• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 9 septembre 2011

Collector 1989

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Collector 1989 dans CONCERTS DE MYLENE enconcert-merch-programme

teeshirt1 dans Mylène TOUR 1989     tee shirt et miroir    file_42_90

498088508_small

Mylene Farmer Briquet Tour 89 - Cassettes, Mini-disques, Laser-disques

Publié dans CONCERTS DE MYLENE, Mylène TOUR 1989 | Pas de Commentaire »

Collectors du TOUR 89

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 

Collectors du TOUR 89  enconcert-merch-programme

 1308230350_1                           Mylene Farmer Briquet Tour 89 - Cassettes, Mini-disques, Laser-disques

 

 

teeshirt1            file_42_90          

 

498088508_small

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Fuck them all – clip 2005

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

VIDEO 

Image de prévisualisation YouTube

Date de tournage:  Février 2005 

Réalisateur: Agustin Villaronga 

Lieu de tournage: Roumanie 

Durée: 05’04 

 

 

 fuck them all 

 Fuck them all – clip  2005 dans Les Clips de Mylène fuck-them-all1Dans un paysage enneigé, une femme sur son cheval, les cheveux au vent, galope à grande vitesse à travers les arbres. Elle s’approche peu à peu d’une sorte d’usine désaffectée. A l’intérieur de celle-ci, une cage est suspendue par des chaînes autour de laquelle veillent des corbeaux. On y retrouve une seconde Mylène aux cheveux courts et au visage tailladé prisonnière de celle-ci. La première femme s’aventure dans le bâtiment et s’arrête bientôt en dessous de cette cage qui est vide en la regardant fixement. Le clip est entrecoupé d’images des deux femmes à deux moments différents. Elle ramasse alors une pierre qu’elle jette contre un mur de l’usine qui se brise comme une glace. Elle se retrouve alors dehors, face à un corps couvert d’une couverture sur lequel règne un corbeau. Elle s’approche de la couverture, pousse le corbeau, la soulève et découvre la seconde femme aux cheveux courts, inanimée et glacée. Un passage de la main sur ses yeux les lui refermera. On comprend alors que la Mylène prisonnière attendait que sa sœur jumelle vienne la libérer. Trop tard ! 


Elle met alors sa main dans le corps de sa sœur et en ressort un sabre. Elle se dirige dans la forêt d’où s’envolent des dizaines de corbeaux et se retrouve sur une plaine enneigée sur laquelle résident de drôles d’épouvantails : une sorte de crâne d’oiseau et des voiles noirs déchirés qui flottent dans le vent comme habits. Bientôt Mylène commence à s’en prendre à eux, comme pour venger sa sœur jumelle décédée. A l’aide de son sabre, elle déchire les voiles des épouvantails et les décapite. Du sang noir sort de leurs yeux. Des plumes volent et la cadence s’accélère. Un corbeau renaît du sang noir. 


On revoit alors par saccades sa sœur prisonnière. Le « plafond » de sa cage qui est orné de longues piques commence à se baisser sur elle : son destin est tout tracé.
La première Mylène plante alors son sabre dans la neige puis se morcelle et se volatilise dans l’air. 

 


Budget estimé: environ 150 000 euros

Scénario de Mylène Farmer

Clip tourné en Roumanie début février 2005.
L’équipe qui logeait à l’Athénée Palace Hilton de Bucarest est restée une semaine sur place.
François Hanss était présent pour le tournage du making of du clip et Claude Gassian pour des photos du tournage.

Le clip est diffusé à partir du 09 mars 2005 d’abord dès 08 heures sur M6 puis sur toutes les chaînes musicales.

 

 


ANALYSE :

Après
California et L’Âme-Stram-Gram, Fuck them all est le troisième clip dans lequel on retrouve « deux Mylène« .

mylene-farmer-20050415-35170 dans Les Clips de MylèneUne Mylène aux cheveux courts est enfermée dans une cage qui deviendra son tombeau.
En parallèle, une seconde Mylène, cheveux longs, entièrement vêtue de noir arrive à cheval dans une usine désaffectée dans laquelle elle découvre la cage vide puis le corps sans vie de son « double ». Elle suivra alors des corbeaux qui la mèneront à des épouvantails qu’elle détruira avec un sabre trouvé planté dans le corps de la morte.

On retrouve dans ce clip de nombreux éléments si caractéristiques de l’univers de Mylène : les espaces enneigés (Tristana, Giorgino), les chevauchées à cheval  (Pourvu qu’elles soient douces), les chevaux noirs (Pourvu qu’elle soient douces, Pardonne-moi), la présence de deux Mylène (California, L’Âme-Stram-Gram), les corbeaux (Libertine, Sans logique).

Il s’agit d’un clip assez court mais probablement l’un des plus complexes et riches en symboles de toute la carrière de Mylène et qui soulève de nombreuses interrogations. 

 

Le personnage aux cheveux longs que l’on voit dès le début du clip est probablement l’âme vengeresse qui revient sur les lieux de souffrance et de mort. Toutes les séquences avec le personnage aux cheveux courts correspondent donc à des flash-back. Cette dernière représentation de Mylène rappelle bien évidemment la Mylène juvénile du clip Désenchantée. Doit-on y voir une suite?  

Le personnage enfermé dans une cage porte donc des cheveux courts mais aussi une tenue sexy. Probablement l’image de la femme moderne martyrisée jusqu’à la mort…mais par qui???, par ce que l’ Humain comporte de pire en lui ou tout simplement par les hommes ce qui nous rapprocherait alors des paroles de la chanson.

Ce personnage meurt écrasé par la partie supérieure de la cage qui s’abaisse progressivement sur elle. Cette cage semble donc être le symbole de cette oppression insupportable et mortelle. Les corbeaux, symboles de la mort ou plus précisément de ceux qui ont causé la mort sont très présents dans ce clip: ils ont écorché le visage de la morte alors qu’ils ne semblent pas voir l’autre Mylène dans l’usine confirmant qu’il ne s’agit que d’un « fantôme », qu’ils guideront  vers les épouvantails.

Le sabre avec lequel Mylène combattra les épouvantails est-il réel ou un symbole matérialisant l’arme de la haine qui a conduit à la mort de la femme et qui servira à présent pour la vengeance.

Mylène détruira les épouvantails à coups de sabre. De leurs yeux s’écouleront des larmes noires donnant naissance à de nouveaux corbeaux. Mylène plantera alors le sabre dans une tâche noire au sol inhibant alors la naissance d’un nouveau corbeau. On peut y voir la destruction de la genèse de cette haine qui avait abouti à sa mort. La vengeance semble avoir été accomplie et Mylène se transforme alors en poussière ou redevient simplement un esprit qu’emporte le vent. 

Les épouvantails de Martial Leiter

Martial Leiter est né à Fleurier (Suisse), en 1952. Il commença sa carrière comme dessinateur de presse dans divers journaux suisses, de 1974 à 1990. 


Depuis 1991, il collabore avec le Tagesanzeiger à Zurich, Le Temps à Genève, Die Wochenzeitung à Zurich, Die Zeit à Hambourg, Le Monde Diplomatique et Le Monde à Paris. Il expose depuis 1970 son travail de peintre-dessinateur dans des musées, centres culturels et très nombreuses galeries, en Suisse et à l’étranger. Il remporta de nombreux prix : Prix Alice Bailly, Lausanne (1979), Prix de la 9e Triennale Internationale pour gravures originales, Granges (1982), Prix de la Fondation pour les arts graphiques en Suisse, E.T.H, Zurich (1983), Prix culturel de l’Union Syndicale Suisse (1994). Il illustra des livres et publia certaines de ses œuvres, en particulier : Figures séquestrées, éditions Clin d’OEil (1981) ; Parodies, suite de 50 dessins tirés en mylene-farmer-2004-robin015-bigsérigraphie, éditions du Carabe (1983) ; Du monde moderne (1989) et Une autre planète (1993) aux éditions d’En Bas, Lausanne, et éditions Limmat Verlag, Zürich (pour la version en allemand). Il fut également créateur de décors de théâtre, entre autres : En attendant Godot de Samuel Beckett, Théâtre Populaire Romand, La Chaux-de-Fonds ; Le Faiseur de Balzac, Théâtre Populaire Romand, La Chaux-de-Fonds ; Jardin d’hiver de René Zahnd, Espace 2.21, Lausanne.

Martial Leiter est un talent hors du commun, aux multiples facettes, observateur aigu des failles de l’Histoire. Sa présence dans les grands journaux européens, « Le Monde », « Die Zeit » et bien d’autres, le propulse aux regards d’un public international par son trait, miroir sans complaisance, qui capte et traduit en virtuose une pensée d’une rare lucidité. Mais Leiter est aussi un poète inspiré, nourri de ressources infinies, émouvantes ou drolatiques. Il est attentif aux reflets infimes qui jalonnent la vie de chacun mais que si peu voient ; l’imaginaire de cet artiste déborde souvent le quotidien pour le sublimer, lui imprimer une fantaisie, une folie joyeuse et communicative qui nous embarque vers le rêvé. 


C’est de cette facette-là, rarement accessible au public, qu’est né le vol d’Epouvantails, que Martial Leiter a posé au milieu des blés dans le paysage du Val-de-Ruz et qui y vivra un cycle de saisons, de Juin 2004 à Mars 2005. 


sources: editions-du-heron.com; .sitedecernier.ch  

 

 

 

PORTRAIT DU REALISATEUR 

 

Agusti Villaronga est un réalisateur espagnol né en 1953.  

 

afb115e69ed1b8f2518bd756d2187ef7Il a débuté par la réalisation de trois court-métrages « Anta Mujer » (1975), « Al Mayurka » (1976) et « Laberint » (1980) qui ont reçu des récompenses notamment du ministère de la culture espagnol. 

 

Il réalise en 1985 son premier long-métrage, un thriller psycho-sexuel, « Tras el cristal/ In a Glass Cage » qui a la réputation d’être l’un des films les plus dérangeants des années 80 qui a choqué et divisé le public et aujourd’hui devenu culte. 

 

Le synopsis du film

« Klaus est un médecin nazi. Son plaisir est de torturer et tuer des enfants. Un jour, lors d’une crise de démence, il se jette d’un toit et en ressort handicapé, obligé de vivre dans une cage de verre qui lui sert de poumon. Quelques années plus tard, sa femme Griselda, n’arrivant plus à assumer les soins nécessaire, engage le jeune Angelo comme infirmier. Ce dernier découvre alors le journal de Klaus et se prend de passion pour ces pratiques de cet ancien SS. Il tue Griselda, s’habille en officier nazi et amène dans la chambre des enfants qu’il torture puis tue sadiquement… » 

 

A noter la fascination du réalisateur pour les gros plans anatomiques sur des torses, des mains ou des yeux. On retrouvera dans le clip Fuck them all un plan célèbre sur l’oeil de Mylène. 

« In a glass cage » recevra le Grand Prix du Festival de Barcelone. 

 

 (plus de détails sur ce film: http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=1118).  

En 1989, il réalise « El niño de la Luna » / « Moon child », une histoire d’enfants doués de pouvoirs surnaturels et tenus prisonniers dans un centre de recherches par des scientifiques qui essaieront d’utiliser leurs dons pour servir leurs propres desseins. 

 

 

Mylène et Agusti Villaronga

 

 

villaronga%2BmyleneLe clip Fuck them all est à ce jour la seule collaboration de Mylène Farmer et Agusti Villaronga.  On apprend dans le making-of du clip que c’est Mylène qui a contacté Agusti Villaronga, à sa grande surprise puisqu’il n’avait jamais réalisé de clips auparavant (et n’en a d’ailleurs pas réalisé d’autre depuis).

 

 Elle avait proposé les idées de la cage qui devient plus petite et des épouvantails. 

On peut découvrir dans ce making-of des dessins, petit story-board du clip. 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

QI – Clip 2005

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Réalisé par : Benoît Lestang
Diffusé le : Juillet 2005
Durée : 4’00 

 

VIDEO CLIPImage de prévisualisation YouTube 

 

Le clip Q.I est diffusé pour la première fois en télévision en juin 2005 (à 06h sur MCM puis à 07h en « clip des clips » sur M6 pour les amateurs de détails).

Etonnant:
Aucune censure pour le clip qui sera diffusé en intégralité en journée.
Mais, pour la publicité de l’album diffusée en juillet 2005 et comportant des images du clip, notamment celles sur lesquelles on voit les mains de Mylène pénétrer le dos de son partenaire, le Bureau de Vérification des Publicités a demandé à Universal Music d’effectuer un nouveau montage ne comportant pas ces images. Chose faite mais en réponse à cette censure, Universal Music a proposé la version censurée de la publicité en page d’accueil de son site internet.

en conséquence, QI a été souvent considéré comme un « malicieusement érotique » chanson. L’auteur, François Erwan Chuberre a déclaré ; « les paroles sont délicieusement pervers et la mélodie est entraînante comme une séance de gym tonique menée par Véronique et Davina » 

 

 

HISTOIRE de Q.I : 

 

QI - Clip 2005 dans Les Clips de Mylène 6383221_qDans le sombre d’une grande ville sous la pluie, un écran géant disposé sur un immeuble peine à afficher une Mylène sexy à souhait. Un homme marche dans son appartement. Ses fenêtres donnent directement sur cet écran. L’homme le regarde, le touche à travers la vitre humidifiée.

On retrouve une deuxième Mylène dans le même appartement, assise sur un fauteuil en cuir. Bas résille et talons aiguille, elle regarde son homme qui s’avère être un danseur de flamenco (Rafael Amargo). Il s’approche d’elle et lit un livre à ses pieds. Celle-ci, du bout de ses talons, commence à lui retirer sa chemise. Il se laisse faire, semble apprécier. L’homme se retrouver torse nu.

Les deux tourtereaux, derrière une vitre bleue opaque entament une chorégraphie dont on ne voit que les ombres. Ces images entrecoupent le clip jusqu’à sa fin.

Dans la bibliothèque, ils s’enlacent, s’embrassent, jouent de façon sensuelle. Assis l’un en face de l’autre sur un lit, les deux amoureux continuent leurs embrassades. Mylène passe les mains dans le dos de son mari torse-nu et les glisse sous sa peau. L’homme semble apprécier.

Les images s’accélèrent et s’entrecoupent de danse du mari, de l’écran géant, des ombres à travers les vitres bleues… CQFD.

Bref, un clip très esthétique où Mylène est sexy à souhait. Toutefois, pas de réel scénario et des fans déçus qui s’attendaient à un clip ultra sexy. Les rumeurs parlaient d’une censure du clip… 


A noter que le réalisateur, Benoît Lestang avait déjà travaillé avec Mylène dans la passé : c’est lui qui avait assuré les maquillages de « Giorgino ». Il a également crée la mythique marionnette de Mylène pour le clip « Sans contrefaçon« . 

 


mylene-farmer_clip_qi_003min dans Les Clips de MylèneAs a result, « QI » was often seen as a « mischievously erotic » song. 
French author Erwan Chuberre stated: « Lyrics are delightfully perverse and the melody is as catchy as a tonic gym workout conducted by Véronique and Davina. » 

Le réalisateur Benoît Lestang : son travail

Né le 14 Décembre 1964, Benoît Lestang a travaillé dans les années 80 pour le magazine spécialisé dans le cinéma fantastique Starfix.

Il est devenu l’un des maquilleurs les plus réputés du cinéma français. Il a travaillé sur de nombreux films dont « La cité des enfants perdus » (1995), « Le Hussard sur le toit » (1995), « Le Pacte des loups » (2001), « Arsène Lupin » (2003), « Le scaphandre et le papillon » (2007)… 

 

Il a écrit en 2002 le scénario du film d’horreur « Brocéliande » avec le réalisateur Doug Headline.

En 2005, il signe le scénario, la réalisation et le production d’un court-métrage intitulé « Protocole 33″.

D’une durée de 8’50, ce court-métrage à l’atmosphère mystérieuse et oppressante décrit la destinée d’un homme au bord du gouffre, qui, enfermé dans une cave, prendra un cachet qui le plongera dans des hallucinations étranges. « Protocole 33″ a été présenté en compétition dans la catégorie courts-métrages lors de la 13ème édition du Festival du Film Fantastique de Gérardmer en 2006. 

On retrouve dans ce court-métrage des effets visuels identiques à ceux utilisés dans le clip Q.I. lorsque Mylène enlace son partenaire jusqu’à faire pénétrer ses mains sous son épiderme.

Q.I. reste le seul clip réalisé par Benoît Lestang pour Mylène.

Benoît Lestang est le créateur de la marionnette du clip Sans Contrefaçon en 1987.

Il a travaillé sur les maquillages- effets spéciaux de Giorgino en 1993.

Enfin, il est resté fidèle à Laurent Boutonnat en collaborant à nouveau avec lui en tant que maquilleur sur Jacquou le Croquant sorti en Janvier 2007. Il met fin à ses jours en 2008

Rafael Amargo, de son vrai nom Jesus Rafael Garcia Hernandez est né en 1975 à Pinos Puento ville  d’Andalousie proche de Grenade.

Rafael Amargo, très connu en Espagne, est un danseur et chorégraphe spécialisé dans le flamenco. « Ses chorégraphies reflètent une conception à la fois traditionnelle et actuelle, parfois très proche de la danse contemporaine, elles ne perdent jamais le point de référence de l’essence du flamenco ».

En 1997, il a crée sa compagnie de danse, le compañia Rafael Amargo dont il fêtera les dix années d’existence avec un spectacle présenté à Barcelone en Août 2007.

Il a participé en tant que professeur de flamenco à l’émission « Operacion Triunfo » (l’équivalent de la Star Ac) en Espagne et a joué son propre rôle dans des épisodes de la deuxième saison de la série Un, Dos,Tres


Analyse et Réactions

173903633_smallQ.I. est l’un des clips de Mylène ayant suscité le plus de critiques négatives chez les fans. Beaucoup auront été déçus par l’extrême simplicité du scénario, le montage parfois approximatif créant un clip « lyophilisé, consommable, anodin ». Au final, sa durée brève et l’orientation « moderniste » de son esthétisme lui permettront de se fondre sans problème dans la masse des clips diffusés sur les chaînes musicales.

Le clip Q.I est le reflet de la fusion à l’extrême du corps et de l’esprit jusqu’à ce que deux êtres ne fassent plus qu’un. 

 

Bien que le sens du clip paraisse limpide, certains y verront un message tout autre. Mylène représenterait la mante religieuse qui « après la parade nuptiale et son accouplement, tue et dévore son amant ». Les mains s’enfonçant dans le dos du danseur en seraient le symbole et ce clip pourrait alors s’inscrire dans la continuité du single précédent « Fuck them all » aux accents très féministes. En outre, une telle interprétation permettrait de se référer à l’interview accordée par Mylène à l’émission « Sexy Folies » diffusée le 17 Décembre 1986 sur Antenne 2 et durant laquelle elle confiait: « Si j’avais à choisir ma vie (…) avoir trois, quatre hommes dans ma vie. Si j’avais une métaphore à faire, je prendrais volontiers la mante religieuse, c’est à dire que, si j’en avais le pouvoir, parce que bon je suis pas encore tombée dans la folie totale, mais je crois que couperais la tête volontiers. (Les hommes), Je les aime pas, c’est tout! » 

Interprétation au final très discutable tant la Mylène épanouie et souriante du clip Q.I. semble éloignée de la femme tourmentée de 1986.

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

PARDONNE MOI – clip 2002

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Date de tournage2002

Lieu de tournage: Studios Sets à Stains 

Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 04’13 

 

 

Le clip a été intégralement tourné en studio sur deux jours.

Budget estimé environ 40 000 euros.

Dernier clip réalisé par Laurent Boutonnat pour Mylène à ce jour. 

 

 

vidéo CLIP PARDONNE MOI 

Image de prévisualisation YouTube 

« L’erreur du cinéma, c’est le scénario » (Fernand Léger) 

 

 

Laurent Boutonnat est décidément un réalisateur insaisissable, tournant des clips insaisissables. Après son retour derrière la caméra pour filmer Mylène Farmer dans Les morts, le cinéaste montre plus que jamais que ce sont ses muses qui s’adaptent à son cinéma et pas l’inverse. Alors que tout le monde attendait le retour de Mylène Farmer devant la caméra interprétant des personnages, grimée et surexploitée, Boutonnat se fond de plus en plus dans l’intimisme qu’il semble ne plus quitter depuis les clips de Nathalie Cardone de 1997-1998 : Laurent Boutonnat a changé, finies les grosses productions. Qu’il filme telle ou telle artiste, sa direction restera la même (MoiLolita formant une exception que nous détaillons à la rubrique correspondante). Mais justement quelle est cette direction ? 

 

Autant le dire, pour n’importe quel public ayant vécu le doux enthousiasme que chaque nouvelle sortie de clip suscitait jusqu’en 1992, Pardonne-moi ne peut-être que décevant. Tout ce qui faisait de chaque clip une œuvre de divertissement à part entière disparaît ici : plus de figurants, ni de personnages, ni de dialogues, ni d’action. La question la plus évidente alors à se poser est de savoir ce qu’il y a à gagner à se défaire de tout cela ? On remarque juste que tout ce que Boutonnat supprime depuis Mon ange (1998) a trait à la narration, au fait de s’attacher à d’autres structures que celle de l’image et de son discours. 

 

 

Laurent Boutonnat serait-il moins cinéaste qu’avant parce qu’il ne s’attache plus au narratif, dans le sens diégétique du terme ? 

 

Ceci expliquerait pourtant l’absence de troisième long-métrage après Ballade de la féconductrice et Giorgino. Pourquoi faire un long-métrage en s’encombrant de contraintes facultatives alors que seule l’image compte ? on peut bien sur tergiverser sur le bien fondé de cette démarche ; mais si on peut critiquer volontiers Pardonne-moi sur le divertissement et l’ambition, on ne peut lui reprocher son manque d’images. 

 

Certains seront peut-être déçus de ne pas voir apparaître ici d’analyse symbolique, pragmatique, énonciative ou même syntagmatique. Mais les clips de Laurent Boutonnat ne s’y prêtent plus. Laurent Boutonnat ne raconte plus (mis à part les clips réalisés pour Alizée, quelques maigres « histoires prétextes » comme celle de Les Mots et d’éventuels futurs clips diégétisés). Il serait en effet totalement vain de chercher les sous-traitances avec les paroles de la chanson, de trouver la fonction de l’homme à cheval, du serpent, ou de la poussière. La seule chose analysable dans Pardonne-moi est son réalisateur, ses goûts pour les images syncopées, l’esthétique à tout prix, et les ambiances inédites. 

 

 

PARDONNE MOI - clip 2002 dans Les Clips de Mylène mylene_farmer_pardonne-moi

 

Si les éléments que choisi Laurent Boutonnat pour chaque nouveau clip rappel les anciens, il apporte en outre à chaque fois un élément qui vient enrichir ce qu’il avait déjà mis en place et qui présente l’interprète sous un jour à chaque fois un peu différent. Dans cette optique, l’image la plus frappante n’est pas celle des yeux blancs, ou noirs (simple effet de frayeur par l’emploi des sensations descendantes) mais cette espèce de danse tribale au ralenti et au noir et blanc très contrasté et granulé, avec une Mylène Farmer qu’on imagine plongée dans la poussière de l’au-delà. 

 

Sur un fond très noir, les particules de cendres s’échappent des cheveux et donnent à la silhouette de la chanteuse en la suivant la très étrange allure d’un spectre. Dans ces plans magnifiques, l’interprète reste les yeux fermés, totalement inexpressive, comme si quelque chose de surhumain la guidait, l’avait sortie de la poussière où elle reposait depuis la nuit des temps. Seuls deux plans quasi-subliminaux surexposés la montreront hilare, la tête basculée en arrière, rendant du même coup l’ensemble de la dans et du clip dénués de sens et de logique. Reste ce chevalier mystérieux, lui aussi sur fond noir, qui galope sans fin et qui rythme la chanson. On peut sur ce point remarquer deux choses ; ses apparitions se font à des moments de la chanson où la répétition est aussi musicale, ce qui accroît l’idée d’un galop sans fin du cheval et la course de ce prince qui jamais n’arrivera à destination. 

 

0 dans Les Clips de MylènePour renforcer cette idée on peut remarquer aussi que le cheval n’avance pas, mais fait du sur place (la fumée en arrière plan reste immobile). La caméra n’est donc pas en travelling latéral mais en plan fixe, et amorce même à un moment un zoom arrière. Ainsi non seulement on ne peut que ressentir la quête vaine du prince, mais également jouir de la fluidité de sa cours, de la beauté de cette image irréelle en contre-plongée. Grâce à tout cela, Laurent Boutonnat côtoie au plus près ce qu’est le cinéma expérimental ; la prise de vue d’éléments à demi réels afin de les employer dans de nouvelles formes plastiques, et inventer du même coup une grammaire cinématographique différente qui provoque chez le spectateur des sensations nouvelles qu’il ne peut éprouver par le biais du cinéma traditionnel. 

 

Dans Pardonne-moi, plus que jamais, l’image ne peut être présente à l’écran que parce que c’est cette chanson qui est illustrée, alors qu’on peut aisément imaginer les images de LibertineSans Contrefaçon et même Ainsi soit je sur une autre musique de couleur approximativement équivalente. Ces images n’ont été inventées que parce qu’il y avait tel ou tel son dans la chanson, ces images sonnent juste par rapport aux effets musicaux tout simplement et ceci pour la première fois chez Boutonnat. Tout ceci pour dire que Laurent Boutonnat a continué d’évoluer dans sa manière d’appréhender le vidéo-clip, même si ça n’est pas dans la même direction que le public « pour lequel » il travaille. 

 

36934178Depuis 1997, de Mon Ange à Pardonne-moi en passant par Baïla Si et Les Mots, Laurent Boutonnat n’a cessé de tâtonner pour trouver ce qu’était vraiment un clip, ce qu’était vraiment une image, et donc ce qu’est réellement le cinéma. 

 

Pardonne-moi aurait pu être le seul vrai clip de Laurent Boutonnat, donc le dernier. Et si ce n’est pas le cas, un cap a de toute façon été franchi en le réalisant : se désintéresser intégralement de tout fonctionnement narratif pour ne se concentrer que sur l’image, quitte à ce qu’elle rende ivre tellement sa beauté ne renvoie à rien de connu. 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

C’est une belle Journée – clip 2002

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 

Le clip C’est une belle journée est un film d’animation réalisé en 2002 

par Benoît Di Sabatino ; à partir de dessins créés par Mylène.

 

 

Vidéo clip : 

 

Image de prévisualisation YouTube 


Le personnage principal évoque immédiatement Mylène : une belle rousse filiforme au visage juvénile et innocent mais avec le corps d’une femme sexy voire provocante. On suit ce personnage dans ses activités quotidiennes d’une grande banalité : lever, bain, gym….
Même son affectueux animal de compagnie, un petit mouton, ne parvient pas à sortir cette jeune femme d’un état oscillant entre ennui et mélancolie. 


Seule l’irruption d’une petite fille jouant à saute-mouton et croquant la vie à pleines dents, bien qu’évoluant dans un univers sinistre, parvient à tirer son aînée de cette torpeur.
 

 

 

C’est une belle journée est le premier clip d’animation de la carrière de Mylène. Le suivant sera Peut-être toi en 2006.


C’est une belle journée est également le premier clip d’animation pour un artiste français réalisé à partir de ses propres dessins. On retrouve un style graphique identique à celui que l’on avait pu découvrir en 2000 avec les dessins illustrant les CD Maxi et les Maxi 45T de Dessine-moi un mouton. On retrouve également le même mouton sur ces dessins et dans le clip C’est une belle journée.

C’est une belle Journée - clip 2002 dans Les Clips de Mylène mylene-farmer-ainsi-soit-jeEn 1985, Mylène participait à l’émission L’Académie des 9 sur Antenne 2 . Elle avait réalisé un dessin d’un objet: le style était déjà très proche des dessins du clip C’est une belle journée. Petit clin d’oeil également au titre Alice et à l’araignée figurant sur le programme da tournée 1996 avec dans le clip C’est une belle journée, l’apparition d’une araignée pendue au bout d’un fil. La première référence qui vient à l’esprit en découvrant ce clip est Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry : les dessins de Mylène rappellent cette oeuvre et le personnage de l’enfant évoque le Petit Prince et son mouton.

Le message de ce clip pourrait être : savoir retrouver l’enfant qui sommeille en nous. 


Le clip se termine par un mystérieux  » A suivre ». Il n’en fallait pas plus pour susciter de multiples spéculations chez les fans en 2002. Beaucoup espéraient que le clip Pardonne-moi serait cette suite tant attendue. Trop évident pour Mylène qui surprendra une fois encore, en publiant en 2003, son premier livre, Lisa-Loup et le conteur , qui reprendra le personnage de la petite fille.  Le personnage de l’enfant était déjà présent sur la couverture du livre Où es-tu? de Marc Lévy publié en 2001, couverture illustrée par un dessin de…Mylène bien sur.
 

 

 

 

ANALYSE DU CLIP : par Dr. Jodel http://jodalsaintmarcfree 

 

Injustement réhabilitée dans le classicisme Boutonnien par le clip de Les Mots, Mylène Farmer confirme bien son penchant déjà ancien (7 ans maintenant) pour le léger, la sensation directe, voir l’anecdotique. Comme pour redorer un blason trop rouillé 2430550121_1 dans Les Clips de Mylènepar les couches de maquillage, de paillettes, de mousse et de spray, Mylène Farmer fit appel à Boutonnat le temps d’un clip. Clip qui la replongeait, nous l’expliquons dans une époque où pour la première fois le clip revêtait les habits du cinéma classique, voir moderne. Seulement chassez le naturel, il revient vite au galop, et si la vrai nature de Laurent Boutonnat réside bel et bien dans le romanesque, dans le discours sur le monde et sur l’homme, Mylène, elle, donne la trop fâcheuse impression d’avoir eu à se retenir une décennie entière sous la direction de Boutonnat (pour rappel de 1984 à 1994) pour pouvoir enfin « se lâcher » et vaguer à présent à des préoccupations narratives et esthétiques bien plus directes. 

 

C’est une belle journée est une confirmation. Celle que la nature de Mylène Farmer a pris le dessus, a gagné, que c’est sa nature qui est de notre époque et non celle de Laurent Boutonnat. Si ce dernier s’apparente de toute évidence à la modernité et parfois au classicisme cinématographique, Mylène elle, appartient définitivement à la post-modernité

 

Les images  de C’est une belle journée résume bien ce fait qu’il ne produit plus du sens, il produit de la sensation. L’emploi du 1sll4_480x270_pxfrzdessin met en scène impeccablement cette idée, il serait hasardeux de chercher une explication à ce vidéo-clip qui ne fait que rassembler (brillamment c’est vrai) dans une histoire (totalement amphigourique il faut l’admettre) la totalité des dessins amateurs que la chanteuse a bien voulu offrir à son public en 6 ans (des premiers dessins représentant la chanteuse elle-même, et mettant en scène une araignée irréelle dans le programme de son concert de 1996 ; à la couverture de Où es-tu de Marc Lévy représentant l’enfant avec son baluchon et son ballon de baudruche route). Ici, comme dans les autres clips précédents tels ceux de Marcus Nispel, les mouvements de caméra virevoltants n’ont aucune fonction diététique et ne justifient leur présence que par la volonté de donner tel ou tel style à l’image, de donner telle ou telle vue de l’objet (ou de la personne) représenté. Le discours lui, devient soit descriptif, soit méta-discursif, et n’a d’autre vocation que de divertir dans un déluge de feux d’artifices multi-piste son spectateur. On est, avec C’est une belle Journée, directement dans ce que Laurent Jullier appelle le Film-concert. 

 

Il est certes très difficile de rester fidèle à une seule idée de l’image et du discours en 18 ans de carrière. C’est pourtant à ce seul prix que l’on peut prétendre à une œuvre au sens plein voire plus difficilement ; au mythe. La post-modernité de C’est une belle journée semble irréversible pour Mylène Farmer

 

Sans pour autant coller ici des jugements de valeurs qui seraient probablement mal accueillis par l’individu fanatique de base, atteint de cécité mylénienne, comment pourrait-on renouer avec la « modernité classique » des œuvres de Laurent Boutonnat après avoir goûté à cette esthétique très actuelle (pourtant vieille de 25 ans si on considère le premier film post-moderne comme étant La guerre des Etoiles) que répand sur l’écran C’est une belle journée, à coup de travellings avant vertigineux dans le miroir (trace on ne peut plus évidente de style post-moderniste). 

 

Seulement Mylène Farmer, nous le savions déjà, n’a peur de rien et n’aura probablement aucun scrupule à retourner dans quelques mois un clip classique sous la direction de Boutonnat, portant à faux à nouveau son œuvre entre une espèce de « caution Boutonnienne » de sens d’un côté et de « volonté-fashion » actuelle de l’autre. Tout ceci n’est pas très grave à court terme ni pour les admirateurs que nous sommes, ni pour le grand public à la faculté d’adaptation foudroyante aux nouvelles modes. 

 

Le parcours de Mylène Farmer que nous venons brièvement de retracer sous l’angle du style cinématographique, ne révèle qu’un seul grief : l’incohérence… 

 

 

 

Quoi que…. Si l’on considère le côté mystique ou peut-être bien spirituel !!! 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

LES MOTS – clip 2001

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 Date de tournage:  octobre 2001 

Lieu de tournage: Studios d’Arpajon (Île-de-France

Réalisateur: Laurent Boutonnat 

Durée: 04’45 

 

 

Le clip Les mots a été intégralement tourné en studio les 08 et 09 octobre 2001.

Retour de Laurent Boutonnat derrière la caméra. Il n’avait plus réalisé de clip pour Mylène depuis Beyond my control en 1992.

D’autres clips de Mylène avaient déjà été tournés dans les studios d’Arpajon dans le passé dont Sans logique en 1989.

C’est Mylène qui aurait demandé à Laurent Boutonnat de réaliser ce clip. 

 

 

Vidéo clip LES MOTS 

Image de prévisualisation YouTube 

Faux naufrage criminel, craie errance nihiliste. Dix ans après Regrets, Laurent Boutonnat remet en scène la disparation du thème de l’Autre

 

LES MOTS - clip 2001 dans Les Clips de Mylène motssinglemaxi45Retour tant attendu de Laurent Boutonnat, derrière la caméra pour le 1er clip avec Mylène Farmer depuis Beyond my Contrôle il y a bientôt 10 ans, Les Mots renoue enfin avec les thèmes romanesques exploités par le réalisateur dans les années 80, ne serait-ce par les éléments graphiques familiers (lune, neige, vent, noyade..). 

 

Le tournage de Les Mots s’est déroulé lundi 8 et mardi 9 octobre 2001 dans les immenses studios de cinéma d’Arpajon, là même où avait été tourné Sans Logique en 1989 avec ses tonnes de terre. Rares sont les studios français dotés d’emblée, de grandes surfaces de jets plafonniers puissants capables d’imiter la pluie, les studios de la région parisienne étant consacrés essentiellement à la télévision. Seuls les studios de Boulogne et d’Arpajon permettent aisément la mise en place d’équipements de décors nécessités par des clips comme Sans Logique ou Les mots. Seulement deux jours de tournage pour le clip, comme les récents tournages des clips d’Alizée. Mais aussi comme la durée de tournage de clips plus prestigieux comme Regrets ou Beyond my Control…. On ne s’avancera pas trop en comparant cet opus aux clips de la grande époque. 

 

La rumeur qui circulait depuis quelques semaines avant la première projection laissait entendre que Les Mots serait une transposition de Othello de Sheakspeare… si on peut en effet trouver quelques points de convergences, la démarche de Laurent Boutonnat semble s’en éloigner. 

 

18 dans Les Clips de MylèneIl ne serait cependant pas étonnant que le réalisateur se soit plongé dans la pièce de théâtre anglaise pour l’écriture du film, quand on se rappelle que le clip de Sans Logique était pour sa part, une adaptation de Carmen… Aux côtés de Mylène Farmer, l’homme noir n’est pas Seal, mais un modèle, embauché pour prendre la place du chanteur. En effet, le premier jour de tournage fut le jeudi 11 octobre 2001, soit un mois jour pour jour après l’attentat meurtrier du World Trade Center à New-York. Seal, terrifié par l’idée de prendre l’avion, refusa de se rendre en France pour le tournage. Comme la délocalisation du clip aurait été pour le moins compliquée vu sa mise en scène, c’est la productrice qui assura le tournage des plans de Seal aux Etats-Unis selon les indications de Laurent Boutonnat resté en France . 

 

Mylène Farmer et Seal chanteront toutefois la chanson ensemble, en France, en janvier 2002 aux NRJ Music Awards à Cannes. Certains plans complémentaires ont été utilisés, tel le plan des vagues lors de la tempête et ceux du ciel pluvieux, ensuite retouchés par infographie. La toile représentant les nuages faisant fond au radeau a été retravaillée sur certains plans. Notamment lorsque l’âme de Seal est debout face à la tempête dans la mer, les éclairs ont été ajoutés, ainsi que les mouvements de nuages. Et avant tout les icebergs qui, on aurait pu le croire, font partie du décor, ont été incrustés par ordinateur par la société Mikros qui s’est occupée de tous les effets spéciaux. Une première pour Laurent Boutonnat qui n’a pas l’habitude d’utiliser les effets spéciaux dans ses clips. (Seule le long-métrage Giorgino avait nécessité des effets numériques pour l’apparition des loups à la fin du film et pour les plans lointains de la calèche de Giorgio dans la vallée). 

 

Le clip est passé en exclusivité sur M6 dans le Morning live le mercredi 7 novembre 2001 à 8 h 15. 

 

Il a été multidiffusé très amplement sur les chaînes câblées (MCM) à partir de la demi-heure qui suivi. Pour la première fois un DVD single sera édité pour fêter le retour événementiel de Laurent Boutonnat derrière la caméra et sera compris dans le coffret de la compilation de Mylène Farmer

 

 

260578910_smallA la vision de Les Mots, on peut à priori remarquer le peu d’évolution dans le cinéma de Laurent Boutonnat, ce serait sans compter les éléments présents qui ne tiennent pourtant pas du genre du clip. Par exemple ces idées plastiques de ces derniers clips pour Nathalie Cardone et Alizée, ces combinaisons d’objets, de situations et d’icônes connus de tous, qui à eux-mêmes invitent au discours. Ceci est inédit chez un réalisateur de clip. Depuis quelques années l’interprète est devenue facultative dans le cinéma de Boutonnat, l’importance est donnée non pas à l’histoire mais à la diérèse, c’est-à-dire à l’univers de l’histoire racontée, aux éléments filmés avec de plus en plus de distance, voir de recul, -et malgré tout avec une esthétique toujours autant maîtrisée- et qui suggèrent à présent plus qu’ils ne montraient auparavant. L’échec de Giorgino sembla voir fait de Laurent Boutonnat un cinéaste de l’abstrait. 

 

Donc, dans Les Mots, Mylène navigue avec un mort. Et si elle en est parfaitement consciente, ce sont malgré tout ces ténèbres qui lui donnent la force de ramer. Seule, cela ne l’intéresse pas, elle ne ramera qu’accompagnée. Seule rescapée sur un radeau d’un naufrage inconnu, om échappée sur une construction de fortune d’une ile déserte où on l’avait enfermée, Mylène Farmer fait semblant de s’intéresser à l’autre : si elle reste volontiers lovée dans les bras de cet homme sans tête, elle ne se « jettera pas à l’eau » pour lui, pour le sauver, et on pourrait même la suspectée d’être à l’origine de sa noyade. C’est peut-être d’ailleurs cet autre qui l’a frappé précédemment ce qui expliquerait son hématome au front. De là à prendre cette séquence pour l’allégorie de dix ans pendant lesquels la chanteuse a fait semble de s’intéresser à l’Autre… il n’y a qu’un pas. 

 

On pense bien sûr à la terrible tempête de La Fille de Ryan (David Lean – 1976), on pense à l’allégorie du jeu de l’acteur, par le personnage de Mylène, qui est obligée de jouer celle qui veut sauver son amant alors qu’elle lui lâche la main intentionnellement. Un peu comme Catherine qui aurait tendu la main à Giorgino qui se noyait sans vouloir vraiment le sauver. Laurent Boutonnat révèle une fois de plus un homicide qui n’en est pas un, un crime qui est difficile à définir comme tel. En une envolée lyrique, Laurent Boutonnat symbolise tout cela en montrant, sur une volée de violons, Mylène Farmer qui, la main tendue cers le corps englouti baisse la tête, comme si elle n’avait pas su sauver Seal, mais aussi comme si elle avait eu honte d’elle. 

 

Réfugiée contre le mât dans une tempête sombre allumée d’éclairs et de bourrasques, Mylène Farmer sourit. Visiblement heureuse, débarrassée, elle se laissera guider vers les terres de son enfance, à présent dégagée d’un Autre devenu une absence. Elle prend à ce moment là, les jambes recroquevillées, l’étrangement de la pose du phœnix, cet oiseau ayant le don de renaissance. Est-fortuit ? … C’est ici que réside l’errance, l’absence totale de croyance ; après avoir tué l’autre là où il aurait été le plus tuile (sur le radeau) on se laisse aller avec sérénité à une perdition assurée, à un nihilisme abstrait : C’est ce sentiment auquel on arrive durant la dernière minute du film, celle où on ressent à nouveau cette légendaire émotion boutonnesque d’être heureux alors que tout est perdu, d’être en paix alors que le néant nous entoure. L’âme de Seal, elle prend les traits d’un Dieu qui meurt, d’une silhouette noire à demi enfoncée dans les eaux tourmentées. Les éclairs donnent à cette silhouette des allures d’un adieu surpuissant. Plus que la disparition de Seal, c’est la disparition de l’Autre remise en scène ici. Cet autre qui s’offre aux éléments naturels qui s’emparent de lui, l’Autre boutonnien qui est né du néant (la provenance blanche du tramway de Regrets) et qui retourne au néant, qui se fond. 

 

mylene-farmer-300x300Seulement voilà, l’allumette se meurt sous le souffle immédiat de la rousse. Comme un retour du thème du paradoxe (le pôle Nord atteint, on gaspille la dernière chaleur qui aurait pu nous réchauffer, nous sauver). Comme une idée éphémère du retour de Boutonnat derrière la caméra tout ceci n’était finalement qu’une rencontre, rien ne dure, tout n’est que passage. Seul l’avenir dira si cette flamme ne s’est rallumée que pour ces cinq minutes qui nous ont replongées, avec délice, dans des sensations mélancoliques oubliées. 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

SOUVIENS-TOI DU JOUR clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

  • Paroles : Mylène Farmer 

  • Musique : Laurent Boutonnat 

  • Production : Laurent Boutonnat 

  • Mixage : Bertrand Chatenet 

  • Claviers et programmations : Laurent Boutonnat 

  • Batteries : Abraham Laboriel Sr., Mathieu Rabate et Denny Fongheiser 

  • Basses : Abraham Laboriel Sr., Jerry Watts et Billy Sheehan 

  • Guitares : Jeff Dahlgren 

  • Chœurs : Carole Rowley, Sophia Nelson, Caroline Pascaud Blandin et Johanna Ferdinand 

 

Vidéo clip 

Image de prévisualisation YouTube 

Souviens-toi du jour est le trentième single de Mylène Farmer sorti le 28 septembre 1999. C’est le troisième extrait de son cinquième album studio Innamoramento. Ce titre a comme référence le livre Si c’est un homme de Primo Levi qui relate à travers son ouvrage de son histoire vécue dans les camps de concentration. A la fin de la chanson, Mylène chante « Zahrar eth SOUVIENS-TOI DU JOUR clip 2000 dans Les Clips de Mylène 425082769_smallayom », ce qui signifie « Souviens-toi du jour » en hébreu. 

Pour le clip, Mylène fait appel à Marcus Nispel qui avait déjà réalisé les vidéos XXL  , L’Instant X    et Comme j’ai mal  Ce clip, non scénarisé, met en scène Mylène vêtue d’une robe transparente et semblant presque faite de cristal dans une maison en proie aux flammes. 

Mylène Farmer a promu la chanson dans deux émissions télévisée : Tapis rouge, diffusé le 11 septembre 1999 sur France 2, et 100% Johnny, le 12 novembre 1999 su TF1, personnellement invitée par Johnny Hallyday. 

« Souviens-toi du jour » a été interprété pendant les concerts du Mylenium Tour  en 2000 accompagné d’une chorégraphie faisant allusion au langage des signes. Elle portait une robe rouge avec une très longue traine. Après avoir interprété la chanson, Mylène Farmer a félicité le public et a dit au revoir, puis elle a répété deux fois le refrain avec le public. Cette performance figure sur le DVD du Mylenium Tour. 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

OPTIMISTIQUE MOI – clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 Réalisateur : Michael Haussman
Durée : 4’25
Année : 2000
Production : Requiem Publishing & Stuffed Monkey
Budget : environ 150.000 €

Scénario : Mylène Farmer
Photographe : Claude Gassian
Acteur : Sophie Tellier (la Rivale), Gérard Nublat (l’amant), Rambo Kowalski alias Hervé Lewis (le duelliste de Mylène)

Dates du tournage : janvier 2000 (2 jours)
Lieu du tournage : Prague, en République Tchèque

Clip présent sur :
Music Videos III 

 

Vidéo clip

Image de prévisualisation YouTube 

 

01/2000 – Tournage du clip (Deux jours de tournage à Prague, en République Tchèque)
21/02/2000 – 1ère diffusion du clip 

 

l’histoire 

 

Un spectacle de cirque. Le présentateur annonce un numéro d’équilibriste. Mylène apparaît, vêtue d’une simple robe blanche et arborant une coiffure psychédélique, en équilibre sur un fil. Son parcours est semé d’embûches, symbolisées par les autres acteurs du cirque, hostiles. Un lanceur de couteaux, un cracheur de flammes, un dresseur de lions. Pendant un instant, Mylène s’imagine même à la place de ce lion en cage… Une fois parvenue au bout de ce fil, un éléphant la dépose sur une boule d’équilibriste. Un petit singe sur l’épaule, elle avance sur la boule vers un magicien, le seul qui semble s’inquiéter de son sort et ne lui est pas hostile. Lorsqu’elle arrive devant lui, le lanceur de couteau en envoie un transpercer la boule. Mylène descend, et le magicien l’invite à prendre place dans une boîte magique, après l’avoir vêtue d’un manteau blanc. La boîte est ensuite refermée et transpercée d’épées, puis le magicien l’ouvre. Mylène a disparu, remplacée par des colombes qui prennent leur envol. Elle se trouve à l’arrière d’un camion, en pleine campagne, libérée du cirque oppressant. 

 

 

 

OPTIMISTIQUE MOI - clip 2000 dans Les Clips de Mylène Optimistique_moi2

 

Optimistique-moi fait partie des chansons de Mylène dont le texte aura été le plus disséqué par les fans. Au final des analyses assez diverses pour un texte souvent obscur ou ambigu.

Tout d’abord le titre: Optimistique-moi.
Inutile de chercher dans le petit Larousse; « optimistiquer » est un terme que vous ne retrouverez que dans le lexique de … « La Rousse ». Proche du terme « optimistic » signifiant « optimiste » en anglais, « Optimistique-moi » semble refléter à la fois le côté positif et constructif d’une relation décrite dans cette chanson mais également son côté essentiel, protecteur. 


Un titre complexe pour une chanson et une relation qui ne le sont pas moins. 

L’Analyse 


Mylene-Farmer-Optimistique-Moi dans Les Clips de MylèneTrès souvent, Optimistique-moi est présenté de façon probablement trop simpliste comme une chanson sur l’inceste. L’inceste est présent en filigrane le long du texte. Des allusions qui conduisent notre esprit à y penser sans référence directe ou évidente. La phrase « Qu’aussitôt tes calins cessent toute ecchymose » est le parfait exemple pour démontrer que Mylène souhaite avant tout suggérer. La sémantique utilisée (« petit bouton de rose »…) évoque aussi parfois indirectement ce thème. Le complexe d’OEdipe cher à Freud plane sur cette chanson ainsi que tout le trouble qui peut en découler.

 

Enfin, certains fans ont établi un parallèle entre ce texte et le clip Comme j’ai mal  réalisé en 1996 par Marcus Nispel qui montrait une petite fille maltraitée par son père trouver refuge auprès d’insectes dans un placard sombre, clip se terminant par la transformation de Mylène en un sublime insecte hybride. Et certains, de noter même, qu’il suffit d’inverser deux lettres et « insecte » devient « inceste ». 


L’analyse de ces paroles conduit aussi à comprendre que cette chanson met en scène trois personnages: le père, l’enfant mais aussi la mère non évoquée jusqu’à présent dans les lignes précédentes. Les couplets sont construits sous la forme de dialogues, dialogues de sourds? 

La mère ne comprend plus son enfant, le rejette. Les « ecchymoses » en résultant conduiront la petite fille à trouver refuge auprès de l’amour de son père. On sait l’importance de la figure paternelle dans l’enfance de Mylène qui avait déjà consacré deux textes à celui qu’elle aimait tant (Laisse le vent emporter tout, Dernier sourire).

 

Le saviez-vous ? 

 

- C’est en tchèque que parle le personnage du tout début du clip Optimistique-moi (l’élocution est un peu maladroite, mais pourtant !) : « Dobry den, damy a panove! Vitam vas v nasem cirkuse. Napriklad tuhle… ». 


Traduction : « Bonjour mesdames et messieurs ! Soyez les bienvenus dans notre cirque. Par exemple ici… » 


Il semblerait qu’il y ait une ou plusieurs phrases qui ont été coupées, d’où un rendu est un peu étrange. 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

DEGENERATION – Clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 

 

Images : Luc Besson
Paroles et Musique : M.Farmer L.Boutonnat 

 

VIDEO / 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Tourné à Prague pendant une semaine et réalisé par Bruno Aveillan, la vidéo a une durée de 4’40″. 

 

Le clip montre Mylène Farmer allongée sur une table d’opération, dans un laboratoire, entourée de scientifiques. Elle se réveille, se libère de ses liens, se lève, et projette de ses paumes autour d’elle des effluves bleues agissant sur les membres du laboratoire et les militaires, qui exécutent alors des ébats charnels. 

La chanteuse y est présentée comme une créature surnaturelle enfermée dans un laboratoire militaire afin de servir de cobaye. Elle dispose de pouvoirs (que les humains souhaitaient exploiter) qui lui permettent de contrôler les mouvements des autres. Elle les utilisera pour se défaire de ses liens et pour rendre les humains inoffensifs. Elle les contraindra ensuite à s’aimer (au sens physique du terme). Les effluves bleues qu’elle diffuse représenteraient la concorde, la félicité et l’amour. 

Mylène Farmer a justifié lors de son interview par Claire Chazal, que l’idée de ce clip était de transformer « l’ultra-violence » du monde actuel en Amour. 

DEGENERATION - Clip 2000 dans Les Clips de Mylène degeneration-clipLe clip a été interdit aux moins de 10 ans en télévision. 

 

« Certains disent également que dans le clip de Dégénération, Mylène Farmer serait une extraterrestre envoyée sur Terre. Récupérée par des nazis allemands, elle se voit disséquée, d’où la grande cicatrice dans le dos sur la pochette. Mylène se réveille en pleine opération et ramène la paix en envoûtant ses agresseurs, grâce à des pouvoirs surnaturels. » 

 

 

Dégénération sera ensuite le premier extrait du 7e album studio de Mylène Farmer, Point de suture

 

En quatre mois, le titre est devenu la 22ème meilleure vente de singles de l’année 2008. 

 

 

 

 

DEGENERATION LE 5è 2LL2MENT / Image de prévisualisation YouTubeFait l’objet du Clip Non officiel 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

INNAMORAMENTO clip 2000

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

 

 

Date de tournage:  Septembre 1999 (live)
Juin 2000 (exterieur) 

 

Lieux de tournage: Bercy (Paris) – Oise (forêt) 

Réalisateur: François Hanss 

Durée: 5’52

 

 Vidéo 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

Innamoramento est le cinquième album studio de Mylène Farmer, paru le 7 avril 1999. 

 

Le clip permet la transition entre l’album studio Innamoramento dont cette chanson est le cinquième single extrait en juillet 2000 et l’album et la vidéo live Mylènium Tour qui sortiront en décembre 2000.

Les séquences live ont été filmées à Bercy lors des concerts des 24, 25, 26 et 29 septembre 1999.

Les plans en extérieur ont été tournés en juin 2000.

Les premières diffusions du clip en télévision ont commencé le 12 juillet 2000.

 

INNAMORAMENTO clip 2000 dans Les Clips de Mylène 375327_S81ZTAPXKXFS5PMTFB2EEOFW4LHQ2W_mylene-farmer-2_H170556_LLaurent ne réalisera là encore aucun clip de l’album, et se révèlera absent de la tournée Mylenium Tour. Il ne réalisera donc pas le film du concert, laissé aux mains de François Hanss. 


Le 10 mai 2000, Laurent étend ses activités financières en créant LB Société Civile Immobilière, qui s’occupe de la vente de biens immobiliers. Strictement rien à voir avec le penchant artistique de Laurent !!! 

Innamoramento comportant 13 titres dont 9 composés par Laurent Boutonnat. Mais il ne réalisera pour la première fois aucun clip et sera même complètement absent du mylenium Tour.

 

 « L’amour naissant, ou « L’Innamoramento » italien. L’étincelle dans la grisaille quotidienne. Le bonheur mêlé d’inquiétude parce qu’on ignore si ce sentiment est partagé. Un état transitoire qui débouche parfois sur l’Amour. Un phénomène comparable aux mouvements collectifs révolutionnaires ». Voilà l’édito de l’album, une citation du livre Innamoramento  amore du sociologue italien Francesco Alberoni

 

Ce mot Innamoramento provient de l’italien : la traduction française la plus proche serait « L’amour naissant », « s’énamourer » ou « l’acte ou sensation de tomber amoureux », ce moment de transition entre deux états – celui de ne pas être amoureux, et celui de l’être. 

 

Après le virage rock de Anamorphosée, la chanteuse renoue avec un style « variétés » en intégrant quelques touches ‘world’

 

mylene-farmer-adore-innamoramento-img dans Les Clips de MylèneEmpli de références aux livres de Francesco Alberoni, Primo Levi ou encore Le Petit Prince, mais aussi à Bouddha, à la peinture de Egon Schiele et au film La fille de Ryan de David Lean, Innamoramento dévoile une Mylène Farmer maîtrisant son écriture et jouant avec les mots et les doubles sens (Optimistique-moi , L’Âme-Stram-Gram

 

 

 

 

 L’album sera un nouveau succès, dépassant les 1 300 000 ventes, et permettra à Mylène Farmer de tout rafler sur son passage : Disque de diamant, disques d’argent pour la plupart des singles extraits, Artiste de l’année 1999 et 2000 aux NRJ Music Awards, Meilleur Album aux NRJ Music Awards, Meilleur Clip aux M6 Awards… 

 

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

L’Ame Stram-Gram – 1999

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Réalisation : Ching Siu Tung
Année : 1999
Durée : 7’50 mn
Acteurs : Mylène Farmer. Valérie Bony (son double)… 

 

Vidéo : Image de prévisualisation YouTube 


L’un des plus beaux clips de notre ange roux commence par un cliché. Pas au sens négatif, certes, mais un cliché quand même. Lequel ? Si je vous évoque la majestueuse muraille de Chine baignée des lueurs orangées de l’aurore, ça ne réveille pas vos souvenirs ? Mais comme tous les choix esthétiques de Mylène ou presque, ce cliché est loin d’être innocent, puisqu’il fait écho à l’image qui clôture le clip. Quelle signification à ce parallélisme, allez-vous me dire ? Eh bien, peut-être est-ce simplement une manière de résumer l’histoire qui va nous être présenter. De comparer la course du soleil au déroulement d’une vie. L’aurore serait ainsi l’éveil des deux âmes que sont les jumelles interprétées par Mylène et le coucher du soleil, la fusion de ces âmes dans le royaume de la mort.

Mais ce n’est pas là le dernier symbole dont Mylène est toujours si friande. Bien au contraire, l’Ame-Stram-Gram regorge de symboles, tous au service du thème principale du clip : la communion totale de deux âmes représentées par les jumelles. Il y a des symboles très simples à interpréter, comme le fait que Mylène joue le double rôle de deux sœurs jumelles, ou encore le pouvoir et la puissance magique qui naissent de l’union des fameuses langues de serpents de ces deux sœurs. Et puis il y a l’idée d’une réelle communion, totale, extraordinaire, qui passe notamment par une litanie proche d’une incantation rituelle. Par cet « Ame-Stram-Gram… » qui donne son nom et sa profondeur à la chanson. Les jumelles le murmurent au début, dans cette scène particulièrement belle, rythmée par une musique douce, où elles jouent, rient et s’enlacent au milieu d’un ballet de voiles aériens aux couleurs pastelles. Cette litanie est également le départ du refrain qui ponctue à chaque fois la réunion des langues de serpent pour terrasser l’Ennemi. 

L’Ame Stram-Gram - 1999 dans Les Clips de Mylène ClipASG02


La communion totale se passe même de mots. D’un simple regard, Mylène et son âme sœur communiquent et se comprennent. L’importance des regards magnétise ainsi tout le clip, lui offrant une intensité troublante, instillée dès la première scène. Cette compréhension silencieuse est aussi à l’origine de l’un des plus bouleversants moments du clip. Lorsque l’une des jumelles est enlevée et malmenée par une troupe d’assaillants brutaux et cruels, on voit se former sur ses lèvres son propre nom « Mylène ». Et ce cri est entendu par son âme sœur, qui pourtant est encore loin du lieu des tortures. Cet appel désespéré entraîne ainsi un acte désespéré. Lorsqu’il est entendu, l’autre jumelle, blessée pendant l’enlèvement de sa sœur, comprend qu’elle ne parviendra pas à temps à rejoindre sa sœur. Epuisée et vacillante, elle lève son visage vers le ciel pâle, ferme les yeux et se jette en arrière, dévalant les marches de l’escalier qu’elle tentait difficilement de gravir. Son âme s’élève doucement au-dessus du corps désormais sans vie et va secourir sa sœur, l’aidant à venir à bout des brutes qui la détiennent. 



A cette scène agitée, pleine de violence et de douleurs silencieuses, succède une scène plus paisible, presque magique. Les âmes sœurs réunies entrelacent leurs doigts et virevoltent dans le ciel pâle d’une aube qui s’achève. Cette communion exceptionnelle est soudain brisée par l’éblouissement d’un premier rayon de soleil. La mort reprend ses droits, les deux sœurs son séparés. L’une rejoint les cieux où elle se dissout, l’autre retombe brutalement sur terre. Mais deux âmes sœurs ne sauraient être séparées. Après avoir appelé en vain sa jumelle, Mylène monte sur la muraille de Chine. Au bord du précipice, elle ferme les yeux. Des sons flûtés accompagnent les souvenirs doux-amers de jeux et de rires qui semblent encore tellement proches. Le corps bascule. Mylène se suicide. Pour rejoindre son double, elle se mue en colombe.

Elles s’éteindront de la même façon, trouvant leur communion jusque dans la mort. Vêtues de blanc, leurs mains se retrouvent et s’agrippent. Elles sont cette fois unies dans l’infini de la mort et de l’éternité. « En moi, en moi, toi que j’aime… ». 

 

 

ClipASG03 dans Les Clips de Mylène

 

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

JE TE RENDS TON AMOUR – 1999

Posté par francesca7 le 9 septembre 2011

Réalisation : François Hanss
Année : 1999
Durée : 5’08 mn
Acteurs : Mylène Farmer… 

 

 

Vidéo : 

Image de prévisualisation YouTube 

 

 

Phrases sibyllines, images ambiguës nimbées d’un léger parfum de soufre, accueil controversé et censuré… Je te rends ton amour n’a laissé et ne laisse encore personne indifférent. Eveillant les extrêmes, du rejet violent proche de la haine à cet amour admiratif que nous lui portons (nous les fans), Mylène a une nouvelle fois choqué la foule des biens-pensants. Et que l’on soit croyant ou résolument athée, impossible d’ignorer la vague iconoclaste qui secoue le clip, et qui offre à des paroles troubles un éclairage d’une profondeur particulière qu’il convient de savourer. Et d’interroger ? 

 

Cette fois, notre ange roux se fait ange aveugle, silhouette vacillante émergeant d’un tunnel obscur et noyé d’un voile de brume. Femme d’un autre temps, dans une longue robe rosée, elle s’aventure dans une forêt irisée d’ombre et de lumière. Et sous l’œil maléfique d’un homme vêtu de noir, elle se dirige en hésitant vers une église ancienne, abandonnée au silence et aux ballets de poussières virevoltantes. C’est dans cette abbaye délaissée, dans un confessionnal ou les confidences ne sont plus recueillies que par des statues muettes, que Mylène vient déposer un fardeau devenu trop lourd pour elle. Les mains posées à côté d’un missel ouvert dont elle a effleuré les inscriptions en braille du bout des doigts, elle s’offre sans le savoir, paumes ouvertes, au Malin qui l’a suivie jusque dans le lieu sacré. 

 

JE TE RENDS TON AMOUR - 1999 dans Les Clips de Mylène ClipJTRTA02


Avant de prendre la place du prêtre absent, l’homme caché sous une longue cape sombre bafoue un à un les symboles d’une foi ici trop longtemps oubliée. Il trouble d’une main l’eau bénite qui s’abîme dans un soupir de fumée. Il balaye d’un geste la flamme pure des cierges qui veillaient sur le repos des êtres disparus. Il renverse les chaises sur lesquelles plus aucun fidèle n’est venu prier depuis bien longtemps. « Je te rends ton amour… » laisse fuser Mylène dans un murmure triste, en déposant avec douceur son anneau de communion sur son missel. Se doute-t-elle qu’en rejetant Dieu elle s’abandonne au Diable ? A cet homme silencieux qui la fixe de ses yeux rouges à travers les grilles ouvragées du confessionnal où elle avait trouvé refuge ? 


C’est ce même confessionnal qui signera la fin de son innocence. Tel Jésus sur sa croix, une perle pourpre naît sur son poignet et glisse entre ses doigts. Suivie d’un autre stigmate, d’une autre goutte de sang, symbole douloureux dessinant la courbe d’une jambe nue. Mylène, les yeux grands ouverts sur une nuit qu’elle ne peut combattre, tente les desseins du Diable par son air fragile. 

 

L’apprivoisant de ses caresses, il la prend dans son propre sang, mare visqueuse qui s’étale lentement aux pieds du confessionnal. Mylène s’abandonne. Elle cesse de lutter. Et la longue et inévitable chute d’une statue sacrée dont le visage se brise sur le sol à l’instant même où Mylène ferme les yeux, incarne sa défaite. 

 

 

ClipJTRTA05 dans Les Clips de Mylène

 


Signe de sa foi brisée, le socle dénudé où reposait la sculpture révèle dans un souffle des inscriptions sataniques enfouies sous la pierre. Demonas… « Je te rends ton amour… » répète notre ange roux alors que la caméra survole l’église dévastée pour s’immobiliser sur la statue de Jésus crucifié. Puis sur Mylène, crucifiée à son tour. Nue, couverte de son sang, elle s’offre aux caresses du Malin. Elle est sienne, désormais. Il a profité de son désarroi, et il est parti. L’eau bénite s’est muée en une mare de sang. Seule, dans la position du fœtus, sa nudité entièrement maculée de sang séché, Mylène a droit à une nouvelle naissance.

Délivrée de sa foi, à jamais transformée par un viol qu’il n’a pas su empêcher (« Tu m’as laissée me compromettre… »), Mylène se baigne dans son sang. Puis, le regard fixe et tourmenté, elle pose son alliance dans la flaque pourpre, aveu définitif de la mort d’un amour et d’une foi trop souvent trahis. Et, vêtue d’une robe aussi noire que la cape de cet homme qui l’a attirée vers le néant, elle quitte l’église. Eglise qui restera à jamais le tombeau de son innocence. Et peut-être aussi celui de nos illusions. 

 

ClipJTRTA08

Publié dans Les Clips de Mylène | Pas de Commentaire »

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...