on excepte bien sûr, les concerts de 2006, mais il ne s’agit pas d’une tournée). 

 

En fin d’année, Mylène visite donc finalement toutes les villes prévues avant l’accident (hormis Mulhouse), et retourne même à Lyon, histoire de conjurer le sort ! A deux occasions – Genève le 10 décembre 1996 et Paris le 12 – le tracklisting s’enrichit d’un titre supplémentaire ; la reprise d’un tube de Polnareff, « La poupée qui fait non », en duo avec Khaled. Ce sera d’ailleurs le premier single extrait du « Live à Bercy » qui sort quelques mois plus tard. Ce disque reste à ce jour l’album live le plus vendu en France, avec plus de 900 000 copies écoulées ! 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...