Interview Susie Davis – Mylène

Posté par francesca7 le 30 septembre 2011

Interview exclusive de SUSIE DAVIS – claviers, percussions 

 « Je ne pensais pas qu’une artiste puisse être si populaire dans un seul pays » 

QUESTION / REPONSES  

Source IAO7 avril 2006 – spécial Live  

Interview Susie Davis - Mylène dans CONCERTS DE MYLENE barre-separation-3

 

comment et par qui avez-vous été contactée pour intégrer le groupe de musicien du Tour 96 ? 

 

Philippe Rault (producteur français installé aux Etats-Unis, NDLR) m’a contacté à Los Angeles et m’a demandé si ça m’intéresserait d’auditionner pour faire partie du groupe de Mylène. Il m’a dit qu’ils recherchaient une femme qui puisse jouer des claviers et des congas. Sincèrement, je n’avais jamais réellement joué des congas avant, mais j’ai un bon sens du rythme, alors je me suis dis qu’il fallait tenter le coup. J’ai pris quelques cours de congas auprès de deux amies percussionnistes, bien connus à Los Angeles, Deborah Dibkin et Vicki Randal. J’ai appris les techniques de base. 

 

Savez-vous pourquoi vous avez été choisies ? 

 

mylene-farmer_1999_mylenium-tour_claude-gassian_001min dans Mylène TOUR 1996J’ai tourné avec pas mal d’artistes célèbres avant Mylène, je pense que ça m’a aidé à atteindre un vrai niveau professionnel et à être à l’aise en audition. J’avais donné mon CV à Philippe afin qu’ils connaissent mon parcours. Je suis allée à l’audition. J’ai joué du clavier et des congas. Et j’ai eu le job. 

 

Vous connaissiez Mylène, ou son travail avant de faire le Tour 96 ? 

 

Non, je n’en avais jamais entendu parler ! 

 

Pourquoi avoir accepté de tourner avec une artiste française totalement inconnue chez vous ? 

 

Travailler avec Mylène m’a permis de rester en France pendant trois mois ! C’était un rêve qui devenait réalité ! J’ai toujours adoré venir en Europe, et tout particulièrement en France. En Amérique, on n’a rien de très ancien ; je suis hallucinée par l’Histoire que porte l’Europe. 

 

Parlez-vous français désormais ? 

 

Moi française est merde (rires) 

 

Et qu’avez-vous pensé de l’anglais de Mylène ? 

 

Elle parle très bien. Mais elle parlait souvent français. J’ai dû passer énormément de temps avec des personnes parties dans des grandes conversations en français auxquelles je ne comprenais rien. 

 

Comment se sont passées les répétitions du spectacle ? 

 

Nous avons eu une session préliminaire de répétions à Los Angeles. Il me semble que ça a duré deux semaines. Puis on s’est installé dans une grande salle du sud de la France (le Zénith de Toulon, MDLR). Et là on a encore répété pendant deux semaines. J’ai pris beaucoup de plaisir à travailler avec les autres musiciens du groupe, ainsi que les choristes et les danseurs, il y avait une super bonne ambiance. 

 

Etes-vous restée en relation avec eux depuis ? 

 

Difficilement car on est tous dans des endroits du monde assez éloignés. Mais j’ai récemment vu Abraham (le batteur, MDLR) et Brian (le guitariste, MDLR) car ils étaient sur la tournée de Paul Mc Cartney qui est passée en ville. Sinon, je reste en contact avec Donna DeLory et Carole Rowley (choristes, MDLR). 

 

Et avec Mylène ? 

 

Non, pas du tout. 

 

Pourquoi êtes-vous la seule du groupe de 1996 à ne pas avoir fait le « Mylénium Tour » ? 

 

Je ne sais pas. On ne m’a pas contacté. Cette année-là, je tournais avec Pat Benatar, donc je n’étais probablement pas libre de toute façon. Il est vrai aussi que j’ai déménagé sur San Francisco ; j’ai entendu dire plus tard que Philippe Rault avait essayé de me joindre, mais qu’il n’avait pas mon nouveau numéro de téléphone. Tant pis pour moi ! 

 

Quelle est la chanson que vous avez le plus pris de plaisir à jouer sur cette tournée ? 

 

J’ai vraiment beaucoup aimé le groove de « California » J’aimais beaucoup danser dessus ! 

 

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris pendant le Tour 96 ? 

 

Je ne pensais pas qu’une artiste puisse être si populaire dans un seul pays. 

 

Mylène était-elle proche du groupe ? 

 

Oui. C’était un bonheur de travailler avec elle, et de traîner avec elle. 

 

Qu’avez-vous pensé du public ? 

 

Le public français est excellent. 

 

Vous rappelez-vous du concert de Lyon, de la chute de Mylène qui s’est fracturée le poignet ? 

 

Oui ! Tout d’un coup, Mylène n’était plus sur scène. Je ne l’ai pas vue tomber, mais j’ai rapidement compris que ce devait être le cas. Jeff, le guitariste, a sauté en bas et l’a relevée, puis l’a amenée sur le côté. David, un danseur, était tombé avec elle. C’était un moment horrible. Passer si rapidement d’un état d’excitation et de bonheur à u moment où le temps s’arrête et où on se demande si Mylène va bien, c’était incroyable. 

 

Que faites-vous depuis cette tournée ? 

 

J’enseigne le piano, le chant, la guitare et l’écriture de chansons à des enfants dans mon home studio, à Richmond, en Californie. Je me suis mariée très récemment, et j’ai deux beaux fils, donc j’essaie de rester  à la maison et de ne plus trop faire de tournées. Les seules que je m’accorde sont celles avec un groupe appelé Thos Darn Accodions avec qui je joue de l’accordéon et je chante, et avec un groupe de R&B, Rhythmtown Jive. Je travaille aussi sur une méthode d’apprentissage de la musique à l’oreille pour les enfants.

MF2000_74a

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...