Spectacle à Bercy Mylène

Posté par francesca7 le 8 septembre 2011

 

Spectacle à Bercy Mylène dans Mylène 2005 - 2006C’est mutine et espiègle, comme la jeune et jolie Candy, en chapeau haut de forme, et vêtue d’une robe vaporeuse façon plumes d’autruche que Mylène revient entonner sur scène Sans contrefaçon, Q.I et C’est une belle journée. Mylène est à l’écoute de son public. Elle le laisse chanter et demande à sentir sa présence. 

 

Malgré le gigantisme du show, la connivence entre la star et ses fans est palpable à chaque instant. Mylène entame ensuite une série de chansons plus douces et émouvantes en faisant une arrivée aérienne remarquée juchée sur un lustre géant qui survole la salle avant de se poser sur la scène centrale toute proche. Ange parle-Moi, Redonne-moi, Rêver, L’Autre, toutes sont sobrement interprétées en piano-voix, accompagnées par le maître Yvan Cassar. 

 

Lors de ces morceaux lents et émouvants, l’interprétation est parfaite. Encore une fois, Mylène a peaufiné son apparence, elle porte des cuissardes et une veste-robe mauve impeccablement aillée. La chanson L’autre est un grand moment durant lequel Mylène semble très émue et très investie ; le public le ressent et n’en est que plus à l’écoute. Mylène a réussi son pari ; créer l’intimité dans l’immensité ! 

 

Passé le moment émotion et après une gorgée d’eau à la menthe, Mylène rigole à nouveau. Déboule alors une tempête qui emporte tout sur son passage. Désenchantée, toujours sur la scène centrale et face au public, rompt avec la  langueur des morceaux précédents. Dans une version survoltée, qui reprend la chorégraphie des prestations télévisées de 1991, elle redonne au public une occasion de chanter et de rester debout durant plus d’une dizaine de minutes après plusieurs rappels. Autre décor et autre ambiance sur la scène principale : Mylène apparaît celle fois-ci tout de noir vêtue, nuisette de dentelle, mini short, petit haut et bottes simili cuir. 

 

 

Nobody Knows, Je t’aime mélancolie, L’amour n’est rien, nous replongent alors dans un univers plus subversif. Avec Déshabillez-moi, Mylène joue toujours plus de se sensualité, puis en l’absence de Seal, elle interprète avec son batteur, Abraham Laboriel Jr, Les Mots. Le batteur, d’ailleurs, n’en revient toujours pas de cette participation : 

 

-          J’ai été le premier surpris quand elle me l’a demandé. En fait, elle voulait quelque chose de différent pour cette chanson, afin d’apporter une ponctuation au spectacle

 

Une aubaine pour l’Américain que Mylène remercie tous les soirs par un baiser sur la bouche. 

 

-          Mylène et moi, on s’adore. On se connaît depuis tellement longtemps. Mais c’est en tout bien tout honneur. Ce baiser, c’est plus une marque d’affection qu’autre chose ! 

 

 

 

vous pouvez retrouver tout sur Bercy 2006…. Sur ce blog 

Laisser un commentaire