Echec pour Giorgino

Posté par francesca7 le 21 août 2011

 

La promotion qui suit la sortie du Film Giorgino est houleuse. En effet, le réalisateur maudit et Mylène solidaire, affrontent vaillamment une presse qui semble avoir attendu le film avec impatience uniquement pour briser un couple trop auréolé de succès. Si Laurent Boutonnat se montre plutôt content de son film, la chanteuse apparaît devant les caméras, le visage fatigué et le regard perdu, comme si elle était encore possédée par son personnage de Catherine

 

Echec pour Giorgino dans Mylène 1993 - 1994 2957901627_1_3_e7gWO53dEt puis, surtout, elle craint que le film ne rencontre pas son public. 

 

-          « c’est quelque chose de presque inhumain. C’est difficile. Je crois qu’on sera contents le jour où on sera dépossédés de la chose totalement« . 

 

Et puis, s’il doit y avoir un échec, tant pis, elle se dit qu’ils ont eu raison d’aller jusqu’au bout ! 

 

-          « Le tiède, le rien ou là peu près, non seulement ne m’intéressent pas, mais me terrifient, donc j’ai besoin de choses, oui, qui vous bousculent, qui vous violentent un peu, quitte à en payer le prix. Je préfère oui, prendre ce risque-là. Je pense que ce sera violent encore comme réactions. Je pense qu’il y a des personnes qui ont vraiment envie que ça marche et que ce soit un beau film, il y en a d’autres, je pense, qui ne l’acceptent en aucun cas, parce que c’est un projet ambitieux, et je crois qu’on condamne l’ambition en France définitivement. Mais, j’y crois. » 

 

 

VIDEO ANNONCEImage de prévisualisation YouTube 

 

Hélas, l’échec est cinglant ! Jamais un film n’aura autant fait l’unanimité… contre lui. 

Exemple, dans le magazine Première : « Ce n’est plus ni ennui ni horreur qu’on ressent, mais de la compassion (…) Laurent Boutonnat devient aujourd’hui le premier réalisateur de l’infilmable : rien mais longtemps. » 

 

A quelques rares exceptions, les média sont unanimes pour trouver Giorgino trop long, trop morbide, trop glauque et trop grotesque. Sans omettre de souligner que Mylène n’apparaît à l’écran qu’au bout d’une heure  de film. Un élément qui décourage fortement les fans dont beaucoup décident, au dernier moment, de ne pas voir le film… Giorgino subit donc un double échec : le premier est critique et le deuxième, le plus douloureux, est commercial. Le jour de la sortie, seulement 2 500 personnes se déplacent à Paris et en périphérie… 

 

Son exploitation durera seulement trois semaines et on comptabilisera un peu plus de 60 000 entrées durant cette période. Ce piètre résultat fait de Giorgino l’un des plus grands désastres financiers de l’année 1994, au point que la sortie en Italie est annulée. 

 

Seul Canal + diffusera quatre fois le film (au lieu de 6 programmations habituelles et dont une seule fois en version originale). 

 

Laurent Boutonnat ne veut plus qu’une seule chose, reprendre ses droits pour ne plus jamais en entendre parler. Giorgino devient une douloureuse croix qui le plonge dans un désespoir atroce. Mylène, quant à elle, continuera à le défendre envers et contre tout

 

-          « Je ne suis pas sûr que ça remette en question la qualité innée d’un film, ni d’un album, ni d’un artiste. Là, j’essaye de faire abstraction de moi, de ma présence dans le film, mais tout simplement, je continuerai de défendre ce film, je continuerai d’aimer ce film. Maintenant, je crois qu’il n’a pas eu cette rencontre avec le public. Est-ce que c’était un mauvais moment pour ce film ? Est-ce que c’était trop noir pour le public ! » 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...