Nothomb et Mylène

Posté par francesca7 le 19 août 2011

Nothomb et Mylène dans Mylène 1989 - 1990 2120245759_1L’écrivain Amélie Nothomb confie : « Pour avoir côtoyé Mylène, je pense qu’elle cultive l’inaccessibilité qui la caractérise. Mais je crois aussi qu’une part lui échappe. J’ai pu m’apercevoir que, lorsqu’elle est cordiale, et elle peut assurément l’être, on sent quand même, quelque part, une muraille de glace. Il semblerait qu’elle n’y puisse rien. Attention, loin de moi l’idée de présenter Mylène Farmer comme une victime. Mais cette muraille de glace, sans doute, la rend prisonnière de quelque chose. »

En 2001, elle confie quant à sa discrétion médiatique : «  Je n’ai pas fait ce métier pour être connue mais pour être reconnue. »

Amélie Nothomb, née le 13 août 1967 à Kōbe au Japon, est un écrivain belge de langue française. Elle vit entre Paris et la Belgique.

En 2004, elle en était à son 53e manuscrit. Elle dit écrire près de quatre romans par an pour n’en publier qu’un seul : « J’écris 3,7 romans par an, c’est un rythme, je l’ai constaté après coup. Cela dit, n’allez surtout pas imaginer que tous ces romans sont bons. Il y a une énorme proportion de romans ratés dont il est hors de question que je les publie », « L’immense majorité [de ces manuscrits] restera dans des caisses et n’en sortira pas. Je veillerai à me protéger suffisamment pour cela ». Se disant également « enceinte de ses romans », Amélie Nothomb dit écrire depuis l’âge de dix-sept ans.

Entre 2000 et 2002, elle écrit sept textes pour la chanteuse française RoBERT. Elle romance la vie de la chanteuse dans Robert des noms propres, paru en 2002.

Dans son roman écrit en 2009, Le Voyage d’Hiver, Amélie Nothomb renoue avec ses thèmes favoris : l’autodérision (concernant la condition d’écrivain), le suicide amoureux, l’incohérence de l’existence si on ne s’attache à regarder qu’un seul fait de la vie (ici : l’amour).

 

Laisser un commentaire

 

linergeek |
give to eat by eating |
ecouteconseil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hé ! lecteurs à Saint Marti...
| parlons-en!
| Je me SOUVIENS...