Mylène, déesse mise en valeur

Posté par francesca7 le 31 août 2011

 

 

Mylène, déesse mise en valeur  dans Mylène 1999 - 2000 2430943285_1L’heure est au recueillement et à la dévotion. Là, sur cette scène, Mylène n’est plus une chanteuse de variétés, qui vend des disques par millions, mais bel et bien une déesse, admirablement mise en valeur par les lumières de Frad Pévéri. Avec talent, elle arrive à concilier les contraires : mégalomanie et timidité, glamour et fragilité, pudeur et provocation, tout en réunissant tous les ingrédients qui constituent un excellent spectacle ; une entrée à vous couper le souffle et une fin, sur le titre Innamoramento,  Mylène disparaît  dans ses nuées fantomatiques, laissant ses fans sous le choc. 

 

Certains ne trouvent pas les mots pour traduire leur émotion, tandis que d’autres rient nerveusement alors que des larmes perlent dans leurs yeux. Rares sont les artistes qui ont ce pouvoir extraordinaire de provoquer un tel choc dans le cœur de leurs fans et rares sont les chanteuses qui osent faire monter sur scène un spectateur pour vivre en duo une émotion commune. Sous l’œil néanmoins attentif de quelques gardes du corps. Un beau moment de partage sur son inoubliable interprétation de Pas le temps de vivre qu’elle offre pour l’essentiel à Capella devant un Bercy silencieux et absolument conquis par cette voix cristalline et perçante. Lors du final, sur le titre Innamoramento, Mylène est vêtue de la robe de son entrée en scène, tellement transparente qu’elle laisse découvrir le corps parfait de cette nouvelle déesse… Royale, elle rejoint la paume de la main de la gigantesque statue qui la remonte. Vers un au-delà qui ne correspond qu’à elle.

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...