Succès pour Mylène

Posté par francesca7 le 21 août 2011

 

Décembre 1993

 

C’est l’événement ! le visage apeuré et désespéré de Catherine Degrâce, alias Mylène Farmer dans Giorgio, fait la couverture du magazine Studio qui va jusqu’à classer le film comme l’un des plus attendus de l’année 1994. 

 

 

Succès pour Mylène dans Mylène 1993 - 1994 mylene-farmer-giorgino_18-imgLes cheveux de Mylène sont toujours aussi roux et longs, et ils contrastent parfaitement avec les paysages enneigés de Giorgino. Même si le public s’en était douté, ce premier long-métrage ne sera pas une suite des Bronzés et ce n’est pas là que l’on verra Mylène dans le rôle de la caissière d’un supermarché ! Dans l’interview menée par le magazine de cinéma, qui annonce en avant-première le film, elle évoque son personnage de Catherine qui refus de vieillir, mais aussi sa carrière de chanteuse et son besoin de s’exposer tout en souhaitant rester en retrait : 

 

-          « Ce paradoxe de l’artiste est très réel : avoir un désir névrotique de lumière et envie de se cacher. » 

 

Et à la question d’un prochain album ? 

 

-          « J’attends que le réalisateur veuille bien délaisser ses caméras pour reprendre son piano. » 

 

Une déclaration qui explique que si, à l’avenir, les disques se font de plus en plus attendre, ce n’est pas du fait de Mylène Farmer, comme ses fans les plus virulents le lui reprocheront souvent, mais bel et bien de celui de Laurent Boutonnat. Et mieux vaut ne pas lui proposer, à cette époque, de se tourner vers d’autres compositeurs : elle n’en a pas envie ! De même quand on lui parle d’une nouvelle tournée : 

 

-          « C’est quelque chose pour moi, qui ne peux pas être routinière. L’émotion que j’ai eue au travers de la scène, c’est quelque chose que je ne pourrais pas ressentir de la même façon éternellement (…) Donc, j’ai le sentiment aujourd’hui que je ferais peut-être une deuxième scène et peut-être jamais… » 

 

113498838 dans Mylène 1993 - 1994La sortie du film est prévue le 14 AOUT 1994 et, plusieurs semaines avant, les affiches publicitaires sont visibles un peu partout avec ce slogan accrocheur : « Il est certaines histoires dont personne ne souhaite être le héros ». Néanmoins, après dix mois de postproduction, et après avoir visionné la première version du film en mai 1994, le distributeur AMLF le juge beaucoup trop long (plus de quatre heures) et ordonne au réalisateur de l’amputer d’une bonne heure. Le film pend du retard, mais Laurent Boutonnat obtempère et le ramène alors à une durée de trois heures et quart puis à trois heures et trois minutes. Au final, le film durera deux heures et cinquante sept minutes. 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...