Interview Mylène dans Têtu…

Posté par francesca7 le 16 septembre 2011

 

Interview Mylène dans Têtu… dans Mylène 2007 - 2008 Mylene_Farmer_barbeEnfin, 20 août 2008, Mylène est à la une du magazine « Têtu » pour une interview exclusive illustrée par des clichés inédits de Robin 


C’est le journaliste Benoît Cachin qui a proposé cette interview pour « Têtu » à Thierry Suc. Mylène a accepté. La « Une » aurait été demandée. Apparemment, il n’était prévu aucune autre interview pour la presse écrite pour la sortie de Point de Suture avant que celle-ci ne soit décidée.

L’interview s’est déroulée le 31 juillet 2008, à 10 heures du matin, dans un salon du Park Hyatt, un grand hôtel près de la place Vendôme. (source: IAO - hiver 2008/2009) 

 

 

 

Question : Votre duo avec Moby, Slipping Away (Crier la vie), fut un beau succès, néanmoins vous restez toujours fidèle au compositeur de vos débuts, Laurent Boutonnat, Vous n’auriez pas envie de confier la composition et la réalisation d’un album à quelqu’un d’autre 

 

On peut tout imaginer ! Mais ce n’est pas d’actualité… Il s’agit de l’album Point de suture .. Je vis le moment présent.. Autant que faire se peut. 

 

Question : Et pourquoi pas un album 100 % Farmer car, peu de gens le savent, mais vous avez composé un titre sur l’album Anamorphosée et cinq sur l’album Innamoramento… 

 

 

Vous êtes têtu (rires de Mylène) 

C’est vrai, mais je préfère je crois, partager ces moments avec quelqu’un, rebondir, apporter une mélodie de voix sur un couplet ou un refrain… Je pourrais recommencer l’expérience, mais je n’en ressens pas vraiment la nécessité. 

 

Question : Votre tournée sera sans nul doute l’événement 2009, notamment vote passage au Stade de France. Sera-t-elle une rétrospective de vos vingt-cinq ans de carrière ou un spectacle axé sur la nouveauté en laissant un peu de côté vos anciens tubes… 

 

mylene farmerJe ne sais pas encore quels titres seront choisis… Mais il me semble assez évident qu’il y aura des titres issus de tous mes albums. A chaque fois que je pense, par exemple, à Désenchantée pendant un spectacle, c’st une émotion inscrite au plus profond de moi ! Le public s’est approprié cette chanson et me bouleverse quand il commence à chanter, à vibrer. C’est incroyablement fort… indescriptible ! 

 

Question : Envisagez-vous d’inviter des guests lors de votre tournée ? Nul ne sait !… 

Les concerts du Stade de France furent sold out en quelques heures. Cela vous aide-t-il à ne plus vous préoccuper de « l’aspect matériel » du spectacle ou, au contraire, ce ras de marée vous met-il encore plus la pression ? 

 

L’immense bonheur que le public m’a procuré en se manifestant de cette manière m’a d’abord fait verser quelques larmes… et s’est bien vitre transformé en une angoisse terrible ! Peur de décevoir… J’ai gravé dans mon cœur l’énergie transmise par seize mille personnes tous les soirs à Bercy, et je sais le cadeau qui m’est fait pour Stade de France, et la tournée… Pourvu que mon cœur ne lâche pas ! 

 

Question : En 2009, cela fera dix ans que vous n’aurez pas fait de tournée en province et à l’étranger. Etes-vous heureuse, impatience, de retrouver votre public « non parisien » ? 

 

A Bercy lors de mon dernier spectacle, le public n’était pas seulement parisien, il est venu de partout en France, et parfois, de l’étranger… Mais oui, je suis heureuse cette fois d’aller vers eux. Vous savez, ce public est unique. J’en suis consciente ! C’est lui qui me donne l’envie de me dépasser à chaque fois. Il m’aide à avancer. 

 

Question : Envisagez-vous de vous produire à nouveau en Russie ou, pour la première fois au Japon ou vous avez de nombreux fans ? 

 

Les dates des concerts viennent d’être définitivement calées pour la Russie, en Juillet 2009 ; J’en suis ravie. 

 

Question : Après la tournée, on annonce votre retour au cinéma. Où en est le projet de film, adaptation du roman de votre amie Nathalie Rheims, L’Ombre des autres 

 

mylene farmerC’est un projet qui me tien à cœur. Mais je préfère rester prudente. Nous ne savons pas encore quand le tournage aura lieu précisément. C’est en cours d’écriture. C’est une histoire et un rôle magnifique ! J’attends.. 

 

Question : Ce retour au cinéma est-il une challenge pour vous, au regard de l’échec commercial de Giorgino en 1994 ? 

 

Si c’est un échec commercial, il n’en reste pas moins que c’est un film que j’aime. Quant au « challenge », comme vous dites, j’y vois moi, plutôt le désir de refaire un film. Tout simplement. 

 

Il y a toujours beaucoup de rumeurs qui vous entourent. Par exemple, on prétend que vous avez acheté les droits de la comédie musicale Peau d’âne. Info ou intox ? 

 

C’est une énorme…. Anerie (rires) 

 

Dans ses mémoires, Michel Polnareff raconte votre projet d’album en commun. Projet assez vite avorté, selon lui. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

 

Non. 

 

Vous n’avez pas assez d’être enfermée dans un registre de chanteuse mélancolique, gothique, voire dépressive, alors que dans vos textes vous montrez un réel sens de l’humour et même du second degré ? Je pense précisément à des titres comme Je t’aime mélancolie ou l’Amour n’est rien, où vous semblez vous moquer de vous-même … 

 

Je ne me sens enfermée dans aucun registre. Je suis faite de tout cela et de bien d’autres choses. L’humour est ce qui rend la mélancolie supportable au quotidien. Le second degré est, me semble-t-il une hygiène de vie et rend les choses plus légères… Peut-être ceux dont vous parlez n’ont pas cotre curiosité ? C’est aussi leur droit après tout. 

 

De la même façon sur scène, vous êtes souriante, à l’aise, proche du public. Cependant, les journalistes et souvent le grand public, ne retiennent que les moments d’émotion sur Ainsi soit-je .. ou Redonne-moi … 

 

Cela me parait tout à fait normal. Pourtant, ces moments d’émotion n’existeraient pas sans tout le reste. De même que les mots prennent leur dimension grâce au silence qui les entoure. La scène est une rencontre privilégiée, un échange unique de plus de deux heures où toutes les émotions se bousculent. 

 

mylene farmerVous semblez sensible à l’enfance. Vous avez chanté une chanson sur la BO des Razmoket à Paris, doublé la voix de princesse Sélenia dans Arthur et les Minimoyz de Besson, et vous signez les paroles de la chanson générique du dessin animé Creepie. Quel rapport entretenez-vous avec l’enfance ? 

 

J’ai un rapport amnésique à l’enfance. Je n’ai aucun souvenir ou si peu. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à travailler sur les projets que vous citez. 

 

Que pensez-vous du téléchargement illégal qui, succès oblige, vous touche de plein fouet ? Comme 52 artistes qui ont soutenu le projet de loi contre le téléchargement illégal, estimez-vous que « le projet de loi (…) nous donne de très bonnes cartes pour qu’internet, la culture et la création soient réconciliés » ? 

 

Je regrette qu’on en soit arrivé là et je m’interroge sur ce qui me paraît être un sujet de société plus profond. La possibilité de disposer gratuitement et à sa guise de l’œuvre d’un autre pour sa satisfaction personnelle. C’est une dévalorisation du travail des artistes, et que serait une société sans artistes ? Qui a intérêt à ce que cela arrive ? C’est absurde. 

 

Pour finir, imaginons qu’une personne ne connaisse absolument pas votre œuvre, par quoi lui diriez-vous de commencer pour vous connaître un peu ? 

 

Par le titre caché dans ce nouvel album, mais chut… c’est un secret !Drag and drop me

 

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...